Eugene O'Neill

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eugene O’Neill)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Neill.
Eugene O'Neill
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de O'Neill par Carl Van Vechten, 1933

Nom de naissance Eugene Gladstone O'Neill
Naissance
Hell's Kitchen (New York), Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 65 ans)
Boston, Massachusetts, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain

Œuvres principales

Eugene Gladstone O'Neill ( - ) est un dramaturge américain. Il reçut le Prix Pulitzer de l'œuvre théâtrale en 1920 et le prix Nobel de littérature en 1936. Plus que n'importe quel autre dramaturge, O'Neill a introduit dans le théâtre américain un réalisme dramatique commencé par Anton Tchekhov, Henrik Ibsen, et August Strindberg. Généralement ses écrits impliquent des personnages vivant en marge de la société, luttant pour maintenir leurs espoirs et aspirations, mais glissant finalement dans la désillusion et le désespoir. O'Neill explore les aspects les plus sombres de la condition humaine.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Enfance et début d'une vocation[modifier | modifier le code]

Son père était un comédien d'origine irlandaise James O'Neill ayant grandi dans la pauvreté. Sa mère, Ella Quinlan O'Neill, était la fille d'un père fortuné décédé lorsqu'elle avait dix-sept ans. La mère d'O'Neill ne se remit jamais du décès de son deuxième fils, Edmund, mort de la rougeole à l'âge de deux ans. Elle devint dépendante à la morphine lors de la naissance difficile d'Eugene.

Même si O'Neill est né dans une chambre d'un hôtel de Broadway, à New York, son existence est intimement liée à la ville de New London dans le Connecticut. Sa famille possédait en effet une propriété dans cette ville avant sa naissance. Avant d'y vivre à l'année, la famille l'utilisait comme résidence d'été. En raison de la profession de son père, Eugene a passé ses premières années dans les coulisses des théâtres et dans les trains à bord desquels sa famille se déplaçait d'une ville à l'autre. À l'âge de sept ans, O'Neill est envoyé dans un internat catholique où il trouve sa seule consolation dans les livres.

Après avoir été suspendu de l'université de Princeton, il passe plusieurs années en tant que marin, pendant lesquelles il souffre de dépression et d'alcoolisme. Ses parents ainsi que son frère aîné Jamie (qui boit jusqu'à en mourir à l'âge de 45 ans) moururent à moins de trois ans d'intervalle. O'Neill se tourne alors vers l'écriture comme forme d'évasion.

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Associé à une troupe de théâtre amateur, les "Provincetown Players", qui joue plusieurs de ses premières pièces , O'Neill est également employé par le New London Telegraph, il écrit ses sept ou huit premières pièces. Il décide de se vouer à l'écriture de pièces à plein temps après son expérience désastreuse chez Gaylord Farms Sanatorium, où il contracte la tuberculose.

Pendant les années 1910 O'Neill est un habitué de la scène littéraire de Greenwich Village, où il se lie avec beaucoup d'hommes politiques, le plus connu étant John Reed, fondateur du Communist Party USA. Dans le même temps, O'Neill a une relation romantique avec la femme de Reed, l'écrivain Louise Bryant. O'Neill a d'ailleurs été incarné par Jack Nicholson dans le film de 1981, Reds, sur la vie de John Reed, où il sert de voix à l'anti-communisme et à la "sobriété" dans le film.

En 1929 O'Neill s'installe dans la vallée de la Loire, au Château du Plessis à Saint-Antoine-du-Rocher, Indre-et-Loire. Puis, en 1937,il déménage à Danville, en Californie et y a vécu jusqu'en 1944. Sa maison, connue sous le nom de Tao House, est aujourd'hui un musée, le "Eugene O'Neill National Historic Site".

La première représentation d'une pièce d'O'Neill, Beyond the Horizon, à Broadway en 1920, est acclamée, et récompensée par le Prix Pulitzer. Ses pièces les plus connues sont Desire Under the Elms, Strange Interlude pour laquelle il remporte un second prix Pulitzer, Le deuil sied à Électre, et sa seule comédie Ah, Wilderness!, une mélancolique réécriture de l'enfance qu'il aurait souhaitée. En 1936, il reçoit le prix Nobel de littérature. Après une pause d'une dizaine d'années, O'Neill écrit The Iceman Cometh, pièce qui connaît un succès immédiat en 1946. L'année suivante A Moon for the Misbegotten est un échec, cette pièce ne sera reconnue comme étant sa meilleure œuvre qu'une décennie plus tard.

Relations familiales[modifier | modifier le code]

O'Neill épouse l'actrice Carlotta Monterey (1888-1970) en troisièmes noces. Bien que durant les premières années de leur mariage, elle ait organisé sa vie, lui permettant de se consacrer à l'écriture, elle sombre dans la dépendance au bromure de potassium, leur couple se détériore, vivant un certain nombre de séparations.

En 1943, O'Neill désavoue sa fille Oona, née de sa deuxième épouse Agnès Boulton (1891-1968), pour son mariage, le , avec l'acteur-réalisateur-producteur Charlie Chaplin alors qu'elle vient d'avoir 18 ans et lui, 54 ans. Il ne l'a jamais revue.

Il prend également ses distances avec ses fils, Eugene O'Neill Jr., spécialiste des lettres classiques de Yale qui souffre d'alcoolisme, et se suicidera en 1950 à l'âge de 40 ans, et Shane O'Neill, souffrant d'addiction à l'héroïne qui se suicidera lui aussi.

Les dernières années de sa vie[modifier | modifier le code]

Après avoir souffert de multiples problèmes de santé (alcoolisme compris) pendant de nombreuses années, O'Neill doit finalement fait face à la maladie de Parkinson, avec des tremblements dans les mains qui lui rendront impossible l'écriture pendant les dix dernières années de sa vie. Il a essayé la dictée, mais s'est trouvé incapable de composer de cette façon.

O'Neill meurt à l'âge de 65 ans, à un stade avancé de la maladie de Parkinson, dans la chambre 401 de l'hôtel Sheraton de Boston, le [1]. O'Neill est enterré dans le Forest Hills Cemetery à Jamaica Plain, Massachusetts.

Bien que ses instructions écrites stipulent que ses œuvres ne deviennent pas publiques durant les 25 années suivant sa mort, Carlotta arrange, en 1956, son chef-d'œuvre autobiographique Le Long Voyage vers la nuit (Long Day's Journey Into Night) pour la publication. Cette pièce qui remporte immédiatement un immense succès critique, est à présent considérée comme sa plus belle pièce. D'autres œuvres publiées après sa mort incluent A Touch of the Poet (1957) et More Stately Mansions (1967).

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvre [2][modifier | modifier le code]

Représentation du Désir sous les Ormes d'Eugene O'Neill au Théâtre des Amandiers en 1993. Mise en scène de Matthias Langhoff, traduction de Françoise Morvan, photographie de Daniel Cande.
  • Bound East for Cardiff, 1916, (En route vers Cardiff)
  • The Moon of the Caraibbees and other Plays of the Sea, 1917, (La Lune des Caraïbes et autres drames de la Mer)
  • Beyond the Horizon, 1920 (Derrière l'horizon)
  • The Emperor Jones, 1920 (L'Empereur Jones), pièce adaptée au cinéma sous le titre The Emperor Jones], traduction française de Maurice Bourgeois, en 1935, et réalisation radiophonique d'A. Alléhaut, cette même année.
  • The Hairy Ape, 1922 (Le Singe velu), traduction française de Maurice Bourgeois, 1945, Paris, Delamain et Boutelleau, FRBNF32497352.
  • Anna Christie, 1922
  • Welded, 1923, (Enchaînés)
  • The Fountain, 1923, (La Fontaine)
  • All God's Children Got Wings, 1924, (Tous les enfants du Bon Dieu ont des ailes)
  • Marco Millions 1923-25
  • Desire Under the Elms, 1925, (Désir sous les ormes)
  • Lazarus Laughed, 1925-26, (Le Rire de Lazare)
  • The Great God Brown, 1926, (Le Grand Dieu Brown)
  • Hughie, 1928
  • Strange Interlude, 1928 (L'Étrange Intermède) : pièce adaptée au cinéma sous le titre Strange Interlude
  • Dynamo, 1929
  • Mourning Becomes Electra, 1931, (Le deuil sied à Électre), adaptation française de Paul Blanchart, Théâtre du Montparnasse, 1947.
  • Ah, Wilderness!, 1933, (Ah, Solitude !)
  • Days Without End, 1933, (Jours sans fin)
  • The Iceman Cometh, écrit en 1939, (Le marchand de glace est passé), première présentation en 1946
  • Long Day's Journey Into Night, (Le Long Voyage vers la nuit ou Long Voyage du jour à la nuit), achevé en 1941, première présentation en 1956
  • A Moon for the Misbegotten, 1943 (Une lune pour les déshérités)
  • A Touch of the Poet, (La Marque du poète) écrit en 1942, première présentation en 1957 à Stockholm, puis en 1958 à Broadway
  • More Stately Mansions, deuxième brouillon trouvé dans les papiers du dramaturge après sa mort ; première présentation en 1967
  • The Calms of Capricorn, publié en 1983

Informations supplémentaires[modifier | modifier le code]

  • Black, Stephen A., Eugene O'Neill: Beyond Mourning and Tragedy, Yale University press, (ISBN 0-300-09399-3), 2002.
  • Le Connecticut College conserve des archives sur O'Neill.
  • La pièce Embrasser les ombres de Lars Norén met en scène Eugene O'Neill dans les dernières années de sa vie, lors d'une réunion de famille avec sa femme Carlotta et ses deux fils, Eugene Jr et Shane.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le bâtiment est à présent un dortoir du Shelton Hall de l'université de Boston
  2. Histoire du théâtre V, Vito Pandolfi, Marabout Université, Vervier, 1969.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :