La Ferrière-sur-Risle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Eure
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Eure.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferrière.
La Ferrière-sur-Risle
Halles médiévales de la Ferrière
Halles médiévales de la Ferrière
Blason de La Ferrière-sur-Risle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Canton de Conches-en-Ouche
Maire
Mandat
Joël Rioult
2014-2020
Code postal 27760
Code commune 27240
Démographie
Population
municipale
236 hab. (2013)
Densité 1 180 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 44″ Nord 0° 47′ 12″ Est / 48.9789, 0.7867
Altitude Min. 124 m – Max. 155 m
Superficie 0,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Ferrière-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
La Ferrière-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferrière-sur-Risle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferrière-sur-Risle
Liens
Site web www.laferrieresurrisle.fr

La Ferrière-sur-Risle est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale du village

Village du pays d'Ouche.

C'est une des plus petites communes de France en surface[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Ferrariae vers 1210[2].

Mentionné plus tard que les autres Ferrières (-Haut-Clocher et -Saint-Hilaire) du pays d'Ouche, il n'est pas étonnant de trouver l'article défini. Le qualificatif -sur-Risle sert à éviter la confusion avec les deux autres communes[2].

Il signifie « lieu d'extraction du minerai de fer ». Il s'agit d'un toponyme médiéval. Les époques gauloises sont représentées par Cernay et gallo-romaines par Cernières[2], autres communes du pays d'Ouche.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'activité économique était importante, liée en partie à l'industrie du fer, et elle a permis un développement de ses infrastructures telle que la halle, qui montre l'importance d'un ancien marché, ou bien les dimensions de l'église, qui abrite entre autres, le plus beau retable de l'Eure.

La noblesse organisait de grands festins sous la halle qui servait aussi de lieu d'échange ou de divertissement.

La commune est bombardée le 17 août 1944.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1917   Gaston Roussel    
1938   Rodolphe Delanoë    
1995[3] 7 mai 2013 Jean-Jacques Hubert    
2013 en cours Joël Rioult DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 236 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
474 437 455 496 604 572 590 513 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
530 514 458 392 365 406 402 401 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362 361 363 348 318 316 298 286 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012
360 385 336 309 241 247 278 279 244
2013 - - - - - - - -
236 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Détail de la charpente des halles médiévales

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Ferrière-sur-Risle compte trois édifices inscrit au titre des monuments historiques :

  • L'église Saint-Georges (XIIIe) Logo monument historique Classé MH (1913) [6]. De style roman et gothique. Elle abrite un retable doré à la feuille réalisé par l'école Léonard de Vinci ;
  • Les halles (XIVe)  Inscrit MH (1926) [7]. Longues de 55 mètres lors de leur construction, les halles furent réduites à 35 mètres en 1865. En effet, le conseil municipal avait jugé l'édifice trop grand pour les besoins des marchés et des foires. De plus, il posait des problèmes de circulation au centre du village. Jusqu'en 1930, le deuxième jour de novembre, s'y tenait un marché aux pommes. Aujourd'hui, chaque troisième dimanche du mois, les halles accueillent un marché de brocanteurs et d'antiquaires[8].
  • Une maison du XVIe siècle  Inscrit MH (1926) [9].

À noter, par ailleurs, que :

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Site Natura 2000 "Risle, Guiel, Charentonne"[10].

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • ZNIEFF 230000764 - La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr La Ferrière-sur-Risle (Eure).svg

Les armoiries de La Ferrière-sur-Risle se blasonnent ainsi :

Parti : au 1) de gueules à l'écusson du même aux deux léopards d'or passant l'un sur l'autre et à la filière du même, an chef à dextre et au haut fourneau d'argent maçonné de sable, la bouche ouverte du même sur un charbon incandescent du champ enflammé aussi d'or, en pointe à senestre, au 2) coupé au I de sinople au cor d'or et au II d'azur à la truite d'argent, courbée en pal, tête et queue à dextre.
Création Henry Fonquernie et André Franchet. Adopté en décembre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes les moins étendues
  2. a, b et c François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, éditions Picard, 1981, p. 109.
  3. http://www.paris-normandie.fr/article/jean-jacques-hubert/eure-jean-jacques-hubert-alias-mister-jack-deces-d%E2%80%99un-maire-chanteur
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.
  6. « Église », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Halle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Christiane Lablancherie, « La Ferrière-sur-Risle : balade en nostalgie », Patrimoine normand, vol. 93,‎ (lire en ligne).
  9. « Maison du 16e siècle », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. « Risle, Guiel, Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 28 janvier 2016)
  11. « La vallée de la Risle de la Ferrière-sur-Risle à Brionne, la forêt de Beaumont, la basse vallée de la Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 28 janvier 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]