Chapelle Saint-Meldéoc de Locmeltro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chapelle Saint-Meldéoc
Chapelle Locmeltro Guern.JPG
Vue générale
Présentation
Destination initiale
Culte
Destination actuelle
Culte (Pardon, le premier dimanche de juillet)
Construction
XVIIIe siècle
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
LocmeltroVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

La chapelle Saint-Meldéoc est située dans le parc du château de Locmeltro, à Guern, dans le département du Morbihan[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La trace d'une chapelle tréviale est attestée dès le milieu du XVe siècle à Locmeltro. Elle pourrait avoir été édifiée par la famille de Limur, alors propriétaire du hameau. Elle est dédiée à saint Meldéoc. La chapelle aurait été reconstruite au XVIIe siècle (la date de 1662 est encore lisible dans la nef). On y trouvait quelques fragments de vitraux où l'on remarquait les écussons des Rohan et des Rimaison[2]. L'abside et le transept ont été reconstruits au XIXe siècle. Le chœur a été reconstruit en 1866 par le recteur Falquerno.

Quasiment en ruine et abandonnée en 1950, la chapelle a été restaurée sous l'égide de l'association Breiz Santel entre 1979 et 1981. Elle est prise en charge depuis 1984 par le syndicat pour l'aménagement du canton de Pontivy. En 1996, le comité de quartier a réaménagé l'enclos paroissial.

La chapelle Saint-Meldéoc fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1].

Architecture et environnement[modifier | modifier le code]

La chapelle est en forme de croix latine. La sacristie est bâtie dans le prolongement du chœur. La charpente et les lambris de la voûte ont été refaits. Les verrières ont été réalisées par l'atelier Hubert de Sainte-Marie, de Quintin. La cloche de la chapelle est située à l'extérieur, près de la porte ouest.

Dans son enclos paroissial, se trouvent deux colonnes cylindriques christianisées (inscrits en 1946[3]) de 0,60 mètres de diamètre, l'une haute de 1,65 m hors de terre, l'autre de 2,65 m ; cette dernière a sa base de forme octogonale. Le bénitier de la chapelle, de forme cylindrique, peut avoir été une borne milliaire coupée dans sa hauteur et creusée pour cet usage[4]. Un calvaire de 1743 est également bâti au sein du placître. Une fontaine à pignon triangulaire (classée en 1976[5]) s'en trouve à proximité.

Le pardon de Locmeltro se déroule chaque année le deuxième dimanche de juillet, soit au plus tôt le 8 et au plus tard le 14.

Mobilier[modifier | modifier le code]

La chapelle a conservé un catafalque datant du XVIIe siècle ; il a été restauré en 2007.

La coutume du mell beniguet[modifier | modifier le code]

Joseph Loth a décrit la coutume du mell beniguet (ou mell benniget) ("marteau béni" avec lequel on frappait le crâne des mourants) à la chapelle Saint-Meldéoc de Locmeltro dans un article publié en 1903[6]. Le mel beniguet, dont l'origine remonterait à la préhistoire, servait à abréger les souffrances des malades incurables ; petit à petit, il a été christianisé. Cette boule sphérique, en granite, aurait été utilisée jusqu'au XIXe siècle pour achever par compassion les malades et les agonisants. Cette cérémonie se faisait sous les auspices du recteur, du conseil de fabrique et de la famille, avec deux personnes déléguées pour ce faire, pendant que le bedeau sonnait le glas. Plus récemment, on le présentait au mourant en le disposant sous l'oreiller. Le malade était ainsi invité à partir pour l'autre monde. Cette coutume s'est perpétuée jusqu'au début du XXe siècle. Dans la région de Guern, lorsqu'on parle d'un malade agonisant, on entend encore parfois l'expression « Il faut l'emmener à Locmeltro »[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La maison hantée de Locmeltro[modifier | modifier le code]

En 1922, une maison que la croyance populaire disait être hantée défraya la chronique et provoqua un afflux soudain de visiteurs dans le village de Locmeltro[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chapelle de Locmeltro », notice no PA00091549, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le château de Rimaison se trouvait en Bieuzy
  3. « Calvaire et bornes milliaires de Locmeltro », notice no PA00091248, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Louis Marsille, Le menhir et le culte des pierres, "Bulletin de la Société polymathique du Morbihan", 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565614q/f94.image.r=Locmeltro?rk=42918;4
  5. « Fontaine de Locmeltro », notice no PA00091252, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Joseph Loth, Le fameux mell beniguet, revue "Annales de Bretagne", 1903, consultable http://www.persee.fr/doc/abpo_0003-391x_1903_num_19_2_1177
  7. Notice d'information touristique placée dans la chapelle de Locmeltro
  8. Journal Le Matin du 4 janvier 1922, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5738382/f3.image.r=Locmeltro?rk=107296;4 et journal L'Ouest-Éclair du 2 janvier 1922, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6467772/f3.image.r=Locmeltro?rk=42918;4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]