Communauté du Pacifique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Commission du Pacifique sud)
Aller à : navigation, rechercher
Communauté du Pacifique
Drapeau de la Communauté du Pacifique.
Drapeau de la Communauté du Pacifique.
Carte de l'organisation
ZEE des États membres de la Communauté du Pacifique (bleu sombre).

Région Océanie
Création 1947
Ancien nom Commission du Pacifique Sud
Changement de nom 1997
Type Organisation de coopération régionale
Domaine Politique
Siège Nouméa (Nouvelle-Calédonie)
Coordonnées 22° 18′ 07″ S, 166° 26′ 34″ E
Langue français
anglais
Membres
Directeur général Colin Tukuitonga
Site web http://www.spc.int/

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
Communauté du Pacifique

La Communauté du Pacifique (CPS) est une organisation internationale, bilingue qui compte parmi ses membres les États et les territoires anglophones et francophones de la région. Œuvrant en Océanie, la CPS[1] a été fondée en 1947[2] peu après la Seconde Guerre mondiale par l'Australie, les États-Unis, la France, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. À l'époque, ces six pays administraient des territoires du Pacifique et anticipaient les avantages qu’ils pourraient retirer en leur apportant une aide « coordonnée ». Appelée à l’origine « Commission du Pacifique Sud », elle a été rebaptisée en 1997, « Secrétariat général de la Communauté du Pacifique », sa zone d’intervention s’étendant désormais du nord au sud du Pacifique.

La CPS contribue au développement des compétences techniques, professionnelles, scientifiques et des capacités de recherche, de planification et de gestion de 22 États et territoires insulaires du Pacifique. Avec les quatre membres fondateurs restés membres de l'organisation que sont l'Australie, la France, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis, la Communauté du Pacifique est composée de 26 États membres.

Départements, sections et services de la CPS[modifier | modifier le code]

La CPS travaille à tous les échelons, local, national, régional et international. Ses programmes techniques sont coordonnés dans le cadre de trois divisions qui fournissent une assistance technique, dispensent des formations et mènent des travaux de recherche :

  • Division Ressources terrestres
    • Agriculture et foresterie
  • Division Ressources marines
    • Pêche côtière, pêche hauturière et Département Affaires maritimes
  • Division Ressources sociales
    • Département Développement humain – Éducation communautaire, Culture, Femmes et jeunes
    • Département Statistique et Démographie
    • Département Santé publique
    • Productions audiovisuelles et formation
  • Services de soutien
    • Communication
    • Technologies de l’information et de la communication
    • Bibliothèque
    • Planification
    • Publications et imprimerie
    • Traduction et interprétation
    • Services généraux (finances, ressources humaines, administration et autres services)

Grands principes de la CPS[modifier | modifier le code]

  • Ses priorités sont établies par les États et Territoires membres ;
  • La CPS place les populations au cœur de son action, en apportant des solutions pratiques à des problèmes réels ;
  • La CPS s'efforce d’offrir des services d’excellente qualité ;
  • La CPS s'efforce de changer la vie des Océaniens dans un sens positif, en renforçant leurs compétences ;
  • La CPS contribue à atténuer la pauvreté absolue, le manque de débouchés et la vulnérabilité devant la pauvreté ;
  • La CPS prend des engagements stratégiques et propose des solutions pour saisir les chances qui s'offrent aujourd’hui et pour répondre aux enjeux de demain ;
  • La CPS a conscience de l'importance de l'égalité hommes-femmes, de la culture et de l'environnement et en assure la promotion ;
  • La CPS justifie l’emploi des fonds qui lui sont alloués et travaille dans la transparence.

La CPS a son siège à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, une antenne régionale à Suva, îles Fidji, et une antenne régionale à Pohnpei, dans les États fédérés de Micronésie.

États et territoires membres de la CPS[modifier | modifier le code]

Auxquels il faut ajouter quatre des six États fondateurs qui sont toujours membres de l'organisation et contribuent financièrement au fonctionnement des divers programmes :

Le Royaume-Uni s'est retiré en 1996, puis a de nouveau rejoint l'organisation de 1998 à janvier 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Poirier, « La Commission du Pacifique-Sud », Journal de la Société des océanistes, t. tome 6,‎ , p. 230-234 (DOI 10.3406/jso.1950.1679, lire en ligne).
  2. « La CPS », sur SPC Multisite (consulté le 23 février 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]