Vicente Aleixandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Vicente Aleixandre
Image dans Infobox.
Vicente Aleixandre en 1977.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Vicente Pío Marcelino Cirilo Aleixandre y Merlo
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales
Grab Vicente Alexandre.jpg
Vue de la sépulture.

Vicente Aleixandre, né le à Séville et mort le (à 86 ans) à Madrid, est un poète espagnol de la génération de 27.

Il a reçu le Prix national de Poésie en 1934[1], a été membre de l'Académie royale espagnole sur le siège O à partir de 1949 et a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1977.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vicente Pío Marcelino Cirilo Aleixandre y Merlo naît à Séville le .

Tout en poursuivant des études de droit, il découvre la poésie en 1917 (Rubén Darío, Gustavo Adolfo Bécquer, Antonio Machado... ainsi que les symbolistes français). Sa santé commence à se dégrader en 1922. En 1925, se déclare une néfrite tuberculeuse qui se termine par l'ablation d'un rein. En 1925, il commence à écrire de la poésie. Il publie ses premiers poèmes dans la Revista de Occidente en 1926, fréquentant Cernuda, Altolaguirre, Alberti et García Lorca. Son talent est reconnu rapidement, car il reçoit le prix national de poésie en 1934 pour La destrucción o el amor (es)[2].

Entre 1955 et 1962, il est membre du comité commanditaire de la revue littéraire colombienne Mito, aux côtés de Luis Cardoza y Aragón, Carlos Drummond de Andrade, León de Greiff, Octavio Paz et Alfonso Reyes[3].

En 1963, il signe une lettre au ministre franquiste Manuel Fraga dans laquelle il sollicite une investigation sur les agressions et les tortures perpétrées à l'encontre des mineurs asturiens et à leurs épouses lors des grèves de 1962-63. La missive est signée par 120 autres intellectuels espagnols. Le ministre répond dans une lettre ouverte à José Bergamín, l'un des signataires, en niant les faits.

À la fin de la Guerre d'Espagne, et malgré ses idées de gauche, Aleixandre ne s'exile pas. Il devient un maître pour les jeunes poètes.

En 1977, il reçoit le prix Nobel de littérature[4].

Vicente Aleixandre meurt dans la nuit du à Madrid.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Son œuvre poétique présente des étapes contrastées. Dans la première, sous l'influence du surréalisme, l'individualisme prime, le ton visionnaire et une espèce de panthéisme amoureux. Sa vision est plus pessimiste avec un langage difficile. Le sommet de cette étape est Sombra del paraíso.

Sa seconde étape commence en 1945 et en elle prévaut le sentiment de la collectivité, caractérisé par une posture d'intégration du poète dans le monde, connu comme son étape humaine. Son style se fait plus sensible, plus accessible. Les deux livres fondamentaux de cette étape sont Historia del corazón et En un vasto dominio.

Il y a une étape finale, dans laquelle on peut considérer une évolution biologique où Aleixandre aperçoit le bout du chemin. Dans cette période, il utilise une voix sereine et tragique pour chanter l'imminente venue de la mort. Les livres de cette époque d'enquête sont Poemas de la consumación, Sonido de la guerra et Diálogos del conocimiento.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Ámbito (1928)
  • Espadas como labios (1932)
  • La destruccion o el amor (1933) — Prix national de Poésie 1934.
  • Sombra del paraíso (1939-1943, publié à Madrid en 1944, Ombre du paradis, traduction française de Roger Noël-Mayer et Claude Couffon, avec une introduction de Roger Noël-Mayer, Gallimard, 1980.
  • Historia del corazón (1954)
  • Los encuentros (1958) — en prose.
  • En un vasto dominio (1962)
  • Poemas de la consumación (1968)
  • Sonido de la guerra (1972)
  • Diálogos del conocimiento (1974)
  • En gran noche (1991) — édition posthume avec des poèmes inédits.
  • Jeanne Marie, Los caminos del alma / Les Chemins de l’âme - memoria viva de los poetas del 27’ mémoire vive des poètes de la Génération de 1927, éditions Paradigme Orléans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Hémérothèque ABC évoquant le Prix national de Poésie de 1934 », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le )
  2. (es) « Hémérothèque ABC évoquant le Prix national de Poésie de 1934 », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le ).
  3. (es) R. H. Moreno Durán, « Mito, memoria y legado de una sensibilidad », Boletín Cultural y Bibliográfico, no 18,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Biographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Carlos Bousoño, La poesía de Vicente Aleixandre : imágen, estilo, mundo poético, Madrid, 1950.
  • (es) José Lui Cano, Los cuadernos de Velintonia : conversaciones con Vicente Aleixandre, Barcelone : Seix Barral, 1986.
  • (es) Antonio Colinas, Conocer, Vicente Aleixandre y su obra, Barcelone : Dopesa, 1977.
  • (en) Daniel Murphy, Vicente Aleixandre’s Stream of Lyric Consciousness, Lewisburg (PA) : Bucknell Univ. Press, 2001.
  • (en) Kessel Schwartz, Vicente Aleixandre. – New York, Twayne, 1970.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :