Kenneth Claiborne Royall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kenneth Claiborne Royall
Image illustrative de l'article Kenneth Claiborne Royall
Fonctions
56e secrétaire à la Guerre des États-Unis
Président Harry S. Truman
Gouvernement Administration Truman
Prédécesseur Robert P. Patterson
Successeur Poste supprimé
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Goldsboro (Caroline du Nord)
(États-Unis)
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Durham (Caroline du Nord)
(États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Enfants Kenneth C. Royall, Jr.
Diplômé de Université de Caroline du Nord à Chapel Hill
Faculté de droit de Harvard

Kenneth Claiborne Royall
Liste des secrétaire à la Guerre des États-Unis

Kenneth Claiborne Royall, né le à Goldsboro (Caroline du Nord) et mort le à Durham (Caroline du Nord), est un juriste, homme politique et général américain de la Seconde Guerre mondiale. Membre du Parti démocrate, il est secrétaire à la Guerre en 1947 dans l'administration du président Harry S. Truman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Goldsboro, en Caroline du Nord, il est diplômé de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, puis de la Harvard Law School, avant de servir durant la Première Guerre mondiale. Il devient ensuite juriste avant d'être élu au Sénat de Caroline du Nord. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il devient colonel dans l'US Army. Promu brigadier général, le président Harry Truman le nomme secrétaire à la Guerre en 1947, poste qu'il occupa brièvement avant sa suppression ; il devient alors le premier secrétaire à l'Armée (en charge uniquement de l'armée de terre), sous la responsabilité du nouveau secrétaire à la Défense.

En décembre 1949, il devient partner dans le prestigieux cabinet d'avocats new-yorkais Dwight, Harris, Koegel et Caskey, en prenant la tête en 1958. Le cabinet est par la suite renommé Rogers & Wells puis Clifford Chance Rogers & Wells après sa fusion avec le cabinet britannique Clifford Chance.

Kenneth Claiborne Royall meurt en 1971 à Durham.

Son fils, Kenneth C. Royall, Jr. (1919-1999), a été membre de la Chambre des Représentants de Caroline du Nord de 1967 à 1975 et sénateur de cet État de 1973 à 1992.

Procès des agents allemands[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1942, six agents allemands de l'opération Pastorius sont débarqués secrètement à Long Island mais assez vite arrêtés. Ils doivent alors être jugés secrètement par un tribunal militaire. Le président Roosevelt charge Kenneth Claiborne Royall d'assurer leur défense mais le président américain ne souhaite aucune erreur et veut que les agents nazis soient exécutés, le plus tôt étant le mieux. Les ordres donnés à Royall étant de rester en dehors des cours civiles. Royall écrit alors à Roosevelt qu'il ne pensait pas que le président ait l'autorité pour décider d'une cour secrète pour juger ses clients et demande au président de changer ses instructions. Roosevelt refuse - Royall fait alors appel à la cour de district, arguant que le tribunal secret était anticonstitutionnel.

La cour rejète l'argument, Royall et d'autres juristes de son bureau en appellent alors à la Cour suprême des États-Unis. La Cour suprême rejète la demande de Royall dans une courte argumentation, Ex parte Quirin, en juillet 1942, et maintint le droit du président de désigner un tribunal secret. Mais Royall réussit à obtenir qu'une cour civile étudie la constitutionnalité de ce tribunal malgré le souhait du président Roosevelt de cacher l'affaire. La Cour suprême publie son opinion complète en octobre, indiquant que « les sauvegardes constitutionnelles pour la protection de toute personne mise en accusation ne doivent pas être ignorées ». Entre temps, six des accusés avaient été jugés, condamnés à mort et exécutés en août 1942 dans les jours qui ont suivi la brève annonce de la Cour suprême. Deux sont envoyés en prison. Royall déclare plus tard qu'il pensait que la défense de ces agents allemands avait été le travail le plus important qu'il ait accompli dans sa longue et prestigieuse carrière d'avocat.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

En anglais :