Sano di Pietro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sano di Pietro
Biographie
Naissance
Entre 1405 et 1406
Sienne (Toscane)
Décès

Sienne
Nom de naissance
Ansano di Pietro di Mencio
Nationalité
Activités
Peintre, enlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Mouvement
Maître
Œuvres principales

Ansano di Pietro di Mencio dit Sano di Pietro (Sienne, 1405 ou 1406 - Sienne, 1481) est un peintre italien et un enlumineur de l'école siennoise du Quattrocento encore imprégnée de la peinture gothique et assimilée à la pré-Renaissance italienne. Il a été actif pendant environ un demi-siècle pendant la période Quattrocento.

Avec d'autres maîtres du XVe siècle siennois (Giovanni di Paolo, Sassetta, etc.), au début du XXe siècle, il figurait parmi les artistes les plus demandés et les mieux notés sur le marché mondial des œuvres d'art. Aujourd'hui, sa stature apparaît fortement réduite, mais il reste un artiste important dans le panorama de l'école siennoise de son époque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sano est né en 1406. Son nom entre dans la liste des peintres en 1428 où il reste jusqu'à sa mort en 1481[1]. Il n'y a pas d'œuvres documentées de Sano di Pietro di Mencius jusqu'en 1443, date à laquelle il existe un paiement pour la représentation de Frédéric Barberousse dans la Sala della Balia du Palazzo Pubblico de Sienne. Plus tard, dans son œuvre picturale prolifique, se trouvent de nombreuses œuvres signées et datées[2]. Il est maintenant établi que le jeune Sano n'est autre que le Maître de l'Observance, producteur d'œuvres de meilleure qualité avant sa phase mûre, plus faible et répétitive[3].

Sano semble s'être formé auprès de Sassetta et Giovanni di Paolo. Les œuvres de sa période initiale de production demeurent difficiles à identifier. Après sa formation, il ouvre son propre atelier qui devient florissant et exécute de nombreux retables de la Vierge[4]. Toujours attaché aux traits stylistiques du début du XVe siècle, il se consacre aussi, après 1450, à la miniature, dans laquelle il exprime le mieux « sa veine narrative et descriptive »[5].

Parmi ses peintures les plus importantes, figure le San Bernardino (huile sur panneau) conservé dans la Pinacothèque San Francisco, abrité dans le cloître de l'église du même nom au Musée civil d'Acquapendente. Autrefois, l'œuvre était conservée sur l'autel de la famille Taurelli dans l'église San Francesco[5].

Il a l'habitude de signer « SANIS PETRI DE SENI »[5].

En plus de son activité de peintre et de la supervision des élèves et des assistants dans son atelier, Sano a également des fonctions civiques à Sienne ː en 1431 et 1442, il est le chef du district de San Donato[6]. Il est également été employé comme arbitre ; en 1475, il est appelé à régler un différend entre ses collègues peintres Neroccio di Bartolommeo et Francesco di Giorgio Martini[7].

C'est cependant en tant que peintre qu'il gagne sa vie. L'atelier qu'il dirige produit un grand nombre d'œuvres d'art. Il n'est pas simplement un peintre de retables, il réalise également des fresques, des miniatures et des reliures de livres. Dans les dernières décennies de sa vie, le canal pictural perd ses excellents niveaux qualitatifs, glissant souvent dans « une religiosité naïve et parfois extérieure »[5].

Sano meurt en 1481. Son avis de décès est ː

Pictor famosus et homo tous deditus Deo
Un peintre célèbre et un homme entièrement dédié à Dieu [8]

Critiques[modifier | modifier le code]

Polyptyque des Gesuati, 1444
Prédication de saint Bernardin sur le Campo de Sienne.

Au XVe siècle à Sienne, comme ailleurs en Italie et en Europe, le peintre à succès a son propre atelier où il supervise des assistants et des élèves qui l'aident à terminer les commandes qu'il a reçues. Il est révélateur du succès de Sano que plus de 270 de ses œuvres ont survécu. C'est l'un des paradoxes à son propos ː en raison de son succès, il est souvent négligé ; beaucoup de critiques disent que trop de ses tableaux se ressemblent. Il est important de se rappeler que le peintre produit ce que le client demande, pas ce qu'il pourrait peindre pour lui-même, et que nombreuses sont les œuvres qui n'ont pas été produites par Sano seul. Dans son Histoire de la peinture siennoise, George Edgall écrit : « Il faut cependant souligner que la monotonie que l'on ressent en regardant des tableaux étiquetés Sano di Pietro est due aux assistants d'atelier. »[9]

Dans son livre, Sienese Quatrocento Painting, John Pope-Hennessey approfondit l'argument en faveur de la qualité des peintures de Sano exécutées par lui seul. Il dit que lorsque le spectateur regarde une peinture qui a été attribuée uniquement à di Pietro, on peut voir sa sensibilité et son style.

Sa maîtrise de la couleur n'est pas contestée. Dans une école de peinture réputée pour l'utilisation de la couleur, il se distingue comme l'un des meilleurs. Ce n'est pas simplement le nombre de couleurs qu'il utilise, mais l'interaction subtile entre elles qui fait de lui un maître[10]. Deux de ses toiles montrent non seulement sa maîtrise de la couleur, mais aussi sa diversité en tant qu'artiste.

Le premier est un polyptyque réalisé pour l'église des Gesuati (aujourd'hui à la pinacothèque nationale de Sienne). Cette peinture est considérée par beaucoup comme le chef-d'œuvre de di Pietro. C'est aussi la première pièce qui ne peut être attribuée qu'à lui. C'est une « guerre » de couleurs. La figure centrale de Marie est vêtue d'une robe bleue dont les plis semblent scintiller d'intensité. Cette intensité rayonne à travers les personnages de chaque côté d'elle. La façon dont les couleurs se jouent et se complètent est particulièrement impressionnante, constituant t la marque d'un Maître.

Le deuxième tableau est Saint Bernardin prêchant dans le Campo de Sienne. En 1425, saint Bernardin donne sept sermons par jour pendant sept semaines sur la place de la ville (Campo) de Sienne. Sano commémore cet événement dans une peinture qui représente une vaste foule au centre de la ville, si grande qu'elle semble sortir du bord du tableau lui-même. Le rouge des vêtements du public semble se rapprocher du rose du bâtiment. Au lieu de se heurter, les deux couleurs se complètent. Les couleurs chaudes sont équilibrées par les bleus du ciel et de la verrière qui coupent tous deux la peinture en deux, exercice d'équilibre délicat parfaitement exécuté.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Saint Bernardin, huile sur toile, vers 1450/1460 , Pinacothèque San Francesco, Musée civil d'Acquapendente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Cesare Brandi, Tra Medioevo e Rinascimento: scritti sull'arte da Giotto a Jacopo della Quercia, Editoriale Jaca Book, (ISBN 9788816407367, lire en ligne)
  2. (Miklós Boskovits, Giorgio Fossaluzza et p. 89 cagnola).
  3. https://www.jstor.org/stable/24435237?seq=1#page_scan_tab_contents
  4. ce qui a pu le fait confondre, par les historiens de l'art, au Maître de l’observance, un peintre anonyme qui lui est contemporain et versé dans les mêmes types d'œuvres.
  5. a b c et d (Miklós Boskovits, Giorgio Fossaluzza et p. 89 cagnola).
  6. Raimond van Marle, The Italian School of Painting, The Hague, Martinus Nijoff, , 466 p.
  7. Enzo Carli, Sienese Painting, Greenwich, Conn., New York Graphis Society, , 56 p.
  8. Frank Jewett Mather Jr., A History of Italian Painting, New York, Holt, Rinehart and Winston, , 59, 94 p.
  9. George Harold George, A History of Sienese Painting, New York, L. MacVeagh, , 211 p.
  10. Bruce Cole, Sienese Painting from its Origins to the Fifteenth Century, New York, Harper and Row, , 207 p.
  11. Vierge à l'enfant avec saint Jérôme, saint Bernardin et des anges
  12. Vierge et Enfant
  13. « Saint Jérôme », notice no 000PE012690, base Joconde, ministère français de la Culture
  14. « Saint Barthélemy », notice no 000PE012692, base Joconde, ministère français de la Culture
  15. Carli, p. 33.
  16. Carli, p. 38.
  17. Carli, p. 39.
  18. Henry-Claude Cousseau, Le Musée des Beaux Arts de Nantes, Paris/Nantes, Fondation Paribas, , 125 p. (ISBN 2-907333-09-7, notice BnF no FRBNF35475626), p. 12
  19. « Saint François d'Assise recevant les stigmates », notice no 07430004535, base Joconde, ministère français de la Culture
  20. Vierge à l'enfant avec saint Jérôme et saint Bernardin
  21. Crucifixion
  22. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Paris/Milan, Musée du Louvre Editions, , 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p.265.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Enzo Carli, Les Tablettes peintes de la "Biccherna" et de la "Gabella" de l'ancienne république de Sienne, In-8°,, Milan - Florence, Electa Editrice, .
  • Bernard Berenson, Essays in the Study of Sienese Painting (New York, F.F. Sherman, 1918).
  • J. A. Crowe and G. B. Calvalcaselle, A History of Painting in Italy; Umbria, Florence and Siena from the Second to the Sixteenth Century (London, J. Murray, 1903).
  • Timothy Hyman, Sienese Painting (New York, Thames and Hudson, 2003).
  • Robert Oertel, Early Italian Painting to 1400 (New York, Frederick A. Praeger, 1968).
  • (it) Miklos Boskovits et Giorgio Fossaluzza, La collezione Cagnola, I dipinti, Nomos Edizioni, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]