Avenue des Gobelins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Rue des Gobelins ou Villa des Gobelins.

5e, 13e arrts
Avenue des Gobelins
Situation
Arrondissements 5e
13e
Quartiers Jardin-des-Plantes
Croulebarbe
Salpêtrière
Début Rue Monge
Fin Place d'Italie
Morphologie
Longueur 765 m
Largeur 40 m
Historique
Création Ier siècle et années 1850
Dénomination
Ancien nom Rue Mouffetard
rue Gautier-Renaud
Géocodification
Ville de Paris 4161
DGI 4209

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Avenue des Gobelins
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L'avenue des Gobelins est une voie des 13e et 5e arrondissements de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette rue est située dans le prolongement de la rue Mouffetard, du carrefour de la rue Monge et de la rue Claude-Bernard (5e arrondissement) et montant jusqu'à la place d'Italie (13e arrondissement).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom car elle longe les bâtiments de la manufacture des Gobelins.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avenue vue en direction du Panthéon (photographie probable de Charles Marville).
L’avenue des Gobelins depuis la place d'Italie avec le Panthéon en arrière-plan (1907 et 2005).
 
L’avenue des Gobelins depuis la place d'Italie avec le Panthéon en arrière-plan (1907 et 2005).
L’avenue des Gobelins depuis la place d'Italie avec le Panthéon en arrière-plan (1907 et 2005).

L'avenue résulte de la transformation, dans le cadre des travaux haussmanniens, d'une partie de la rue Mouffetard ouverte par les Romains au Ier siècle pour relier Lutèce à Rome, au sud du passage de la Bièvre, en avenue rectiligne et bordée d'arbres. Une partie de la rue Mouffetard située entre la rue de la Reine-Blanche et la rue Le Brun a été renommée « rue des Gobelins ». Toutefois au XVIIIe siècle, la section entre la rue Croulebarbe et la place d'Italie portait le nom de « rue Gautier-Renaud[1] ».

Vie de quartier[modifier | modifier le code]

À cheval sur trois quartiers, l'avenue des Gobelins, qui débute au niveau de l'église Saint-Médard, profite de l'animation, des commerçants, du marché et du cadre du bas du quartier Mouffetard. Dans sa partie supérieure près de la place d'Italie, c'est une voie bordée de restaurants et de cinémas.

L'architecture est principalement de type haussmannien.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Au no 8 se trouvaient au début des années 1900 un établissement de « bains turco-romains » devenus « bains russes ».
  • Des tombes faisant partie du grand cimetière chrétien Saint-Marcel ont été trouvées aux nos 11, 12 bis, 14 et 16 de l'avenue[1].
  • La manufacture des Gobelins est installée au no 42. L'historien Gustave Geffroy meurt à ce numéro en 1926.
  • Au no 46[2] se trouve l'emplacement approximatif du no 264 de la rue Mouffetard où l'architecte Charles Garnier naquit le (maison démolie en 1868).
  • Au no 58 : Les Fauvettes, salle de cinéma de la fondation Jérôme Seydoux-Pathé, inaugurée le 6 novembre 2015 et occupant l'emplacement de l'ancien Gaumont Gobelins. En 1900, il s'agissait d'une salle de bal et café-concert, qui projette des films à partir de 1903. La salle devient un véritable cinéma en 1937 ; en 1992, elle devient le multiplexe Gaumont Gobelin[3].
  • Au no 73 de l'avenue se trouve l'ancien théâtre des Gobelins[4],[5]. Cette salle de spectacle fut construite en 1869, par l'architecte Alphonse Cusin, pour Henri Larochelle, qui exploitait déjà plusieurs autres salles de quartier dans Paris. Le décor de la façade fut confié à un jeune sculpteur alors inconnu, Auguste Rodin[6]. Cette façade, classée monument historique en 1977[7], présente d'un côté Le Drame (l'homme) et de l'autre La Comédie (la femme). À son ouverture, ce théâtre à l'italienne de 800 places accueillit des pièces à grand spectacle, telles que Le Tour du monde en 80 jours, qui comportait quinze tableaux. Par la suite, la salle présenta des spectacles de variétés, puis, dès 1906, des projections du tout récent cinéma, sous la forme de courts métrages pendant les périodes de relâche du théâtre. Le théâtre devint définitivement un cinéma en 1934, fut transformé en deux salles en 1969, restauré en 1993, mais fermé au public en fin de 2003. Le classement de sa façade le préserve d'une démolition complète. À partir de 2011, le bâtiment est entièrement détruit et reconstruit sur les plans de Renzo Piano pour accueillir la fondation Jérôme Seydoux-Pathé.
  • La mairie du 13e arrondissement au débouché sur la place d'Italie.

Accès[modifier | modifier le code]

L'avenue des Gobelins est desservie par les stations de métro de la ligne (M)(7) Les Gobelins et Place d'Italie, ainsi que par plusieurs lignes de bus RATP (BUS) RATP 27 47 83 91.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, (ISBN 2-7073-1054-9), p. 591.
  2. Jacques Hillairet dit au 46, le marquis de Rochegude propose le no 32 actuel de la rue.
  3. « Un ciné historique redonne vie aux grands classiques », pariszigzag.fr (consulté le 23 février 2017).
  4. Gérard Conte, C'était hier… Le 13e arrondissement, L.M. - Le Point, (ISBN 2-904463-04-6, notice BnF no FRBNF35556989), p. 23.
  5. Plaque historique de la ville de Paris située en façade de l'immeuble.
  6. « Sur les traces de Rodin dans la capitale », Le Figaroscope, semaine du 22 au 28 mars 2018, p. 14.
  7. Notice no PA00086604, base Mérimée, ministère français de la Culture.