Charles-Victor Langlois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Langlois.
Charles-Victor Langlois
Biographie
Naissance
Rouen
Décès
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École des chartes
Titres directeur des Archives
membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Approche histoire méthodique (histoire du Moyen Age)
Travaux
  • Le Règne de Philippe III le Hardi (1887)
  • Introduction aux études historiques, en collaboration avec Charles Seignobos (1898)
  • Saint-Louis, Philippe le Bel, les derniers Capétiens directs (1911)

Charles-Victor Langlois, né le à Rouen et mort le à Paris, est un historien français, archiviste paléographe, professeur à la Sorbonne et à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes. C'est un spécialiste du Moyen Âge et notamment des rencontres entre l'Occident et l'Orient.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles-Victor Langlois étudie à l’École des chartes où il devient archiviste paléographe en 1885[1] puis à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes au sein de la IVème section. Il obtient ensuite l'agrégation d'histoire puis un doctorat d’histoire en 1887 à la Sorbonne. Il est professeur à Douai, puis à la Sorbonne. Il coécrit avec Charles Seignobos, L'Introduction aux études historiques, en 1898, il est l'un des plus grands historiens de l'École méthodique. Historien spécialiste du Moyen Âge, il est directeur des Archives Nationales de 1913 à 1929. Il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres le 16 novembre 1917 au fauteuil de Noël Valois et préside l'Académie en 1925.

En 1889, il avait épousé Camille Berthelot, fille de Marcellin Berthelot et soeur de Philippe Berthelot, André Berthelot, René Berthelot et Daniel Berthelot. Il est notamment le père de Marc Langlois-Berthelot et de Philippe Langlois-Berthelot[2],[3] et l'arrière grand-père de l'historien moderniste et urbaniste Gilles-Antoine Langlois.

Il était propriétaire du château du Plessis-Macé dont il fit don à l'Etat.

Œuvres[modifier | modifier le code]

« Le Procès des Templiers. », La revue des deux mondes, vol. 103,‎ , p. 382 à 421 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]