Exposition universelle de New York 1939-1940

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

New York World's Fair
New York World's Fair
Trylon et Périsphere, symboles de l'Exposition, par Harrison et Fouilhoux.
Général
Type-BIE Universelle
Catégorie Expo de seconde catégorie
Thème The world of tomorrow
Surface 486,4 hectares
Fréquentation 44.932.978 visiteurs
Organisateur Grover Whalen
Participants
Nombre de pays 33
Localisation
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville New York
Site Flushing Meadows-Corona Park
Coordonnées 40° 44′ 38,5″ nord, 73° 50′ 39,9″ ouest
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1937 , Paris
Suivante Exposition universelle de 1949 , Port-au-Prince
Éditions spécialisées
Précédente Exposition Aéronautique Internationale de la ligue de défense aérienne de Finlande 1938 , Helsinki
Suivante Exposition Internationale de l’Habitation et de l’Urbanisme (1947) , Paris
Expositions simultanées
Spécialisée Exposition internationale de la technique de l'eau de 1939, Liège
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
New York World's Fair
Géolocalisation sur la carte : New York
(Voir situation sur carte : New York)
New York World's Fair

L'Exposition universelle de New York 1939-1940 a eu lieu sur le site de Flushing Meadows-Corona Park[1]. Elle est l'une des plus grandes expositions universelles de tous les temps. De très nombreux pays du monde y participent et plus de 44 millions de visiteurs s'y présentent sur les deux années. L'Exposition est organisée autour du thème du « Monde de demain » (The world of tomorrow).

Elle est sensiblement affectée par l'entrée d'une partie de l'Europe dans la Seconde Guerre mondiale dès septembre 1939.

Palais et pavillons[modifier | modifier le code]

  • Palais de la France d'Outre-mer : le grand hall est décoré par le peintre Jean Bouchaud. Une partie des œuvres d'art embarquées à bord du Paris pour New-York disparaissent dans un incendie suivi du naufrage du paquebot en 1939 dans le port du Havre. Par chance, les tableaux du XIXe siècle échappent au désastre, et sont montrés pour la première fois aux États-Unis[2].
  • Stands pour le pavillon belge contenant une collection de jouets de l’usine Torck réalisés par Lou Bertot-Marissal[3],[4].
  • Palais des Nations-Unies : le hall est décoré d'une fresque de Marthe Flandrin.
  • Futurama : exposition conçue par Norman Bel Geddes, parrainée par General Motors, présentant une vision des routes du futur en diorama.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À l'endroit même où sera organisée la Foire internationale de New York 1964-1965 25 ans après.
  2. https://archive.org/details/newyorkworldsfai00lill/page/n57/mode/2up
  3. Section littérature : Jacques Mericer et Karl Scheerlinck, Made in Belgium, un siècle d'affiches belges, Exhibitions International, Doornik, 2003 ; Fredie Floré, Lessen in goed wonen: Woonvoorlichting in België 1945-1958, Universitaire Pers Leuven, 2010 ; Karl Scheerlinck et Robert Lucas, Antwerpen geplakt: Vooroorlogse Antwerpse affichekunst, Archief en Museum voor het Vlaamse Cultuurleven Antwerpen, 1993 ; Cahiers de l'urbanisme, Patrimoine et Modernité - 73, sept. 2009, Service public de Wallonie, éditions Mardaga.
  4. Ana Paula Ferreira, Débuts de La Cambre : 1927-1939 (Mémoire), Bibliothèque de la Faculté d'architecture de l'Université Libre de Bruxelles, .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :