American Expeditionary Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corps expéditionnaire et AEF.

American Expeditionary Force
Image illustrative de l’article American Expeditionary Force
Pershing et Bliss visitant un camp d'entrainement.

Création
Dissolution
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Branche Armée de Terre
Type Armée
Rôle Coordination des unités américaines contre la Triplice
Effectif Jusqu'à deux millions
Fait partie de Armées Alliées
Front de l'Ouest
Garnison Chaumont
Inscriptions
sur l’emblème
le 11 novembre
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Troisième bataille de l'Aisne
Saillant de Saint-Mihiel
Offensive Meuse-Argonne
Commandant Frederick Funston
John Pershing
Commandant historique John Pershing

L'American Expeditionary Force (ou AEF) était le nom donné au corps expéditionnaire américain en Europe durant la Première Guerre mondiale. Constitué le , il fut dissous en 1919. Ce corps expéditionnaire était sous les ordres du général John J. Pershing nommé à ce poste après le décès soudain le 19 février 1917 du général Frederick Funston, primitivement désigné a ce poste par le président Woodrow Wilson en prévision de l'entrée en guerre contre l'Empire allemand.

État des forces armées américaines et mobilisation[modifier | modifier le code]

Le 6 avril 1917, les États-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne. Si l'US Navy est rapidement en mesure de venir en renfort des marines alliées et d'intervenir dans le conflit, l'armée de terre américaine avec seulement 250 000 hommes est « numériquement déclassée, sous-équipée et sous encadrée »[1]. Pour cette raison, elle est incapable de jouer un rôle significatif sur le théâtre de guerre européen[1]. Conscient de cette faiblesse, le général Tasker Howard Bliss affirme alors que « la guerre devrait durer au moins encore deux ans avant que nous ne puissions avoir d'autre participation que navale et économique »[1].

En dépit de ces difficultés, le président Woodrow Wilson est déterminé à peser sur l'issue du conflit et met en œuvre une politique volontariste qui va permettre de créer en dix-huit mois une armée de 4 millions de soldats[1].

Remise de drapeau et de masques à gaz.

L'adoption du Selective Service Act quelques semaines après l'entrée en guerre permet de mettre en place la conscription dans un pays qui ne connaît historiquement qu'un type de milices volontaires. Le pays doit engager des moyens considérables pour construire des camps d'instruction, des milliers de baraquements afin de sélectionner et accueillir les recrues[1].

Il faut six mois pour que les premières divisions américaines deviennent une réalité. En septembre 1917, les effectifs atteignent 250 000 hommes essentiellement encore sur la base du volontariat[1]. Ce chiffre atteint un million en novembre 1917. Lorsque surviendra l'armistice, l'armée américaine compte déjà 4 millions de soldats dont près de la moitié a été transportée en France[1].

Déploiement[modifier | modifier le code]

L'arrivée de l'AEF a été précédée par de jeunes volontaires américains venant s'engager en France, comme les ambulanciers de l'American Field Service en 1915 ou les aviateurs de l'escadrille Lafayette en 1916.

Des organisations non gouvernementales seront étroitement associées à l'AEF comme la croix-rouge américaine et la Young Men's Christian Association[2].

Débarquement à Brest par Walter Duncan.

Le 13 juin 1917, le général Pershing débarque avec son état-major à Boulogne-sur-Mer à bord de l'Invicta[3]. Le 26 juin, la 1re division américaine commandée par le général Sibert (en) arrive à Saint-Nazaire à bord de l'USS Tenadores[3]. Dans les semaines suivantes, le port de Saint-Nazaire s'avérant trop petit face à l'afflux de soldats, un port supplémentaire, le port de Brest, est choisi par les autorités américaines. Plus tard, les ports de Bordeaux et de Cherbourg seront également utilisés[3].

Brest sera le principal port de débarquement (et en 1919 de réembarquement). Début novembre 1917, une base militaire américaine y est créée, la base no 5[3]. Le 12 novembre, les 3 premiers navires américains débarquent plus de 7 500 soldats[3]. Dans les mois qui suivent, 3 compagnies de dockers d'un régiment américain vont alors s'occuper des débarquements des navires. Des troupes américaines du génie agrandissent le port, construisant de nouveaux quais et jetées, des entrepôts, des voies ferrées[3].

Le camp de Pontanezen, à proximité de la ville est créé, capable d'accueillir 75 000 hommes[3], possédant même son propre journal, le Pontanezen Duckboard[3]. Un état-major, des services téléphoniques et télégraphiques, la police militaire, un hôpital et même une prison américains sont installés en ville. Un YMCA et un établissement de la Croix rouge américaine se créeront également[3]. La population américaine pendant près de deux ans dépassera la population locale. Près de 804 000 soldats américains débarqueront dans le port de Brest[3].

Au 1er janvier 1918, il y a 150 000 soldats américains en France, le , on dénombrait environ 2 millions d'hommes venus des États-Unis en Europe pour aider la France et ses alliés dans les tranchées, essentiellement dans les rangs de l'United States Army avec dans laquelle est intégrée une brigade du corps des Marines.

Répartition ethnique[modifier | modifier le code]

Trois membres du corps du génie de l'AEF, en mars 1918.

Leur répartition raciale se faisait ainsi:

Unités[modifier | modifier le code]

En France, le quartier général de la force expéditionnaire se trouve à Paris, au Pershing Hall et dans l'hôtel Delessert du parc de Passy.

Caserne Damrémont en février 1918.

Sur le front, le quartier général est situé en septembre 1917 à la caserne Damrémont de Chaumont (Haute-Marne) avec plus de cinquante camps d'entrainement en majorité autour de Langres.

Concernant l'équipement, le casque Brodie sera utilisé jusqu'en 1942.

Infanterie[modifier | modifier le code]

Le 28 juin 1917, la 1re division d'infanterie américaine (surnommée « The Big Red One », le grand un rouge », qui correspond à son insigne) débarque à Saint-Nazaire.

La 1st Infantry Division est la seule unité d'active immédiatement mobilisable par l'armée américaine. En effet à l'époque il n'y a pas de service militaire aux États-Unis et l'armée active (« Regular Army ») ne compte que 200 000 hommes[6].

La 2e division d'infanterie américaine est formée avec d'autres unités d'active dont une brigade de Marines.

En tout 59 divisions sont mises sur pied en France, 20 divisions à partir de l'armée fédérale active (« Regular Army »). Ce sont les divisions numérotées 1st à 20th.

17 divisions sont mises sur pied à partir d'unités de la garde nationale des États-Unis (« National Guard »), elles sont numérotées de 26th à 42nd.

Enfin 22 divisions sont créées dans le cadre de la mobilisation, elles prennent les numéros de 76th à 97th.

Forces aériennes et diverses[modifier | modifier le code]

Les forces aériennes américaines sont quasiment inexistantes en 1917, le United States Army Air Service créé le 24 mai 1918 opéra 45 escadrons et 740 avions lors de l'armistice [7].

De nombreuses unités de soutien sont mises en place, de l'intendance aux services de santé en passant par les télécommunications dont une unité féminine surnommée les Hello Girls.

Corps de chars[modifier | modifier le code]

Chars Renault FT et soldats américains en Argonne (septembre 1918).

Le plan initial prévoyait le déploiement pour 1919 d'un Corps Tank équipé de 2 000 chars français légers Renault FT et 200 chars britannique lourds Mark VI (en). Il est changé pour 20 bataillons de 77 chars légers et 10 bataillons de 45 chars lourds[8], c'est Georges Patton qui créé l'école de chars et l'US Tank Coprs à Bourg (Haute-Marne).

Un total de 8 bataillons lourd (du 301e au 308e) et 21 bataillons (du 326e au 346e) est effectivement créé, et seulement quatre (les 301e équipés de Mark V (char), 331e, 344e et 345e) participeront au combat[9].

Camps de permissionnaires[modifier | modifier le code]

Dans les armées britanniques et françaises, les hommes avaient droit à 7 à 10 jours de permissions tous les 4 à 6 mois. Durant l'été 1917, le haut-commandement de l'AEF décide que chaque homme peut recevoir 7 jours de permissions tous les 4 mois. Il apprend aussi que, selon l'expérience franco-britannique, ces périodes comptent pour 70 % des infections sexuelles chez les hommes de troupe[10].

L'AEF organise alors 19 camps de permissionnaires proches de villes moyennes de province dotées d'une gare (par exemple Nîmes), et à l'écart des grandes villes et surtout de Paris. Le haut-commandement compte sur les activités sportives et culturelles (théâtre, cinéma... aux armées) organisées par l'YMCA ou Young Men's Christian Association pour maintenir les hommes en bonne condition physique et morale[10].

Cependant, en plusieurs occasions, la police militaire débusque des prostituées cachées dans les toilettes des trains à destination des camps de repos[10].

Informés de ces problèmes, Clemenceau écrit à Pershing, le 17 février 1918, pour lui proposer des « maisons spéciales » ou BMC à l'usage exclusif de l'AEF. Pershing transmet la lettre à son gouvernement. Le secrétaire d'État à la guerre Baker décide alors de ne pas montrer cette lettre au Président Wilson, de crainte que celui-ci, outré, n'arrête la guerre[2].

Engagements[modifier | modifier le code]

L'effectif combattant réellement opérationnel après équipement et entraînement est de 85 000 hommes en juillet 1918, de 216 000 hommes fin septembre et de 440 000 hommes en novembre 1918.

Liste des unités engagées : 1re, 2e, 4e, 26e, 27e, 28e, 29e, 30e, 31e, 33e, 35e, 36e, 37e, 42e, 77e, 78e, 82e, 83e, 84e, 89e, 91e, 93e, 157e division (France) qui intégrait les 371e et 372e régiments américains de la 93e Division, 369e régiment, le United States Army Air Service et le corps de Chars[11].

Le corps expéditionnaire s'est particulièrement illustré au saillant de Saint-Mihiel les 2 et 3 septembre 1918. Avant il avait été engagé dans la troisième bataille de l'Aisne qui comprenait la bataille du bois Belleau et de la celle de Château-Thierry. Ensuite il participa à l'offensive Meuse-Argonne qui mena à la victoire du 11 novembre.

Pertes[modifier | modifier le code]

Les pertes parmi l'AEF furent d'environ 320 000 hommes, 53 402 morts au combat, 63 114 autres décès et 204 000 blessés[12].

Relativement peu de soldats américains souffrirent des gaz de combat même si un beaucoup plus grand nombre pensa erronément y avoir été exposé[13].

État sanitaire[modifier | modifier le code]

Maladies infectieuses[modifier | modifier le code]

Deux vaccinations furent systématiques : celle contre la variole et celle contre la typhoïde. Ces maladies furent relativement bien contrôlées : près de 70 cas de variole au sein de l'AEF et 14 décès, et près de 2000 cas de typhoïde et 227 décès (contre plus de 20 000 cas et 2600 décès par typhoïde lors de la guerre hispano-américaine)[14].

Contre le tétanos et la diphtérie, les vaccins n'existaient pas encore, les blessés et malades étaient traités par sérothérapie. De même, les oreillons, la rougeole et ses complications pulmonaires par surinfection (pneumonies) furent les principales causes d'hospitalisation des membres de l'AEF en 1917 et au début de 1918 (48 000 cas hospitalisés)[14].

Serez-vous un homme libre ou enchaîné (aux maladies vénériennes et à la masturbation). Affiche de l'US Army 1918.

L'épidémie de grippe espagnole à l'automne 1918 tua 25 000 hommes de l'AEF tandis que 360 000 autres furent gravement malades. Au total, un soldat américain sur 67 meurt de grippe ou de pneumonie en 1918[14].

Infections sexuelles[modifier | modifier le code]

La prévention contre les maladies sexuellement transmissibles fut l'objet d'une propagande intensive basée sur la continence, la force morale et le sens des responsabilités [15]. Les soldats disposaient cependant d'un « kit de prévention » contenant de la pommade au calomel, de l'acide carbolique et du camphre[16]. Ils devaient passer une « dangle parade » (littéralement présentation de ce qui pend) en se présentant entièrement nus, les bras levés, devant un médecin[17].

Le général Pershing donne plusieurs ordres du grand quartier général sur ce sujet, faisant d'une infection sexuelle une faute passible de cour martiale, les hommes étant soignés dans des camps de rétention entourés de barbelés[18].

Durant le conflit l'AEF présente un taux d'infection génitale de 3,4%, contre 12,7% pour les troupes stationnées sur le territoire des États-Unis. Cependant le retour à la paix entraîne un relâchement : en septembre 1919, le taux d'infection est de 766 pour 1000 pour les troupes de l'AEF encore en France[19].

Selon Brandt, l'expérience de l'AEF en France représente un choc de culture sexuelle entre le « laissez-faire » des Français (la chasteté est impossible) qui mettent l'accent sur le traitement, et le « provincialisme » puritain des Américains qui insistent sur la prévention morale[20].

Soldat inconnu[modifier | modifier le code]

Une cérémonie eut lieu à Chalons-sur-Marne le 24 octobre 1921 pour choisir qui représenterait le soldat inconnu du corps expéditionnaire américain. Choisi parmi quatre dépouilles inconnues de soldats américains par le sergent Edward F Younger, du 50e régiment d'infanterie et héros de guerre, en présence des généraux américain Allen et Rogers, du général français Duport, il est décoré de la Légion d'honneur par le ministre français des Anciens combattants, André Maginot. Le corps partit aux États-Unis sur l'USS Olympia, les 3 autres corps étant enterrés dans un cimetière militaire de la Meuse. Le soldat inconnu est ensuite exposé au Capitole à Washington jusqu'au 11 novembre, date anniversaire de l'Armistice, puis est amené au cimetière d'Arlington, accompagné par le président Harding, le précédent président Woodrow Wilson et le général Pershing. Il est décoré de la croix Victoria britannique puis il est enterré dans la tombe des Inconnus, créée pour l'occasion (elle accueillera par la suite des soldats inconnus des autres conflits).

Mémoriaux et cimetières[modifier | modifier le code]

Le Naval Monument de Brest
Pont mémorial à Fismes.

De nombreux mémoriaux rappellent l'engagement des troupes américaines, souvent élevés sur le lieu où elles ont combattu. Ces mémoriaux ont été construits soient par l'American Battle Monuments Commission (créé en 1923), soit pas par les Etats fédérés. Parmi ces monuments :

Il existe 8 cimetières américains de la Première Guerre mondiale en France dont :

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Rémy Porte, « La création de l'American Expeditionary Force », La Nouvelle Revue d'histoire, no 90, mai-juin 2017, p. 52-54
  2. a et b Allan M. Brandt 1987, p. 105-106.
  3. a b c d e f g h i et j Éric Rondel, Brest, le port de la Première Guerre mondiale, Astoure, (ISBN 2845833180)
  4. Margot Guillois, « 1914-1918 • L'arme insoupçonnée des Américains », sur Courrier international, (consulté le 31 mai 2014)
  5. Historia, no 635 (septembre 1999)
  6. http://www.invalides.org/images/14-18-light%20fiches%20DRHAP/USA-guerre.pdf
  7. (en) AEF FACT SHEET MANPOWER, ORGANIZATION & CASUALTIES
  8. Dale Wilson, « The American Expeditionary Forces Tank Corps in World War I: From Creation to Combat » (consulté le 16 janvier 2014)
  9. Richard A. Rinaldi, The US Army in World War I – Orders of Battle, Tiger Lily Publications LLC, (ISBN 0-9720296-4-8, lire en ligne).
  10. a b et c Allan M. Brandt 1987, p. 109-110.
  11. non exhaustive
  12. Congressional Research Service, American War and Military Operations Casualties:Lists and Statistics
  13. Venzon, ed. The United States in the First World War: An Encyclopedia (1995)
  14. a b et c (en) J. D. Grabenstein, « Immunization to Protect the US Armed Forces: Heritage, Current Practice, and Prospects », Epidemiologic Reviews, vol. 28, no 1,‎ , p. 3–26 (ISSN 0193-936X et 1478-6729, DOI 10.1093/epirev/mxj003, lire en ligne)
  15. Allan M. Brandt 1987, p. 107.
  16. Allan M. Brandt 1987, p. 114.
  17. Allan M. Brandt 1987, p. 99.
  18. Allan M. Brandt 1987, p. 102-103.
  19. Allan M. Brandt 1987, p. 115-117.
  20. Allan M. Brandt 1987, p. 118-121.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Bryan, Ambulance 464, MacMillan, 1918.
  • (en) Allan M. Brandt, No magic bullet, A social history of venereal disease in the United States since 1880, Oxford University Press, (ISBN 0-19-503469-4), chap. III (« « The Cleanest Army in the World » Venereal Disease and the AEF »).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]