Léopold-François de Habsbourg-Toscane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léopold-François de Habsbourg
Description de l'image Defaut.svg.

Succession

Prétendant au trône de Toscane


(9 ans, 4 mois et 28 jours)

Nom revendiqué Léopold III
Prédécesseur Godefroy Marie de Habsbourg-Toscane
Successeur Sigismond de Habsbourg-Toscane
Biographie
Titulature archiduc d'Autriche
grand-duc de Toscane (1984-1993)
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Leopold Franz Peter Ferdinand Maria Joseph Gottfried Georg Karl Otto Rudolf Michael von Habsburg-Lothringen
Naissance
Starnberg, Bavière (Allemagne)
Décès (à 78 ans)
Père Godefroy Marie de Habsbourg-Toscane
Mère Dorothée Marie de Bavière
Conjoint Laetitia de Belzunce-d'Arenberg
(1965-1981)
Marta Perez Valverde
(1993-1998)
Enfants Sigismond de Habsbourg Royal Crown of France.svg
Gontran Marie de Habsbourg

Description de cette image, également commentée ci-après

Léopold-François de Habsbourg, né au château de Leutstetten (près de Starnberg, Bavière, Allemagne) le et mort le [1], est un membre de la maison de Habsbourg-Lorraine, prétendant au trône du grand-duché de Toscane de 1984 à 1993. Il portait les titres de courtoisie d'archiduc d'Autriche et grand-duc de Toscane. Il est le fils de Godefroy Marie de Habsbourg-Toscane (1902-1984) et de Dorothée Marie de Bavière.

Mariages[modifier | modifier le code]

Il a contracté deux mariages.

Premier mariage

Il épouse civilement à Sankt Gilgen am Wolfgangsee (près de Salzbourg, Autriche) le [2] et religieusement à Menetou-Salon (Cher, France) le Laetitia de Belzunce d'Arenberg (née en 1941). Mariage dissous à Salzbourg (Autriche) le [3]. Postérité :

  • Sigismond Othon Marie Joseph Godefroy Henri Eric Léopold Ferdinand de Habsbourg (Lausanne, ), grand-duc de Toscane, épouse à Londres le Elyssa Edmonstone of Duntreath (1973), dont il divorce en 2013. Ils ont 3 enfants :
    • Léopold Amédée Pierre Ferdinand Archibald de Habsbourg (Glasgow, )
    • Tatyana Marie Thérèse Laetitia Juliette de Habsbourg (Livingston, )
    • Maximilien Etienne Sigismond Guillaume Bruce Eric Léopold de Habsbourg (Livingston, )
  • Gontran Marie de Habsbourg (1967), en 1996, il épousa Debora de Sola (1970), titrée comtesse de Habsbourg, d'où :
    • Anne Faustine de Habsbourg, comtesse de Habsbourg (née en 2001)
    • Titien Léopold de Habsbourg, comte de Habsbourg (né en 2004)
Second mariage

Il épouse le Marta Julia Pérez Valverde (née en 1947), une psychanalyste viennoise d'origine argentine. Mariage sans postérité et dissous à Salzbourg (Autriche) le [3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant effectué des études d’ingénieur à Munich (Bavière, Allemagne) il réside en Uruguay de 1965 à 1973 avant de gagner l’Autriche. Son épouse Laetitia reste en Uruguay où elle gère les domaines de son beau-père et père adoptif Erik Engelbert (1901-1992) prince et duc d'Arenberg.

Drapeau du grand-duché de Toscane, disparu en 1860 et intégré dans le nouveau royaume d'Italie (1861-1946)

Léopold-François de Habsbourg visite officiellement Florence le . Il est reçu par Gianfranco Bartoloni, président de la région Toscane, qui annonce que 1986 serait l’« année de Lorraine » dédiée aux grands-ducs de Toscane de la maison de Habsbourg-Lorraine.

Il renonce à ses droits comme chef de la maison de Toscane le [4], à l'occasion de son deuxième mariage, en faveur de son fils aîné Sigismond.

Remarié civilement après son divorce, il abandonne la grande maîtrise des ordres dynastiques de Saint-Étienne et de Saint-Joseph, sur lesquels l'Église catholique romaine garde un droit de regard [réf. nécessaire].

Aspect historique[modifier | modifier le code]

Selon plusieurs historiens, lors de la Troisième guerre d'indépendance italienne (1866), l'empire d'Autriche dut reconnaître le royaume d'Italie, désavouant malgré lui Ferdinand IV comme grand-duc légitime de Toscane. Cela a privé l'ancien souverain de toute possibilité de revenir à la possession du grand-duché. Il se retire dans la vie privée et cesse de faire de la politique. Le , Ferdinand IV et ses fils réintègrent la maison impériale. Alors que Ferdinand était autorisé à garder son fons honorum à vie, ses héritiers ne pouvaient porter que le titre d'archiduc d'Autriche, sans la spécification de prince ou princesse de Toscane. Le dernier souverain de Toscane abdique finalement les droits dynastiques du grand-duché en 1870 au profit de l'empereur François-Joseph Ier[5],[6],[7],[8] et ses descendants ont donc également perdu tous leurs droits dynastiques sur le trône toscan[9]. À la mort en exil en 1908 du grand-duc, l'empereur François-Joseph interdit à ses héritiers de prendre les titres de grand-duc ou de prince ou de princesse de Toscane[10],[11]. Le grand magistère de l'ordre de Saint-Étienne a cessé, pour les raisons déjà exposées, avec la mort de Ferdinand IV[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric de Natal, « Décès du Grand-duc Léopold III de Habsbourg-Toscane », sur www.monarchiesetdynastiesdumonde.com (consulté le 25 juin 2021)
  2. « Épouse civilement à Saint-Gilgen am Wolfgangsee près de Salzbourg le 19 juin 1965 et religieusement à Meneteou-Salon, Cher (France) le 28 juillet 1965 Laetitia de Belzunce […] » : page 150 in Jean-Fred Tourtchine, L’Empire d’Autriche volume III, collection Les Manuscrits du Cèdre. Dictionnaire historique et généalogique, CEDRE (Cercle d'études des dynasties royales européennes), 265 pages, janvier 1992, ISSN 0993-3964
  3. a et b Voir page 347 in Michel Sementéry, Les dynasties d'Europe au XXe siècle, éditeur : Paris : Christian, 2001, 442 pages (ISBN 2-86496-088-5).
  4. Le 12 avril 1994 est donné comme date du désistement page 121 in Nicolas Enache, La Descendance de Marie-Thérèse de Habsbourg, reine de Hongrie et de Bohême, 1996, édité par L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 795 pages (ISBN 2-908003-04-X)
  5. Bernd Braun: Das Ende der Regionalmonarchien in Italien. Abdankungen im Zuge des Risorgimento. In: Susan Richter, Dirk Dirbach (Hrsg.): Thronverzicht. Die Abdankung in Monarchien vom Mittelalter bis in die Neuzeit. Böhlau Verlag, Köln, Weimar, Wien 2010, pagg. 251–266 (de)
  6. Benedikt, Heinrich, Kaiseradler über dem Apennin. Die Österreicher in Italien 1700 bis 1866. Vienna: Herold Verlag, 1964 (de)
  7. Karl Vocelka, Lynne Heller: Die private Welt der Habsburger: Leben und Alltag einer Familie, Styria, 1998, pag. 253, colonna I (de)
  8. Das Haus Habsburg: Vorspann ; Register ; Quellen ; Das Haus Alt-Habsburg ; Das Haus Habsburg-Lothringen, Alois Jahn, Selbstverl, 2002, pag. 59, 65 (de)
  9. Annuario della Nobiltà Italiana, XXXII edizione, 2014, parte I (it)
  10. Silva Tarouca, Adler, Vienna, 1954, p. 165 (de)
  11. « Prerogative disnastiche della casa granducale di Lorena dopo la perdita del granducato di Toscana », sur Ordine Civico Mediceo (consulté le 23 février 2019)(it)
  12. Rivista Araldica, anno 1913, volume 11, pagina 381, Roma, Collegio Araldico: "Da informazione ufficiale assunta a Vienna togliamo quanto segue «A Sua Altezza I. R. il defunto Granduca Ferdinando IV di Toscana era stato permesso dall'Impero austro-ungarico e dagli Stati dell'Impero germanico, di conferire i tre Ordini toscani, inerenti alla Sovranità, che anche spodestato, rimase all'Augusto principe fino alla sua morte. Il titolo di Principe di Toscana fu solo autorizzato ai membri della famiglia granducale nati prima del 1866. Dopo la morte del Granduca (1908) tutti gli augusti figli del defunto dovettero solennemente rinunciare ad ogni qualsiasi diritto di cui personalmente ed eccezionalmente godeva il padre. Quindi il Gran Magistero dell'Ordine di S. Stefano per volontà di S. M. l'Imperatore e Re è terminato col defunto Granduca, né più sarebbe accettato dagli augusti Principi Lorenesi.»"(it)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Sur Leopold voir pages 227 in Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, nouvelle édition augmentée et mise à jour 2002, éditeur Le Petit Gotha, 989 pages (ISBN 2-9507974-3-1)
  • Sur Leopold-Franz voir page 121 in Nicolas Enache, La Descendance de Marie-Thérèse de Habsbourg, reine de Hongrie et de Bohême, 1996, édité par L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 795 pages (ISBN 2-908003-04-X)
  • Sur Léopold III voir page 150 et 151 in Jean-Fred Tourtchine, L’Empire d’Autriche volume III, collection Les Manuscrits du Cèdre. Dictionnaire historique et généalogique, CEDRE (Cercle d'études des dynasties royales européennes), 265 pages, janvier 1992, ISSN 0993-3964
  • Sur Léopold-François voir page 347 in Michel Sementéry, Les dynasties d'Europe au XXe siècle, éditeur : Paris : Christian, 2001, 442 pages (ISBN 2-86496-088-5)
  • Georges Martin, Histoire et généalogie des Maisons de Ligne et d’Arenberg, tome I : Maison de Ligne, éditeur : Lyon : Georges Martin, 2003, 259 pages (ISBN 2-901990-01-0)
  • Sur Erik Engelbert (1901-1992), voir page 89 in Georges Martin, Histoire et généalogie des Maisons de Ligne et d’Arenberg, tome II : Maison d’Arenberg, éditeur : Lyon : Georges Martin, 2003, 255 pages (ISBN 2-901990-01-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Quatre quartiers[modifier | modifier le code]

 
Pierre-Ferdinand de Habsbourg-Toscane, grand-duc (titulaire) de Toscane
 
Marie-Christine de Bourbon-Siciles (1877-1947)
 
 
François Marie Luitpold de Bavière, prince de Bavière (1875-1957)
 
Isabelle-Antoinette de Croÿ, princesse de Croÿ (1890-1982)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Godefroy Marie de Habsbourg-Toscane (1902-1984), grand-duc (titulaire) de Toscane
 
 
 
 
 
 
Dorothée Marie de Bavière, princesse de Bavière (1920-2015)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Léopold-François de Habsbourg-Toscane (1942-2021), grand-duc (titulaire) de Toscane