Saint-Pierre-de-Cormeilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade ’’Bon début’’ quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Pierre-de-Cormeilles
Colombier
Colombier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement de Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Cormeilles
Maire
Mandat
Jacky Lesaulnier
2014-2020
Code postal 27260
Code commune 27591
Démographie
Population
municipale
613 hab. (2013)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 16″ N 0° 23′ 06″ E / 49.2378, 0.38549° 14′ 16″ Nord 0° 23′ 06″ Est / 49.2378, 0.385
Altitude Min. 55 m – Max. 168 m
Superficie 17,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Cormeilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Cormeilles

Saint-Pierre-de-Cormeilles est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie. Ses habitants se nomment les Saint-Corpierais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Cormeilles est une commune du Pays d'Auge traversée par la Calonne. Elle entoure aux 3/4 son chef-lieu de canton (Cormeilles).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Pierre-de-Cormeilles[1]
Bonneville-la-Louvet (Calvados) Bonneville-la-Louvet (Calvados) La Chapelle-Bayvel, Le Bois-Hellain
Le Faulq (Calvados) Saint-Pierre-de-Cormeilles[1] Cormeilles, Saint-Sylvestre-de-Cormeilles
Le Pin (Calvados) Le Pin (Calvados), Asnières Asnières

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits sont : les Bréards, les Coutures, le Fossé, les Fontaines, les Bosquets, Cléranville, Cavicourt, le Canton, le Champ-de-Foire, la Frênaie, la Chaule, la Catterie, les Hêtrots, le Mont-Blanc, le Tormellier, la Vallée-au-Lièvre, le Val-Hébert, la Quesnerie, la Vallée-Vata, les Prés-Cateaux, Malou, les Champs-Barrettes, la Côte-aux-Juliens, la Taupe, le Lieu-d'Amour, la Briqueterie, les Câtelets, le Boulay, les Mousseaux et le Bourgai

Agriculture[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Cormeilles est une commune très agricole. Parmi les cultures, on trouve du maïs, de la betterave, du colza, du blé... mais aussi de nombreux pommiers alimentant la distillerie de Cormeilles (une des plus vieille de Normandie, créée en 1910). Les pâturages occupent également une place importante, on y élève des porcins, des bovins, des ovins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté sous la forme latinisée Beati Petri de Cormeliis en 1171[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Cormeilles est traversée par une ancienne voie romaine qui rejoignait Lisieux. Cette voie passe notamment par le lieu-dit la Chaule qui abritait la chapelle Saint-Barthélemy, servant de léproserie.

L'histoire de la commune commence réellement en 1055 lorsque Guillaume Fitz Osbern fonde l'abbaye Notre-Dame occupée jusqu'à la Révolution française par des moines bénédictins. La plupart de cet édifice fut détruit en 1778, seuls subsistent le manoir de l'abbaye, les murs d'enceinte et le colombier.

Le château de Malou, dont la présence sous forme de forteresse est déjà notifiée sur les actuelles terres de Saint-Pierre-de-Cormeilles au XIe siècle, a été détruit en 1374 pendant la guerre de Cent Ans par les Anglais, le seigneur étant resté fidèle au roi de France. Le roi Charles VI autorisa sa reconstruction en 1385. À la fin du XVIe siècle, le seigneur acquit Machin le château et le fit reconstruire. Son pont-levis fut détruit peu avant 1789. Son aspect actuel est définitivement acquis lors de sa restauration par l'architecte Henri Jacquelin au début du XXe siècle.

Autrefois rattachée à la commune de Cormeilles, la paroisse de Saint-Pierre-de-Cormeilles (tout comme celle de Saint-Sylvestre-de-Cormeilles) est devenue une commune à part entière après la Révolution française

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 2007   Gérard Briavoine    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 613 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 424 1 114 1 504 1 303 1 120 1 114 1 111 1 122 1 032
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 048 1 013 957 878 872 800 755 735 770
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
706 685 643 626 648 657 606 608 568
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
575 560 496 478 523 577 577 608 620
2013 - - - - - - - -
613 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-de-Cormeilles compte de nombreux monuments inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

L'Église Saint-Pierre (face sud)
  • L'église Saint-Pierre (XIIIe et XIXe)[5] ;
  • L'abbaye de Bénédictins Notre-Dame (XIe, XVe, XVIe et XVIIIe)[6]. Cette abbaye a été fondée vers 1055 par Guillaume Fitz Osbern. Ne subsistent aujourd'hui que le logis abbatial, le colombier et une partie du mur de clôture ;
  • La mairie/école (XIXe)[7] ;
  • Le château de Malou (XIVe, XVIe et XXe siècle)[8] ;
  • Un château du XVIe et XXe siècle au lieu-dit le Val-Hébert[9] ;
  • Le manoir Saint Joseph du XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècle[10] ;
  • Un manoir du XVIIe et XXe siècle au lieu-dit Cléranville[11] ;
  • Un manoir du XVIe et XVIIe siècle au lieu-dit le Fossé[12] ;
  • Deux fermes du XVIIe et XVIIIe siècle[13],[14] ;
  • Trois maisons du XVIIIe et XIXe siècle[15],[16],[17].

Autres lieux :

  • Le Moulin des Bréards.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Le haut bassin de la Calonne[18].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

  • Le douet Baron et les prés cateaux[19].
  • Les hêtrots[20].
  • Basse-vallée de la Calonne[21].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La haute vallée de la Calonne[22].

Site classé[modifier | modifier le code]

Site inscrit[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, librairie Droz, p. 1571. (lire en ligne)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  5. « Église Paroissiale Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Abbaye de Bénédictins Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Mairie, école », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Château fort, château de Malou », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Manoir Saint Joseph », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Ferme », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Ferme », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Maison », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Le haut bassin de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 octobre 2015)
  19. « Le douet Baron et les prés cateaux », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 27 octobre 2015)
  20. « Les hêtrots », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 27 octobre 2015)
  21. « Basse-vallée de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 27 octobre 2015)
  22. « La haute vallée de la Calonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 26 octobre 2015)
  23. « L'if du cimetière de Saint-Pierre-de-Cormeilles », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 31 janvier 2016)
  24. « Le château de Malou à Saint-Pierre-de-Cormeilles », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 31 janvier 2016)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :