Charles Ier (empereur d'Autriche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Ier d'Autriche)
Aller à : navigation, rechercher
Charles Ier
Charles Ier (1917).
Charles Ier (1917).
Titre
Empereur d'Autriche

(1 an 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur François-Joseph Ier
Successeur République d'Autriche
Karl Seitz (indirectement)
Roi de Hongrie
Charles IV

(1 an 11 mois et 21 jours)
Couronnement à Budapest
Prédécesseur François-Joseph Ier
Successeur République hongroise
Mihály Károlyi (indirectement)
Roi de Bohême
Charles III

(1 an 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur François-Joseph Ier
Successeur République tchécoslovaque
Tomáš Masaryk (indirectement)
Archiduc d'Autriche

(2 ans 4 mois et 25 jours)
Prédécesseur François-Ferdinand d'Autriche
Successeur Otto de Habsbourg-Lorraine
Biographie
Dynastie Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Karl Franz Josef von Habsburg-Lothringen
Date de naissance
Lieu de naissance Persenbeug (Autriche-Hongrie)
Date de décès (à 34 ans)
Lieu de décès Funchal, Madère (Portugal)
Père Otto de Habsbourg-Lorraine
Mère Marie-Josèphe de Saxe
Conjoint Zita de Bourbon-Parme
Enfants Otto (1912-2011)
Adélaïde (1914-1971)
Robert (1915-1996)
Félix (1916-2011)
Charles-Louis (1918-2007)
Rodolphe (1919-2010)
Charlotte (1921-1989)
Élisabeth (1922-1993)
Héritier Otto de Habsbourg-Lorraine
Religion Catholicisme

Charles Ier (empereur d'Autriche)
Monarques d'Autriche
Monarques de Hongrie
Monarques de Bohême

Charles François Joseph de Habsbourg-Lorraine (Karl Franz Josef von Habsburg-Lothringen) (Persenbeug, Funchal (Madère), ) a été, du 22 novembre 1916 au 12 novembre 1918, le dernier empereur d'Autriche sous le nom de Charles Ier, le dernier roi apostolique de Hongrie sous le nom de Charles IV (IV. Károly) et le dernier roi de Bohême, sous le nom de Charles III.

Fils aîné de l'archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine et de Marie-Josèphe de Saxe, héritier du trône depuis le 28 juin 1914, il a succédé à l'âge de 29 ans à son grand-oncle l'empereur François-Joseph Ier, qui avait régné 68 ans.

L'Église catholique l'a déclaré bienheureux en 2004 et le fête le 21 octobre.

L'héritier du trône des Habsbourg[modifier | modifier le code]

L'archiduc avec ses parents et son frère cadet (vers 1897)

Petit-neveu de l'empereur François-Joseph, il est à sa naissance cinquième dans l'ordre de succession au trône et a donc peu de chances de ceindre un jour la couronne.

Dévolution de la couronne[modifier | modifier le code]

Les morts successives de l'archiduc héritier Rodolphe en janvier 1889 sans descendance mâle puis de son grand-père l'archiduc Charles-Louis, frère cadet de l'empereur, en 1896 le rapprochent du trône. En 1900, le mariage morganatique de son oncle, l'archiduc héritier François-Ferdinand (dont les enfants sont de fait non dynastes), puis la mort prématurée de son père l'archiduc Othon en 1906 font de lui, à l'âge de 19 ans, le second dans la ligne de succession de la double monarchie, après son oncle François-Ferdinand[1]. L'assassinat de son oncle à Sarajevo en 1914 fera de Charles l'héritier direct de l'empereur François-Joseph.

Il reçoit une éducation soignée, maîtrisant plusieurs langues, notamment l'Allemand, le Français, le Tchèque et le Hongrois, puis, à partir de 1900, il reçoit une solide formation juridique et économique. De plus, appelé à succéder à François-Ferdinand, il est également intégré au cercle de ce dernier, qui se charge de lui transmettre sa vision de la double monarchie, unitaire, directement ou par l'intermédiaire de ses proches[2].

Il devient selon la tradition familiale officier dans l'armée austro-hongroise. cantonné avec son unité à Prague, il y suit les cours d'enseignante de l'université, tandis qu'il noue de solides amitiés avec des nobles tchèques proches de François-Ferdinand, son oncle[2].

Mariage[modifier | modifier le code]

L'archiduc Charles et l'archiduchesse Zita, le jour de leur mariage (21 octobre 1911)

Le , l'archiduc épouse la princesse Zita de Bourbon-Parme (1892-1989) dix-septième enfant de Robert Ier, duc de Parme, mairé en secondes noces à la princesse Marie-Antoinette de Bragance, fille de l'ex-roi Michel Ier de Portugal et de la princesse Adélaïde de Loewenstein-Wertheim-Rosenberg. Ce mariage n'est cependant pas un mariage arrangé, tout en répondant aux exigences matrimoniales de la famille impériale, ce qui lui assure la bienveillance de l'empereur-roi[N 1],[3].

Il bénéficie de l'affection sincère du vieil empereur François-Joseph accablé par les deuils. Il est également très proche de sa mère et de la troisième épouse de son grand-père l'archiduchesse Marie-Thérèse de Bragance.

Prince-héritier en titre[modifier | modifier le code]

Il entretient de bonnes relations tant avec son grand-oncle (l'Empereur) qu'avec son oncle (l'archiduc héritier), entre lesquels les relations sont souvent tendues. Il devient l'héritier du trône le après l'assassinat de son oncle l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo. Il prend la succession de son grand-oncle à la mort de celui-ci le .

Durant cette période, il est affecté à l'AOK, état-major général de la double monarchie, avec le grade de colonel, afin de parfaire sa formation. Rapidement, il se heurte à Conrad, le chef de l'état-major de la double monarchie, qui se méfie de ses possibles ingérences dans le domaine militaire, et dont il n'approuve la politique, visant à mettre l'administration civile sous la tutelle des militaires[3].

Au début de l'année 1916, après des mois de formation militaire, il est affecté au commandement du XX corps d'armée, devant prendre l'offensive sur le front italien, la victoire annoncée de ce offensive devant accroître le prestige de la dynastie; devant l'urgence de la situation créée par la rupture du front austro-hongrois occasionnée par l'offensive russe de juillet 1916, il reçoit le commandement nominal de la 12ème armée, chargée de contenir la poussée russe, la réalité du commandement étant assuré par des généraux allemands[4].

Durant cette même année, il apparaît aux yeux des responsables du Reich, Hindenburg et Ludendorff, comme une « page blanche », qu'il serait possible de manipuler, afin de permettre la prise de contrôle définitive de la double monarchie par le Reich, à la faveur de la situation dégradée de la double monarchie dans le conflit, sur les plans militaire, politique et économique[5].

Empereur et roi[modifier | modifier le code]

Couronnement dans l'église Matthias à Budapest.
L'impératrice Zita

Durant les derniers jours d'octobre 1916, alors que la dégradation de l'état de santé de François-Joseph devient alarmante, il est rappelé à Vienne pour pouvoir assumer la continuité du pouvoir[6]

Peu connu, âgé de 29 ans, marié et père de quatre enfants, Charles prend la tête de la double monarchie dans un contexte politique, économique et militaire inquiétant pour la monarchie danubienne. La poursuite de la guerre mine la cohésion intérieure de son empire et le Reich renforce son emprise sur la politique et l'armée de la double monarchie[7].

Dès son avènement le , le jeune empereur reçoit la visite du président du conseil hongrois, Istvan Tisza, qui se montre partisan d'un couronnement rapide du nouveau roi en Hongrie, celui-ci devant prêter serment à la constitution de 1867, liant ainsi la politique future de Charles, partisan d'une réorganisation de la monarchie, aux intérêts du royaume de Hongrie[8].

Le couronnement comme roi de Hongrie a lieu à Budapest dès le . Il n'a jamais été couronné empereur d'Autriche, ni roi de Bohème. Ce faisant, Charles jure de préserver l'intrégrité du territoire Hongrois ce qui, à terme, l'empêchera de mener à bien les réformes nécessaires concernant les différentes nationalités peuplant ses états.

Une volonté de réforme de la double monarchie[modifier | modifier le code]

Conscient de la sclérose de la double monarchie dans les dernières années du règne de François-Joseph, Charles, à peine intronisé, tente de rendre plus efficace le gouvernement de la double monarchie, mais, dans un premier temps, confirme le ministère tant en Autriche qu'en Hongrie[9]. Pour mener à bien son programme, il s'entoure de personnalités proches de son oncle, François-Ferdinand, partisans d'une réforme de la monarchie avec la création d'un pôle slave au sein de la monarchie danbienne[10]. Cependant, il se montre incapable de soutenir les promoteurs de la politique qu'il souhaite voir menée dans la double monarchie, dans le conflit ou dans la recherche d'une solution pacifique[11].

D'un point de vue symbolique, il s'installe au château de Laxenburg, à 20 km de Vienne[12], restreint le train de vie de la cour, se dote de moyens modernes de gouvernement : utilisateur du téléphone et du télégraphe, il parcourt son empire en train afin de tisser des liens avec l'armée (qui a prêté son serment d'allégeance le 23 novembre[13]) et les populations de son empire[10]. Il multiplie ainsi les déplacement, se plaçant ainsi dans la continuité de son action comme prince héritier : il effectue ainsi durant ses 24 mois de règne 82 voyages à l'intérieur de la double monarchie et sur le front, auxquels s'ajoutent les déplacements à l'étranger, dans le Reich ou chez les Alliés du Reich[12]; sillonant inlassablement son empire, l'empereur-roi transforme son train, continuellement prêt à partir, en un centre de pouvoir itinérant, accordant des audiences dans son wagon-salon, multipliant les réunions de travail avec ses conseillers[14].

Buste de l'empereur Charles Ier d'Autriche, exposé à Vienne.

De plus, sous l'influence de l'impératrice, il engage des réformes sociales ce qui lui vaut la haine - et les calomnies - des nantis; en juin 1917, à l'occasion d'un changement de ministère en Autriche, il crée un ministère des affaires sociales et fait adopter une législation limitant le travail des femmes et des enfants[15]. De même, il multiplie les voyages dans le pays, parcourant, en moins de deux années, 80 000 km, pour montrer et incarner la personne impériale et royale[15].

D'un point de vue politique, il cherche à reconstruire l'État, malmené par les contraintes du conflit[16]. Ainsi l'une de ses premières mesures doit aboutir à l'élargissement du droit de suffrage en Hongrie, s'opposant ainsi frontalement au président du conseil du royaume de Hongrie, Istvan Tisza, dont il obtient la démission le 23 mai 1917, au terme d'une intense lutte politique[17], mais qui mène dans les mois qui suivent une lutte sourde contre la politique menée par les présidents du conseil qui se succèdent en Hongrie[18], puisque, homme d'État énergique, il contrôle le principal parti politique représenté au parlement de Budapest, le Parti du Travail[17]. À la fin du mois de décembre 1917, une réforme du droit de suffrage est proposée, faisant passer le corps électoral à 3,8 millions de votants, soit plus du doublement du nombre d'électeurs, mais renforcent la prépondérance germano-hongroise; elle est cependant repoussée par les proches de Tisza, qui contrôlent la majorité des sièges du Reichstag de Budapest[19].

Il cherche également à se rapprocher du club yougoslave, regroupant les parlementaires autrichiens issus des populations, serbes, croates et slovènes de Cisleithanie, afin de disposer d'une majorité à Vienne pour faire adopter les mesures qu'ils souhaite promouvoir, en échange d'une profonde réforme de la monarchie danubienne[20]

Souhaitant rompre avec l'immobilisme de la fin du règne de son prédécesseur en Autriche, il convoque le Reichsrat et la chambre des seigneurs en Autriche pour le 30 mai 1917, mais devant les querelles politiques et nationales en Autriche, il doit mettre en place un ministère composé de hauts fonctionnaires, nommé le 23 juin 1917[15], comme il doit rapidement mettre fin aux mesures de libéralisation au cours du printemps 1918, en instituant à nouveau la censure préalable[21].

De plus, Charles, héritant du personnel politique du règne précédent, opère des modifications profondes parmi les responsables chargés de la gestion de la double monarchie. En effet, souhaitant mener donner à la politique austro-hongroise une autre direction, il écarte les représentants du règne précédent, Ernst von Koerber, Burián, Conrad ou l'archiduc Frédéric[22]; une fois les proches de son prédécesseur écartés, il choisit ses conseillers parmi les proches de son oncle françois-Ferdinand, aussi bien pour la gestion de la Cistleithanie et de la Transleithanie, que pour les affaires communes[23].

Une manière nouvelle de gérer le conflit[modifier | modifier le code]

Dès son installation sur le trône, l'empereur-roi assume le commandement de l'armée austro-hongroise, transférant son quartier-général à Baden, limogeant à cette occasion son chef d'état-major, Conrad von Hötzendorf, le 2 mars 1917[24].

Le transfert à Baden poursuit un double but. tout d'abord, le nouvel empereur souhaite imposer aux officiers qui composent le grand état-major de la double monarchie un changement de style de vie, la vie à Teschen apparaissant éloignée des rigueurs de la guerre; enfin, Baden, situé à une vingtaine de kilomètres de Vienne soustrait partiellement l'AOK de la tutelle de l'OHL, situé alors à Pless, en Silésie[25].

Charles procède à une réforme de la justice militaire, sans avoir consulté ses généraux et contre l'avis des responsables militaires allemands[26].

Son principal objectif est de trouver les voies de la paix avec les Alliés, notamment la France et la Russie[27]. Avant de s'engager plus avant, il tente de fléchir son allié allemand, en lui faisant parvenir un mémorandum sur l'état réel de la double monarchie, par l'envoi de missives pressantes à Guillaume II[28]. Puis, il entame alors une négociation secrète, par l'intermédiaire de ses beaux-frères, les princes Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, avec le gouvernement français, sous les auspices de Jules Cambon, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, d'Aristide Briand, président du Conseil et du président de la République Raymond Poincaré. Au cours de cette négociation, il tente d'obtenir, en échange de la sortie de la double-monarchie de la Triplice, des compensations politiques et territoriales, sous la forme de la restauration de la Serbie et du Monténégro, indépendants mais sous tutelle austro-hongroise, le Monténégro étant par ailleurs privé d'accès à la mer[29]

Le , les deux princes sont à Paris où ils ne rencontrent que Jules Cambon, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. À l'issue de cette entrevue, les deux frères résument dans une note ce qu'ils estimaient avoir ressenti comme étant le seuil en deçà duquel le gouvernement français n'entamerait aucune négociation.

Durant la guerre, l'empereur va tout faire pour épargner des vies et quelques-uns de ses officiers exposent leur désaccord avec cette politique. Ainsi, Charles ordonne de ne pas affecter aux postes dangereux les personnes dont la famille compte déjà deux morts ou les hommes qui sont pères de familles de plus de six enfants. L'Empereur fait également tout son possible pour éviter les opérations coûteuses en vie et non nécessaires. Il interdira également de bombarder des villes non stratégiques[30].

Le prince Sixte.

Sur la base de la note rédigée par les princes Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, l'Empereur Charles fait une proposition, par une apostille manuscrite, ajoutée à une note officielle franchement négative du gouvernement austro-hongrois. Selon cette apostille manuscrite, l'empereur Charles, émet les propositions suivantes :

  1. il s'appliquera à faire admettre par son allié, l'Empire allemand, que les droits légitimes de la France sur l'Alsace-Lorraine soient rétablis dans leur totalité ;
  2. il s'appliquera auprès de son allié, l'Empire Allemand, à ce que la Belgique soit rétablie dans sa souveraineté intégrale, y compris dans ses colonies ;
  3. la monarchie austro-hongroise doit être maintenue dans le respect du statu quo de ses frontières ;
  4. la discussion avec la Russie sur le problème de Constantinople n'est pas d'actualité, en raison de la révolution qui vient d'éclater à Petrograd.[réf. nécessaire]

On ne peut dire que ces propositions répondent aux attentes du gouvernement français car elles ne correspondent en fait qu'à une « vue » du prince Sixte de Bourbon-Parme. Ces propositions sont en particulier nettement en retrait par rapport à la note formulée quelques jours auparavant par le gouvernement français () à l'intention du président des États-Unis Wilson.

Les négociations commencées sous les auspices d'Aristide Briand, se poursuivent avec Alexandre Ribot, nouveau président du Conseil, à la suite du renversement du Cabinet Briand. Ribot ne croit cependant pas à la sincérité des propositions de l'Empereur et pense que des engagements qui ne prennent que la forme d'apostilles manuscrites ne peuvent être pris au sérieux. En outre, désireux de respecter les propositions françaises de paix telles qu'elles avaient été formulées le - en particulier les engagements des Alliés envers l'Italie, que le point trois de la contre-proposition ne pouvait pas satisfaire - il fait en définitive répondre qu'il est hostile à la poursuite des entretiens hors d'une concertation préalable avec l'Italie.

Les dirigeants britanniques, sollicités également par les princes de Bourbon-Parme, répondent qu'ils comprennent l'attitude française ainsi que l'intransigeance italienne.

Le comte Czernin contribue à faire échouer la négociation.

Cette négociation se termine par un scandale énorme au printemps 1918, suite aux rodomontades du comte Ottokar Czernin, ministre des affaires étrangères de l'Autriche-Hongrie, devant le conseil municipal de Vienne : le comte Czernin affirme devant cette assemblée que le président du conseil français Georges Clemenceau s'est résigné à faire à l'Autriche-Hongrie des offres de négociations suite aux succès des offensives allemandes.

Face à cette déclaration, le sang du « Tigre » ne fait qu'un tour : « Le Comte Czernin a menti », tonne-t-il, et, à l'appui de cette colère, il fait publier copie de la lettre autographe secrète du où l'Empereur annonçait que « si l'Allemagne refusait d'entrer dans la voie de la raison, il se verrait contraint d'abandonner son alliance pour faire une paix séparée avec l'Entente »[31].

Cette déclaration met l'Empereur Charles dans une position intenable face à son allié allemand qui l'accuse de trahison, alors que Charles avait pris la précaution d'informer l'empereur Guillaume II qu'il avait engagé des pourparlers de paix, sans toutefois en révéler le contenu exact. L'état-major allemand met en place un plan d'invasion de l'Autriche et d'internement de son souverain. Il ne peut toutefois le mettre à exécution.

Ayant à faire face au problème des nationalités et en réponse aux propositions du président américain Wilson, notamment au quatorzième point sur le « Droit des Peuples à disposer d'eux-mêmes », Charles propose, en , la fédéralisation de l'Empire.

La résistance du gouvernement hongrois, présidé par le comte Istvan Tisza, à toute modification constitutionnelle du compromis imposée par la fédéralisation ne permet pas de réaliser ce programme en temps utile. Dans la proclamation « À mes peuples » en octobre 1918, Charles l'impose, la Hongrie proclame ipso facto la fin de l'Autriche-Hongrie, en faisant sécession.

Une nouvelle politique étrangère[modifier | modifier le code]

Au fil de l'année 1917, Charles, souhaitant sauver son empire[32], tente de prendre ses distances à l'égard du Reich, non seulement en menant des négociations de paix informelles avec les Alliés, mais aussi en mettant en place une politique autonome dans le conflit, s'opposant notamment à un certain nombre de mesures décidées par le Reich.

Dès la déclaration de guerre, il affirme son souhait de ne faire dépendre la double monarchie de la seule alliance avec le Reich, conscient que le Reich pourrait faire de la double monarchie une « grande Bavière »[N 2],[33].

Dès les premiers jours de son règne, il marques ses distances à l'égard de la politique de son prédécesseur, alignée sur le Reich. Ainsi, il se désintéresse rapidement, dans un premier temps, à la dévolution de la Pologne à la double monarchie ou à la recréation d'un royaume de Pologne au profit d'un prince de la famille de Habsbourg. Dans un second temps, il modifie son point de vue, mais ce changement ne suscite aucune réaction du Reich, ayant alors, au printemps 1918, écarté cette option[34].

Dès janvier 1917, conscient des implications du déclenchement de la guerre sous-marine à outrance, il s'oppose, contre l'avis de ses conseillers militaires, mais avec le soutien de son ministre des affaires étrangères, Ottokar Czernin[35], au déclenchement de la guerre sous-marine, décidée sans l'Autriche-Hongrie, à Berlin[36].

Au cours des négociations lancées à la suite de la Révolution d'Octobre, avec la Russie, avec l'Ukraine et avec la Roumanie, les diplomates envoyés par L'empereur tentent d'appliquer les consignes de Charles, parfois contre les intérêts des Allemands. Ainsi,la paix avec l'Ukraine est rapidement signée sous la pression insistante de l'empereur, intéressé par le ravitaillement de sa population[37]; quelques semaines plus tard, l'avancée des troupes austro-allemandes en Ukraine se fait dans un contexte de rivalités entre les deux partenaires autour des stocks de nourriture et aboutit au partage de l'Ukraine en deux zones d'occupation de taille et de poids économique inégaux[38]. De même, la paix avec la Roumanie est négociée dans un premier temps à la suite d'une initiative de Charles, qui met le pays sous tutelle économique austro-allemande, mais laisse au royaume des capacité militaires importantes[38], et surtout aboutit à placer la Roumanie sous contrôle économique allemand, en dépit de la demande expresse de Charles de réduire l'occupation du pays à une durée minimale[39] comme de permettre aux Roumains de conserver pour le royaume de Bucarest une certaine indépendance économique[40].

Cependant, l'évolution des rapports de force au sein de la Triplice diminue considérablement les velléités d'autonomie de la double monarchie et de son empereur à l'égard de son allié allemand. En effet, incapable de remporter le conflit sans le soutien du Reich, la double monarchie doit régulièrement en appeler au soutien de vastes unités allemandes, utilisées soit comme force principale, soit comme force d'appoint, pour mener des offensives contre la Roumanie en 1916, puis contre l'Italie en 1917, ou encore résister à la dernière offensive russe en 1917[41]. Cette situation place les militaires austro-hongrois dans une situation intenable, à laquelle l'empereur tente de remédier par une négociation de plus en plus difficile avec le partenaire allemand de plus en plus exigeant, portant sur des compensations de plus en plus illusoires (comme l’élection d'un Habsbourg sur le trône d'un royaume de Pologne totalement inféodé au Reich[42]) mais oblige le Reich à ménager son allié qui, à partir de 1917, ne songe qu'à sortir du conflit au début de l'automne 1917[43]. Dès le mois d'avril, date de la remise par Charles du mémorandum de Czernin à Guillaume II, Charles, chef d'État d'un empire épuisé en cours de vassalisation, démontre son incapacité à peser sur son allié allemand[44].

Même si les dirigeants de la double monarchie tentent de mener une politique indépendante, Charles, ses conseillers et ses ministres doivent accepter une vassalisation croissante de l'Autriche-Hongrie à l'égard du Reich. Cette vassalisation est achevée lors de la rencontre de Spa du mois de mai 1918, sanctionnée par l'accord du 12 mai[45]. Lors de cette rencontre, initialement souhaitée par le souverain Habsbourg pour clarifier le détail du partage politique et économique de la Roumanie[46], celui-ci, désavoué par les archiducs autrichiens, menacé d'être déposé, doit accepter non seulement une alliance militaire, offensive et défensive, avec le Reich[45], mais aussi, dans le cadre d'un « Zollverein austro-allemand »[47], la mise en place progressive d'une union douanière germano-austro-hongroise[48], malgré les réserves de l'empereur-roi et de ses conseillers[49].

Lors des rencontres avec les Allemands, l'empereur-roi se voit systématiquement malmené par ses partenaires qui lui imposent, malgré le respect formel de l'égalité entre alliés, une vassalisation de fait, aussi bien politique qu'économique[48], ou qui mènent leur politique sans en informer le principal de leurs alliés. À Spa, en août 1918, lors de la dernière rencontre entre les principaux dirigeants des deux pays encore en guerre, dans un contexte de défaite militaire (les Autrichiens en Italie, les Allemands en France), Charles expose une dernière fois les exigences autrichiennes, notamment en Pologne[50], devant des Allemands qui souhaitent gagner du temps, afin de négocier dans des conditions moins défavorables la sortie du conflit[51].

Dernières tentatives[modifier | modifier le code]

Le régent Horthy.
L'église Nossa Senhora do Monte où repose Charles Ier.

La défaite de la dernière offensive de la double monarchie face à l'Italie en juin 1918 sonne le glas de la double monarchie épuisée. En effet, l'armée ne peut plus être ravitaillée, la défaite entraîne une crise de moral dans l'armée commune, et le discrédit de l'empereur, trop proche de son chef d'état-major responsable de l'échec[52]. Dans le domaine politique, cette défaite plonge la Cisleithanie dans une crise politique dont elle ne sort plus, le parlement exigeant des explication à propos de l'échec de l'offensive, tandis que le gouvernement de Budapest doit affronter une opposition parlementaire sans cesse renforcée[53].

Informé de la débâcle allemande du mois de juillet 1918, alors que l'armée commune vient d'essuyer un grave échec en Italie[54], il tente de s'opposer à la défaite par des réformes de la monarchie, mais il est rapidement débordé par les Alliés, qui reconnaissent le comité tchécoslovaque[55].

Sortie du conflit[modifier | modifier le code]

À partir du mois d’août 1918, l'empereur-roi tente de sortir du conflit, alors que la double monarchie s'enfonce dans l'anarchie[56] : le 15 août, l'empereur roi fait connaître aux Allemands sa volonté de sortir du conflit le plus rapidement possible[57], puis le 6 septembre, il avertit Guillaume II de son souhait de demander un armistice[51]. Le 5 octobre, l'empereur-roi mandate une délégation en vue de la conclusion rapide d'un armistice : constitution d'une délégation positionnée à Trente[58].

Dans le même temps, il tente de négocier les conditions de la pérennité de son empire avec les représentants des différentes nationalités qui le constituent, contre l'avis des représentants des Allemands et des Hongrois, Werkele et, dans un premier temps, Burián[58], ces derniers obtenant que le royaume de Hongrie soit exclu de la proclamation d'autonomie signée par l'empereur-roi[59]. Ainsi, le 27 septembre, après avoir dévoilé son souhait de transformer son empire en une fédération, l'empereur-roi tente de mettre en œuvre ses réformes, mais se heurte à l'opposition hongroise, menée par Tisza, mais aussi par Werkelé, président du conseil du royaume de Budapest[60]. Le 17 octobre, cependant, tentant de se concilier les États-Unis[61], il publie un manifeste transformant la l'Empire d'Autriche en une fédération, alors que les dernières propositions de paix de l'empereur-roi sont définitivement écartées le 4 octobre[62]. L'empereur commet, avec la publication de ce texte, une erreur, puisque cette publication accélère le processus de dissolution de la monarchie danubienne, par les équivoques qu'elle contient : Charles souhaite réformer la monarchie une fois la paix revenue, les représentants des nationalités multiplient les actes préludant de l'éclatement de la double monarchie face auxquels l'empereur-roi est totalement désarmé[63].

Rapidement, il comprend que les réformes qu'il propose sont dépassées par les revendications séparatistes des représentants des différentes nationalités[64], mais, au cours de la dernière semaine du mois d'octobre, Charles continue de s'activer pour le maintien de son empire, négociant avec les Hongrois, les Allemands, tandis qu'il continue d'exercer ses fonctions de chef d'État, inaugurant l'université de Debrecen le 23 octobre, ou demandant un armistice unilatéral le 28 octobre[65].

Les négociations avec les Hongrois, au milieu des hésitations du roi, aboutissent à la mise à l'écart de ce dernier et à sa renonciation au trône de Saint-Étienne, malgré les préparatifs des commandants de troupes en vue du rétablissement du pouvoir du roi[66]. Cependant ses initiatives, que ce soit en Hongrie ou en Croatie sont accueillies avec indifférences par les représentants des royaume de Croatie-Slavonie, dont les représentants se sont érigés en conseil national durant les derniers jours d'octobre[67], tandis que les représentants slovènes, jusqu'alors indéfectibles soutiens de la monarchie danubienne, ne peuvent que lui signifier la vanité de ses tentatives pour sauver la double monarchie[68].

Mais face à la défaite bulgare et la déroute face à l'Italie, il ne peut qu'accélérer la fin de la participation de la double monarchie au conflit, et présider à la dissolution de son empire, en relevant l'armée de son serment de fidélité[69] le 31 octobre 1918[70], reconnaissant aux peuples de l'empire engagé dans un processus de dissolution le droit à la libre disposition de leur destinée[71], ou tentant, sans succès, de négocier les clauses de l'armistice avec les Alliés[72].

Dans le même temps, il tente d'associer les conseils nationaux à la négociation de l'armistice de Villa Giusti, mais le conseil national allemand rappelle au monarque les conditions dans lesquelles la double monarchie est entrée dans le conflit, sans consultation des chambres, ni en Autriche, ni en Hongrie, signifiant ainsi son refus d'être associé à la négociation[73]. Dans la nuit du 2 au 3 novembre, l'empereur-roi autorise son négociateur à signer le texte de l'armistice imposé par les Alliés[73].

En Cisleithanie, l'empereur se voit, durant les derniers jours d'octobre, privé de la moindre parcelle d'autorité par le développement des événements, le gouvernement de la Cisleithanie apparaissant au mois d'octobre comme un « théâtre d'ombres », destiné à acter la liquidation de l'empire d'Autriche[74].

Abandon du pouvoir[modifier | modifier le code]

Face à la dissolution de son empire, Charles ne peut qu'acter la nullité de son autorité dans les premiers jours de novembre 1918.

Renonciation au pouvoir[modifier | modifier le code]

Lâché par le commandement durant les premiers jours de novembre, Charles signe sa renonciation au trône (plus précisément sa renonciation à la participation au gouvernement autrichien), sans pour autant abdiquer formellement, dans le salon chinois bleu du château de Schönbrunn, à midi le [75], le même jour que l'armistice et fin de la Première Guerre mondiale, scellant ainsi la fin de plus de 600 ans de règne des Habsbourg sur l'Autriche[76].

Le 13 novembre, alors qu'il souhaitait conserver la couronne Hongrie, il renonce à « toute participation aux affaires de l'État »[77].

Changements de régime[modifier | modifier le code]

En Hongrie, sa politique hésitante, soufflant le chaud et le froid, appelant Karolyi, puis ne le nommant pas, accélère la rupture des liens avec la Hongrie, le gouvernement Karolyi nommé le 31 octobre comportant un ministère des affaires étrangères; après sa prestation de serment, le nouveau président du conseil reconnaît le roi dans le cadre d'une union personnelle avec l'empire d'Autriche[78].

Le , l'empereur allemand Guillaume II, depuis les Pays-Bas où il s'est réfugié, a signé son abdication. de même les souverains Allemands abdiquent et s'enfuient.

Le , la République est proclamée en Autriche après que Charles a accepté de soumettre au vote du Parlement autrichien la forme de l'État, sous la pression (et l’assurance) des Chrétiens-sociaux qu'ils voteraient en faveur de la Monarchie[79].

L'Empereur Charles refuse d'abdiquer, renonçant au pouvoir mais pas à son titre. Il se contente de signer un retrait momentané des affaires publiques le .

Retraite et exil[modifier | modifier le code]

Retiré tout d'abord, dès le , au château d'Eckartsau, en Basse-Autriche, l'empereur Charles, en raison des pressions effectuées par le nouveau chancelier Karl Renner qui est conscient que les mécontents pourraient se rallier autour de la personne impériale (dans un contexte marqué par la crise économique)[80], est contraint de quitter son pays et de demander asile à la Suisse où demeure la mère de l'impératrice, la duchesse douairière de Parme Antonia de Bragance. Il quitte ainsi l'Autriche en train avec sa famille le 23 mars 1919 sous la protection d'officiers britanniques[81].

L'exil de la famille impériale commence par la Suisse tandis que les États successeurs de la double-monarchie confisquent les biens de la famille impériale.

Le , les députés autrichiens votent la loi sur les Habsbourg (en), loi d'exil qui bannit les membres de la Maison de Habsbourg-Lorraine d'Autriche et confisque leurs biens[82].

Tentatives de restauration[modifier | modifier le code]

Soutenu par le pape Benoît XV[83], l'ex-empereur et roi tente de remonter sur le trône de Hongrie en mars et en octobre 1921. Le régent Horthy, ancien officier de marine et proche du défunt empereur François-Joseph, refuse de lui remettre le pouvoir, prétextant que le retour d'un Habsbourg-Lorraine sur un trône ne serait jamais accepté par les Alliés et la Petite Entente qui avait menacé d'envahir la Hongrie.

Ainsi, le 28 mars 1921, Charles revient sur le territoire hongrois, dans l'Ouest, parvient à Budapest, où il rencontre le régent, mais, ne parvenant pas à surmonter l'opposition des commissaires alliés en Hongrie, doit retourner en Suisse le 5 avril 1921[84].

En octobre, une nouvelle tentative échoue, en dépit de son caractère militaire : des opérations ont lieu, le roi, appuyé par une véritable armée, parvenant aux portes de Budapest; il est cependant stoppé par les forces restées fidèles au régent, le 23 octobre, tandis que les membres de la petite Entente mobilisent leur armée pour faire face à une victoire monarchiste[84].

Échec final et exil[modifier | modifier le code]

Charles est capturé par le gouvernement royal hongrois, mettant un terme définitif à cette seconde tentative[84]. Afin de donner un caractère définitif au règne des Habsbourg en Hongrie, le parlement de Budapest adopte, sous la pression des Alliés, une loi rétablissant le caractère électif de la couronne de Hongrie et privant l'ancienne famille régnante de ses droits sur la couronne[84].

Remis à l'Angleterre, Charles et Zita, sur décision de la conférence des ambassadeurs, sont exilés sur l'île de Madère où le Portugal accepte de les accueillir. Il arrive dans l'île le 19 novembre 1921 à bord d'un croiseur anglais et s'installe à Funchal dans la maison de vacances Quinta do Monte du banquier Rocha Machado[85].

Ayant contracté une bronchite le 9 mars, Charles est affaibli par les épreuves et le climat montagnard de cette île. Il meurt le d'une pneumonie, dans la pauvreté[86], veillé par l'impératrice enceinte de son huitième enfant, à l'âge de 34 ans et 7 mois[87].

Charles est enterré dans l'église Nossa Senhora do Monte sur les hauteurs de Funchal. Son cercueil est déposé dans une alcôve en dessous d'un grand crucifix. Son fils aîné, Othon (Otto), âgé de dix ans, devient alors le chef de la maison de Habsbourg-Lorraine.

L'église Catholique et Charles Ier de Habsbourg[modifier | modifier le code]

Fervent catholique, Charles, simple membre de la famille impériale, puis Kronprinz, et enfin empereur, est également sensibilisé aux idéaux du catholicisme social[88]

Financements du Vatican[modifier | modifier le code]

Durant le Premier conflit mondial, Charles participe au financement du Vatican et au soutien de la politique pontifical favorable aux puissances centrales : ainsi, sous couvert du denier de Saint-Pierre, Charles fait parvenir à l'État pontifical la somme de 500 000 francs à la fin mois du juin 1918[89].

Reconnaissance par l'Église catholique romaine[modifier | modifier le code]

Charles Ier a été béatifié à Rome, le , par le pape Jean-Paul II.

Fils d'un sous-officier de l'armée impériale, né à Wadowice en 1920, le pape polonais avait reçu son prénom de baptême « Karol » ( Charles) en hommage à l'empereur-roi déchu.[réf. nécessaire]

Les raisons de cette béatification tiennent à la fois aux tentatives que Charles fit pour trouver les voies de la paix en 1917, tant par la médiation de ses beaux-frères les princes Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, que par son soutien apporté à la médiation du pape Benoît XV, et à ses vertus chrétiennes. [réf. nécessaire]

Il est fêté non pas le jour anniversaire de sa mort, comme il est usuel pour les saints, mais le jour anniversaire de son mariage, choisi par le pape Jean-Paul II pour signifier que le mariage est l'une des voies principales de la sanctification.[réf. nécessaire]

Le 31 janvier 2008, un tribunal ecclésiastique reconnaît miraculeuse une guérison attribuée à l'intercession du bienheureux Charles d'Autriche, réalisée en Floride, aux États-Unis.[réf. nécessaire]

Une relique de l'empereur-roi est exposée à l'église Saint-Epvre de Nancy.

Famille[modifier | modifier le code]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

L'empereur et sa femme ont eu huit enfants :

  • Otto (1912-2011), archiduc d'Autriche, épouse en 1951 la princesse Régina de Saxe-Meiningen (1925-2010), dont postérité ;
  • Adélaïde (1914-1971) ;
  • Robert d'Autriche-Este (1915-1996), épouse la princesse Marguerite de Savoie-Aoste (1930-), dont postérité (Lorenz d'Autriche-Este) ;
  • Félix (1916-2011), épouse en 1952 la princesse Anne-Eugénie d'Arenberg (1925-1997), dont postérité ;
  • Charles-Louis (1918-2007), épouse en 1950 la princesse Yolande de Ligne (1923-), dont postérité ;
  • Rodolphe (1919-2010), épouse la comtesse Xénia Czernichev-Bézobrazoff (1929-1968), dont postérité. En 1971, il se remarie à la princesse Anne Gabrielle de Wrede (1940-), dont postérité ;
  • Charlotte (1921-1989), épouse Georges de Mecklembourg (1899-1962), sans postérité ;
  • Élisabeth, née posthume (21 mai 1922-1993), épouse le prince Heinrich de Liechtenstein (1916-1991), dont postérité.

Parmi les nombreux petits-enfants de Charles et Zita se trouve l'archiduc Carl-Christian, qui a épousé en 1982 la princesse Marie-Astrid de Luxembourg (fille du couple grand-ducal) et l'archiduc Lorenz, qui a épousé en 1984 la princesse Astrid de Belgique et a été titré en 1995 prince de Belgique par son beau-père le roi Albert II (ses cinq enfants font partie de l'ordre de succession au trône belge).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. cette bienveillance se manifeste par la présence du monarque à la cérémonie, ce dont il s'était abstenu pour la mariage de son héritier
  2. La Bavière jouit du statut particulier d'État libre au sein du Reich, disposant de sa propre armée au commandement autonome, de sa propre représentation diplomatique et d'une autonomie interne plus importante que les autres États fédérés au sein du Reich bismarckien.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bled, 2014, p. 242
  2. a et b Bled, 2014, p. 243
  3. a et b Bled, 2014, p. 245
  4. Bled, 2014, p. 247
  5. Bled, 2014, p. 230
  6. Bled, 2014, p. 234
  7. Bled, 2014, p. 240
  8. Schiavon, 2011, p. 146
  9. Schiavon, 2011, p. 148
  10. a et b Schiavon, 2011, p. 150
  11. Renouvin, 1934, p. 392
  12. a et b Bled, 2014, p. 250
  13. Schiavon, 2011, p. 149
  14. Bled, 2014, p. 251
  15. a, b et c Schiavon, 2011, p. 158
  16. Renouvin, 1934, p. 484
  17. a et b Renouvin, 1934, p. 485
  18. Schiavon, 2011, p. 153
  19. Schiavon, 2011, p. 154
  20. Le Moal, 2008, p. 158
  21. Schiavon, 2011, p. 211
  22. Bled, 2014, p. 252
  23. Bled, 2014, p. 253
  24. Schiavon, 2011, p. 175
  25. Bled, 2014, p. 255
  26. Schiavon, 2011, p. 160
  27. Fischer, 1961, p. 379
  28. Fischer, 1961, p. 371
  29. Le Moal, 2008, p. 139
  30. Sévillia, 2009, p. 74
  31. Michon, 1931, p. 205
  32. Lacroix-Riz, 1996, p. 27
  33. Bled, 2014, p. 246
  34. Soutou, 1989, p. 613
  35. Fischer, 1961, p. 362
  36. Schiavon, 2011, p. 174
  37. Schiavon, 2011, p. 197
  38. a et b Schiavon, 2011, p. 200
  39. Soutou, 1989, p. 676
  40. Fischer, 1961, p. 518
  41. Schiavon, 2011, p. 193
  42. Fischer, 1961, p. 461
  43. Renouvin, 1934, p. 509
  44. Fischer, 1961, p. 363
  45. a et b Renouvin, 1934, p. 562
  46. Soutou, 1989, p. 621
  47. Lacroix-Riz, 1996, p. 35
  48. a et b Fischer, 1961, p. 528
  49. Soutou, 1989, p. 714
  50. Fischer, 1961, p. 531
  51. a et b Schiavon, 2011, p. 226
  52. Bled, 2014, p. 388
  53. Bled, 2014, p. 390
  54. Schiavon, 2011, p. 220
  55. Schiavon, 2011, p. 221
  56. Bled, 2014, p. 396
  57. Renouvin, 1934, p. 602
  58. a et b Schiavon, 2011, p. 233
  59. Schiavon, 2011, p. 234
  60. Bled, 2014, p. 403
  61. Bled, 2014, p. 408
  62. Le Moal, 2008, p. 213
  63. Bled, 2014, p. 409
  64. Renouvin, 1934, p. 632
  65. Schiavon, 2011, p. 236
  66. Schiavon, 2011, p. 239
  67. Miloš, 2015, p. 127
  68. Repe, 2015, p. 150
  69. Schiavon, 2011, p. 246
  70. Bled, 2014, p. 414
  71. Renouvin, 1934, p. 634
  72. Bled, 2014, p. 415
  73. a et b Renouvin, 1934, p. 640
  74. Bled, 2014, p. 425
  75. Schiavon, 2011, p. 248
  76. Des Cars, 2014, p.101
  77. Hohwald, 2008, p. 2
  78. Bled, 2014, p. 423
  79. Vallaud, 2014, p.121
  80. Schiavon, 2011, p. 250
  81. Dugast Rouillé,1991, p.200
  82. Feigl, 2009, p.403
  83. Lacroix-Riz, 1996, p. 141
  84. a, b, c et d Hohwald, 2008, p. 4
  85. Dugast-Rouillé, 1991, p. 235
  86. Sévillia, 2009, p. 293
  87. Zessner-Spitzenberg, 1963, p.17
  88. Bled, 2014, p. 244
  89. Lacroix-Riz, 1996, p. 20

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Souvenirs[modifier | modifier le code]

  • Le comte Arthur Polzer-Hoditz, L'Empereur Charles et la mission historique de l'Autriche, Ed. Bernard Grasset
  • Le baron Charles Werkman, Le calvaire d'un empereur, Ed. Payot
  • Le prince Sixte de Bourbon-Parme, L'offre de paix séparée de l'Autriche, Librairie Pion
  • L'archiduc Otto de Habsbourg, Mémoires d'Europe, Ed. Criterion
  • David LLoyd George War Memoirs, Londres 1934
  • Raymond Poincaré Mémoires
  • Charles Ier d'Autriche, Memorandum in Werkmann

Ouvrages d'historiens[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Bled, L'agonie d'une monarchie : Autriche-Hongrie 1914-1920, Paris, Taillandier, , 464 p. (ISBN 979-10-210-0440-5). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gordon Brook-Shepherd, Le dernier Habsbourg, Ed. Flammarion
  • Christopher Munro Clark (trad. Marie-Anne de Béru), Les somnambules : été 1914, comment l'Europe a marché vers la guerre [« The sleepwalkers : how Europe went to war in 1914 »], Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l'histoire », , 668 p. (ISBN 978-2-08-121648-8)
  • Jean Des Cars, La saga des grandes dynasties, Perrin,
  • Michel Dugast Rouillé, Charles de Habsbourg, le dernier empereur, Ed. Duculot, 1991.
  • Erich Feigl, Zita de Habsbourg. Mémoires d'un empire disparu, Fleurus,
  • François Fejtô, Requiem pour un empire défunt, Ed. Lieu commun
  • Fritz Fischer (trad. Geneviève Migeon et Henri Thiès), Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918) [« Griff nach der Weltmacht »], Paris, Éditions de Trévise, , 654 p. (notice BnF no FRBNF35255571)
  • Patrick Germain, Charles et Zita, derniers souverains d'Autriche-Hongrie, préface de l'Archiduc Rodolphe d'Autriche, France Europe Éditions
  • Christophe Hohwald, « La diplomatie française face à la crise royale en Hongrie (1921) », Revue historique des armées, no 251,‎ , p. 78-84 (pagination du fichier PdF généré à la demande) (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Annie Lacroix-Riz, Le Vatican, l'Europe et le Reich : De la Première Guerre mondiale à la guerre froide, Paris, Armand Colin, coll. « Références Histoire », , 539 p. (ISBN 2-200-21641-6). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Frédéric Le Moal, La Serbie du martyre à la victoire. 1914-1918, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 257 p. (ISBN 978-2-9163-8518-1)
  • Bernard Michel, Nicole Pietri, Marie-Pierre Ray, L'Europe des nationalismes aux nations Ed. Sedes
  • Bernard Michel, La chute de l'Empire Austro-Hongrois 1916-1918, Ed. Robert Laffont
  • Edi Miloš, « Les Croates dans la Première Guerre mondiale. Une nation à la croisée des chemins », Les cahiers Irice, vol. 1, no 13,‎ , p. 119-128 (DOI 10.3917/lci.013.0119, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  • George Michon, Clemenceau; éd. Rivière, 1931, p. 205
  • Pierre Renouvin, La Crise européenne et la Première Guerre mondiale, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Peuples et civilisations » (no 19), (réimpr. 1939, 1948, 1969 et 1972) (1re éd. 1934), 779 p. (notice BnF no FRBNF33152114). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Božo Repe, « Les Slovènes et la Première Guerre mondiale », Les cahiers Irice, vol. 1, no 13,‎ , p. 145-154 (DOI 10.3917/lci.013.0145, lire en ligne) (inscription nécessaire) – via Cairn.info
  • Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie la Première Guerre mondiale : La fin d'un empire, Paris, Éditions SOTECA, 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », , 298 p. (ISBN 978-2-9163-8559-4).
  • Jean Sévillia, Le dernier empereur : Charles d'Autriche, 1887-1922, Paris, Éditions Perrin, , 356 p. (ISBN 978-2-262-02858-9).
  • Jean Sévillia, Zita, Impératrice Courage, Ed. Perrin (ISBN 978-2-262-02105-4)
  • Georges-Henri Soutou, L'or et le sang : Les Buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, , 963 p. (ISBN 2213022151). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Vallaud, La guerre au XXe siècle, Perrin,
  • Georges Walter, Les pleurs de Babel, Paris, Ed. Phébus, , 256 p. (ISBN 978-2-859-40278-5).
  • Hans Karl Zessner-Spitzenberg, The Emperor Charles I of Austria, a great Christian monarch, K. Rasinger, 1963


Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]