Quartier de Croulebarbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Quartier de Croulebarbe
Quartier de Croulebarbe
La Manufacture des Gobelins
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 13e
Démographie
Population 19 526 hab. (1999)
Densité 28 217 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 02″ nord, 2° 20′ 49″ est
Superficie 69,2 ha = 0,692 km2
Cours d’eau Bièvre
Transport
Métro (M)(5)(6)(7)
Localisation
Localisation de Quartier de Croulebarbe
Les quartiers du 13e arrondissement.

Géolocalisation sur la carte : France

Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quartier de Croulebarbe

Géolocalisation sur la carte : Paris

Voir sur la carte administrative de Paris
City locator 14.svg
Quartier de Croulebarbe

Le quartier de Croulebarbe est le 52e quartier administratif de Paris, situé dans le 13e arrondissement.

Description[modifier | modifier le code]

Il est délimité au sud par le boulevard Auguste-Blanqui, à l'ouest par la rue de la Santé, au nord par le boulevard de Port-Royal et à l'est par l'avenue des Gobelins. Le nom de « Croulebarbe » vient de celui de famille d'anciens propriétaires des terrains environnants[1]. Ce nom est également celui de l'ancien moulin sur la Bièvre situé à l'emplacement actuel de l'entrée ouest du square René-Le Gall dont la première mention figure dans un acte de 1214, qui fut acheté par la Ville de Paris en 1827 et détruit en 1841 et celui d'une rue centrale du quartier, la rue Croulebarbe[2]. Il est l'un des plus anciens toponymes de Paris, lisible sur la carte de Cassini.

En 1999, le quartier a une population recensée de 19 526 habitants[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès l'époque gallo-romaine, la cité de Lutèce était installée dans l'île de la Cité ainsi que sur la rive gauche de la Seine. Pour se rendre à Melun, Sens, voire à Lyon, les Romains utilisaient une route qui suivait à peu de chose près le tracé de la rue Mouffetard et des avenues des Gobelins et de Choisy actuelles, au bord desquelles de nombreuses sépultures de différentes époques ont été trouvées. Au pied de la montagne Sainte-Geneviève s'établit rapidement le hameau de Chambois.

Lors des derniers soubresauts de l'Empire romain, les chrétiens de Lutèce, devenue Paris, utilisaient comme nécropole toute une partie de ce qui allait plus tard devenir le bourg Saint-Marcel, dont le centre peut être approximativement placé au carrefour des Gobelins actuel. Grâce à des monnaies retrouvées lors de fouilles, sa période d'utilisation semble s'étendre de la fin du Ier siècle au début du IVe siècle.

Du temps de son vivant, la présence de saint Marcel lui-même en ces lieux n'est pas historiquement certaine, mais il semble bien y avoir été inhumé à sa mort en 436, à la suite de quoi un sanctuaire y fut érigé qui accueillait en permanence une foule de pèlerins attirés par les miracles attribués au saint. Un bourg en naquit, qui nécessita vite la construction d'une plus vaste collégiale dès le début du XIe siècle. À son tour agrandie, elle ne résista pas à la Révolution, fut désaffectée en 1790, puis démolie quelques années plus tard. Son dernier vestige, une tour, disparut définitivement lors de l'élargissement du boulevard Saint-Marcel en 1874.

Le bourg Saint-Marcel, étant vite devenu une véritable ville, on y a construit l'église Saint-Hippolyte, située à l'emplacement des premiers numéros impairs du boulevard Arago, démolie peu après la Révolution, et l'église Saint-Martin, sans doute située à droite de la rue de la Collégiale, aujourd'hui dans le 5e arrondissement.

Le hameau de Croulebarbe dépendait de Gentilly[4], les premières maisons de Paris étant celles de la paroisse Saint-Hippolyte. Ce faubourg fut ensuite annexé à Paris sous Louis XV. Sa richesse était due à la fois à son caractère industriel, lié à la Bièvre — tapissiers, teinturiers, tanneurs, brasseurs et bouchers notamment — et à son caractère encore campagnard, vignobles et prés, sans oublier les carrières de calcaire omniprésentes au sud.

Les années passant et Paris s'étendant, le faubourg Saint-Marcel perdit de sa superbe, et devint l'un des faubourgs pauvres de Paris. L'annexion de 1860 offrit l'occasion au baron Haussmann de donner au 13e arrondissement son aspect actuel, tout au moins en ce qui concerne le tracé de ses artères, jusqu'aux plus modestes.

C'est ainsi que fut élargie la partie basse de la rue Mouffetard, devenue l'actuelle avenue des Gobelins, et que furent tracés les boulevards de Port-Royal, Arago et Saint-Marcel. Nombre d'autres rues et places du quartier prirent leur aspect actuel, et ce mouvement ne cessa qu'avec la couverture progressive par tronçons des deux bras de la Bièvre de 1864 au bord de la rue Croulebarbe à 1912 sous la ruelle des Gobelins devenue la rue Berbiet-du-Mets et l'aménagement au cours des années 1930 du parc René Le Gall à l'emplacement des taudis de l'île aux Singes , quartier insalubre habité par les ouvriers des tanneries[5].

Le quartier de Croulebarbe, situé à l'ouest de l'avenue des Gobelins, n'est ainsi qu'en partie situé sur l'emplacement de l'ancien bourg Saint-Marcel. Son unité lui vient de la Bièvre, qui coulait paresseusement en son centre.

Sites particuliers[modifier | modifier le code]

Le couvent des Dames Augustines, rue de la Santé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom et sa délimitation ont été établis par l'annexe au décret impérial no 7073 du 31 octobre 1859 fixant les dénominations des vingt arrondissements municipaux de la ville de Paris.
  2. Renaud Gagneux, Jean Anckaert et Gérard Conte, Sur les traces de la Bièvre parisienne, Paris, éditions Parigramme, , 260 p. (ISBN 2 84096 238 1), p. 104
  3. Paris 1954-1999. Données statistiques. Population, logement, emploi. Paris et arrondissements, Atelier parisien d'urbanisme, septembre 2005. Les données de population proviennent de l'Insee.
  4. ADA, Histoire du XIIIe arrondissement.
  5. Renaud Gagneux, Jean Anckaert et Gérard Conte, Sur les traces de la Bièvre parisienne, Paris, éditions Parigramme, , 260 p. (ISBN 2 84096 238 1), p. 111
  6. Gérard Conte, C'était hier… Le 13e arrondissement, L.M. - Le Point, (ISBN 2-904463-04-6), p. 117.
  7. Biographie de Léopold Sédar Senghor sur le site de l'Assemblée nationale.
  8. Plaque historique de la ville de Paris située devant l'immeuble.
  9. Site de la ville de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]