Neuvéglise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuvéglise (homonymie).

Neuvéglise
Neuvéglise
La tête du Diable, Neuvéglise
Blason de Neuvéglise
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Neuvéglise
Statut Commune déléguée
Maire délégué Céline Charriaud
2017-2020
Code postal 15260
Code commune 15142
Démographie
Gentilé Neuvéglisiens, Neuvéglisiennes
Population 1 104 hab. (2014 en diminution de -2.3 % par rapport à 2009)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 55′ 44″ nord, 2° 59′ 02″ est
Altitude 947 m
Min. 635 m
Max. 1 055 m
Superficie 54,7 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Neuvéglise-sur-Truyère
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 15.svg
Neuvéglise

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 15.svg
Neuvéglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Neuvéglise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Neuvéglise

Neuvéglise est une ancienne commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a fusionné le 1er janvier 2017 avec les communes de Lavastrie, d'Oradour et Sériers pour constituer la commune nouvelle de Neuvéglise-sur-Truyère.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Massif central située sur la Planèze de Saint-Flour, haut plateau formé par l'ancien volcan du Cantal. Le sud de la commune se situe en bordure des gorges de la Truyère dans lesquelles est établi le barrage de Lanau.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Cussac Les Ternes Sériers
(Cne deléguée de Neuvéglise-sur-Truyère)
Rose des vents
Oradour
(Cne deléguée de Neuvéglise-sur-Truyère)
N Lavastrie
(Cne deléguée de Neuvéglise-sur-Truyère)
O    Neuvéglise
(Cne deléguée de Neuvéglise-sur-Truyère) 
  E
S
Espinasse Chaudes-Aigues Saint-Martial

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Neufeglise (orthographe de l'ancien régime) a peu subi les effets de la Révolution puisque les registres paroissiaux permettent de remonter jusqu'au XVIIe siècle. Le curé qui tient ces derniers est remplacé en 1792 par le maire du village qui était également le notaire de celui-ci. Il consigna tous les grands moments de la vie sur des minutes.

Elle fusionne le 1er janvier 2017 avec les communes de Lavastrie, Oradour et Sériers pour constituer une commune nouvelle appelée Neuvéglise-sur-Truyère[1] et dont Neuvéglise est le chef-lieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er janvier 2017 En cours Céline Charriaud SE Fonctionnaire,
conseillère départementale du canton de Neuvéglise
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Jean Sagette UNR, puis UD-Ve Exploitant, puis expert agricole
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Claude Pascal    
mars 2008 mars 2014 Claude Bonnefoy    
mars 2014 31 décembre 2016 Céline Charriaud[2] SE Fonctionnaire, conseillère départementale du canton de Neuvéglise

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 104 habitants, en diminution de -2,3 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 7623 1423 1303 0622 9422 7742 3692 3412 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0532 0001 7621 6091 6801 6791 8481 8671 824
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8651 9141 8521 7401 6361 6051 5511 5211 396
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 5371 3051 2601 1121 0781 0221 1331 0851 104
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Petit patrimoine rural dans de nombreux hameaux de la commune : fours à pain, travails à ferrer, oratoires, chapelles, croix de chemin, abreuvoirs. À noter une très belle pierre sculptée d'origine et de date indéterminées (Saint Antoine ou lépreux ?) sur le mur de l'une des maisons du bourg (près de l'école du haut).

Voie romaine de Rochegonde et petit pont dit gallo-romain au bourg.

Églises de Neuvéglise, Tagenac et de Fressanges avec les vitraux de François Décorchemont, natif de l'Eure.

Gorges de La Truyère et retenue de Lanau, site de Malineux, cascade du Saut du Loup.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Baron, écrivain, auteur de thrillers dont "Un été à Rochegonde", "Les ruchers de la colère", "L'auberge du pont de Tréboul", "L'héritière des Fajoux", publiés chez Calmann-Levy
  • Charles Felgères, historien

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Neuvéglise 15.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

De gueules à la croix tréflée vidée d’argent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs des services de l'État du Cantal », sur Préfecture du Cantal, p 50-51, (consulté le 8 octobre 2016).
  2. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 19 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]