Cuisine mauritanienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cuisine mauritanienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Catégorie Cuisine africaine

Jusqu'ici la cuisine mauritanienne n'a guère cherché à se faire connaître à l'extérieur du pays, si l'on excepte quelques restaurants au Maroc, à Paris ou à Montréal.

Les matières premières[modifier | modifier le code]

La Mauritanie étant un peuple de nomades éleveurs, les chameaux et le bétail tiennent une place majeure dans l'alimentation, sous forme de viande ou de lait. Le poisson, présent en abondance sur les côtes, mais détesté par les nomades, a mis très longtemps à intégrer la cuisine mauritanienne, et ne l'a fait que sous l'influence de campagnes gouvernementales, et grâce à la diffusion de la cuisine sénégalaise[1].

Les plats typiques[modifier | modifier le code]

Les dattes, récoltées à l'occasion de la fête de la Guetna, où elles sont consommées fraîches en abondance, sont ensuite stockées dans des outres où elles se transforment en pâte, ou sont servies sèches en entrée, et trempées dans de la crème ou du beurre[1].

Les plats de viande de la cuisine maure sont servis sans trop d'apprêts, de type légumes, que les Maures traditionnellement n'appréciaient pas, et rarement de sauces. Le tichtar est un plat de lamelles de viande séchées au soleil. Autrefois confectionné à partir de viande d'addax, il est désormais élaboré à partir de viande de chameau ou de bœuf[1]. Le banafe est un ragoût à base de viande et de pomme de terre originaire de la Mauritanie, très apprécié par les Wolofs. Le fataye est un beignet farci au thon ou à la viande en forme de chausson, accompagné d'une sauce tomate, également apprécié au Sénégal.

Le foie de chameau grillé est servi en en-cas avec de la graisse de bosse de chameau, découpée en cubes, qui est un mets très apprécié[1].

Les autres plats traditionnels maures, essentiellement composés de viande, comme le méchoui[2], ou de viande et de céréales, sont les couscous, à base de blé ou de mil, et les tajines[1].

Près de la côte, et de Nouakchott, le poisson jusqu'à il y a peu abhorré par les populations nomades[1] commence à avoir du succès sous l'influence de la cuisine sénégalaise, et se retrouve sous forme de tiéboudienne (riz au poisson) ou de tiebousauce (riz en sauce de poisson). On trouve aussi plusieurs plats à partir de riz et de poulet, dont les plats traditionnels sénégalais tels que le yassa ou le maffé[2].

Les boissons[modifier | modifier le code]

L'importation et la consommation d'alcool sont officiellement prohibées dans la République islamique de Mauritanie, mais tolérées. À Nouakchott – la capitale –, vins et bières sont disponibles dans de nombreux restaurants.

Le lait et les fromages[modifier | modifier le code]

En Mauritanie, les laits peuvent être de vache, de chèvre, de brebis, de dromadaire ou de chamelle. Le zrig, du lait de chamelle servi frais ou caillé et additionné d'eau et de sucre était initialement la boisson nationale. Très riche en vitamine C, il a été détrôné par le thé, mais est toujours consommé[1],[2]. On peut également trouver du lait frais aromatisé aux dattes.

Le fromage Caravane est un fromage fabriqué avec du lait de chamelle.

Les jus de fruits et boissons à base de végétaux[modifier | modifier le code]

Théière de l'Adrar

Le jus de bouye ou pain de singe est une boisson préparée à partir de la pulpe du baobab. Le bissap, décoction de fleurs d'Hibiscus sabdariffa, est une boisson d'origine malienne et sénégalaise fréquemment rencontrée[3],[2].

Le jus de mangue est populaire.[réf. nécessaire]

Le thé[modifier | modifier le code]

Sa préparation, sous les tentes ou dans les bureaux, obéit à un véritable rituel. Il est servi en trois fois, la première tournée étant composée d'un thé très amer, et la seconde étant aromatisée avec des feuilles de menthe[1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Catherine Belvaude, La Mauritanie, collection Méridiens - peules et pays du monde, éditions Khartala, 1994, (ISBN 2-86537-220-0) p. 51-53
  2. a, b, c et d Cuisine et boissons Mauritanie, Le Guide du routard, consulté le 4 janvier 2016
  3. Gastronomie mauritanienne sur mauritanie-decouverte.net, consulté le 4 décembre 2016

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ken Albala, « Mauritania », in Food Cultures of the World Encyclopedia, vol. 1, Africa, Middle East, ABC-CLIO, 2011, p. 115-118 (ISBN 9780313376276)
  • Muriel Devey, « L'art culinaire », in La Mauritanie, Karthala, Paris, 2005, p. 304-309 (ISBN 9782811138981)
  • « Cuisine mauritanienne », Mauritanie, Petit Futé, édition 2004-2005, p. 62

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]