Amedeo de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amedeo de Belgique
Biographie
Titulature Prince de Belgique
« Archiduc d'Autriche-Este »
« Prince de Hongrie et de Bohême »
« Duc de Modène »
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Amedeo Maria Joseph Carl Pierre Philippe Paola Marcus d'Aviano de Belgique
Naissance (31 ans)
Woluwe-Saint-Lambert (Belgique)
Père Lorenz d'Autriche-Este
Mère Astrid de Belgique
Conjoint Elisabetta Maria Rosboch von Wolkenstein
Enfants Anna-Astrid d'Autriche-Este
Description de l'image Armoiries Autriche-Este 1914.svg.

Le prince Amedeo de Belgique (Woluwe-Saint-Lambert, ), prince de Belgique, « archiduc d'Autriche-Este », « prince impérial d'Autriche », « prince royal de Hongrie, Bohême et Croatie», est le fils aîné de l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este et de la princesse Astrid de Belgique.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Amedeo de Belgique est le premier petit-enfant d'Albert II, 6e roi des Belges. Il a pour parrain son oncle, l'actuel roi Philippe, et pour marraine sa grand-mère maternelle, la reine Paola. Il est baptisé par le cardinal Godfried Danneels. Ses parents et lui vivent à Bâle, en Suisse alémanique, de 1986 à 1993.

En 1991, le Parlement belge abroge la loi salique dans l'ordre de succession au trône, à partir de la descendance du prince Albert et de la princesse Paola (grands-parents maternels d'Amedeo de Belgique). Amedeo de Belgique devient ainsi le quatrième dans l'ordre de succession au trône. L'arrêté royal du 2 décembre 1991 octroie les titres de prince et princesse de Belgique à tous les descendants en ligne directe du prince Albert (depuis roi Albert II). Depuis lors, Amedeo de Belgique porte le titre de prince de Belgique avant celui d'« archiduc d'Autriche ».

Durant l'été 1993, la famille princière revient s'installer définitivement en Belgique dans une résidence mise à sa disposition par la Donation royale dans la rue de Brederode, à l'arrière du palais royal de Bruxelles.

En 2001, il devient le parrain de sa cousine, la princesse Élisabeth, fille aînée de son oncle et parrain, Philippe de Belgique (1960).

Le , date d'accession au trône de son oncle, le roi Philippe, il devient 6e dans l'ordre de succession au trône de Belgique.

Études[modifier | modifier le code]

À partir de septembre 1993, Amedeo de Belgique effectue, en néerlandais, ses études primaires et la première moitié de ses études secondaires au collège Saint-Jean-Berchmans à Bruxelles. Il accomplit les trois dernières années de ses études secondaires au collège Sevenoaks School, dans le comté du Kent.

Durant l'année académique 2004-2005 à l'École royale militaire, il suit une formation « à la carte » dans la 144e promotion Sciences sociales et Militaires (SSMW), terminant le 29 septembre 2005 comme adjudant candidat-officier[1] et défile devant la famille royale lors du défilé militaire du 21 juillet 2005.

Tout comme son père, Amedeo de Belgique ambitionne une carrière dans le secteur bancaire. De 2005 à 2008, il poursuit ses études à la London School of Economics (LSE).

Amedeo de Belgique est officier de réserve de la composante Terre, avec grade de sous-lieutenant[1] lors de sa prestation de serment d'officier le 27 novembre 2007[2].

Il porte l'uniforme et les insignes du 2e régiment de grenadiers.

Le diplôme de sa réception comme officier le mentionne comme[3] : Son Altesse royale le prince Amedeo Maria Joseph Carl Pierre Philippe Paola Marcus d'Aviano de Belgique, prince de Belgique, archiduc d'Autriche-Este (Habsbourg-Lorraine).

Carrière[modifier | modifier le code]

Après la fin de ses études en 2008, Amedeo de Belgique travaille un an pour une organisation non gouvernementale s'occupant de microcrédits au Chili.

De septembre 2009 à 2012, il a travaillé au service de Deloitte à New York. Depuis 2013, il travaille chez McKinsey & Company à Bruxelles.

Début 2017, on annonce son départ pour Bâle, où il travaillera dans la banque privée de son père[4].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Armoiries Autriche-Este 1914.svgElisabetta Rosbosch von Wolkenstein - coat of arms.svg

Le , le palais royal publie un communiqué annonçant les fiançailles[5] du prince Amedeo avec Elisabetta Maria Rosboch von Wolkenstein[6], enfant unique d'Ettore Rosboch von Wolkenstein et de son épouse, Anna Maria (dite Lilia) de Smecchia.

Le mariage est célébré à Rome le 5 juillet 2014[7], en la basilique Sainte-Marie-du-Trastevere[8] par le cardinal Godfried Danneels.

Seize mois plus tard, il reçoit, par arrêté royal du (publié au Moniteur belge le 24 novembre 2015), avec effet rétroactif au 4 juillet 2014 (en dépit de la non-consultation des Chambres et en contravention avec l'article 85[9] de la Constitution belge),[10],[11] le consentement du roi à son mariage, nécessaire à la conservation de ses droits dynastiques, comme prévu par la Constitution. Le prince Amedeo, dès lors, réintègre l'ordre de succession au trône de Belgique.[12]

Jusqu'à ce qu'un arrêté royal lui accorde éventuellement le titre de princesse de Belgique, l'épouse du prince Amedeo est "archiduchesse d'Autriche-Este" ou "archiduchesse d'Autriche-Este, princesse de Modène, princesse impériale d'Autriche, princesse royale de Hongrie, de Bohême et de Croatie".

Le prince Amedeo et l'archiduchesse Elisabetta Maria ont une fille, portant le prédicat d'altesse impériale et royale :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Amedeo de Belgique appartient à la maison de Habsbourg-Lorraine et succédera à son père en tant que chef de la branche d'Autriche-Este et prétendant au trône du duché de Modène.

Littérature et sources[modifier | modifier le code]

Livres et articles[modifier | modifier le code]

  • Paul Janssens et Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge, Bruxelles, 1992, p. 105-111.
  • Roger Harmignies, « La succession au trône et le titre de prince de Belgique », dans Le Parchemin, 1992, p. 166-177.
  • Roger Harmignies, « L'identité civile et héraldique des princes de la Maison royale de Belgique », dans Atti del XXIII Congresso internazionale di scienza genealogica e eraldica, Turin, 1998, p. 603-626.
  • Almanach de Gotha, Londres, 1998, p. 223-237.
  • Leo Lindemans, Tableau d'ascendance de la Maison royale de Belgique, Bruxelles, 1998-2003, 4 volumes.
  • Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse belge, Annuaire de 2003, Première partie A - Bem, Bruxelles, 2003, p. 1 à 6, La Maison Royale de Belgique.

Dans la presse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site officiel du Palais, Annonce
  2. Site de la Défense, Prestation de serment du Prince Amedeo le 27 septembre 2007, Photos 1, 2, 3
  3. Site de la Défense, Photo du diplôme
  4. Le Soir Mag
  5. « Le prince Amedeo bientôt marié », sur weekend.levif.be, (consulté le 25 novembre 2015)
  6. « Fiançailles de Son Altesse Royale le Prince Amedeo avec Mademoiselle Elisabetta Maria Rosboch von Wolkenstein. », sur monarchy.fgov.be (consulté le 30 décembre 2015)
  7. « Amedeo et Elisabetta se marieront le 5 juillet », sur LaLibre.be,
  8. Émission "Place Royale", RTL-TVI, info pur la page Facebook (lien rompu)
  9. L'article dit en effet : "Sera déchu de ses droits à la Couronne, le descendant, qui se serait marié sans le consentement du Roi ou de ceux qui, à son défaut, exercent ses pouvoirs dans les cas prévus par la Constitution".
  10. Fabien Van Eeckhaut, « Le mariage d'Amédéo régularisé 16 mois après: une entourloupe constitutionnelle », rtbf.be, 12 février 2016. [1]
  11. « Amedeo, Charles Michel et l'entourloupette politico-royale », sur levif.be, (consulté le 11 février 2016)
  12. « Le prince Amedeo réintègre l'ordre de succession au trône », rtbf.be, 24 novembre 2015. [2]
  13. « Le prince Amédéo et Lili parents d'une petite fille », rtl.be, 17 mai 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]