Huile de ricin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Huile de ricin
Image illustrative de l’article Huile de ricin
Ancienne bouteille d'huile de ricin (en. castor oil)
Identification
Synonymes

huile de castor (impropre)

No CAS 8001-79-4
No ECHA 100.029.357
No CE 232-293-8
Code ATC A06AB05
No E E1503
FEMA 2263
Apparence Liquide visqueux incolore à jaune[1]
Propriétés chimiques
Indice d’iode 82 – 90 (Wijs)[2]
Indice de saponification 177 – 187[2]
Matières non saponifiables 0,2 – 0,3 %[2]
Propriétés physiques
fusion −12 à −18 °C[2]
ébullition >350 °C (décomposition)[1]
Solubilité pratiquement insoluble (eau)[1];

soluble dans l'éthanol et dans l'hexane bouillant[2]

Masse volumique 0,945 – 0,965 g·cm-3[2]
d'auto-inflammation 448 °C[3]
Point d’éclair 229 °C[1]
Viscosité dynamique 935 – 1 033 mPa·s (20 °C)[2]
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1,466 – 1,473[2]

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'huile de ricin est une huile végétale non-alimentaire, appelée de façon impropre « huile de castor ». Elle est obtenue à partir des graines de ricin (Ricinus communis). Elle est incolore à jaune très clair.

Les triglycérides (triples esters de glycérol et d'acides gras) dont elle est constituée comptent, pour environ 90 % de ses acides gras, un acide gras en C18, l'acide ricinoléique ou acide (R)-(+)-12-hydroxy-9Z-octadécénoïque qui est un oméga-9 hydroxylé et forme la ricinoléine, le triglycéride majeur de cette huile[4].

La production de l'huile de ricin s'étend à travers les siècles pour une utilisation qui s'est diversifiée.

Appellations[modifier | modifier le code]

L'huile de ricin était anciennement (XVI° s.) nommée « huile de Keroua »[5],[6] ou « de Kerua, Kerroa, Charua, Carapate »[7] mais aussi « huile de palma-Christi », de « palme-Christ »[8], c'est-à-dire palme ou paume du Christ en raison des feuilles palmatilobées (à lobes) du plant de ricin, en forme de paume de main[9],[10].

En anglais, l'huile de ricin est appelée castor oil, car elle a ponctuellement remplacé dans ses usages le castoréum sécrété par les glandes des castors[11]. La traduction « huile de castor » est à proscrire, puisque l'origine de l'huile de ricin est strictement végétale.

Composition[modifier | modifier le code]

Ordre de grandeur des principaux composants de l'huile de ricin[12]

Composé Teneur pour 100g
Acide palmitique
0,7 - 1,3 g
Acide stéarique
0,9 - 1,2 g
Acide oléique
2,8 - 5,5 g
Acide ricinoléique
84,2 - 94 g
Acide linoléique
4,2 - 7,3 g
Acide alpha-linolénique
0,2 - 0,5 g

Production[modifier | modifier le code]

Carte des plus grands producteurs d'huile de ricin en 2006

Issu des graines d'un arbuste - le ricin - anciennement cultivé en Egypte, en Ethiopie ou en Inde, est actuellement principalement produit en Inde (70 %), en Chine (18 %), au Brésil (8 %) et en Afrique[13],[14].

Prix[modifier | modifier le code]

Le prix moyen par tonne de l'huile de ricin de qualité commerciale a doublé en dix ans :

  • 2002 : 675 $
  • 2010 : 1 330 $[15]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Domestique[modifier | modifier le code]

Dans l'Egypte et l'Inde antiques, l'huile de ricin alimentait en combustible les lampes à huile[13] et cet usage a perduré jusqu'au XIXe siècle[6]. Durant ces époques, on pouvait en fabriquer des savons[16].

L'huile de ricin peut être utilisée pour traiter le cuir des semelles des chaussures de danse pour en faciliter la glisse.[réf. souhaitée]

Industrie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Plan de ricin

L'huile de ricin fournit de l'acide undécylénique et de l'heptanal qui permettent d'accéder à des composés d'intérêt pour l'industrie :

  • des esters de polyols, utilisés comme lubrifiants dans certains moteurs. Elle a été très utilisée avant la Seconde Guerre mondiale comme lubrifiant pour les moteurs à combustion interne et même jusque dans les années 1980 en compétition : en effet, elle a une excellente tenue à haute température et une onctuosité exceptionnelle, cependant, comme elle s'oxyde rapidement et forme des boues, elle a laissé la place aux huiles minérales. Elle est cependant toujours utilisée par certains fabricants d'huiles moteur sous forme modifiée ;
  • le Rilsan (nom commercial du polyamide 11 fabriqué par Arkema), une matière plastique aux caractéristiques particulières.

L'huile de ricin est surtout employée dans l'industrie chimique pour la fabrication des polyuréthanes. Moléculairement, elle a des fonctions alcool (hydroxyle -OH), d'où son intérêt dans des réactions de réticulation. Elle rentre dans la composition de certaines couleurs de laques[17]

L'huile de ricin fournit de l'acide sébacique, un monomère pour synthétiser du PA 6-10.

Le potentiel de l'huile de ricin n'a pas fini d'être exploité dans l'industrie chimique qui l'ouvre à de nombreuses perspectives d'utilisation[13].

Pharmacie[modifier | modifier le code]

Réclame pour l'huile de ricin comme soin pour enfants par Scott & Bowne company, XIX° s.

Usage interne[modifier | modifier le code]

Cuillère en argent à huile de ricin, signée « C. Gibson, Inventor, 71 Bishopsgate St. Within », début XIX° s.

En pharmacie, cette huile a longtemps été utilisée pour ses effets laxatifs et des générations d'enfants ont dû en absorber quand on en ignorait encore les dangers mais c'est un purgatif violent et son emploi est formellement proscrit pour cette indication[18],[19].

Elle reste néanmoins présente actuellement, en faible quantité, comme excipient dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques[20].

Usage externe[modifier | modifier le code]

Mise en bouteille de l'huile de ricin (en. castor oil) par Allen & Hansburys, XIX° s.

L'huile de ricin était par ailleurs recommandée en usage externe (cataplasmes tièdes) par le botaniste Leonart Fuchs au XVIe siècle[6] et plus tard, par le voyant américain Edgar Cayce, qui prétendait avoir obtenu ainsi de nombreuses guérisons[21] et dont des naturopathes reprennent les conseils[22]. Aucune étude scientifique n'a validé ce genre d'effet thérapeutique.

La médecine ayurvédique de l'Inde ancienne utilisait l'huile de ricin dans le traitement de l'arthrose[13].

L'huile de ricin aiderait le travail de la parturiente[23].

Cosmétique[modifier | modifier le code]

Publicité (en forme de diamant) pour une lotion capillaire à base d'huile de ricin et de romarin, 1860

En cosmétique, l'huile de ricin s'utilise au moins depuis le XIXe siècle pour embellir et protéger la chevelure des femmes et la barbe des hommes ou les soigner : en application, elle lutterait ainsi contre les pellicules, l'alopécie (chute de cheveux), la canitie (cheveux blancs) ou le prurit (démangeaisons), etc[24],[25]. Pour ce faire, elle est quelquefois associée à d'autres plantes comme le romarin[26]. De nombreuses anciennes réclames en montrent tous les avantages qui sont présentés comme relevant de la médecine[26].

Malgré l'absence de preuves, des publications actuelles à vocation naturelle ou écologique vantent encore les mérites de l'huile de ricin dans le traitement de la chevelure et des produits cosmétiques qui en contiennent[27],[28].

Elle est aussi réputée pour renforcer et allonger les cils et sourcils, ainsi que les ongles.

Cette huile à la texture épaisse et visqueuse est aussi utilisée pour hydrater en profondeur les peaux sèches et pour adoucir et réparer les peaux abimées.

Outre sa fonction nourrissante et revitalisante (toujours en usage externe), l'huile de ricin favoriserait considérablement la repousse des cheveux et leur apporterait également du volume[27],[28]. Aucune étude scientifique n'a toutefois validé ce genre d'effet.

Alimentation[modifier | modifier le code]

L'huile de ricin figure comme additif alimentaire dans le Codex Alimentarius (E1503) et agit en tant qu'anti-agglomérant, substance inerte, émulsifiant ou agent de glaçage[13].

Elle sert à la préparation d'un émulsifiant, l'E476 ou PGPR (polyricinoléate de polyglycérol), utilisé notamment dans l'industrie du chocolat pour fluidifier le chocolat lors de sa production et permettre aux fabricants autorisés à le faire de remplacer l'onéreux beurre de cacao par des matières grasses moins chères.

Cet additif alimentaire se trouve en outre dans les chewing-gums, les produits chocolatés, les bonbons, les pâtisseries, les compléments alimentaires, etc.[13]

Horticulture[modifier | modifier le code]

Graines de ricin (Ricinus communis)

Le tourteau de l'huile de ricin est utilisé en horticulture pour ses propriétés nutritives, nématicides, insecticides et répulsives pour les rongeurs (donc dangereux pour les animaux domestiques)[13].

Toxicité[modifier | modifier le code]

La ricine contenue dans le ricin est un poison ; elle est « référencée dans le Guinness Book des Records comme la plante la plus vénéneuse du monde ». En outre, la plante contient un allergène. Sa manipulation ou son utilisation alimentaire présentent donc de réels dangers[13].

Usage interne[modifier | modifier le code]

Par ingestion ou injection, l'acide ricinoléique altère la muqueuse intestinale et provoque des pertes importantes en eau et en électrolytes (sels minéraux), d'où son action purgative intense et irritante. La ricine (6 000 fois plus toxique que le cyanure et 12 000 fois plus que le venin du crotale) présente dans la plante et les graines, peut contaminer une huile mal préparée et être mortelle.

Plant de ricin

Usage externe[modifier | modifier le code]

En usage externe, l'huile de ricin en elle-même ne présente pas de toxicité car elle ne contient pas de toxalbumine mais l'intérieur de la graine de ricin est un allergène et les agriculteurs cultivant cette graine (donc aussi en contact avec sa feuille ou sa capsule) doivent se prémunir contre ses effets nocifs[17].

Aussi, la recherche essaie de produire des variétés de plants dépourvues de ricine toxique[13].

Instrument de terreur[modifier | modifier le code]

Parents[modifier | modifier le code]

Dans le passé (XIX°-début XX° s.), des parents menaçaient leurs enfants de leur administrer de l'huile de ricin s'ils n'étaient pas sages ou s'en servaient comme punition[29] mais les médecins ont insisté pour que ne soit pas associé ce qu'ils considéraient alors comme un médicament à un châtiment[30].

Fascistes[modifier | modifier le code]

Dans l'Italie fasciste, sous le régime de Benito Mussolini, l'huile de ricin était l'un des instruments des Chemises noires[31],[32],[33]. Afin d'humilier leurs adversaires politiques, les fascistes les forçaient à avaler de fortes doses de cette huile qui provoque des diarrhées. Dans les années 1920, certains fascistes étaient des cogneurs payés par les patrons d'ouvriers en grève (un dessin de propagande montre un ouvrier guéri de ses « mauvaises idées rouges » par un fasciste qui lui « prodigue » l'huile lors d'une bastonnade).[réf. souhaitée] Cette technique semble avoir été lancée par Gabriele D'Annunzio. À forte dose, les diarrhées et la déshydratation qui en résultait étaient si importantes qu'elles étaient parfois mortelles[34]. Lorsque les Chemises noires voulaient s'assurer que leurs victimes mourraient, elles ajoutaient de l'essence à l'huile de ricin. On disait parfois que le pouvoir de Mussolini reposait sur « le gourdin et l'huile de ricin »[35].

Nazis[modifier | modifier le code]

Inspirés par les fascistes italiens, les nazis SA utilisent notamment cette même méthode de torture contre les citoyens juifs allemands, peu après la nomination d'Adolf Hitler comme chancelier de l'Allemagne en 1933[36].

Services secrets soviétiques[modifier | modifier le code]

Croquis d'une pointe de « parapluie bulgare »

Durant la Guerre froide, une méthode d'élimination de ses ennemis appelée le coup du « parapluie bulgare » et pratiquée par des services secrets soviétiques permettait d'injecter une dose létale de ricine par la pointe trafiquée d'un parapluie au simple côtoiement de leur victime[13].

Lettre contaminée au ricin, photographie du FBI, 2003

Terroristes[modifier | modifier le code]

En 2003, des lettres contaminées au ricin ont été écrites à l'adresse de la Maison Blanche ou de ministères américains[37].

Divers[modifier | modifier le code]

Dans la bande dessinée Lucky Luke contre Pat Poker, l'huile de ricin est citée ainsi que dans la série Breaking Bad.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Label pour huile de ricin, Baker Castor Oil Co., Bayonne et Jersey City, 1825
  1. a b c et d Entrée « Castor oil » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 3 mai 2009 (JavaScript nécessaire)
  2. a b c d e f g et h (en) Alfred Thomas, Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry, 2002, 6e éd., Fats and Fatty Oils, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co
  3. HUILE DE CASTOR, fiche(s) de sécurité du Programme International sur la Sécurité des Substances Chimiques, consultée(s) le 9 mai 2009
  4. K. T. Achaya, S. A. Saletore, Triricinolein and ricinoleic acid from castor oil., Journal of Scientific & Industrial Research, 1952, vol. 11B(11), pp. 471–474.
  5. « Keroua » était le nom donné en arabe à la graine du ricin, voir p. Table de toutes les compositions, Laurent Joubert, op. cit. et aussi Annotations de M. Laurens Ioubert, sur toute la chirurgie de M. Guy de Chauliac... avec l'interprétation des langues dudit Guy, 1615, éd. Romain de Beauvais, p. 246, lire en ligne
  6. a b et c Leonhart Fuchs, Commentaires tres excellens de l'hystoire des plantes, chez Iacques Gazeau [...], (lire en ligne)
  7. Alphonse de Candolle, Origine des plantes cultivées 1882
  8. Laurent Joubert, La pharmacopee de M. Lavr. Iovbert [...] Ensemble les annotations de Iean Pavl Zangmaistervs [...] Le tout mis de nouueau en François, Lyon, éd. Anthoine de Harsy, (lire en ligne), p. 262
  9. « Littré - palma-christi - définition, citations, étymologie », sur www.littre.org (consulté le 8 janvier 2019)
  10. « PALMA-CHRISTI : Définition de Palma-Christi », sur www.cnrtl.fr (consulté le 8 janvier 2019)
  11. Alphonse de Candolle, Origine des plantes cultivées, 1882
  12. Eliezer Ahmed Melo-Espinosa et al. Surface tension prediction of vegetable oils using artificial neural networks and multiple linear regression, Energy Procedia 57 (2014) 886–895. Article en ligne
  13. a b c d e f g h i et j Franck Dumeignil (CNRS - Unité de Catalyse et de Chimie du solide), « Propriétés et utilisation de l’huile de ricin », sur Research gate, (DOI 10.1684/ocl.2012.0427)
  14. Selon les chiffres de production de graines de ricin dans la base de données FAOSTAT (FAO) et les prévisions 2006 de Food Agricultural Organization of United Nations : Economic & social department - The Statistical division
  15. FOB Bombay, Castor Oil report, 2011, castoroil.in cité in F. Dumeignil, op. cit.
  16. A. E. Baudrimont, Journal de pharmacie et des sciences accessoires, Paris, (lire en ligne), p. 162
  17. a et b (en) « Manifestations allergiques chez les cultivateurs et les ouvriers qui travaillent le ricin », Revue Française d'Allergie, vol. 9, no 2,‎ , p. 103–108 (ISSN 0370-4688, DOI 10.1016/S0370-4688(69)80005-0, lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019)
  18. Jean Bruneton, Pharmacognosie, Phytochimie, Plantes médicinales, Techniques et Documentation, 3e éd., 1999 (ISBN 2-7430-0315-4)
  19. (en) Gülşah Gürol Arslan et Ismet Eşer, « An examination of the effect of castor oil packs on constipation in the elderly », Complementary Therapies in Clinical Practice, vol. 17, no 1,‎ , p. 58–62 (ISSN 1873-6947, PMID 21168117, DOI 10.1016/j.ctcp.2010.04.004, lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019)
  20. « excipient à effet notoire », F. Dumeignil, op. cit.
  21. Dr William Mac Garey, The Edgar Cayce Remedies, (Association for Research and Enlightenment, Inc., 1983), 282 p., trad. française de Dorothée Koechlin de Bizemont,  éd. du Rocher, 1994, Les Remèdes d'Edgar Cayce.
  22. Wladislas Barath, « L'huile de Ricin : prodigieux remède d'antan », sur Conscience & Santé, (consulté le 1er janvier 2019)
  23. (en) « Les Scientifiques démêlent le mécanisme d'action de l'huile de ricin », (source : Maximum-Planck-Gesellschaft), sur News-Medical.net, (consulté le 1er janvier 2019)
  24. (en) Zofchak, Albert ; John Obeji & Michael Mosquera, « Use urethane polymers of castor oil skin and personal care product compositions »
  25. (en) Zofchak, Albert ; John Obeji & Michael Mosquera, Use urethane polymers of castor oil skin and personal care product compositiions, (lire en ligne)
  26. a et b « The Brooklyn Daily Eagle », 6 février 1860
  27. a et b (en)In silico prediction of prostaglandin D2 synthase inhibitors from herbal constituents for the treatment of hair loss sur sciencedirect.com
  28. a et b Camille Moreau, « L'huile de ricin: un concentré de bienfaits pour la peau et les cheveux », sur LExpress.fr, (consulté le 1er janvier 2019)
  29. (en) Neil Sutherland, Growing Up: Childhood in English Canada from the Great War to the Age of Television, University of Toronto Press, (ISBN 9780802079831, lire en ligne)
  30. Journal of the American Medical Association, Volume 73, Numéro 2 ; Volume 73, Numéros 14 à 26, p. 1699. Lire en ligne
  31. (en) Italy - The rise of Mussolini, Encyclopædia Britannica Online, (lire en ligne)
  32. (en) Benito's Birthday, Time, in partnership with CNN, (lire en ligne)
  33. (en) R. J. B. Bosworth, Mussolini, New York, Arnold/Oxford Univ. Press, (ISBN 0340731443)
  34. (en-US) « Did Mussolini use castor oil as an instrument of torture? », sur The Straight Dope, (consulté le 1er janvier 2019)
  35. Cecil Adams, « Did Mussolini use castor oil as an instrument of torture? », The Straight Dope, (consulté le 9 août 2014)
  36. Richard J Evans, The Coming of the Third Reich: How the Nazis Destroyed Democracy and Seized Power in Germany, USA, Penguin Books, (ISBN 978-1-101-04267-0, lire en ligne), p. 431
  37. Epidemiological Investigation of a Ricin - Containing Envelope at a Postal Facility, Centers for Disease Control and Prevention 2005 Preparedness Conference, Caroline du Sud, 2003, Lire en ligne