Thierry Rey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rey.

Thierry Rey
Image illustrative de l’article Thierry Rey
Thierry Rey en 1980.
Contexte général
Sport pratiqué Judo
Biographie
Nationalité sportive Française
Naissance (60 ans)
Lieu de naissance Furnes (Belgique)
Catégorie moins de 60 kg (supers-légers)
moins de 65 kg (mi-légers)
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Championnats du monde 1 0 0
Championnats d'Europe 1 2 1
Championnats d'Europe par équipes 2 0 0
Jeux méditerranéens 1 0 0
Championnats de France 6 0 1
Meilleurs résultats en Grands Chelems
TournoiParis Ekaterinbourg Rio Tokyo
RésultatMédaille d'orMédaille d'orMédaille d'argent

Thierry Rey est un judoka français né le 1er juin 1959 à Furnes en Belgique.

Combattant dans la catégorie des moins de 60 kg (supers-légers), il a été champion du monde en 1979, et champion olympique lors des Jeux olympiques de 1980 organisés à Moscou. Il est plusieurs fois médaillé aux championnats d'Europe, dont un titre en 1983 Il dans la catégorie des moins de 65 kg (mi-légers).

Il fait ensuite carrière dans les médias, notamment en tant que consultant sur les chaines du groupe Canal + et dans le cinéma. Toujours actif dans le monde du judo, il intervient ensuite dans le monde sportif, au sein de la candidature de Paris 2012. De à , il occupe un rôle de conseiller sport et jeunesse au sein du cabinet à l’Élysée sous la présidence de François Hollande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute à l'âge de 9 ans au Judo-Club de Lagny-sur-Marne. Il commence sa carrière en remportant en 1978 le Tournoi de Paris et le championnat de France Senior dans la catégorie des supers-légers (moins de 60 kilos). En 1979, il conserve ces deux titres et devient également champion du monde. L'année suivante, en 1980, il devient champion olympique à Moscou à l'âge de 21 ans en battant en demi-finale le Soviétique Emizh et en finale le Cubain Rodriguez ; il est le premier dans l'histoire du judo français à réussir le doublé champion olympique/ champion du monde.

Thierry Rey en 2016, à gauche, avec Patrick Braouezec.

En 1981, il monte dans la catégorie des mi-légers (65 kg) et devient champion de France et vice-champion d'Europe en battant le Russe Soloduchine, champion olympique en titre, en demi-finale. En 1983, il est enfin sacré champion d’Europe au stade Pierre-de-Coubertin à Paris. Il conserve la passion pour son sport après sa retraite d'athlète en 1984. En 2007, il devient président de la section judo du Lagardère Paris Racing, après avoir été président du PSG Judo (Groupe Canal +) de 1992 à 2000[1]. Le , il devient directeur du développement du sport de haut-niveau du groupe Lagardère. Tout en restant également un membre influent de la fédération française de judo, il travaille à la candidature de Paris pour les Jeux de 2012.

Il fait également quelques appartitions au cinéma et à la télévision. Pour Canal +, il commente des compétitions de judo, notamment aux Jeux olympiques depuis ceux de Barcelone (1992), mais aussi du rugby (à XV et à XIII), du football ou encore de la boxe ; et participe à de nombreuses émissions pendant les quinze ans durant lesquelles il collabore avec cette chaine. De à , il est chroniqueur à Europe 1 dans le Club Sports[2], animé par Alexandre Delpérier, du lundi au jeudi. Depuis septembre 2009, il coanime cette émission chaque dimanche de 19 à 20 h avec Alexandre Delpérier (Martial Fernandez depuis 2010).

En , opposé à Raymond Domenech et Jean-Claude Perrin, il coache une équipe et gagne l'Étoffe des champions, émission présentée par Alexandre Ruiz, sur France 3.

En , il soutient François Hollande pour la primaire socialiste puis présidentielle[3]. Le , il rejoint son cabinet à l’Élysée en tant que conseiller sport et jeunesse du président de la République[4]. Fin , Nathalie Iannetta lui succède à ce poste ; il est nommé inspecteur général de la jeunesse et des sports[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de Martin Rey-Chirac, né le d'une union avec Claude Chirac, fille de Jacques et Bernadette Chirac.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le gymnase de Lagny-sur-Marne porte son nom ainsi que le Dojo du Centre Interarmées des Sports de Fontainebleau, anciennement Bataillon de Joinville.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Thierry Rey est le premier des judokas français à obtenir les titres olympique, mondial, et européen individuels.

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Catégorie / Année 1980 1981 1982 1983
- 60 kg 3e - - -
- 65 kg - 2e 2e 1er

Divers[modifier | modifier le code]

  • Jeux Méditerranéens
  • Par équipes :
    • 2 titres de champion d'Europe par équipes, en 1978 et 1982.
  • Championnats de France :
    • super-légers (-60 kg) : 3 titres nationaux en 1978, 1979 et 1980.
    • mi-légers (-65 kg) : 3 titres nationaux en 1981, 1982 et 1983 ; 3e en 1984.
  • Tournois :
    • Tournoi de Paris (France) :
      • 3 podiums dont 2 victoires en 1978 et 1979, et 1 deuxième place en 1982.
    • Tournoi d'automne:
      • 1977.
  • Grade: Ceinture Blanche-rouge 8e DAN (2014)[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1989 : la Terreur : Péniche sur le canal Saint Martin, Paris
  • 1991 : Roméo et Juliette : rôle de Benvolio au Théâtre National de Nice

Il est également apparu dans trois clips musicaux de Patrick Bruel : Place des grands hommes, J'suis quand même là, et Pour la vie.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clément Daniez, « Thierry Rey, de la case "judo" à la case "conseiller sport" de François Hollande », sur lexpress.fr, .
  2. « Europe 1 muscle son jeu », sur leparisien.fr, .
  3. « L'ex-ami de Claude Chirac pour Hollande », sur lefigaro.fr, .
  4. Florent Bouteiller, «  Thierry Rey : les sept vies d’un « chat » judoka devenu animal politique socialiste », sur combat.blog.lemonde.fr, .
  5. « Qui sont les nouveaux conseillers de Hollande ? », sur challenges.fr, .
  6. Liste des Haut gradés
  7. Décret du 5 avril 2015 portant promotion et nomination

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]