Exposition universelle de Bruxelles de 1910

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exposition Universelle et Internationale
Général
Type-BIE Universelle
Catégorie Expo historique
Surface 88 hectares
Fréquentation 13.000.000 visiteurs
Participant(s)
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Bruxelles
Site Solbos, Jubelpark, Tervuren
Coordonnées 50° 48′ 46,4″ nord, 4° 22′ 49,8″ est
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1906 , Milan
Suivante Exposition universelle de 1911 , Turin

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Exposition Universelle et Internationale

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Exposition Universelle et Internationale

L'Exposition Universelle et Internationale, est une Exposition universelle[1] qui s'est déroulée à Bruxelles du 23 avril au 1er novembre 1910. C'est la troisième exposition internationale de la ville[2]. L'exposition est relativement généraliste mettant en avant les réalisations industrielles, commerciales et coloniales de la Belgique[2].

Elle eut un grand succès et reçut la visite de près de 13 millions de visiteurs, sur près de 90 hectares et près de 29 000 exposants[2].

L'Exposition se déroula au plateau du Solbosch à Bruxelles, et à Tervuren où fut organisée une Exposition coloniale. Sur le site du Solbosch se trouvait également un village pittoresque Bruxelles-Kermesse[2], conçue par les architectes Jules Barbier puis Franz Van Ophem comme une reconstitution d'un Bruxelles de jadis qui était déjà en train de disparaître.

L'exposition a pour particularité d'avoir la présence pour la première fois pour ce type d'évènement de pavillon nationaux notamment du Royaume-Uni ou de l'Allemagne, bien que plus diffuse la présence de représentants français est très importante avec près de 45 000 m2 de bâti qui lui sont consacrés[2].

L'Exposition de 1910 s'est dramatiquement interrompue à la suite d'un terrible incendie qui a éclaté dans la nuit du 14 au 15 août 1910 qui en a entièrement ravagé le grand palais central, Bruxelles Kermesse, ainsi que le pavillon britannique et des stands français[3].

Souvenirs[modifier | modifier le code]

À l'occasion de cette Exposition le site du Mont des Arts, détruit par la bruxellisation, fut aménagé.

L'Hôtel Astoria (Bruxelles), actuellement classé, a été construit à l'occasion de cette Exposition.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Findling et Pelle, Encyclopedia of World's Fairs and Expositions, p. 206
  2. a, b, c, d et e (Lyon, centre du monde ! L'exposition internationale urbaine de 1914, p. 21)
  3. (Marie-Anne Pivat-Savigny 2013, p. 24)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Saintenoy et H. Vaes, Avant-projet d'une Exposition Universelle et Internationale à Bruxelles 1907, Bruxelles, édition Émile Bruylant, 1903 (avec un frontispice de Privat Livemont).
  • Bruxelles 1910 : de l'Exposition Universelle à l'Université, sous la direction de Serge Jaumain et Wanda Balcers, Bruxelles, Racine, 2010.
  • Benoît Schoonbroodt, « Le refus de la modernité : architecture et beaux-arts à l'Exposition de 1910 », dans Bruxelles 1910 : de l'Exposition Universelle à l'Université, sous la direction de Serge Jaumain et Wanda Balcers, Bruxelles, Racine, 2010.
  • Lyon, centre du monde ! L'exposition internationale urbaine de 1914, Fage-Editions, , 336 p. (ISBN 284975305X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]