Royaume bamoun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Royaume Bamoun)
Aller à : navigation, rechercher
Localisation du royaume au sein du Cameroun.

Le peuple Bamoun, situé dans les montagnes de l'ouest du Cameroun, a forgé son unité au cours des sept siècles d’existence du royaume[Quand ?]. Le roi des Bamouns est de la dynastie de Nchare Yen, venue de Rifum (Mbankim). Les croyances religieuses en vigueur dans cette région sont aujourd’hui l’islam, venu du nord, et le christianisme, venu du sud.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avec une superficie de 7 700 km² environ et 820 000 habitants[1], la région du Bamoun couvre plus de la moitié de l’actuelle Région de l’Ouest.

Le royaume est constitué d’un haut plateau (700m) à l’ouest, surmonté de trois massifs alignés – Mbapit (1910m), Nkogham et Mbam (2200. m) – et d’une plaine encaissée au pied de la falaise à l’Est de Foumban ; cette plaine longe la rive du Mbam jusqu'au point de confluence avec le Noun près de Bafia.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’actuel territoire des Bamouns a été unifié par les Tikar en plusieurs étapes.

On suppose que vers la fin du XIVe siècle, 200 à 300 personnes ont franchi le fleuve Noun à la suite du prince Nchare qui soumit sept principautés avant de s’établir dans un premier temps à Djimom. L’État Bamoun y est proclamé et Djimom devient la première capitale du royaume. Le pacte fondamental stipule que : « L'État Bamoun est né et Nchare en est le roi. Il désignera librement son héritier parmi ses fils. »

Les sept compagnons Kom, cosignataires, sont les conseillers intronisateurs du roi, chargés de garder la loi fondamentale en l’état et de veiller à son application. Leur fonction est héréditaire et ils sont autonomes.

De Djimom, Nchare soumet une dizaine d’autres ethnies et établit sa nouvelle capitale à Foumban après y avoir vaincu les Ba M'ben qu’il réinstalle dans un quartier de la ville.

Le royaume a alors une dimension presque circulaire dont le diamètre est de 30 km environ entre Djimom et Kundùm. La population se situe autour de 25 000 personnes.

Quand Mbuombuo Mandù devint le onzième monarque vers la fin du XVIIIe siècle, il entreprend de grandes conquêtes aux frontières naturelles du Mbam, de la Mapè et du Noun. Le territoire est multiplié par quatre.

Le Roi Njoya (1876-1933) et l’écriture royale[modifier | modifier le code]

Njoya commence à gouverner vers 1892/1896, vers l’âge de 19 ans (il est né en 1876). À cette époque, progressivement, les religions monothéistes se substituent aux cultes traditionnels africains, ce qui préserve plus ou moins les convertis de la Traite négrière. Arrivé sur le trône, Njoya a écarté du palais comme le veut la tradition le 1er grand officier du palais, Gbetnkom, hérité de son père. Ce dernier, ne l’entendant pas de cette oreille, se soulève contre Njoya. Le jeune souverain décide de faire appel aux Peuls du lamidat de Banyo à quelque 200 km du pays bamoun. Leur soutien et celui de leur cavalerie sera décisif puisqu’ils permettent à Njoya de gagner la bataille. Impressionné, Njoya décide de se doter des éléments qui forgent selon lui la puissance de ceux qui l’ont aidé à gagner : une force armée dotée d'une cavalerie, des armes à feu, l’écriture et une religion monothéiste. Njoya forgea une religion inspirée à la fois de l’islam et du christianisme (prenant Ibrahim comme prénom, d’après le patriarche Abraham) et une écriture de 500 signes syllabiques. À son titre de Mfon (roi) il ajoute celui de Sultan.

Une écriture créée pour le peuple[modifier | modifier le code]

Njoya, roi des Bamouns, en 1915

En 1907, des missionnaires européens découvrent que le jeune roi Njoya, roi des Bamoun, a créé une écriture. Ils racontent que, ayant vu un coran, Njoya voulait non seulement inventer une manière de consigner les paroles, mais aussi répandre l’écriture pour qu’elle soit accessible à tous.
L’écriture royale (ou écriture bamoun), qui comptait au départ plus de 500 signes, connaîtra plusieurs évolutions jusqu'en 1918.
La simplification - et notamment la réduction du nombre de signes à 80 caractères - assura une meilleure diffusion de l’écriture et amena l'augmentation des textes rédigés en écriture royale, qui était enseignée dans les écoles. Njoya institua un bureau d’état civil pour enregistrer les naissances et les mariages. Les jugements du tribunal royal étaient également consignés par écrit.
Le livre d’histoire, de lois et de traditions des Bamouns, qui compte plus de 1.100 pages, est alors rédigé au moyen de l’écriture royale. Sa réplique se trouve actuellement au Pitt-Rivers museum d’Oxford.
Lors de sa tournée du pays, le roi imposa de nouvelles lois et modifia une grande partie des lois coutumières, abolissant certains privilèges.
Njoya négocia habilement avec les colonisateurs allemands et parvînt à préserver son autonomie. Mais après la défaite des colons allemands, les administrateurs français, le considérant comme un « allié des Boches », le privent de ses pouvoirs traditionnels vers 1924-1925. Il sera exilé à Yaoundé en 1931 où il mourra deux ans plus tard.
L'administration française interdit alors l’usage de l’écriture bamoun, qui cessera progressivement d’être utilisée. Toutefois l'héritier Njimoluh Njoya et ses successeurs maintiennent la dynastie sur le plan coutumier.

Dynasties[modifier | modifier le code]

  • 1er NCHARE YEN 1394 - 1418
  • 2e NGOUOPOU 1418 - 1461
  • 3e MONJOU 1461 – 1498
  • 4e MENGAP 1498 – 1519
  • 5e NGOUH I 1519 – 1544
  • 6e FIFEN 1544 – 1568
  • 7e NGOUH II 1568 – 1590
  • 8e NGAPNA 1590 – 1629
  • 9e NGOULOURE 1629 – 1672
  • 10e KOUOTOU 1672 – 1757
  • 11e MBUEMBUE 1757 – 1814
  • 12e GBETKOM 1814 – 1817
  • 13e MBIEKOUO 1817 – 1818
  • 14e NGOUHOUO 1818 – 1863
  • 15e NGOUNGOURE 1863 (30 minutes)
  • 16e NSANGOU 1863 – 1889
  • 17e NJOYA 1889 – 1933
  • 18e NJIMOLUH NJOYA 1933 – 1992
  • 19e MBOMBO NJOYA 1993

Titres nobiliaires[modifier | modifier le code]

TITRES NOBILAIRES TRADUCTION LITTERALE ROLES OU FONCTIONS NOMINATIONS ET SUCCESSIONS
MFON Roi Souverain Charge héréditaire
KOM Ministre (cofondateur) Conseillers intronisateurs Nommé, puis héréditaire
NAFOM Mère du roi ou reine mère Equilibre du pouvoir Nommé
NJI NGBETGNI Nji adjoint Vice-roi Héréditaire
POM MAFON Frère ou sœur Utérin du roi héréditaire
NJI FON FON Nji des rois Premier Ministre Nommé
TITA NFON Père du roi  ? Nommé
TITA NGU Père du pays Chef de la justice Nommé
TUPANKA Tête de Panka Chef de l’armée royale Nommé
KOM SHU MSHUT Compagnon gardien du palais Conseiller du roi Héréditaire
MANSHUT Grand du palais Personnalité du royaume Nommé
MFONTUE Roi soumis Chefs Vassaux Héréditaire
SHUNSHUT Gardien du palais Divers services Héréditaire
KPEN Esclave Serviteur ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandra Loumpet-Galitzine, Njoya et le royaume bamoun : Les archives de la société des missions évangéliques de Paris, 1917-1937, Karthala, 2006, 580 p. (ISBN 9782845867864)
  • Emmanuel Matateyou, Paroles sapientiales du royaume Bamoun (nkù nsa nsa), Oralistique, 1990, 94 p.
  • Claude Tardits, Le Royaume bamoum, A. Colin, Paris, 1980, 1078 p. (ISBN 2-85-944023-2) (d’après une thèse de l’Université de Paris 1, 1978)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Cameroun : Royaume Bamum : musiques du palais et des sociétés secrètes, Maison des Cultures du Monde, Paris ; Auvidis, Antony, 1997-2001

Liens externes[modifier | modifier le code]