Paris Match

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paris-Match)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paris (homonymie) et Match.
Paris Match
Image illustrative de l'article Paris Match

Pays Drapeau de la France France
Langue français
Périodicité hebdomadaire
Genre actualités
Prix au numéro 2,50 €
Diffusion 688 400 ex. (2009)
Fondateur Paul Gordeaux, Jean Prouvost
Date de fondation
Ville d’édition Paris

Propriétaire Hachette Filipacchi Médias (Lagardère Active)
Directeur de la rédaction Olivier Royant
ISSN 0397-1635
Site web parismatch.com

Paris Match est un magazine hebdomadaire français d’actualités et d’images, né en 1949 et célèbre par sa devise : « Le poids des mots, le choc des photos ». En 2008, l’hebdomadaire adopte toutefois une nouvelle devise, « La vie est une histoire vraie ».

Depuis juin 2009, l'hebdomadaire est également disponible en numérique.

Le titre appartient au groupe de presse Hachette Filipacchi Médias (HFM), lui-même filiale de Lagardère Active.

Historique[modifier | modifier le code]

Paris Match est créé, en 1949, par Paul Gordeaux pour l’industriel et patron de presse Jean Prouvost.

Match[modifier | modifier le code]

Il tire son origine d’un titre plus ancien, Match, un hebdomadaire sportif créé en octobre 1926 par Léon Bailby, intitulé Match l'intran (pour « l'intransigeant »), et se qualifiant de « plus grand hebdomadaire sportif ».

Ce magazine qui appartenait depuis 1931 au groupe Louis-Dreyfus, est repris en 1938, par Jean Prouvost qui propose une nouvelle formule le 7 juillet, titrée Match, l’hebdomadaire de l'actualité mondiale, avec le mot « Match » en blanc sur un rectangle rouge, proche du logo actuel, graphisme inspiré en réalité du magazine américain Life. Par la suite, le rectangle fait place à un cercle rouge. Vendu 2 francs, contenant de nombreuses reproductions de photographies, le tirage atteint 80 000 exemplaires dès le mois d'août, pour culminer à 1,45 millions en novembre 1939. Prouvost s'entoure entre autres de Pierre Lazareff et du photographe Paul Renaudon. La couverture du 12 octobre 1939 est une création du peintre Salvador Dalí.

Interrompu le 6 juin 1940 (no 102), Match cesse de paraître durant la Seconde Guerre mondiale.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Il renaît en 1949, avec comme rédacteur en chef Paul Gordeaux, qui était l'ancien envoyé spécial permanent de Paris-Soir et Match à Londres. Jean Prouvost nomme Gordeaux rédacteur en chef de L'Intransigeant et lui demande de relancer son additif sportif. Gordeaux n'est pas sportif et lui propose de lui faire une sorte de Life ou Time français : « Le Match de la vie ». Le titre étant jugé trop long, Paris Match lui est préféré. Prouvost veut alors un magazine « à la fois populaire et intelligent, et très ouvert sur le monde »[1]. Le premier titre, lancé à 339 572 exemplaires, paraît le , avec Churchill à la une et un reportage sur Shangaï[2]. Les numéros suivants connaissent moins de succès si bien que Prouvost reprend ses vieilles recettes de mettre à la une starlettes et amourettes de saison. Tout le monde doit y retrouver son compte, la ménagère rangée aussi bien que le cadre pressé, répondant à la devise « le journal de la famille » de Prouvost et celle de Raymond Castans, « le journal que l’on n’oublie pas dans les trains ». Ce qui n'empêche pas le magazine d'accuser 200 millions de pertes à la fin de 1949[3]. Les ventes de l'hebdomadaire décollent à partir de la première couverture historique du 19 août 1950 sur la conquête de l'Annapurna avec en une une Herzog qui brandit le drapeau français, Paris Match ayant déboursé 600 000 francs pour obtenir le récit exclusif des membres de l'expédition[4]. Ce numéro paraît à 320 000 exemplaires et assure la pérennité du journal[5].

Le titre connaît un grand succès jusqu’à la fin des années 1950 sous la direction de Hervé Mille. Puis, les ventes baissent au fil du temps, subissant la concurrence de nouveaux hebdomadaires et de la télévision. La diffusion passe de 1 800 000 exemplaires en 1958 (année du record de sa diffusion) à 550 000 en 1975[6] .

Groupe Hachette[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 1976, Daniel Filipacchi, qui fut photographe à Paris Match au début de sa carrière, rachète pour 20 millions de francs le magazine au groupe Hachette à qui Jean Prouvost vient de le céder[7]. Roger Thérond revient comme directeur de la rédaction, fonction qu’il avait déjà occupée de 1962 à 1968, et qu’il ne quittera qu’en 1999. Sous sa direction, Paris Match renoue avec le succès et les ventes progressent à nouveau. En 1980 Matra présidée par Jean-Luc Lagardère prend le contrôle de Hachette et du groupe de presse de Daniel Filipacchi, donnant naissance à Matra Hachette (transformée en Hachette Filipacchi Médias en 1997). Thérond, celui qu’on avait surnommé « l’Œil » se retire à 74 ans. Alain Genestar lui succède en . Évincé suite à la parution d'une couverture gênante pour Nicolas Sarkozy, Genestar est remplacé par Olivier Royant en 2006[8].

Paris Match est, encore aujourd’hui, un titre du groupe de presse Hachette Filipacchi Médias entité de Lagardère Active. La diffusion payée en France a atteint plus de 633 000 exemplaires en 2008[9].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Le singulier logo noir initial à la typographie sobre est rapidement abandonné pour épouser l'harmonie du titre (une police linéale noire et blanche à forte graisse, dans un rectangle rouge) qui est depuis la carte de visite et d'identité du magazine[10].

Devise[modifier | modifier le code]

Le tandem Roger Thérond et Daniel Filipacchi, voulant situer le magazine par rapport à la télévision, adopte la devise « Paris Match, le poids des mots, le choc des photos » inventée en 1978 par Jean Cau et bientôt inscrite au fronton de milliers de kiosques à journaux. Elle est remplacée en janvier 2008 par le slogan « La vie est une histoire vraie », censée inscrire le journal dans une relation plus passionnelle avec le lecteur[11][12].

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Magazine d’information, Paris Match couvre l’actualité nationale et internationale, en recherchant le « scoop » en images. Il reste un débouché pour les agences photographiques et le photojournalisme de grand reportage. Cependant, l’hebdomadaire a une facette show biz et « presse people » très affirmée. La vie des célébrités et les clichés de paparazzi forment une part majeure de la ligne éditoriale.

Couvertures de Paris Match[modifier | modifier le code]

Les « unes » en couverture sont une des grandes spécialités de Paris Match ; plusieurs sont restées mémorables. Toutes sont consultables sur le site internet du périodique, depuis le premier numéro de mars 1949 jusqu’au dernier paru. Exemples de personnalités citées en couverture, sur la période -  :

Les affaires Sarkozy[modifier | modifier le code]

Le , Paris Match réalise ses meilleures ventes de l’année en publiant en couverture la photo de Cécilia Sarkozy en compagnie de son amant (et futur mari), le publicitaire Richard Attias, à New York[13] .

Arnaud Lagardère, propriétaire du magazine et ami personnel de Nicolas Sarkozy, n’est prévenu de la couverture qu’une fois le magazine imprimé. La direction du groupe Lagardère entre alors en conflit avec Alain Genestar, directeur de la publication de Paris Match qui finit par le licencier en juin 2006[14].

Une polémique s’ensuit sur le rôle de Nicolas Sarkozy dans ce licenciement. En effet, si ce dernier affirme à plusieurs reprises « n’avoir aucune responsabilité dans cette décision »[15], Alain Genestar déclare au Monde que « le ministre de l’Intérieur, quand il affirme n’être pour rien dans mon licenciement, ne dit pas la vérité. »[16] Cette couverture aurait en effet provoqué la colère de Nicolas Sarkozy, qui aurait obtenu le départ de Genestar.

Ce licenciement après vingt années passées à la rédaction, passe mal auprès de ses collègues. En signe de protestation, ceux-ci cessent de travailler le 29 juin 2006, en estimant que ce licenciement est lié à « des raisons politiques ». Il s’agit de la deuxième grève dans l’histoire de Paris Match, la première ayant eu lieu en mai 1968. En signe d’apaisement, Olivier Royant, membre apprécié du personnel et précédemment directeur adjoint de la rédaction, est nommé en remplacement d’Alain Genestar, le 24 juillet 2006.

Photo retouchée[modifier | modifier le code]

Après le départ d'Alain Genestar, son hebdomadaire se retrouve au cœur d'une série d'affaires. Paris Match a été mis en cause pour avoir retouché dans son édition du 9 août 2007 une photo des vacances de Nicolas Sarkozy, où un bourrelet à la taille a été masqué. La retouche de cette photo aurait été faite du propre chef du magazine[17].

L'affaire Hollande/Royal[modifier | modifier le code]

Selon The Daily Telegraph reprenant les propos de Raphaëlle Bacqué, Ségolène Royal serait intervenue auprès de Paris Match pour obtenir, même si elle n'avait aucune chance de l'obtenir, Paris Match appartenant à Arnaud Lagardère, le renvoi d’une journaliste, Valérie Trierweiler, présentée comme l’« amie » de François Hollande[18],[19].

Fêtes du 400e anniversaire de Québec[modifier | modifier le code]

Dans une édition spéciale consacrée au 400e anniversaire de la ville de Québec (le numéro du 26 juin 2008), Paris Match confond la ville et la province, comme en témoigne le titre dans le sommaire du magazine : « 1608-2008 : le Québec a 400 ans » La province de Québec est créée en 1763 et celle de la ville en 1608[20].

Fausse-annonce de la mort de Johnny Hallyday[modifier | modifier le code]

Le , le site parismatch.com publie un lien intitulé « Tout sur la mort de Johnny Hallyday »[21]. Le chanteur était alors hospitalisé à Los Angeles et plongé dans un coma artificiel[22]. Cette erreur déclenche une vive polémique sur l'anticipation par les journaux à sensation de la mort de personnes célèbres ayant des soucis de santé[23]. La rédaction de l'hebdomadaire s'émeut de cet épisode, soulignant que l'édition "web" de Paris Match lui échappe au profit d'une filiale de Lagardère-Active qui gère le site en dehors même du siège des magazines du groupe. La rédaction présente néanmoins ses excuses sur le site[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrice Schlosser, Les légendes de la presse, Aléas,‎ 2002, p. 238
  2. Dominique Lormier, Histoire de la presse en France, Éd. De Vecchi,‎ 2004, p. 85
  3. Jean Durieux, Patrick Mahé, Les dossiers secrets de Paris Match. 60 ans de scoops, 60 ans d'histoire, Laffont,‎ 2009, p. 32
  4. Paris Match n°74 du 19 août 1950
  5. Jean Durieux, Patrick Mahé, Les dossiers secrets de Paris Match. 60 ans de scoops, 60 ans d'histoire, Laffont,‎ 2009, p. 33
  6. Francis Balle, Médias et sociétés, LGDJ,‎ 2013, p. 76
  7. Jean Durieux, Patrick Mahé, Les dossiers secrets de Paris Match. 60 ans de scoops, 60 ans d'histoire, Laffont,‎ 2009, p. 155
  8. Jean Durieux, Patrick Mahé, Les dossiers secrets de Paris Match. 60 ans de scoops, 60 ans d'histoire, Laffont,‎ 2009, p. 391
  9. Source : OJD.
  10. Jean Durieux, Patrick Mahé, Les dossiers secrets de Paris Match. 60 ans de scoops, 60 ans d'histoire, Laffont,‎ 2009, p. 30
  11. « "La vie est une histoire vraie" : nouveau slogan de Paris-Match », sur nouvelobs.com,‎
  12. Marie-Laetitia Bonavita, « Paris Match change de slogan choc », sur Lefigaro.fr,‎
  13. Paris-Match : "l'affaire Cécilia" selon Roquemaurel, Le Point, 6 octobre 2007
  14. Paris Match : Alain Genestar fera son « dernier bouclage » en début de semaine AFP, 25 juin 2006
  15. France 5, 29 septembre 2006
  16. « Selon Alain Genestar, Nicolas Sarkozy est à l’origine de son licenciement », article du Monde, 17 novembre 2006
  17. « Paris Match » gomme les poignées d’amour de Sarkozy. Libération, 23 août 2007
  18. (en) Royal 'wanted love rival sacked', The Telegraph, 25 juin 2007.
  19. (en) How bloggers revealed Royal’s break-up, The Daily Telegraph, 24 juin 2007.
  20. Paris Match fait fausse route Radio-Canada, 28 juin 2008
  21. Capture de l'article où apparaît le lien.
  22. « Johnny Hallyday doit être sorti du coma "en début de semaine" » paru le même jour sur NouvelObs.com.
  23. Article « Paris Match s'emmêle les liens sur l'état de santé de Johnny Hallyday » sur Libération.fr, le .
  24. Dépêche « Précisions à propos de Johnny » sur le site officiel de Paris Match le .

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 'Paris Match', la saga des unes, documentaire de François Hubert-Rodier, France, 2009, 52'

Liens externes[modifier | modifier le code]