Aller au contenu

Hacqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hacqueville
Hacqueville
L'église Saint-Lucien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Intercommunalité Communauté de communes du Vexin Normand
Maire
Mandat
France Duval
2020-2026
Code postal 27150
Code commune 27310
Démographie
Gentilé Hacquevillais
Population
municipale
412 hab. (2021 en diminution de 7,62 % par rapport à 2015)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 16′ 57″ nord, 1° 33′ 23″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 151 m
Superficie 9,81 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gisors
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Hacqueville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Hacqueville
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
Hacqueville
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Hacqueville

Hacqueville est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur le plateau du Vexin Normand, à 13 km à l'est des Andelys.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans une zone de transition entre les régions climatiques « Sud-ouest du bassin Parisien » et « Côtes de la Manche orientale »[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat des plateaux abrités », correspondant aux plaines agricoles de l’Eure, avec une pluviométrie beaucoup plus faible que dans la plaine de Caen en raison du double effet d’abri provoqué par les collines du Bocage normand et par celles qui s’étendent sur un axe du Pays d'Auge au Perche[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,8 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,6 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 729 mm, avec 11,4 jours de précipitations en janvier et 7,9 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune d'Étrépagny à 5 km à vol d'oiseau[5], est de 11,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 774,0 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Au , Hacqueville est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 1],[10]. Cette aire, qui regroupe 1 929 communes, est catégorisée dans les[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (96 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (96 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (93,1 %), zones urbanisées (4 %), prairies (2,9 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Haracavilla en 1130 (charte de Henri Ier), Hasque villa (registre Philippe Auguste) / Hasquevilla en 1213, Harachavilla en 1234 (bulle de Grégoire IX), Hakevilla en 1240, Haakevilla en 1245 (cartulaire de Jumièges), Hacqueville en Vexin en 1523 (Revue de la Normandie)[14],[15],[16].

Il s'agit d'une formation toponymique en -ville au sens ancien de « domaine rural »[17]. L'appellatif ville est précédé d'un anthroponyme, comme dans la plupart des cas pour ce type de formation. François de Beaurepaire ne se prononce pas et considère l'élément Haraca- Haracha- comme obscur, tout en expliquant que l'affaiblissement du [r] devant une autre consonne est fréquente en Normandie[15]. Ernest Nègre propose le nom de personne germanique occidental Hericho (autrement Hairicus), cité par Marie-Thérèse Morlet[16], nuançant Albert Dauzat qui avait en son temps suggéré Haricho[18].

Remarque : il n'existe aucune trace du passage de Her- / Hair- à Har- dans les formes anciennes qui permettrait de justifier un Hericho / Hairicus. Certaines formes anciennes sont analogues à celle relevée pour Herqueville, Harachivilla en 1150, également située dans le Vexin normand à 28 km, mais cette dernière est cependant rejetée par François de Beaurepaire qui ne conserve que la forme Harquevilla de 1308[19]. Il existe également un quartier Hacqueville et une plage de ce nom à Granville (Manche).

Histoire[modifier | modifier le code]

Une charte d'Henri Ier, vers 1130, mentionne la donation d'Hacqueville par Roger de Clères en faveur de l'abbaye de Conches. Il existait un prieuré Saint-Étienne[20], donné par Robert de Poissy, seigneur d'Hacqueville, à l'abbaye de Conches vers 1220. En 1390, Guillaume de Léon est seigneur d'Hacqueville.

La commune de Doux-Mesnil est réunie en 1808 à Hacqueville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1877   Louis Norbert Gérard    
vers 1882   Ch. Moreau    
vers 1886   J. Bourgeois    
1888 1893 Jules Hyacinthe Rousselin (1851-1928)   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
vers 1908 vers 1919 Emile Alfred Ancourt   Officier d'académie
Les données manquantes sont à compléter.
  2001 Michel Jullien    
2001 2014 Jean Jacques Pilinski    
2014 2020 Dominique Boulanger    
2020   France Duval    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2021, la commune comptait 412 habitants[Note 2], en diminution de 7,62 % par rapport à 2015 (Eure : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
468441431505480494458471476
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
416433450426451448446454427
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
397405420359352350377384377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
410378293322368420455460450
2017 2021 - - - - - - -
438412-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château.

La commune d'Hacqueville compte plusieurs édifices répertoriés à l'Inventaire général du patrimoine culturel :

  • sur Douxmesnil :
    • l'église Saint-Candé-Sainte-Agathe (XIIe siècle ?)[25] ; elle a été transformée en grange vers 1812 ;
    • un manoir du XVIIIe siècle[26] ;
    • deux fermes : une du XVIIIe siècle[27] et une autre du XIXe siècle[28].
  • l'église Saint-Lucien[29] (XIIe, XVIe et XVIIIe siècles) et son mobilier[30];
  • un château fort des XIIe[31], XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles[32] ; ce château sur motte est de type donjon-chemise[33].
Le tronc de cône mesure 50 mètres de diamètre au sommet pour une hauteur de 3 mètres par rapport au plateau. Le fossé, qui devait mesurer 25 mètres de largeur, est aujourd'hui comblé. La plate-forme sommitale accueille deux bâtiments et un mur d'enceinte. Sous le bâtiment ouest sont aménagées quatre caves dont deux médiévales. La première, constituée d'une salle voûtée en berceau de 5,4 × 3,3 m, est construite en fosse. Dans son mur nord s'ouvre une porte qui permet l'accès à une seconde cave faite d'un escalier droit et d'une galerie coudée desservant cinq cellules de stockage. Les différents modes de construction et la datation par Gilles Deshayes des diverses parties, XIIIe – XIVe siècle permettent d'élaborer une hypothèse de l'évolution du site. Une enceinte circulaire primitive aurait été comblée lors de l'aménagement de la première cave, époque où a été édifié le mur périphérique.
Ces vestiges sont les restes d'un château plus puissant où était encore visible, en 1639, un donjon et un pont-levis.
La première mention du site en 1144 est probablement largement postérieure à la construction de la fortification. Le site primitif est à rapprocher d'un type d'ouvrages de terre de la première moitié du XIe siècle. Les terres d'Hacqueville relevaient de la seigneurie de Tosny, puissante famille normande à cette époque[34] ;

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire de Marc Brunel.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason
De gueules à trois léopards d'or, armés et lampassés d'azur, l'un au-dessus de l'autre, accostés de deux fleurs de lis d'or, à la corde nouée d'argent posée en orle et enfermant le tout[37].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Hacqueville et Étrépagny », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Etrepagny » (commune d'Étrépagny) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Etrepagny » (commune d'Étrépagny) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  10. a et b Insee, « Métadonnées de la commune ».
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  14. Ernest Poret de Blosseville, Dictionnaire topographique du département de l’Eure, Paris, , p. 107.
  15. a et b François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 122.
  16. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Volume 2, Librairie Droz, Genève, 1991, p. 954, n° 17135 [1].
  17. ibidem
  18. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6).
  19. François de Beaurepaire, op. cit., p. 126
  20. « Prieuré Saint-Étienne-lez-Hacqueville », sur archives.cg27.fr, Les fonds des Archives départementales de l'Eure (consulté le ).
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  25. « Église paroissiale Saint-Candé, Sainte-Agathe », notice no IA00017085, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Manoir », notice no IA00016959, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Ferme », notice no IA00017086, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Ferme », notice no IA00016958, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Église paroissiale Saint-Lucien », notice no IA00016961, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Notice no IM27003723, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie [2].
  32. « Château fort », notice no IA00016960, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Archéologie de France -Gallia.
  34. Sébastien Noël et Luc Stevens, Souterrains et mottes castrales : Émergence et liens entre deux architectures de la France médiévale, Paris, Éditions L'Harmattan, , 422 p. (ISBN 978-2-343-07867-0), p. 335.
  35. « Prieuré de Bénédictins Saint-Étienne », notice no IA00017087, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. Notice no IM27003727, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=20607

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]