François Décorchemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Décorchemont
François décorchemont, vaso gros scarabées, couches-en-ouches 1913.JPG

Vase Gros scarabées (1913), Musée des Arts Décoratifs, Paris

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père
Louis-Émile Décorchemont (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Distinction

François Émile Décorchemont, né le à Conches-en-Ouche, commune où il est mort le [1], est un céramiste et maître verrier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il appartenait à une famille d'artistes, son père, Louis-Émile Décorchemont (1851-1921), né à Saint-Pierre d'Autils, était sculpteur.

Après avoir étudié à l'École nationale des arts décoratifs, il réalisa de nombreux objets en pâte de verre qui lui apportèrent la notoriété.

La technique de la pâte de verre s'était développée à la fin du XIXe siècle chez les verriers. Il fit évoluer dans les premières années du XXe siècle la technique de la pâte de verre fine puis épaisse et diaphane. Il s’imposa alors comme maître verrier.

Il inventa une matière nouvelle, la pâte de cristal. Chrétien fervent, c'est en fréquentant l'église de son village, dotée de superbes vitraux de la Renaissance, que lui vint l'idée d'appliquer sa technique à l'art du vitrail dans les années 1930. Après la guerre, il se consacra plus particulièrement aux vitraux notamment dans sa région.

Personnage très discret et peu communiquant, il gardait secrètes ses découvertes et ses techniques. Peintre, céramiste, verrier, il créait l’ensemble de ses œuvres, le dessin, le moule, la finition.

Son œuvre se caractérise par un dessin épuré, aux lignes simples et par l'éclat, la transparence et la luminosité des couleurs. Ses créations n’ont pas de valeur fonctionnelle mais seulement esthétique de par leur fragilité et leur coût de production. Il éditait ses œuvres en petites séries et ne cherchait pas le rendement mais l’esthétisme.

François Décorchemont est le grand-père des verriers Antoine Leperlier et Étienne Leperlier.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Albepierre,
Fressanges.
  • Une trentaine d'églises dans l'Eure, son département :
Acquigny,
Berville-la-Campagne,
Beuzeville,
La Bonneville-sur-Iton,
Bournainville-Faverolles,
Champ-Dolent,
Conches-en-Ouche,
Duranville,
Etrépagny,
Ferrières-Haut-Clocher,
La Ferrière-sur-Risle,
Gaillon,
Hacqueville,
Igoville,
Lyons-la-forêt,
Ménesqueville,
Menneval,
Mesnil-sur-l'Estrée,
Muids,
Nagel-Séez-Mesnil,
Pacy-sur-Eure,
Pont-Saint-Pierre,
Rosay-sur-Lieure,
Saint-Denis-d'Augerons,
Saint-Étienne-l'Allier,
Sainte-Marthe,
Saint-Ouen-du-Tilleul,
Saint-Pierre-de-Cormeilles.

Certaines de ses verrières sont présentées au musée du verre, de la pierre et du livre à Conches-en-Ouche et au musée d’Évreux, ainsi qu'aux hôtels de ville de Conches-en-Ouche et de Vernon.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Véronique Ayroles, François Décorchemont, maître de la pâte de verre, Éditions Norma, 384 p. (ISBN 978-2-9155-4202-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]