Carl Spitteler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carl Spitteler
Description de cette image, également commentée ci-après
Carl Spitteler en 1905.
Naissance
Liestal, Canton de Bâle-Campagne, Drapeau de la Suisse Suisse
Décès (à 79 ans)
Lucerne, Canton de Lucerne,
Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture allemand
Genres

Carl Friedrich Georg Spitteler (né le à Liestal et décédé le à Lucerne) est un écrivain suisse allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 14 décembre 1914, il prend position pour la neutralité, le respect des minorités et l'unité du pays alors que la Suisse se divise de plus en plus entre pro-allemands et pro-français[1]. Il donne un discours intitulé Unser Schweizer Standpunkt (Notre point de vue suisse) traduit en français en 1915.

Son discours qui vise à entériner les passions pour des nations étrangères présente notamment la distinction entre les voisins et les frères comme suit :

« Tous ceux qui vivent au-delà de nos frontières sont nos voisins, et, jusqu’à nouvel ordre, nos chers voisins ; tous ceux qui vivent en deçà sont plus que des voisins, ce sont des frères. Or, la différence entre voisin et frère est immense. Même le meilleur voisin peut, suivant les circonstances, tirer sur nous à boulets, tandis que le frère, dans la bataille, combat à nos côtés. On ne saurait donc imaginer différence plus considérable. »[2]

Il est l'auteur de poèmes à la fois pessimistes et héroïques. Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1919.

Lors de sa visite en Suisse en 2017, le président chinois Xi Jinping cite un extrait du poète en préambule du texte adressé aux médias suisses: le plus grand bonheur est de « trouver des amis avec qui on partage le souffle comme le destin ».

Le fonds d'archives de Carl Spitteler se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne, à la Bibliothèque centrale de Zurich et au Dichter- und Stadtmuseum à Liestal.

Imago[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une des œuvres de Spitteler les plus connues et traduites en français.

Le héros est à la fois poète, mégalomane et naïf, et il est prêt à n'importe quoi pour les beaux yeux d'Imago. Il déteste et aime la société classique de son époque.

Histoire d'amour impossible à sens unique, le récit semble en partie autobiographique. L'Imago de Spitteler est le Tasse de Goethe, celui-ci reflétant son véritable et impossible amour pour Mme de Stein. Imago était un des livres favoris de Freud. Il impressionne tellement le créateur de la psychanalyse qu'en 1913 ils donne ce nom de Imago à la première revue psychanalytique[réf. souhaitée]. Dans Imago, et dans l'esprit du héros de Carl Spitteler, se joue la poursuite compliquée d'une chimère, ainsi que diverses interactions et considérations multiples avec la raison et la morale. Ces sujets étaient d'un grand intérêt pour l'étude de la pensée et des pulsions humaines selon les théories alors en vogue et en monologue intérieur.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Prometheus und Epimetheus, 1881
    Publié en français sous le titre Prométhée et Épiméthée, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1940
  • Extramundana, 1883
  • Ei Ole, 1887
  • Samojeden, 1887
  • Hund und Katze, 1887
  • Olaf, 1887
  • Bacillus, 1888
  • Das Bombardement von Åbo, 1889
  • Schmetterlinge, 1889
  • Der Parlamentär, 1889
  • Das Wettfasten von Heimligen, 1890
  • Friedli der Kolderi 1891
  • Gustav 1892
    Publié en français sous le titre Gustave, Genève, Éditions Georg / Paris, G. Grès, « collection helvétique », 1920
  • Litterarische Gleichnisse 1892, essais
  • Der Ehrgeizige 1892
  • Jumala. Ein finnisches Märchen 1893
  • Balladen 1896, poésie
  • Der Gotthard 1897
  • Conrad der Leutnant, 1898
    Publié en français sous le titre Le Lieutenant Conrad, suivi de Le Sombre Dimanche de Herrlisdorf, Paris, Payot, 1915
  • Lachende Wahrheiten, 1898, essais
  • Olympischer Frühling (4 volumes) 1900 - 1906 :
    • I. Die Auffahrt
    • II. Hera die Braut
    • III. Die Hohe Zeit
    • IV. Ende und Wende
  • Olympischer Frühling, 1905, épopée
  • Imago, 1906
    Publié en français sous le titre Imago, Lausanne, Payot, 1917 ; réédition, Paris, Navarin, collection de Studiolo, 1984
  • Gras- und Glockenlieder, 1906
    Publié en français sous le titre Chansons des cloches et de l'herbe, Paris, G. Grès, 1924
  • Die Mädchenfeinde, 1907
    Publié en français sous le titre Les Petits Misogynes, Paris, E. de Boccard, 1917 ; réédition sous le même titre dans une nouvelle traduction, Lausanne, Éditions de l'Aire, « Lettres universelles » , 1983
  • Meine frühesten Erlebnisse, 1914, biographie
    Publié en français sous le titre Mes premiers souvenirs, Lausanne, Payot, 1916
  • Prometheus der Dulder, 1924
    Publié en français sous le titre Le Second Prométhée, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1959

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Journal Le Temps »
  2. Carl Spitteler, Notre point de vue Suisse, 1915, cité par : Bibliothèque Nationale Suisse, Dossier pédagogique pour les classes des degrés secondaire I et II, "Sous le feu des propagandes, la Suisse face à la première guerre mondiale", en ligne : https://www.mfk.ch/fileadmin/user_upload/03_Vermittlung/Didaktische_Materialien/sous_le_feu_des_propagandes_dossier_web.pdf