Juno (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Juno
Les lettres J, U, N et O en grandes capitales, vert gris, ombrées.
Logo du film.
Réalisation Jason Reitman
Scénario Diablo Cody
Musique Mateo Messina
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox Searchlight Pictures
Mandate Pictures
Mr. Mudd
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 96 minutes
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Juno est une comédie dramatique américaine réalisée par Jason Reitman et écrite par Diablo Cody, sortie en 2007. Le personnage principal est Juno MacGuff, une adolescente à l’esprit libre confrontée à une grossesse imprévue, incarnée par Elliot Page (alors appelé Ellen Page, avant sa transition). Les autres interprètes principaux sont Michael Cera, Olivia Thirlby, J. K. Simmons, Allison Janney, Jennifer Garner et Jason Bateman. Le tournage se déroule de début février à à Vancouver, en Colombie-Britannique. Le film est d’abord présenté au Festival du film de Telluride le puis au Festival international du film de Toronto le , où il est ovationné.

Juno récupère en vingt jours d’exploitation son budget de production de 6,5 millions de dollars, malgré une sortie limitée pendant les dix-neuf premiers jours. Le film rapporte finalement plus de 35 fois son budget, avec un total de 231 millions de dollars de recettes mondiales. La bande originale de Juno est également un succès : comportant plusieurs morceaux interprétés par Kimya Dawson, elle est la première à se hisser en tête des ventes aux États-Unis depuis Dreamgirls (2006) avec plus d’un million d’exemplaires vendus. Elle constitue la première bande originale de Fox Searchlight Pictures à se classer numéro un au Billboard 200. Le film est bien accueilli par les critiques, qui sont nombreux à le considérer comme un des meilleurs films de l’année 2007. Les mouvements pro-vie et pro-choix se sont opposés sur sa manière d’aborder la question de l’avortement. Juno remporte diverses récompenses, dont l’Oscar du meilleur scénario original ; il est également nommé pour les Oscars du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Juno, une adolescente de seize ans, est enceinte. Après avoir pensé à l’avortement, elle change rapidement d’avis et décide de garder son bébé et de le faire adopter. Juno trouve dans les petites annonces un couple adorable qui cherche à devenir parents. Elle contacte la famille et discute de l’adoption. Tout au long de ses neuf mois de grossesse, Juno doit faire face à des difficultés[2],[3].

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéos externes
Bande-annonce en VF sur le compte Dailymotion de Twentieth Century Fox France.
Bande-annonce en VO sur le compte YouTube de Searchlight Pictures.
Extrait en VO sur le compte YouTube de 20th Century Studios.

Juno MacGuff, une lycéenne de seize ans dans le Minnesota, apprend qu’elle est enceinte de son petit ami et admirateur de longue date, Paulie Bleeker. Elle envisage dans un premier temps d’avorter. Juno voit une de ses camarades de classe organiser une manifestation anti-avortement devant la clinique où elle se rend pour une interruption volontaire de grossesse[4]. Elle décide alors de faire adopter l’enfant. Avec l’aide de son amie Leah, Juno consulte les petites annonces du Pennysaver et trouve un couple marié sans enfant qu’elle juge idéal pour accueillir son enfant[5]. Accompagnée par son père Mac, l’adolescente fait la connaissance du couple, Mark et Vanessa Loring, dans leur superbe maison. Elle souhaite un accouchement sous X, c’est-à-dire que l’enfant ne connaîtra pas le nom de sa mère biologique.

Bien que reconnaissante, Vanessa est angoissée à l’idée que Juno puisse changer d’avis et leurs premières conversations ne sont pas faciles. Un jour, Juno et Leah la rencontrent par hasard dans un centre commercial en train de jouer avec un enfant[6]. Juno encourage Vanessa à parler au bébé[6]. L’adolescente se lie plus facilement d’amitié avec Mark, dont elle partage les goûts musicaux et cinématographiques. Mark, qui a laissé de côté son groupe de rock lorsqu’il était jeune, travaille à domicile en tant que compositeur de musiques de publicité[6].

Pendant que la grossesse suit son cours, Juno lutte contre ce qu’elle ressent pour le père de son enfant, Paulie, qui est amoureux d’elle. Juno semble se comporter de manière indifférente envers Paulie, mais lorsqu’elle apprend qu’il a invité une autre fille au bal de fin d’année, elle se dispute avec lui. Paulie lui rappelle que c’est elle qui souhaitait garder une certaine distance entre eux et lui dit qu’elle lui a brisé le cœur[6].

Peu avant l’accouchement, Juno rend à nouveau visite à Mark. Cette rencontre devient très émotionnelle. Mark lui annonce qu’il va bientôt quitter Vanessa pour trouver un sens à sa vie[6]. Juno est horrifiée par cette révélation, puis elle réalise que Mark est amoureux d’elle. À ce moment-là, Vanessa rentre à la maison et, à sa grande surprise, Mark lui avoue qu’il ne se sent pas prêt à être père[6]. Juno repart en voiture et éclate en sanglots sur le bas-côté de la route. Elle retourne chez les Loring et laisse un mot à la porte avant de s’en aller lorsqu’ils reviennent.

Après une discussion sincère avec son père, Juno admet aimer Paulie. Elle se remet ensuite avec Paulie[7]. Peu après, Juno perd les eaux et se précipite à l’hôpital où elle donne naissance à un petit garçon. Elle n’avait rien dit à Paulie à cause de sa compétition d’athlétisme. Voyant qu’elle n’est pas dans les tribunes, il part en hâte à l’hôpital où il apprend que Juno a déjà accouché[7]. Paulie réconforte Juno, qui pleure.

Vanessa arrive à l’hôpital où elle découvre, heureuse, son fils adoptif. Sur le mur de la nouvelle chambre du bébé, Vanessa a encadré le mot de Juno : « Vanessa, si vous êtes toujours partante, je le suis aussi. — Juno »[C 1],[7]. Le film se termine en été avec Juno et Paulie jouant une chanson à la guitare, puis s’embrassant à la fin du morceau[7].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Photographie en buste d’une très jeune femme souriante, aux yeux bruns et aux cheveux noirs.
Elliot Page (alors appelé Ellen Page, avant sa transition), l’interprète de Juno MacGuff, peu après la sortie du film, en 2007.
Version française[12],[13]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[12] et sur AlloDoublage[13].

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Photographie en buste d’une jeune femme souriante aux cheveux noirs qui regarde l’objectif.
Diablo Cody (ici en 2008) écrit le film à partir de ses propres expériences au lycée.

Diablo Cody est d’abord contactée par le producteur Mason Novick pour écrire un scénario. Ce dernier a signé un contrat d’édition avec elle pour son autobiographie Candy Girl: A Year in the Life of an Unlikely Stripper, après avoir découvert son blog sur le striptease[14]. Il la convainc d’adapter son livre à l’écran, mais lui suggère d’en écrire d’abord un aperçu pour le présenter aux studios ; cet aperçu devient ensuite Juno[14]. Après avoir décidé de se concentrer sur une histoire d’adoption, Cody recueille des histoires de personnes adoptées, de parents biologiques et de parents adoptifs ; parmi ces histoires figure celle de son mari de l’époque, un enfant adopté qui retrouvera sa famille après l’écriture du film[15]. Elle s’inspire également d’une amie proche qui est tombée enceinte au lycée, expérience dont elle réutilise certains éléments dans le film, notamment lorsque Juno passe l’échographie[16],[17]. Toutefois, la majeure partie du film est basée sur les années de lycée de Cody elle-même : elle y a eu une relation avec un amateur de Tic Tac comme l’est Paulie[18], sa meilleure amie était une pom-pom girl comme Leah et elle utilisait un téléphone en forme de hamburger identique à celui du film[14]. Diablo Cody écrit le scénario en sept semaines dans le rayon Starbucks d’un magasin Target de Minneapolis (Minnesota)[19]. La scénariste compare l’acte d’écrire le scénario à celui de respirer, considérant Juno comme un prolongement d’elle-même[20].

Mason Novick envoie le scénario écrit par Cody à son ami Jason Reitman ; après en avoir lu la moitié, Reitman sent que s’il ne réalise pas le film, il va le regretter toute sa vie[19]. Il rencontre dans un premier temps des difficultés à en obtenir la réalisation car son premier long-métrage, Thank You for Smoking (2005), n’est pas encore sorti en salles ; il n’a donc pas encore de long-métrage à son actif[21]. D’autres réalisateurs, dont Jon Poll[22], sont envisagés, mais c’est Jason Reitman qui est finalement choisi. Il s’arrête dans l’écriture de son propre script spéculatif (celui d’In the Air) pour pouvoir réaliser Juno[23].

Diablo Cody confie avoir écrit de façon cynique le scénario : « je ne pensais pas que quelqu’un produirait le film »[C 2],[10],[24]. Son impression est confirmée lorsque la production du film est repoussée à cause de problèmes financiers[24]. Les grands studios hollywoodiens sont réticents à produire le film en raison de son thème controversé, et c’est donc la société de production de John Malkovich, Mr. Mudd, qui reprend le projet[10]. Le coproducteur Jim Miller confie ensuite le film à la société de production Mandate Pictures[25]. Le financement provient des États-Unis[26].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Photographie d’un homme avec un micro à la main, en train de parler en face d’un écran de projection.
Le réalisateur Jason Reitman lors de la présentation du film au festival international du film de Toronto en 2007.

Ayant beaucoup apprécié son travail dans Hard Candy (2005), Reitman choisit Elliot Page (alors appelé Ellen Page, avant sa transition) pour le rôle principal ; il explique à ce sujet que lorsqu’il a lu le scénario pour la première fois, il a imaginé Page dans le rôle de Juno. Le réalisateur lui rend visite sur le plateau du film que Page est en train de tourner pour lui offrir le rôle[27]. Il envoie aussi le scénario à J. K. Simmons, qui a joué dans son précédent film, Thank You for Smoking, sans lui dire qu’il a l’intention de lui donner le rôle de Mac[28]. Après avoir lu le scénario, Simmons lui dit qu’il aimerait jouer dans le film, même pour un rôle sans répliques comme le personnage du professeur[28]. Reitman a d’autres acteurs en tête, dont Olivia Thirlby — qui auditionne d’abord pour le rôle de Juno — et Michael Cera[29]. Il les emmène avec Page et Simmons en Californie pour tourner 45 pages du scénario en 35 mm sur toile de fond noire. Il montre ensuite les rushes à la Fox Searchlight pour leur présenter la distribution initiale[30]. Le réalisateur souligne l’importance de faire un essai à l’écran plutôt que des auditions individuelles : « c’est un film qui parle des relations entre les gens et l’idée de les faire auditionner séparément, en tête-à-tête avec le directeur de casting, n’avait pas de sens »[C 3],[30].

En , Reitman confirme que l’actrice Jennifer Garner, qui a accepté un salaire plus bas que d’habitude pour éviter des dépassements de budget, a rejoint le projet[31],[32]. Garner a travaillé avec l’acteur Jason Bateman sur Le Royaume (The Kingdom, 2007) et le recommande à Reitman lors de leur première rencontre. Bateman passe une audition pour le rôle de Mark et devient le dernier acteur à être engagé[19],[33]. Lucas McFadden, plus connu sous le nom de Cut Chemist, DJ et producteur de musique, fait une apparition dans le film dans le rôle du professeur de chimie. McFadden est en train de travailler sur des musiques pour Reitman lorsque celui-ci reçoit le scénario de Juno et lui demande d’apparaître dans le film[34]. Reitman déclare qu’il est « d’une ironie parfaite »[C 4] que le professeur de chimie soit joué par Cut Chemist[35]. Michael Cera indique que le film est « très influencé par le Canada »[C 5] dans la mesure où de nombreux acteurs du film sont originaires de Vancouver, y compris lui et Page qui sont canadiens[26].

Tournage[modifier | modifier le code]

Photographie de deux bâtiments de deux et trois niveaux, à toit plat.
Le lycée Eric Halber Secondary School à Vancouver (Canada), qui sert de décor pour le lycée fictif Dancing Elk High School.

Doté d’un budget de 6,5 millions de dollars[10], le film est tourné dans et aux alentours de Vancouver en Colombie-Britannique[36], au lieu du Minnesota où le film est censé se situer[37]. Même s’il est fréquent, pour des raisons budgétaires, de réaliser au Canada un film dont l’action se déroule aux États-Unis[38], Reitman insiste sur le fait qu’il a choisi lui-même les lieux de tournage[36]. Ils incluent une maison près de White Rock pour la maison de Vanessa et Mark[39], le lycée Eric Halber Secondary School pour le lycée du film, Dancing Elk High School[40], et la piste d’athlétisme de South Serrey’s[41].

Après quelques répétitions[42], le tournage se déroule de début février à [43] sur un planning de six semaines[36], dont 30 jours consacrés aux prises de vue[39],[41]. L’équipe a d’abord l’intention d’importer de la neige pour les scènes qui se déroulent en hiver mais il neige finalement sur place. Cela permet, selon la deuxième assistante du réalisateur Josy Capkun, d’obtenir des plans de neige beaucoup plus larges que ceux initialement prévus[36]. Le film est tourné sans ordre, à l’exception de la dernière scène qui est prévue pour le dernier jour ; mais après une longue période de pluie, il est envisagé d’arrêter la production et de reprendre quelques mois plus tard pour filmer cette scène qui se déroule en été[41]. Finalement, la pluie fait place au beau temps et la scène peut être tournée[41]. Cette scène finale montre Juno et Paulie en train de chanter Anyone Else But You des Moldy Peaches. Kimya Dawson, membre du groupe, leur rend visite pendant qu’ils s’entraînent à chanter la chanson[44].

Musique[modifier | modifier le code]

Le film inclut plusieurs chansons de Kimya Dawson et de ses groupes Antsy pants et The Moldy Peaches ; c’est Page qui les a suggérées à Jason Reitman, estimant qu’elles conviennent au personnage de Juno[45].

« Elle est allée sur mon ordinateur, a joué les chansons, et je suis tombé amoureux de ça. Diablo et moi avons discuté de la possibilité d’intégrer une chanson des Moldy Peaches dans le film, que les personnages chanteraient. J’ai pris contact avec Kimya Dawson des Moldy Peaches et elle a commencé à m’envoyer son travail, qui était magnifique, et c’est devenu une grande partie de la bande originale »[C 6],[46]

— Jason Reitman

Photographie en gros plan d’une jeune femme en train de chanter.
Kimya Dawson interprète des chansons en solo et des chansons de deux de ses anciens groupes pour la musique du film (photo de 2003).

Reitman se met en contact avec Dawson, qui accepte que ses chansons soient utilisées dans le film après avoir lu le scénario. Elle lui envoie des CD contenant 120 chansons, presque entièrement autoproduites[19]. Dawson indique n’avoir rien écrit en particulier pour Juno : toutes ses chansons ont été écrites et enregistrées avant qu’elle n’ait été contactée pour travailler sur le film[46]. Reitman lui demande de réenregistrer des versions instrumentales, ce qui implique aussi de murmurer par-dessus les paroles de certaines de ses chansons[47]. Il prend aussi contact avec Mateo Messina, un compositeur avec qui il a précédemment travaillé sur Thank You for Smoking, pour élaborer la bande originale du film[47]. Il lui présente les chansons de Kimya Dawson et lui demande de créer « le son du film »[C 7] au moyen d’une partition instrumentale reproduisant la qualité d’enregistrement, le ton, la sensation et l’innocence de sa musique[47]. Messina décide d’intégrer « une guitare acoustique au son bizarre et vraiment libre, comme Juno »[C 8],[48]. Il essaie plusieurs guitares avant de trouver le son recherché avec « Stella », une guitare d’occasion qui appartient au guitariste Billy Katz[48]. Il la décrit comme « plutôt petite, pas très bien accordée, mais avec beaucoup de caractère »[C 9]. Katz est engagé pour jouer la guitare acoustique et classique pour la musique du film et utilise « Stella » à de nombreuses reprises[48].

Page suggère aussi d’intégrer la chanson Sea of Love reprise par Cat Power. Reitman y est d’abord réticent car elle est déjà utilisée dans le film Mélodie pour un meurtre (Sea of Love, 1989), mais il décide finalement que l’inclure va apporter de nouvelles références cinématographiques à son film[47]. Reitman imagine initialement Juno fan de glam rock, idée qu’il rejette ensuite car elle ne lui paraît pas authentique[47]. En effet, il est important pour le réalisateur que Juno soit fan de musique authentique et vraie. Il fait donc d’elle une fan de punk rock, dont The Runaways, Patti Smith et Iggy Pop and the Stooges[49]. Il considère que la chanson Superstar définit bien la relation entre Juno et Mark : dans le film, Juno préfère la version originale de 1971 des Carpenters, tandis que Mark préfère celle reprise par Sonic Youth[47]. Ayant déjà associé A Well Respected Man des Kinks à un personnage d’un autre de ses scénarios, Reitman se sent bouleversé après avoir décidé d’utiliser cette chanson pour présenter Paulie ; il sent malgré tout que la chanson convient parfaitement à la scène[47]. Après avoir cherché sur iTunes pendant des heures en entrant des mots et des noms différents dans le moteur de recherche, il découvre la chanson All I Want is You de Barry Louis Polisar, un chanteur pour enfants ; Reitman estime que sa qualité fait-maison est parfaite pour la chanson d’ouverture[47]. Le jingle Brunch Bowlz, que Mark écrit dans le film, est l’œuvre du compositeur de musique de publicité Chris Corley, avec qui Reitman a précédemment travaillé sur le tournage de publicités pour Walmart[50].

Décors et costumes[modifier | modifier le code]

Le film est divisé selon les saisons[51]. Jason Reitman explique que « cette idée est tombée sous le sens lorsque j’ai lu le scénario, car les saisons reflètent les trois trimestres de la grossesse de Juno »[C 10],[52]. Comme le film est tourné en seulement 30 jours, de la fausse végétation est utilisée pour marquer le changement de saison. Des feuilles marron sont incrustées numériquement sur un faux arbre devant la maison de Juno, tandis que devant chez Leah, un cerisier est retouché pour donner l’impression qu’on est en automne[35]. Un ventilateur est aussi utilisé sur des feuilles pour donner l’illusion qu’elles tombent des arbres, et de fausses fleurs sont utilisées devant la maison de Paulie à la fin du film pour donner l’impression que la scène se déroule en été[35]. Reitman joue aussi avec les couleurs des personnages, comme les uniformes d’athlétisme bordeaux et dorés du lycée Dancing Elk High School ou, plus tôt dans le film, la veste à capuche que Juno porte « tout en marchant dans un univers de verts et de marrons foncés »[C 11],[52].

Diablo Cody est impressionnée par les décors réalisés à partir de quelques phrases du scénario ; elle décrit la chambre de Juno comme un « décor très émouvant [pour moi] car il me rappelle beaucoup la chambre que j’avais quand j’étais adolescente »[C 12],[53]. Les murs de la chambre de Juno sont recouverts de posters de groupes de musique, tandis que la chambre de Leah est remplie de posters d’hommes plus âgés qu’elle trouve attirants ; quant à Paulie, sa chambre est décorée de manière enfantine pour rappeler son innocence[35]. Steve Saklad, le chef décorateur, crée la maison de Mark et Vanessa en supposant que « Vanessa a sûrement dû lire tous les magazines d’intérieur et essayé de copier ce qu’elle y a vu du mieux qu’elle a pu »[C 13],[52]. La chef costumière Monique Prudhomme décide d’habiller Vanessa de vêtements « simples et de bon goût »[C 14] mais « très méticuleux »[C 15], tandis qu’elle donne un style plus classique à Mark pour compléter les goûts de Vanessa[52]. Monique Prudhomme a été nommée aux Costume Designers Guild Awards dans la catégorie « meilleurs costumes pour un film contemporain » pour son travail sur le film[54]. C’est Page qui suggère que Juno porte des chemises en flanelle et des gilets sans manche[10]. Page doit aussi porter deux faux ventres attachés dans le dos comme un corset, un troisième « vrai » ventre que l’on voit pendant l’échographie de Juno[55] et plusieurs couches de fausses poitrines[56]. Les images aperçues sur l’écran pendant l’échographie sont celles du fils du designer sonore Scott Sanders, images qui sont intégrées à la scène en postproduction[52],[57].

Générique d’introduction[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Lien vers une capture d’écran du générique du film. Pour des questions de droit d’auteur, sa reproduction n’est pas autorisée sur la version francophone de Wikipédia.

Le générique d’introduction de Juno met en scène le personnage comme dans un dessin animé, se baladant dans la ville avec une bouteille de Sunny Delight à la main[58]. Il faut sept à huit mois[35] au petit studio de Shadowplay, basé à Los Angeles, pour le réaliser[58]. Jason Reitman avait rencontré le cofondateur du studio, Gareth Smith, au Japon, sur le circuit des festivals de courts métrages où ils présentaient chacun un film[58]. Shadowplay a réalisé le générique du film précédent de Reitman, Thank You for Smoking, et le réalisateur les a à nouveau contactés lorsqu’il a appris qu’il allait réaliser Juno[59]. Avec pour inspiration des posters vintage punk rock des années 1970, Gareth Smith et l’artiste Jenny Lee décident de créer un générique qui « a de la consistance et du mordant, mais qui transmet aussi la chaleur du scénario »[C 16],[60]. Pendant les derniers jours de tournage à Vancouver[60], ils photographient Page en train de marcher sur un tapis de course et de boire du Sunny Delight avec une caméra haute vitesse et sous plusieurs angles différents[58]. 900 photos de Page sont imprimées et passées plusieurs fois dans une photocopieuse Xerox pour altérer leur qualité jusqu’à ce qu’elles semblent avoir été dessinées à la main[59]. Les images sont découpées, scannées puis incrustées sur l’arrière-plan dessiné par Jenny Lee grâce à un logiciel de compositing[58] pour créer une animation en volume correspondant à All I Want is You de Barry Louis Polisar, la chanson que Reitman a choisie[47]. Shadowplay crée aussi les titres des saisons du film[35], la police d’écriture pour le générique d’introduction et de fin et collabore sur le design de la bande originale du film et le DVD[60].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Music from the Motion Picture Juno

Bande originale de divers artistes
Sortie
Enregistré 2004–2007
Durée 46:42
Genre Rock indépendant
Musique de film
Label Rhino Records
Critique

La bande originale de Juno, Music from the Motion Picture Juno, sort le et comprend dix-neuf chansons de Barry Louis Polisar, Belle and Sebastian, Buddy Holly, Cat Power, The Kinks, Mott the Hoople, Sonic Youth et The Velvet Underground, et surtout Kimya Dawson et ses anciens groupes The Moldy Peaches et Antsy Pants[62]. Sous le label Rhino Entertainment, elle devient la première bande originale à se classer à la première place du Billboard 200 américain depuis la bande originale de Dreamgirls et la première bande originale de 20th Century Studios à le faire depuis celle de Titanic[63].

Rhino annonce en que l’album Juno B-Sides: Almost Adopted Songs serait disponible en version numérique uniquement, un deuxième volume de chansons qui ont été envisagées pour le film mais qui n’y ont pas été incluses[64]. Les quinze titres comprennent des chansons d’artistes déjà présents sur la bande originale, comme Kimya Dawson, Barry Louis Polisar, Belle and Sebastian et Buddy Holly, mais aussi Astrud Gilberto, The Bristols, Jr. James & The Late Guitar, Los Panchos et Yo La Tengo. La chanson Zub Zub, écrite par Diablo Cody et interprétée par Page dans une scène supprimée, y est également incluse[64]. Rhino sort une édition Deluxe le , qui comprend la bande originale et les faces B dans un coffret de deux disques, ainsi que des storyboards du film et des notes d’accompagnement de Reitman[65]. Les personnages de Page et de Bateman interprètent aussi une version acoustique de Doll Parts de Hole dans le film, bien que la chanson ne figure pas sur la bande originale[66].

Liste des morceaux[61]
No TitreInterprète(s) Durée
1. All I Want Is YouBarry Louis Polisar 2:37
2. My RollercoasterKimya Dawson 0:53
3. A Well Respected ManThe Kinks 2:43
4. DearestBuddy Holly 1:54
5. Up The SpoutMateo Messina 0:53
6. Tire SwingKimya Dawson 3:07
7. Piazza, New York CatcherBelle and Sebastian 3:01
8. Loose LipsKimya Dawson 2:24
9. SuperstarSonic Youth 4:06
10. SleepKimya Dawson 0:52
11. ExpectationsBelle and Sebastian 3:35
12. All The Young DudesMott the Hoople 3:35
13. So Nice So SmartKimya Dawson 2:47
14. Sea Of LoveCat Power 2:20
15. Tree HuggerKimya Dawson & Antsy pants 3:14
16. I'm Sticking With YouThe Velvet Underground 2:29
17. Anyone Else But YouThe Moldy Peaches 2:58
18. VampireAntsy pants 1:20
19. Anyone Else But YouMichael Cera et Elliot Page[a] 1:56
46:42

Accueil et sortie[modifier | modifier le code]

Sortie au cinéma[modifier | modifier le code]

Juno est présenté en avant-première le au Festival du film de Telluride[67],[68], puis projeté une semaine plus tard au Festival international du film de Toronto où il est ovationné. Roger Ebert déclare à ce sujet : « je ne me souviens pas d’avoir entendu une si longue, si forte, si chaleureuse ovation »[C 17],[69]. Le film est ensuite présenté au Festival du film d’Austin, au Festival international du film de Rome, au Festival du film de Londres, au Festival du Film des Bahamas, au Festival international du film de St. Louis, au Festival international du film de Stockholm, au Festival international du film de Thessalonique, au Festival international du film de Gijón, au Festival international du film de Palm Springs et au Festival international du film de Rotterdam et gagne de nombreux prix[70],[71],[72],[73],[74].

Juno doit initialement sortir en salles le , mais sa sortie est avancée afin de profiter des bonnes critiques et de l’engouement autour du film[75]. Il sort dans certaines salles de cinéma le , dont sept salles à Los Angeles et New York[76]. Juno sort dans 13 villes supplémentaires le , dans 17 autres villes une semaine plus tard, puis il connaît une sortie nationale le [76].

Promotion[modifier | modifier le code]

Photographie d’une forme de hamburger entrouvert laissant apparaître le clavier d’un téléphone jaune.
Le téléphone en forme de hamburger, utilisé dans le film et vendu comme produit dérivé en 2007.

Anthony Breznican de USA Today déclare dans un article de 2008 que la sortie de Juno a été « orchestrée de manière à ce qu’il devienne un film apprécié des cinéphiles grâce au bouche-à-oreille »[C 18],[77]. Après la sortie de Juno, la Fox Searchlight envoie des téléphones en forme de hamburger aux journalistes et aux critiques pour les inciter à faire une critique du film[78]. Bien que les téléphones soient à l’origine distribués en petit nombre aux spectateurs assistant aux événements promotionnels, des sociétés non-affiliées à la Fox Searchlight commencent à vendre des téléphones sur eBay et d’autres magasins en ligne[79],[80]. Le mois suivant la sortie du film, les ventes de ce téléphone augmentent de 759 %[80]. L’objet est cité dans la liste des « 10 cadeaux les plus sympas à offrir pour les cinéphiles » établie par Entertainment Weekly en 2007[81].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Juno
Score cumulé
SiteNote
Metacritic81/100[c],[82]
Rotten Tomatoes94 %[d],[83]
Allociné3.9 étoiles sur 5[e],[84]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
The Guardian5.0 étoiles sur 5[85]
Chicago Sun-Times4/4 étoiles[86]
Rolling Stone3.5/4 étoiles[87]
Télérama3.0/4 étoiles[88]
Première4.0 étoiles sur 5[89]

Dans la presse anglophone[modifier | modifier le code]

Le film bénéficie d’excellentes critiques, avec notamment 94 % d’avis positifs et une note moyenne de 8,1010 sur le site Rotten Tomatoes[d],[83]. Le consensus critique du site est le suivant : « L’une des comédies les plus brillantes et les plus drôles de l’année, le scénario et la réalisation intelligents de Juno s’accompagnent de performances convaincantes, au service d’une histoire de passage à l’âge adulte adaptée au XXIe siècle »[C 19],[83]. Juno est aussi la comédie la mieux notée sur le site en 2007[90]. Metacritic accorde au film une moyenne de 81 sur 100, score basé sur 38 critiques[82].

Peter Bradshaw du Guardian accorde cinq étoiles à Juno, dont il vante « la très belle performance d’Ellen Page et le scénario drôle de Cody, qui traite le sujet du statut social avec finesse et compassion »[C 20],[85]. Bien qu’il reconnaisse que le film « néglige d’approuver l’avortement, ou de refléter le fait que cette option est la plus raisonnable dans la vie réelle »[C 21], il estime que « Juno n’est pas le produit d’une culture anti-avortement, mais d’une culture qui considère l’avortement comme acquis »[C 22],[85]. Roger Ebert du Chicago Sun-Times décerne quatre étoiles sur quatre au film[86], qu’il place à la première place de sa liste annuelle des meilleurs films[91]. Le critique salue la prestation de Page ainsi que la rigueur du scénario, « sans scènes superflues »[C 23],[86]. Lou Lumenick du New York Post fait quant à lui l’éloge de la prestation de Page, du scénario « hilarant, mais aussi plein de sagesse et de cœur »[C 24] et de la « réalisation impeccable de Jason Reitman »[C 25],[92]. Il qualifie le film de « montagne russe émotionnelle qui m’a non seulement fait rire aux éclats, mais surtout pleurer à la fin »[C 26],[92]. Pour Claudia Puig du quotidien USA Today, « l’histoire captivante, associée à la personnalité excentrique du personnage principal, en fait un film plein de vitalité et de cœur, sans tomber dans la désinvolture ou le sentimentalisme »[C 27],[93]. Elle salue aussi les prestations de l’ensemble des acteurs et la qualité des dialogues écrits par Cody[93]. Peter Travers de Rolling Stone est aussi conquis par le film, auquel il décerne 3,5 étoiles sur 4[87]. Le critique fait l’éloge de la performance de Page, qui possède selon lui « le rare don d’être à la fois brutale et drôle »[C 28],[87].

D’autres critiques de Juno sont plus mitigées, comme celle de David Edelstein du magazine New York[94]. Celui-ci estime que le film cherche désespérément à être « un film qui rend les adolescents branchés, qui leur donne envie d’utiliser le même argot et de s’arracher la bande-son »[C 29],[94]. Le critique musical Jim DeRogatis reproche au film ses dialogues stylisés, ainsi que son approche désinvolte de l’avortement et de la naïveté de Juno lors de sa grossesse : « en tant que féministe de la vieille école, père d’une fille bientôt adolescente, journaliste qui parle régulièrement à de vrais adolescents dans le cadre de son travail et simple cinéphile, j’ai détesté, détesté, détesté ce film »[C 30],[95].

Le film est classé 463e dans la liste des 500 meilleurs films de tous les temps établie par le magazine Empire en 2008[96]. Juno MacGuff est également classé au 56e rang dans la liste des 100 plus grands personnages de films de tous les temps du même magazine[97]. En , Paste classe le film parmi les 50 meilleurs films de la décennie (2000-2009), au 15e rang[98]. En , Entertainment Weekly désigne Juno comme l’un des 100 plus grands personnages des 20 dernières années[99].

Dans la presse française[modifier | modifier le code]

L’accueil critique est également positif en France : le site Allociné propose une moyenne de 3,95 à partir de l’interprétation de 25 critiques de presse[84]. Thomas Sotinel du Monde fait l’éloge du personnage principal, Juno, qu’il qualifie de « plus joli personnage féminin que l’on ait vu depuis longtemps »[100]. Il apprécie également le « dosage très précis de grossièreté et de sophistication qui fait de ce film un plaisir presque constant », prenant pour exemple le dialogue entre Juno et le caissier de la supérette où elle se fournit en test de grossesse[100].

Cécile Mury de Télérama salue quant à elle l’écriture des personnages, à commencer par Juno, qui « rayonne dès la première image »[88]. Elle compare ce « petit miracle bavard et bravache » au personnage de Zazie du roman Zazie dans le métro de Raymond Queneau[88]. Elle se réjouit aussi la façon dont le réalisateur évite les clichés, parvenant à « à donner chair et vie à des personnages et à un milieu trop souvent réduit à une caricature misérabiliste »[88]. Pour Julien Welter de Première, Juno « n’évite aucune situation délicate mais sait les rendre attachantes grâce à un humour tendre et dévastateur »[89]. Le critique loue aussi le scénario de Cody pour son ton « à la fois réaliste et fantasque »[89]. Charlotte Moreau du Parisien affirme quant à elle que Juno « recèle des trésors de fantaisie et de tendresse à 0 % de mièvrerie »[101]. Elle qualifie le film de « croisement d’un Little Miss Sunshine et d’un Garden State »[101].

Moins enthousiaste, Philippe Azoury de Libération écrit : « Prenez une gosse casse-pieds, une situation loufoque, saupoudrez le tout de références cool […], glissez quelque part un boyfriend à l’allure de geek […], remuez le tout et servez en vous bardant de slogans humanistes du type « on rit, on pleure, que demander de plus ? », faites fuser les jeux de mots du tac au tac, achevez l’affaire avec une morale sympa qui dit tout et son contraire, et roulez jeunesse. Ou plutôt, par ici la monnaie. Le hold-up du mois »[102].

Classements[modifier | modifier le code]

Juno apparaît dans plusieurs classements des meilleurs films de l’année établis par des critiques ou des équipes de critiques :

Box-office[modifier | modifier le code]

Comme Juno ne sort que dans sept cinémas à Los Angeles et à New York, le film ne réalise qu’un bénéfice de 420 113 $ durant sa première semaine d’exploitation[76]. Une fois sorti dans un nombre plus important de salles, le film devient le premier de la Fox Searchlight à dépasser les 100 millions de dollars au box-office nord-américain[111]. Peter Rice, président de la société, déclare alors qu’il a dépassé toutes leurs attentes[111]. Juno rapporte 143 millions de dollars aux États-Unis et plus de 88 millions de dollars dans le reste du monde, pour un total de 232 millions de dollars de recettes mondiales[112]. Le succès du film permet d’afficher une rentabilité à 9 256 % par rapport à son budget[113]. Juno constitue également le plus gros succès commercial parmi les cinq films nommés à l’Oscar du meilleur film lors de la 80e cérémonie des Oscars[114].

En France, Juno démarre à la sixième place du box-office lors de sa première semaine d’exploitation avec 182 134 entrées pour une combinaison de 149 copies[115]. La semaine suivante, avec une combinaison de 166 copies, le film recule à la huitième place, réalisant 184 565 entrées, pour un total de 366 699 entrées cumulées sur le territoire français[116]. Le long-métrage se maintient à la huitième place la semaine suivante et enregistre 152 758 entrées, pour un cumul de 519 457 entrées[117]. Malgré sa chute de semaine en semaine de la huitième à la dixième place[118],[119],[120] pour bientôt quitter le top 20 des meilleures entrées en France du moment[121],[122], Juno finit son exploitation dans les salles françaises avec 873 420 entrées, obtenant un succès surprise[113],[123].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis[112] 143 495 265 USD 28
Drapeau des États-Unis États-Unis
(ventes de DVD)[124]
59 530 594 USD
(3 267 000 unités)
15
Drapeau de la France France[125] 875 109 entrées 19
Alt=Image de la Terre Mondial[124] 231 450 102 USD -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 2007 et 2009, Juno remporte 54 récompenses et obtient 39 autres nominations[126]. Lors de la 80e cérémonie des Oscars, le film est nommé dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur pour Jason Reitman, meilleure actrice pour Elliot Page[a] et meilleur scénario original pour Diablo Cody, seule catégorie que le film remporte[127].

Aux Golden Globes, Juno est nommé dans les catégories du meilleur film musical ou de comédie, meilleure actrice dans un film musical ou une comédie pour Page et meilleur scénario pour Cody, sans l’emporter dans aucune d’entre elles[128].

Lors de la 61e cérémonie des British Academy Film Awards, le film est nommé à deux reprises et remporte le prix du meilleur scénario original pour Cody[129]. La scénariste remporte de nombreux autres prix, dont un Satellite Award, un Critics' Choice Movie Award, un Writers Guild of America Award et un Film Independent's Spirit Awards[130],[131],[132],[133],[134].

Non-éligibilité aux prix Génie[modifier | modifier le code]

En 2008, Reitman déplore la non-éligibilité de Juno aux prix Génie, des récompenses cinématographiques canadiennes :

« Il s’agit d’un réalisateur canadien, d’acteurs canadiens, d’une équipe canadienne, d’un tournage au Canada. Comment se fait-il que nous ne soyons pas éligibles pour un prix Génie alors que le film de David Cronenberg [Les Promesses de l’ombre] sur des Russes vivant à Londres, tourné en Angleterre avec une équipe et des acteurs britanniques, l’est ? Je suis désolé, mais il va falloir que quelqu’un m’explique cela. »[C 31],[135]

Sara Morton, directrice de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, qui décerne les prix Génie, publie par la suite un communiqué expliquant que le film n’a jamais été soumis à l’examen des prix Génie par son studio[136]. Le Hollywood Reporter explique que les règles des prix Génie définissent les films canadiens comme ceux qui sont financés au moins en partie par des sociétés canadiennes ; or, étant donné que les sociétés américaines Mandate Pictures et Fox Searchlight sont les seules à financer le film, Juno n’est pas admissible[136]. Néanmoins, Chris McDowall, porte-parole des prix Génie, déclare que si le film n’a pas été évalué pour son éligibilité puisqu’il n’a pas été soumis, « le financement est l’un des critères, mais ce n’est pas tout »[C 32],[136]. Malgré cela, le film est nommé aux Canadian Comedy Awards 2008, obtenant deux prix sur trois nominations[137],[138].

Principales récompenses[modifier | modifier le code]

Seules les récompenses principales sont notées ici. Pour une liste exhaustive, se référer à la page Awards du film sur l’Internet Movie Database[126]. Les récompenses concernant Elliot Page lui étant adressées avant sa transition, elles sont au nom d’Ellen Page, dans des catégories concernant les actrices.

Principales nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Seules les récompenses principales sont notées ici. Pour une liste exhaustive, se référer à la page Awards du film sur l’Internet Movie Database[126]. Les récompenses concernant Elliot Page lui étant adressées avant sa transition, elles sont au nom d’Ellen Page, dans des catégories concernant les actrices.

Sortie en vidéo[modifier | modifier le code]

Le film sort le en DVD et Blu-ray chez 20th Century Studios Home Entertainment dans la zone 1[157]. Il est disponible dans une édition simple à un disque, qui contient notamment le commentaire audio de Jason Reitman et de Diablo Cody, onze scènes coupées, un bêtisier et des essais caméra[157],[158]. L’édition collector en deux disques inclut les mêmes bonus en plus de quatre documentaires exclusifs : Way Beyond 'Our' Maturity Level: Juno – Leah – Bleeker, Diablo Cody Is Totally Boss, Jason Reitman For Shizz et Honest To Blog! Creating Juno[157]. Le deuxième disque de cette édition est une version du film cryptée par DRM pour les lecteurs portables[157]. Le Blu-ray contient en plus de ces suppléments deux documentaires exclusifs : Fox Movie Channel Presents: Juno World Premiere et Fox Movie Channel Presents: Casting Session[157]. En France, Juno sort le en DVD et le en Blu-ray chez 20th Century Fox[158],[159],[160].

Analyse[modifier | modifier le code]

« On peut le voir comme un film qui célèbre la vie et l’accouchement, ou comme un film sur une jeune fille libérée qui fait le choix de continuer à l’être. On peut aussi le voir comme une sorte d’histoire d’amour tordue, une méditation sur la maturité. »[C 33],[52]

— Diablo Cody

Avortement[modifier | modifier le code]

À l’image de En cloque, mode d’emploi (Knocked Up) et Waitress, deux autres films sur des femmes confrontées à des grossesses non désirées sortis en 2007, Juno a été interprété par certains critiques comme un film anti-avortement[16],[51]. Ann Hulbert du magazine Slate le juge « à la fois pro-vie et pro-choix »[C 34],[161]. Jeff Dawson du Sunday Times considère quant à lui que le film fait partie du « sous-genre des grossesses non désirées »[C 35] comme En cloque, mode d’emploi et Waitress, deux autres films traitant de grossesses imprévues ; il concède néanmoins que l’interpréter comme un film anti-avortement ne fait que « brouiller les pistes »[C 36],[16]. Hadley Freeman du Guardian reproche à Juno d’avoir « conclu la série de comédies américaines sorties au cours des douze derniers mois qui présentent l’avortement comme déraisonnable, voire impensable — un signe social révélateur »[C 37],[162]. Elle précise toutefois : « je ne crois pas qu’aucun de ces films soit consciemment réalisé pour faire de la propagande anti-avortement »[C 38],[162]. A. O. Scott du New York Times convient que Juno comporte « un thème sous-jacent, un message qui véhicule non pas l’anti-avortement mais plutôt la pro-maturité »[C 39],[163]. Page déclare : « ce qui me frustre le plus, c’est quand les gens disent que le film est pro-vie, ce qui est complètement absurde… La chose la plus importante est qu’on a le choix, et le film le démontre parfaitement »[C 40],[164]. Cody et Page ont ouvertement dit être en faveur du droit à l’avortement[20],[165], tandis que Jason Reitman s’est dit ravi que les mouvements pro-vie et pro-choix adhèrent au film[19] : « Juno est comme un miroir où les gens [des deux côtés] se retrouvent »[C 41],[166].

Féminisme[modifier | modifier le code]

D’autres critiques considèrent Juno comme un film féministe en raison du portrait atypique de Juno, une adolescente confiante et intelligente[51]. Wesley Morris du Boston Globe estime que « Juno offre aux filles cool et intelligentes quelque chose qu’elles voient rarement dans un film : elles-mêmes »[C 42],[167]. L’antiféministe Phyllis Schlafly affirme que le thème de Juno « n’est ni l’amour, ni le respect pour la vie, mais le triomphe de l’idéologie féministe, c’est-à-dire l’inutilité des hommes, en particulier des pères »[C 43],[168]. La scénariste Diablo Cody déclare à propos du film que « les femmes sont intelligentes, drôles, vives, et je voulais montrer que ces filles sont humaines et pas les adolescentes stéréotypées que nous voyons souvent à la télé »[C 44],[169] ; elle ajoute qu’« il manquait des personnages de vraies adolescentes […] J’ai vu l’écriture de ce scénario comme étant l’opportunité de créer une femme emblématique »[C 45],[10]. Elliot Page (alors appelé Ellen Page, avant sa transition) fait l’éloge du film pour sa description positive des adolescentes, qualifiant le personnage de Juno de « vraie bouffée d’air frais, ouvrant de nouvelles possibilités aux jeunes filles »[C 46],[164], le jugeant « honnête mais original, complètement dépourvu de stéréotype »[C 47],[169]. Pour Page, « les jeunes filles n’ont jamais eu affaire à ce type de personnage auparavant. Nous n’avons pas notre Attrape-cœurs »[C 48],[10]. Page critique également la vision qu’ont les médias de son personnage, qu’ils décrivent comme une « femme forte »[C 49], et soutient que si Juno avait été un homme, sa force n’aurait pas été considérée comme remarquable[44]. Au sujet du personnage de Vanessa, Jason Reitman indique qu’il était intéressé par son conflit personnel et politique : « le féminisme [lui] a permis de faire carrière, mais en fin de compte, elle désire être une mère à plein temps »[C 50],[170].

Postérité[modifier | modifier le code]

L’« effet Juno »[modifier | modifier le code]

En 2008, après que 17 lycéennes de moins de 16 ans sont tombées enceintes, le Time nomme ce phènomène l’effet Juno[171]. Le magazine affirme que certains adultes nient les statistiques qui pour eux sont une donnée aberrante, tandis que d’autres accusent les films comme Juno et En cloque, mode d’emploi de rendre la grossesse à l’adolescence glamour[171]. Pour Kristelle Miller, professeur de psychologie de l’adolescence à l’université du Minnesota à Duluth, « l’effet Juno montre comment médias glorifient, glamourisent la grossesse et combien […] celle-ci permet d’effacer les problèmes du passé »[C 51],[172].

En , John McCain, candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, désigne Sarah Palin comme sa colistière au poste de vice-présidente des États-Unis advenant son élection[173]. Il est alors révélé que la fille de Palin, Bristol, âgée de 17 ans, est enceinte, à la suite d’une liaison hors-mariage avec un adolescent[174],[175], ce qui pousse certains journalistes conservateurs à comparer Bristol à Juno[176],[177]. L’éditorialiste Leon Wieseltier de la New Republic note que « les républicains voulaient une nouvelle conversation, et ils l’ont eue. Juno à Juneau ! »[C 52],[176]. Roger Friedman, de Fox News, s’interroge : « Juno a simultanément bafoué et validé les valeurs conservatrices. La question est de savoir si le public va se rallier à Bristol Palin comme il l’a fait pour Juno. Ou bien la rejettera-t-il car c'est elle qui s’est mise dans cette situation en premier lieu ? »[C 53],[177]. L’acteur Jason Bateman défend quant à lui le film, déclarant que « malheureusement, on a des exemples comme ceux-ci où des types tuent des gens à cause des paroles de morceaux de rock 'n' roll. Franchement, si vous voulez rendre les films et les chansons responsables de vos actions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, je pense que vous vous trompez de modèles. Je pense que les gens devraient chercher des leçons et des conseils dans d’autres domaines de leur vie, notamment auprès de leurs parents, de leurs professeurs, de leurs amis ou de qui que ce soit. C’est probablement là que vous devriez vous diriger »[C 54],[178].

Amy Benfer, du site web Salon, écrit en 2010 que selon les chiffres publiés par les centres pour le contrôle et la prévention des maladies, les taux de grossesse pour l’ensemble des adolescentes ont baissé de 2 % entre 2007 et 2008[179]. Cela signifie que « la légère hausse des taux de grossesse chez les adolescentes entre 2005 et 2006 est probablement juste une anomalie, et non une tendance abjecte provoquée par la culture pop »[C 55] ; elle ajoute que s’il y avait eu un « effet Juno », il aurait fait baisser, et non pas croître, le nombre de grossesses[179]. Elle critique les partisans de cette théorie, qui croient selon elle que les adolescents « perdent soudain toute capacité à apprécier les nuances ou le contexte de la situation particulière de cette femme, et établissent au contraire une sorte de relation de cause à effet grossière »[C 56] et qu’« en parlant des filles enceintes, et surtout en osant en dépeindre certaines comme ordinaires, voire sympathiques, nous aurions une augmentation du nombre de naissances chez les adolescentes »[C 57],[179]. Elle conclut que « la représentation des parents adolescents n’est pas forcément glamour, mais plutôt humaine […]. Donc, maintenant que nous pouvons affirmer clairement qu’une représentation réaliste de la vie du minuscule pourcentage de filles qui tombent enceintes ne contaminera pas nécessairement les autres, arrêtons de nous inquiéter et demandons-nous comment nous pouvons apporter notre aide »[C 58],[179].

Lois anti-avortement aux États-Unis[modifier | modifier le code]

À la lumière de la loi anti-avortement de Géorgie adoptée en , interdisant l’avortement au-delà de six semaines, Diablo Cody déclare qu’elle n’aurait pas écrit Juno maintenant que les gens le perçoivent comme un film anti-choix[180].

En 2022, alors que la Cour suprême américaine révoque la protection constitutionnelle du droit à l’avortement dans son arrêt Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, Diablo Cody explique qu’elle n’aurait jamais imaginé que ce droit puisse être retiré[181]. Elle indique qu’elle n’a pas souhaité faire un film politique : l’avortement, selon le réalisateur Jason Reitman, s’apparente plus au cadre où se déroule l’action plutôt que le centre de l’intrigue[182]. Alors qu’elle ne s’était pas exprimée à ce sujet après la sortie du film, Cody affirme être résolument pro-choix[182],[183] ; la scénariste explique que sa vision de l’avortement a été largement influencée par son éducation religieuse, qui lui a transmis une vision très négative de l’IVG[181]. Cody se dit « horrifiée »[C 59] que Juno puisse être interprété comme un film anti-avortement[181] et précise qu’elle aurait tourné la scène dans la clinique d’une autre manière si elle avait su que le droit à l’avortement serait menacé aux États-Unis[4].

Promotion du film[modifier | modifier le code]

Dans un essai pour le magazine Esquire, Elliot Page est revenu sur la promotion du film, traumatisante pour lui[184]. L’acteur explique avoir été forcé à porter une robe et non un costume comme il le souhaitait : « Je leur avais dit que je voulais porter un costume, et Fox Searchlight m’a dit “non, tu dois porter une robe”. Et ils m’ont emmené en vitesse dans une boutique chic de Bloor Street. Ils m’ont fait porter une robe, et… voilà. Pendant ce temps, pendant toute la promotion du film, Michael Cera était en pantalon et en baskets »[C 60],[184],[185]. Il ajoute : « J’aimerais que les gens comprennent que ça a littéralement failli me tuer »[C 61],[184],[186].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Juno (film) » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d Crédité sous le nom d’Ellen Page ; Juno est sorti avant que Page ne fasse son coming out en tant que personne transgenre et non binaire[1].
  2. Le titre provisoire a été changé pour ne pas être confondu avec le film Junebug avec Amy Adams, sorti en 2005[8].
  3. Moyenne réalisée sur 38 critiques.
  4. a et b Moyenne réalisée sur 216 critiques.
  5. Moyenne réalisée pour 25 titres de presse.
  6. Ex-aequo avec Bella.
  7. Ex-aequo avec En cloque, mode d’emploi (Knocked Up) et SuperGrave (Superbad).
  8. Ex-aequo avec En cloque, mode d’emploi (Knocked Up).
  9. Récompensé également pour son rôle dans SuperGrave (Superbad, 2007).
  10. En tant que scénariste.
  11. a b c et d Nommé également pour son rôle dans SuperGrave (Superbad, 2007).

Citations originales[modifier | modifier le code]

Les traductions des citations sont des traductions libres, parfois réalisées avec l’aide de services de traduction dont Google Traduction ou DeepL.
  1. (en) « Vanessa: If you're still in, I'm still in. —Juno ».
  2. (en) « I didn't ever think this film would be produced ».
  3. (en) « This is a movie that's all about relationships and the idea of auditioning people outside of each other, one-on-one with the casting director, didn't make sense ».
  4. (en) « perfect irony ».
  5. (en) « a lot of Canadian influence ».
  6. (en) « She went on my computer, played the songs, and I fell in love with it. Diablo and I discussed putting a Moldy Peaches song in it where the characters would sing to each other. I got in touch with Kimya Dawson of The Moldy Peaches and she started sending me her work, which was beautiful, and that became a lot of the soundtrack ».
  7. (en) « the sound of the film ».
  8. (en) « acoustic guitar feel that was jangled and was really loose, like Juno ».
  9. (en) « kind of tinny, not perfectly in tune, but [it] has all kinds of character ».
  10. (en) « really resonated with me when I read it, because they mirror the three trimesters of Juno's pregnancy ».
  11. (en) « walking through a world of somber greens and browns ».
  12. (en) « a very emotional set for [me] because it reminded me so much of my own little habitat when I was a teenager ».
  13. (en) « Vanessa has probably read every home magazine and tried to copy what's in them as best she could ».
  14. (en) « simple and very tasteful ».
  15. (en) « anal-retentive quality ».
  16. (en) « had texture and a little bit of edge, but also imparted the warmth and heart of the screenplay ».
  17. (en) « I don't know when I've heard a standing ovation so long, loud and warm ».
  18. (en) « orchestrated to start off as word-of-mouth favorites among devoted moviegoers ».
  19. (en) « One of the brightest, funniest comedies of the year, Juno's smart script and direction are matched by assured performances in a coming of age story with a 21st century twist ».
  20. (en) « Ellen Page's lovely performance and […] Cody's funny script, which treats the subject of status with shrewdness and compassion ».
  21. (en) « neglecting to endorse abortion, or to reflect that this is the option that is the most tenable in real life ».
  22. (en) « Juno is not the product of an anti-abortion culture, but one which has taken abortion for granted ».
  23. (en) « no extra scenes ».
  24. (en) « hilarious but knowing and big-hearted script ».
  25. (en) « sure-footed direction by Jason Reitman ».
  26. (en) « emotional roller coaster that not onlyad me doubled over in laughter but, more importantly, crying at the end ».
  27. (en) « The engaging story, coupled with the character's likable quirkiness, makes for a film bristling with vitality and heart, without resorting to glibness or sentimentality ».
  28. (en) « rare knack of being brutal and funny simultaneously ».
  29. (en) « a movie that confers hipness on teens, that makes kids want to use the same slang and snap up the soundtrack ».
  30. (en) « As an unapologetically old-school feminist, the father of a soon-to-be-teenage daughter, a reporter who regularly talks to actual teens as part of his beat and a plain old moviegoer, I hated, hated, hated this movie ».
  31. (en) « It's a Canadian director, Canadian stars, Canadian cast, Canadian crew, shot in Canada—how are we not eligible for a Genie when David Cronenberg's film [Eastern Promises] about Russians living in London shot in England with a British crew and British cast is eligible? I'm sorry, but somebody is going to have to explain that to me ».
  32. (en) « Financing is one of the criteria, but it's not everything ».
  33. (en) « You can look at it as a film that celebrates life and celebrates childbirth, or you can look at it as a film about a liberated young girl who makes a choice to continue being liberated. Or you can look at it as some kind of twisted love story, you know, a meditation on maturity ».
  34. (en) « [undercut] both pro-life and pro-choice purism ».
  35. (en) « unwanted pregnancy subgenre ».
  36. (en) « muddied the waters ».
  37. (en) « complet[ing] a hat-trick of American comedies in the past 12 months that present abortion as unreasonable, or even unthinkable—a telling social sign ».
  38. (en) « I don't believe any of these films is consciously designed to be anti-abortion propaganda ».
  39. (en) « an underlying theme, a message that is not anti-abortion but rather pro-adulthood ».
  40. (en) « What I get most frustrated at is when people call it a pro-life movie, which is just absurd… The most important thing is the choice is there, and the film completely demonstrates that ».
  41. (en) « Juno seems to be a mirror, and people [on both sides] see themselves in it ».
  42. (en) « Juno serves cool, intelligent girls something they rarely see in a movie: themselves ».
  43. (en) « isn't love, romance, or respect for life, but the triumph of feminist ideology, i.e., the irrelevancy of men, especially fathers ».
  44. (en) « Women are clever, women are funny, women are sharp, and I wanted to show that these girls were human and not the stereotypical teenage girls that we often see in the media ».
  45. (en) « There was a lack of authentic teen girl characters … I saw writing this screenplay as an opportunity to create an iconic female ».
  46. (en) « really refreshing and allow[ing] for new possibilities in what young women can be ».
  47. (en) « honest but original, completely devoid of stereotype ».
  48. (en) « Girls haven't had that sort of character before. We don't have our Catcher in the Rye ».
  49. (en) « strong woman ».
  50. (en) « Feminism has paved the way for Vanessa's career, but ultimately Vanessa wants to be a full time mother ».
  51. (en) « [t]he 'Juno effect' is how media glamorizes pregnancy and how […] pregnancy is also redemptive of any past problems ».
  52. (en) « The Republicans wanted a new conversation, and they got one. Juno in Juneau! ».
  53. (en) « Juno at once violated and vindicated conservative values. The question is, will the public rally 'round Bristol Palin the way it did Juno? Or will it reject her for getting in this situation in the first place? ».
  54. (en) « Unfortunately, we've had these instances where guys kill people because of what they hear in rock 'n roll lyrics or some garbage like that. Look, if you're going to blame a movie or song for your actions, whether they be good or bad, I think you're looking at the wrong things to influence your life. I think people should look to other areas of their life for lessons and guidance, mainly parents, or teachers, or friends, or whomever. That should probably be where you should point your eyes and ears ».
  55. (en) « the slight uptick in teen pregnancy rates between 2005 and 2006 were probably just an anomaly and not some heinous trend brought about by pop culture ».
  56. (en) « somehow lose all ability to evaluate any nuance or context in that woman's particular situation, and instead make some sort of primitive cause-and-effect connection ».
  57. (en) « by talking about pregnant girls, and most of all, by daring to portray some of them as ordinary, even likable, we'd get way more babies having babies ».
  58. (en) « depicting teen parents may not glamorize them, so much as humanize them […] So, now that we can firmly state that realistically depicting the lives of the tiny percentage of girls who do become pregnant won't necessarily contaminate the rest of them, it's time to stop worrying and ask what we can do to help ».
  59. (en) « horrified ».
  60. (en) « So I said I wanted to wear a suit, and Fox Searchlight was basically like, “No, you need to wear a dress.” And they took me in a big rush to one of those fancy stores on Bloor Street. They had me wear a dress, and… that was that. And then all the Juno press, all the photo shoots—Michael Cera was in slacks and sneakers ».
  61. (en) « I wish people would understand that that shit literally did almost kill me ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Catherine Shoard, « Elliot Page: star of Juno and X-Men announces he is transgender », sur The Guardian, (consulté le ).
  2. G.B., « Juno** », dans Jean Tulard, Le Nouveau guide des films, Robert Laffont, , 9658 p. (ISBN 9782221124864, présentation en ligne).
  3. (it) Manlio Castagna, 116 film da vedere prima dei 16 anni, Mondadori, , 208 p. (ISBN 9788835710042, présentation en ligne), « Juno ».
  4. a et b (en) Sabrina Glen, « Juno Writer confirms controversial stance on abortion », sur Canada Today, (consulté le ).
  5. Juno sur Allociné (consulté le 20 décembre 2022).
  6. a b c d e f g h i j k l m n o et p (en) « Juno (2007) », sur American Film Institute (consulté le ).
  7. a b c et d (en) « Juno (2007) ending / spoiler », sur Movie Mistakes (consulté le ).
  8. (en) « Juno (2007) - Trivia », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  9. a b c d et e (en) « Juno (2007) », sur British Film Institute (consulté le ).
  10. a b c d e f et g (en) Christine Spines, « Inside the surprise hit Juno », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  11. (en) Dates de sortie de Juno sur l’Internet Movie Database.
  12. a et b « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage (consulté le ).
  13. a et b « Fiche du doublage français du film », sur AlloDoublage (consulté le ).
  14. a b et c (en) Karen Valby, « Diablo Cody: From Ex-Stripper to A-Lister », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  15. (en) Rachel Giese, « Whoa, baby : Ellen Page and Diablo Cody deliver big laughs in Juno », sur CBC News, (version du 15 août 2009 sur l'Internet Archive).
  16. a b et c (en) Jeff Dawson, « Diablo Cody, lap dancer turned ace screenwriter », sur The Sunday Times, (consulté le ).
  17. (en) Associated Press, « From saucy to sweet », sur The Age, (consulté le ).
  18. (en) Larry Carroll, « 'Juno' Cast, Director Credit Diablo Cody's Screenplay For Flick's Early Buzz », sur MTV News, (consulté le ).
  19. a b c d et e (en) Edward Douglas, « Jason Reitman Tackles Teen Pregnancy in Juno », sur ComingSoon.net, (consulté le ).
  20. a et b (en) John Hiscock, « Diablo Cody:'I feel more naked writing than I did as a stripper' », sur The Daily Telegraph, (consulté le ).
  21. (en) « Director Jason Reitman Talks Juno [Exclusive] », sur MovieWeb.com, (consulté le ).
  22. (en) Brian Orndorf, « Jon Poll interview – CHARLIE BARTLETT », sur Collider, (consulté le ).
  23. (en) Tatiana Siegel et Michael Fleming, « Jason Reitman flies ‘Up in the Air’ », sur Variety, (consulté le ).
  24. a et b (en) Jen Yamato, « Ellen Page on Juno: The RT Interview », sur Rotten Tomatoes, (consulté le ).
  25. (en) Nicole Sperling, « Bateman, Janney join ‘Juno’ family », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  26. a et b (en) « Cera proud to be Brampton's most-famous resident », sur Toronto Star, (consulté le ).
  27. (en) Melissa Starker, « To know Juno », sur Columbus Alive, (version du 13 août 2011 sur l'Internet Archive).
  28. a et b (en) Rob Vaux et Debbie Davis, « The Juno Interviews Part III: Allison Janney & J.K Simmons », sur FlipsideMovies.com, (consulté le ).
  29. (en) Tim Stack, « Olivia Thirlby: Life After 'Juno' », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  30. a et b (en) Lisa Y. Garibay, « My Super Sweet 16 », sur Filmmaker Magazine, (consulté le ).
  31. (en) Rita Braver, « "Juno" Director Follows In Dad's Footsteps », sur CBS News, (consulté le ).
  32. (en) Shawn Adler et Larry Carroll, « Movie File: 'Departed' Trilogy, Jennifer Garner, Steve Carell & More », sur VH1, (consulté le ).
  33. (en) Rob Vaux, « The Juno Interviews Part II: Jason Bateman », sur FlipsideMovies.com, (consulté le ).
  34. (en) Tamara Palmer, « Big-screen chemistry », sur Metromix, (version du 14 juillet 2011 sur l'Internet Archive).
  35. a b c d e et f (en) Juno: Audio Commentary by Director Jason Reitman and Writer Diablo Cody, de Jason Reitman et Diablo Cody, 20th Century Fox, 2007, DVD.
  36. a b c et d (en) Glen Schaefer, « Plenty of fun and games on Juno set », sur The Province, (consulté le ).
  37. (en) « “Juno” Considering 2007 Minnesota Location », sur Frozen Frames, (consulté le ).
  38. (en) Edward Jay Epstein, « Northern Expenditure », sur Slate, (consulté le ).
  39. a et b (en) Kerry Gold, « When Oscar comes knocking », sur The Globe and Mail, (consulté le ).
  40. (en) Moira Macdonald, « Northwest links to Oscars », sur The Seattle Times, (consulté le ).
  41. a b c et d (en) John Mackie, « Vancouverites sharing in success of 'Juno' », sur Regina Leader-Post, (consulté le ).
  42. (en) « Juno's Ellen Page and Michael Cera », sur MovieWeb, (consulté le ).
  43. (en) Jeremy Walker, « Production begins on 'Juno,' a comedy directed by Jason Reitman from a screenplay by Diablo Cody », sur JeremyWalker.com, (consulté le ).
  44. a et b (en) Dave Maher, « Ellen Page Talks Juno Soundtrack, Kimya Dawson », sur Pitchfork, (version du 10 juin 2008 sur l'Internet Archive).
  45. (en) Jason Reitman, Music from the Motion Picture Juno (Liner Notes), .
  46. a et b (en) Peter Sciretta, « Juno Movie Sountrack », sur SlashFilm, (consulté le ).
  47. a b c d e f g h et i (en) Jason Reitman, Elliot Page et Kimya Dawson, « Juno Soundtrack Interview (Podcast) », sur Rhino Entertainment (consulté le ).
  48. a b et c (en) « Seattlest Interview: Mateo Messina, Film and Symphony Composer », sur Seattlest, (version du 12 février 2012 sur l'Internet Archive).
  49. (en) Barbara Celis, « Interview: Jason Reitman (Juno) », sur IONCINEMA.com, (consulté le ).
  50. (en) Jason Reitman, « Meep Meep », sur HuffPost, (consulté le ).
  51. a b et c Martin 2013.
  52. a b c d e et f (en) Fox Searchlight Pictures, « Juno Press Kit » (consulté le ).
  53. (en) Edward Douglas, « Juno Screenwriter Diablo Cody », sur ComingSoon.net, (consulté le ).
  54. (en) Tom O'Neil, « Costume guild nominees: 'Atonement,' 'La Vie en Rose' », sur Los Angeles Times, (version du 14 février 2012 sur l'Internet Archive).
  55. (en) J Bennett, « Close-Up », sur Alternative Press, (version du 21 août 2009 sur l'Internet Archive).
  56. (en) Kate Wharton, « Ellen Page interview », sur Marie Claire, (consulté le ).
  57. (en) Jason Reitman, « Minority Report », sur Fox Searchlight Pictures, (version du 14 janvier 2009 sur l'Internet Archive).
  58. a b c d et e (en) « Credit where it’s due », sur CBC News, (version du 20 février 2008 sur l'Internet Archive).
  59. a et b (en) Ryan Pearson, « Where'd the credits go? », sur Associated Press, (version du 12 octobre 2007 sur l'Internet Archive).
  60. a b et c (en) Remco Vlaanderen, « Forget the film, watch the titles », sur SubmarineChannel, (consulté le ).
  61. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « Juno - Original Soundtrack », sur AllMusic (consulté le ).
  62. (en) Rodrigo Perez, « Juno Soundtrack Arriving Digitally December 11 - Tracklist Revealed », sur The Playlist, (consulté le ).
  63. (en) Katie Hasty, « ‘Juno’ Unseats Keys From Atop Album Chart », sur Billboard, (consulté le ).
  64. a et b (en) Christina Hansen, « Rhino to release Juno B-Sides exclusively on iTunes », sur Paste, (version du 6 juin 2008 sur l'Internet Archive).
  65. (en) Christy Mannering, « Juno Proved Grand Movies Require Grander Soundtracks », sur Spacelab, (consulté le ).
  66. (en) « Juno (2007) - Trivia », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  67. (en) Michael Jones, « Telluride abuzz with "Juno" », sur Variety, (version du 12 octobre 2007 sur l'Internet Archive).
  68. (en) Chris Willman, « Telluride Day 4: 'Juno,' 'Margot at the Wedding' », sur Entertainment Weekly, (version du 11 septembre 2007 sur l'Internet Archive).
  69. (en) Roger Ebert, « Toronto #5: Great performances, strong stories », sur Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  70. a et b (en) Addie Morfoot, « "Juno" wins in Rome », sur Variety, (version du 6 novembre 2007 sur l'Internet Archive).
  71. a et b (en) « 16th Annual AT&T St. Louis International Film Festival: Festival Highlights », sur Festival international du film de St. Louis, (version du 3 mars 2008 sur l'Internet Archive).
  72. a et b (en) « Stockholm Festival Winners 2007 », sur Festival international du film de Stockholm (version du 3 septembre 2010 sur l'Internet Archive).
  73. a b et c (en) « Festival international du film de Gijón (2007) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  74. (en) « Juno To Receive Chairman's Vanguard Award at 19th Annual Palm Springs International Film Festival Awards Gala », sur Festival international du film de Palm Springs, (version du 9 décembre 2007 sur l'Internet Archive).
  75. (en) Peter Sciretta, « Juno’s “Due Date” Sooner Than Expected », sur SlashFilm, (consulté le ).
  76. a b et c (en) Pamela McClintock, « ‘Juno’ jolts specialty box office », sur Variety, (consulté le ).
  77. (en) Anthony Breznican, « Box office: Modest films, niche marketing change landscape », sur USA Today, (consulté le ).
  78. (en) Darren Barefoot et Julie Szabo, « Great Movie Marketing and a Hamburger Phone From Juno », sur SocialMediaReady.com, (version du 15 novembre 2009 sur l'Internet Archive).
  79. (en) Asher Moses, « Juno's hamburger phone sparks online sales », sur The Age, (consulté le ).
  80. a et b (en) Misty Harris, « Hamburger the new accessory », sur The Province, (version du 26 janvier 2012 sur l'Internet Archive).
  81. (en) « 10 Cool Gifts for Film Buffs », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  82. a et b (en) « Juno (2007) - Reviews », sur Metacritic (consulté le ).
  83. a b et c (en) « Juno (2007) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  84. a et b « Critiques Presse pour le film Juno », sur Allociné (consulté le ).
  85. a b et c (en) Peter Bradshaw, « Juno », sur The Guardian, (consulté le ).
  86. a b et c (en) Roger Ebert, « Juno », sur Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  87. a b et c (en) Peter Travers, « Juno », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  88. a b c et d Cécile Mury, « Juno - Film de Jason Reitman (USA, 2007) », sur Télérama, (consulté le ).
  89. a b et c Julien Welter, « Juno », sur Première (consulté le ).
  90. (en) « 9th Annual Golden Tomato Awards », sur Rotten Tomatoes (version du 2 juin 2008 sur l'Internet Archive).
  91. a et b (en) Roger Ebert, « The year's ten best films and other shenanigans », sur Roger Ebert.com (consulté le ).
  92. a et b (en) Lou Lumenick, « ‘Juno’ How good this is? », sur New York Post, (consulté le ).
  93. a et b (en) « Unconventional 'Juno' strikes right comedic balance », sur USA Today, (consulté le ).
  94. a et b (en) David Edelstein, « Melodrama in Distress », sur New York, (consulté le ).
  95. (en) Jim DeRogatis, « Why "Juno" is anti-rock », sur Chicago Sun-Times, (consulté le ).
  96. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », sur Empire (version du 7 janvier 2012 sur l'Internet Archive).
  97. (en) « 100 Greatest Movie Characters », sur Empire (version du 7 novembre 2011 sur l'Internet Archive).
  98. (en) « The 50 Best Movies of the Decade (2000–2009) », sur Paste, (consulté le ).
  99. (en) Adam B. Vary, « The 100 Greatest Characters of the Last 20 Years: Here's our full list! », sur Entertainment Weekly, (consulté le ).
  100. a et b Thomas Sotinel, « Juno », sur Le Monde, (consulté le ).
  101. a et b Charlotte Moreau, « Une comédie épatante », sur Le Parisien, (consulté le ).
  102. Philippe Azoury, « « Juno », en cloque à claques », sur Libération, (consulté le ).
  103. (en) « The 50 Best Movies of 2007 », sur Paste, (consulté le ).
  104. (en) « Ten Best List for the Year 2007 », sur Columbia Daily Tribune (version du 8 août 2011 sur l'Internet Archive).
  105. (en) David Germain et Christy Lemire, « 'No Country for Old Men' earns nod from AP critics », sur Columbia Daily Tribune, (version du 3 janvier 2008 sur l'Internet Archive).
  106. (en) « The 50 Best Movies of 2007 (and the 10 Worst) », sur Moviefone, (version du 10 octobre 2012 sur l'Internet Archive).
  107. (en) « List: 2007 Films », sur ReelViews (consulté le ).
  108. a b c d e f g h i et j (en) « Metacritic: 2007 Film Critic Top Ten Lists », sur Metacritic (version du 9 janvier 2008 sur l'Internet Archive).
  109. (en) « Richard Roeper's 10 Best Films of 2007 », sur BoxOfficePsychics.com, (version du 4 juin 2008 sur l'Internet Archive).
  110. (en) Peter Travers, « The Best and Worst Movies of 2007 », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  111. a et b (en) Joe Pompeo, « Juno Crosses the $100 Million Mark, Becomes 'Too Cool' », sur The New York Observer, (consulté le ).
  112. a et b (en) « Juno », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  113. a et b « Juno (2007) - Box-office France », sur JP Box Office (consulté le ).
  114. (en) Dana Stevens, « How the backlash against Juno started. », sur Slate, (consulté le ).
  115. « Box-office du 6 février 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  116. « Box-office du 13 février 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  117. « Box-office du 20 février 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  118. « Box-office du 27 février 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  119. « Box-office du 5 mars 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  120. « Box-office du 12 mars 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  121. « Box-office du 19 mars 2008 », sur Allociné (consulté le ).
  122. « Box-office du film Juno », sur Allociné (consulté le ).
  123. « Juno : une page d'adolescence », sur Télécâble Sat Hebdo, (consulté le ).
  124. a et b (en) « Juno (2007) - Financial Information », sur The Numbers (consulté le ).
  125. « Juno - Box-office français », sur Lumière (consulté le ).
  126. a b et c (en) Distinctions de Juno sur l’Internet Movie Database.
  127. a b et c (en) « The 80th (2008) Academy Awards », sur Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le ).
  128. a et b (en) « Juno », sur Golden Globes (consulté le ).
  129. a b et c (en) « BAFTA Awards: Film in 2008 », sur British Academy of Film and Television Arts (consulté le ).
  130. a b et c (en) « International Press Academy website – 2007 12th Annual SATELLITE Awards », sur Satellite Awards (version du 1 février 2008 sur l'Internet Archive).
  131. a b et c (en) « Critics' Choice Awards: Dark, violent 'No Country' and 'Blood' on top », sur USA Today (consulté le ).
  132. a et b (en) « WGA Awards: Previous Nominees and Winners », sur Writers Guild of America Awards, (version du 7 mars 2016 sur l'Internet Archive).
  133. a b et c (en) « 36 Years of Nominees and Winners » [PDF], sur Independent Spirit Awards, (consulté le ).
  134. a b et c (en) Tatiana Siegel, « ‘Juno’ tops Spirit Awards », sur Variety, (consulté le ).
  135. (en) Etan Vlessing, « Genies deem ‘Juno’ not Canadian enough », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  136. a b et c (en) Marke Andrews, « No Genie nominations for Vancouver's Juno », sur The Vancouver Sun, (version du 2 mai 2008 sur l'Internet Archive).
  137. (en) « Our 2008 Canadian Comedy Award recipients », sur Canadian Comedy Awards (version du 18 octobre 2015 sur l'Internet Archive).
  138. (en) « Nominees announced », sur Canada.com, (version du 4 mars 2016 sur l'Internet Archive).
  139. (en) « Women Film Critics Circle Awards 2007 », sur Women Film Critics Circle, (consulté le ).
  140. a et b (en) « 1988-2013 Award Winner Archives », sur Chicago Film Critics Association (consulté le ).
  141. a et b (en) « Dallas-Fort Worth Film Critics Association Awards (2007) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  142. a et b (en) « The 2007 Detroit Film Critics Society Awards », sur Detroit Film Critics Society (consulté le ).
  143. a et b (en) « 2007 Awards (11th Annual) », sur Online Film Critics Society, (consulté le ).
  144. (en) « Palm Springs International Film Festival (2008) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  145. (en) « 2007 Award Winners », sur National Board of Review (consulté le ).
  146. « Festival international du film de comédie de l’Alpe d'Huez 2008 », sur Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez (consulté le ).
  147. a et b (en) « MTV Movie + TV Awards (2008) », sur Internet Movie Database (consulté le ).
  148. a et b (en) Tim Surette, « Teen Choice Award winners revealed », sur TV.com, (version du 7 mars 2016 sur l'Internet Archive).
  149. a et b (en) « Mamma Mia! wins best musical at National Movie Awards », sur The Daily Telegraph (consulté le ).
  150. a et b (en) « Nominations & Awards Archives », sur Canadian Comedy Awards (consulté le ).
  151. (en) « 2008 Grammy Award Winners », sur Grammy Awards (consulté le ).
  152. (en) « The 14th Annual Screen Actors Guild Awards: Nominees and Recipients », sur Screen Actors Guild Awards (consulté le ).
  153. (en) « 14th Annual Chlotrudis Awards », sur Chlotrudis Society for Independent Film (consulté le ).
  154. (en) « Past Winners & Nominees », sur Humanitas Prizes (consulté le ).
  155. (en) Simon Reynolds, « 'Sweeney Todd' leads Empire noms », sur Digital Spy, (consulté le ).
  156. (en) Simon Reynolds, « 'Dark Knight' wins big at Empire Awards », sur Digital Spy, (consulté le ).
  157. a b c d et e (en) Peter Sciretta, « Honest To Blog: Juno Is The Most Successful Indie Film In Six Years; DVD Details », sur SlashFilm, (consulté le ).
  158. a et b « Juno - Blu-ray », sur DVDFr.com (consulté le ).
  159. « Juno », sur Fnac (consulté le ).
  160. Véronique Lopes, « Test DVD - Juno », sur Abus de Ciné (consulté le ).
  161. (en) Ann Hulbert, « Juno and the Culture Wars », sur Slate, (consulté le ).
  162. a et b (en) Hadley Freeman, « A choice that films ignore », sur The Guardian, (consulté le ).
  163. (en) A. O. Scott, « Seeking Mr. and Mrs. Right for a Baby on the Way », sur The New York Times, (consulté le ).
  164. a et b (en) Peter Howell, « Juno star has a mind of her own », sur Toronto Star, (consulté le ).
  165. (en) Edward Douglas, « The Inimitable Ellen Page on Juno », sur ComingSoon.net, (consulté le ).
  166. (en) Nicole Sperling, « 'Juno' Has Moviegoers Bringing Up Babies », sur Entertainment Weekly, (version du 8 février 2008 sur l'Internet Archive).
  167. (en) Wesley Morris, « 'Juno' lets smart girls identify with its glib but sweet spin on a teen's life-altering decision », sur The Boston Globe, (consulté le ).
  168. (en) Phyllis Schlafly, « Message of 'Juno': Fatherlessness rocks », sur WorldNetDaily, (consulté le ).
  169. a et b (en) Emma Dibdin, « Labour Day: Behind the scenes on Juno », sur The Cambridge Student, (consulté le ).
  170. (en) Emanuel Levy, « Juno: Director Jason Reitman on Making his Oscar-Nominated Film », (consulté le ).
  171. a et b (en) Kathleen Kingsbury, « Pregnancy Boom at Gloucester High », sur Time, (consulté le ).
  172. (en) « The Juno Effect », sur Northland's NewsCenter, (version du 29 septembre 2011 sur l'Internet Archive).
  173. (en) Michael Cooper et Elisabeth Bumiller, « Alaskan Is McCain's Choice; First Woman on G.O.P. Ticket », sur The New York Times, (consulté le ).
  174. (en) Michael Kranish, « Palin's daughter, 17, is pregnant », sur The Boston Globe, (consulté le ).
  175. (en) « Unplanned: For a family, teen pregnancy is a private matter; for the nation, it's a huge, costly, life-limiting problem », sur Houston Chronicle, (consulté le ).
  176. a et b (en) Leon Wieseltier, « Washington Diarist », sur The New Republic, (consulté le ).
  177. a et b (en) Roger Friedman, « The 'Juno' Effect Strikes Again », sur Fox News, (consulté le ).
  178. (en) « Jason Bateman Defends ‘Juno’ In Wake Of Massachusetts Teen Pregnancies », sur Access Hollywood, (consulté le ).
  179. a b c et d (en) Amy Benfer, « Death to "the 'Juno' Effect" », sur Salon, (consulté le ).
  180. (en) Marina Fang, « Diablo Cody Says She Wouldn't Have Written 'Juno' In Today's 'Hellish Alternate Reality' », sur HuffPost, (consulté le ).
  181. a b et c (en) Samantha Bergeson, « Diablo Cody: It ‘Horrifies Me’ That ‘Juno’ Is Viewed as Anti-Choice Amid Roe v. Wade Overturn », sur IndieWire, (consulté le ).
  182. a et b (en) Evan Nicole Brown, « Diablo Cody Meditates on ‘Juno’ and Its Critics 15 Years Later: “I Am Emphatically Pro-Choice” », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  183. (en) Mack Rawden, « Diablo Cody Wants To Set The Record Straight About Juno In Light Of Roe V Wade Being Overturned », sur CinemaBlend, (consulté le ).
  184. a b et c (en) Elliot Page, « The Euphoria of Elliot Page », sur Esquire, (consulté le ).
  185. (en) Zack Sharf, « Elliot Page Says Studio Forced Him to Wear a Dress on ‘Juno’ Red Carpet: ‘Extremely F—ed Up’ », sur Variety, (consulté le ).
  186. (en) Rachel Ulatowski, « Juno Movie Studio Forced Elliot Page To Wear A Dress On Red Carpet », sur Screen Rant, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Kathryn Martin, « Représenter la grossesse adolescente : à propos de Juno (Jason Reitman, 2007) », dans Hugues Paris et Sébastien Dupont, L'adolescente et le cinéma : De Lolita à Twilight, Toulouse, Érès, coll. « La vie de l’enfant », , 360 p. (ISBN 9782749236681, présentation en ligne, lire en ligne), p. 135–143. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 21 janvier 2023 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 21 janvier 2023 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.