Geoffroy de Billy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Geoffroy de Billy
Biographie
Naissance
Guise
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Décès
Anizy-le-Château
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Henri de Gondi
Évêque-Comte de Laon
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de l'abbaye Saint-Vincent de Laon
Fonction laïque
Pair ecclésiastique de France

Ornements extérieurs Evêques.svg
Blason billy.jpg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Geoffroy de Billy, ou Godefroy est né en 1536 à Guise[1] et mort le 28 mars 1612 au château d’Anizy-le-Château et est inhumé à la cathédrale de Laon[2].

Geoffroy de Billy est un évêque-duc de Laon (1601-1612) et pair ecclésiastique de France, qui traduit du latin et de l'espagnol en français quelques ouvrages de dévotion[3]. Geoffroy est aussi député aux États-généraux de Blois de 1576 à 1577 et de 1588 à 1589 et participe à la conférence de Suresnes[4]. Il tient aussi un synode et y publie des statuts sur la discipline ecclésiastique[5]. Le 10 janvier 1605, après la mort de Philippe du Bec, archevêque de Reims, il est chargé de l'administration spirituelle de ce diocèse. En 1609, Geoffroy de Billy se trouvant plus que septuagénaire, demande au roi la permission de se choisir un coadjuteur pour le soulager dans ses fonctions, et obtient que son neveu maternel, Benjamin de Brichanteau, soit nommé à cette place[6]. Les évêques de Laon, ducs et pairs du royaume, ont le privilège de porter la Sainte Ampoule au cours de la cérémonie du sacre des rois de France.

Sa famille[modifier | modifier le code]

Geoffroy de Billy est le descendant de l'ancienne maison de Prunay, le fils de Louis de Billy, seigneur de Prunay, gouverneur pour le roi de la ville de Guise, chevalier de l’Ordre du Roy, et de Marie de Brichanteau[7]. La dalle funéraire de ses parents Louis de Billy et Marie de Brichanteau est en l'église de Saint-Denis de Prunay-le-Gillon[8]. Geoffroy de Billy a six frères :

Geoffroy de Billy est l’oncle de

Biographie[modifier | modifier le code]

Un protégé du cardinal de Guise[modifier | modifier le code]

Geoffroy de Billy, ayant pris l’habit monastique des bénédictins, est grand prieur de l’abbaye de Saint-Denis-en-France et grand vicaire du cardinal de Guise en cette abbaye[11]. A l’abbaye de Saint-Denis-en-France frère Geoffroy de Billy est le protégé de Louis de Lorraine (1575-1621)[12].

Geoffroy de Billy devient abbé de Saint-Vincent de Laon, en 1560 et également de l’abbaye Saint-Jean d'Amiens[13]. A Saint-Vincent de Laon, il succède à son oncle Crépin de Brichanteau.

Sa lutte contre le protestantisme[modifier | modifier le code]

Intérieur de l’abbaye Saint-Vincent de Laon.

En 1561, Geoffroy de Billy devenu abbé de Saint-Vincent lutte contre le protestantisme en participant au triomphe de la transsubstantiation lors de l'affaire Nicole Obry.

En 1572, l'abbaye Saint-Vincent de Laon est de nouveau donnée en commende à Geoffroy de Billy, grand prieur de l’abbaye de Saint-Denis-en-France, qui n'y réside pas et la néglige tout à fait. Les religieux le traduisent devant le parlement, et leur prieur, Antoine Danye, va à Paris suivre l'affaire. Mais l'abbé commendataire, mécontent de la démarche de son prieur, le chasse avec violence du monastère lorsqu'il veut y rentrer. Le parlement de Paris, saisi de cette affaire, condamna Geoffroy de Billy a une réparation publique envers Antoine Danye. Quand donc celui-ci rentre dans la maison, l'abbé va l'attendre à la porte et le conduit à l'église au son des cloches ; enfin, il lui donne toute satisfaction[14].

Geoffroy de Billy est député aux États-généraux de Blois de 1576 à 1577[15].

Des organisations de catholiques de petite taille existent déjà, un peu partout en France, comme la Ligue picarde, créée en 1568 et de 1588 à 1589. Mais il n’en fait pas vraiment partie. Certes il est vicaire de cardinal de Guise[16], mais ce n’est qu’après les meurtres de ses anciens protecteurs, le duc Henri Ier de Guise et le cardinal Louis de Lorraine (1555-1588), le qu’il se rallie à la ligue. Geoffroy de Billy les a représenté comme député du Vermandois aux États-généraux de Blois de 1588[16].

Un des chefs de la Ligue en Picardie[modifier | modifier le code]

Le nombre des ligueurs s'est accru dans la ville de Laon ; et lors de la nomination de leurs députés en 1588, ils avaient intrigué avec tant de succès, qu’avaient été élus des hommes de leur parti, le lieutenant-général Adrien Defer, le conseiller Legras, mais aussi Billy[17]. L’assassinat des Guise fait que les ligueurs sont transportés de fureur et soulèvent toutes les villes.

À Laon, lorsque Geoffroy de Billy, abbé de Saint-Vincent, Adrien Defer et Claude Legras, conseillers au présidial, rentrent de Blois après six mois d’absence en janvier 1589, ils sont ligueurs, aux ordres du duc Charles de Mayenne. Geoffroy de Billy, personnage ambitieux qui prêche depuis des années la guerre civile s’empare de la ville en 1589[4]. C'est un chef autoritaire et peu commode[16].

Billy exerce sur la ville un ascendant que personne ne contrebalance, pas même l'évêque[18]. Il est tellement considéré dans la Ligue, qu'il est un de ses négociateurs à la conférence de Suresnes.

Néanmoins, Geoffroy de Billy se range du côté d'Henri IV après la conversion de celui-ci au catholicisme, le 25 juillet 1593.

Évêque de Laon (1601)[modifier | modifier le code]

Palais épiscopal de Laon.

C’est à lui que l'évêché de Laon est donné après la mort de Valentin Douglas. Le séditieux Billy obtient pour son ralliement des avantages qu'une fidélité inébranlable ne lui aurait peut-être pas valus[19]. Il est donc évêque-duc de Laon (1601-1612), mais aussi pair ecclésiastique de France[20].

L’un de ses neveux qui va lui succéder comme évêque: Benjamin de Brichanteau.

Le 10 janvier 1605, après la mort de Philippe du Bec, archevêque de Reims, il est chargé de l'administration spirituelle de ce diocèse, en attendant que Louis de Lorraine (1575-1621) soit en âge de gouverner par lui-même[19].

Lorsque les minimes sont introduits à Laon, en 1608, Geoffroy de Billy, toujours disposé à nuire aux moines de Saint-Vincent, dont il était cependant abbé, mais avec lesquels il avait eu de graves démêlés, résolut de leur enlever cette collégiale qui leur appartenait, en la transformant en couvent pour les nouveaux Pères, et en transportant la paroisse ailleurs. Il commence donc par amortir et supprimer les prébendes de Saint-Julien ; mais bientôt il rencontre une si vive résistance, qu'il se voit forcé d'abandonner ses desseins[21].

Mais Geoffroy n'en éprouve que plus d'éloignement pour Saint-Vincent, et pendant quarante ans qu'il la tient en commende, il refuse constamment de la soutenir et de réparer les dégâts qu'elle avait soufferts. Loin de là, il permet aux capucins et aux religieuses de la Congrégation d'y prendre des matériaux pour construire leurs maisons[22].

En 1609, Geoffroy de Billy se trouvant plus que septuagénaire, demande au roi la permission de se choisir un coadjuteur pour le soulager dans ses fonctions, et obtient que son neveu maternel, Benjamin de Brichanteau, soit nommé à cette place[23].

Il meurt au château d'Anizy deux ans après, et est enterré dans le sanctuaire de la cathédrale. On ne met sur son tombeau ni épitaphe ni inscription[24].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Marc Lescarbot dédie le Guide des Cures (1613), traduction des Instruciones Pastorum de Charles Borromée, à Geoffroy de Billy, son nouveau protecteur et révérend père en dieu[16].

Geoffroy de Billy est l’auteur de quelques ouvrages de piété, et traduit du latin et de l'espagnol en français quelques autres ouvrages de dévotion[25].

Geoffroy de Billy a traduit de l'espagnol :

  • Dom Louis de Grenade, le Mémorial de la vie Chrétienne, auquel est traité comme le Chrétien se doit gouverner depuis le temps de sa conversion jusques à sa perfection (Paris : Guillaume Chaudière, 1575).
  • Manuel d'Oraisons & spirituels Exercices; avec une briève Instruction & Règle de bien vivre, pour ceux qui commencent à servir Dieu, spécialement aux Monastères, traduic de l'Espagnol du R. Père Grenate (Paris : Guillaume Chaudière, 1579).
  • Prières & Méditations tant journales que générales ; avec Excitations de l'esprit à Dieu, composées premièrement en élégant Latin, par Jean Loys Vives, & mises en François, par Geoffroy de Billy (Paris : Claude Fremy, 1570).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Revue bénédictine 108 (1998), p.336 ; Desmaze 1876, p. 83.
  2. Saincir 1936, vol. 2 p. 564.
  3. Michaud 1811, t. 4 p. 495.
  4. a et b Collection universelle, vol. 51 p.398.
  5. Desmaze 1876, p.83.
  6. Melleville 1846, vol. 2 p.56.
  7. Auguis 1824, vol.5 p.29 sq.
  8. Dalle funéraire de Louis de Billy et Marie de Brichanteau
  9. Michaud 1811, t. 4, p.495.
  10. Devisme 1822, p.79.
  11. Liberge 1846, p.246 ; Emont 2002, p.54 ; Warren 1958.
  12. Nettement 1808, p. 354.
  13. La Chesnaye-Desbois 1864, vol. 3 p. 28
  14. Melleville 1846, vol.2 p. 110.
  15. Collection universelle, vol. 51 p. 398.
  16. a b c et d Emont 2002, p. 54.
  17. Devisme 1822, p. 15.
  18. Devisme 1822, p. 16.
  19. a et b Devisme 1822, p. 79.
  20. Liberge 1846, p. 246 ; Michaud 1811, t. 4 p.495.
  21. Melleville 1846, vol. 2 p. 107.
  22. Melleville 1846, vol. 2 p. 110.
  23. Melleville 1846, vol. 2 p. 56 ; Devisme 1822, p.79.
  24. Melleville 1846, p. 56
  25. Liberge 1846, p. 246 ; Michaud 1811, t. 4 p. 495.

Références[modifier | modifier le code]

  • Pierre René Auguis. Les Poètes françois, depuis le XIIe siècle jusqu'à Malherbe. Paris : 1824.
  • Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l'histoire de France, par Jean-Antoine Roucher, Antoine Perrin, Louis d'Ussieux. Paris : 1789.
  • Charles Adrien Desmaze. L'Université de Paris, 1200-1875 : la nation de Picardie, les collèges de Laon et de Presles, la loi sur l'enseignement supérieur. Paris : Charpentier, 1876.
  • Bernard Emont. Marc Lescarbot : mythes et rêves fondateurs de la Nouvelle-France : avec une biographie nouvelle de l'auteur. Paris : L'Harmattan, 2002.
  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois et Badier. Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume... Paris : Schlesinger frères, 1864.
  • Marin Liberge. Le siège de Poitiers, suivi de la Bataille de Moncontour, et du Siège de Saint-Jean-d'Angély. Poitiers : Létang, 1846.
  • Joseph. Fr. Michaud et Louis Gabriel Michaud. Biographie universelle, ancienne et moderne; ou, Histoire, par ordre alphabétique : de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes... Paris : 1811.
  • Alfred Nettement. Suger et son temps. Paris : Lecoffre Fils et Cie, 1808.
  • J. Roger. Histoire de Nicole de Vervins d'après les historiens contemporains et témoins oculaires, ou Le triomphe du Saint Sacrement sur le démon à Laon en 1566... Paris : H. Plon, 1863.
  • Jules Saincir. Le diocèse de Soissons. S.l. : 1935-1936.
  • Éric Thierry. Une figure méconnue de la Réforme catholique à Laon : Geoffroy de Billy (1536-1612), conférence donnée le 24 mars 2001 lors d'une réunion de la Société historique régionale de Villers-Cotterêts [1]
  • Raoul de Warren. Les pairs de France sous l'Ancien régime. Paris : 1958.

Lien externe[modifier | modifier le code]