Uchida Kōsai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Uchida Kōsai est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Uchida, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Uchida Kōsai
内田 康哉
Description de l'image Kosai Uchida.jpg.
Naissance
Drapeau du Japon Yatsushiro, Kumamoto
Décès (à 70 ans)
Drapeau du Japon Tokyo
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession
Ministre
Homme politique
Formation
Couverture du Time du avec Uchida Kōsai.

Le comte Uchida Kōsai (内田 康哉, Uchida Kōsai?) ( - ) est un homme politique et diplomate japonais qui fut Premier ministre du Japon par intérim dans les années 1920.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Yatsushiro dans l'actuelle préfecture de Kumamoto, Uchida est le fils du médecin du domaine. Après avoir étudié l'anglais pendant deux ans à l'université Dōshisha, Uchida entre à l'université impériale de Tokyo et en sort diplômé en droit.

Après ses études, Uchida entre au ministère des Affaires étrangères et sert comme ambassadeur en Chine puis en Autriche-Hongrie et enfin aux États-Unis. Il est ministre des Affaires étrangères de 1911 à 1912 dans le 2e gouvernement de Saionji Kinmochi.

Nommé ambassadeur dans l'empire russe juste avant la révolution bolchevique, Uchida rentre au Japon pour reprendre le poste de ministre des Affaires étrangères de 1918 à 1923 dans les gouvernements Hara, Takahashi et Katō. Il sert deux fois comme Premier ministre par intérim - la première fois après l'assassinat de Hara, et la deuxième après la mort soudaine de Katō, juste après le séisme de Kantō de 1923.

Il est nommé à la chambre des pairs de la Diète du Japon en 1930 et devient président de la société des chemins de fer de Mandchourie du Sud en 1931.

Nommé ministre des Affaires étrangères une troisième fois, de 1932 à 1933, dans le gouvernement de Saitō Makoto, il appelle à la reconnaissance diplomatique du Mandchoukouo et au retrait japonais de la Société des Nations. Il fait la couverture du Time du qui contient également un article sur sa position vis-à-vis de la Société des Nations. Il meurt de maladie 15 jours après l'incident du 26 février de 1936. Sa tombe se trouve au cimetière de Tama à Tokyo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]