8 Mont-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis TV8 Mont-Blanc)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TV8.
Logo de 8 Mont-Blanc
Logo de 8 Mont-Blanc

Création 1989
Slogan « Respirez, c'est votre télé »
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste locale privée
Ancien nom - 8 Mont-Blanc (1989-1997, 2000-2002)

- TV8 Mont-Blanc (2002-2013)

Siège social Route des Pontets
74320 Sévrier
Site web 8montblanc.fr/
Diffusion
Analogique Non Non arrêt de la diffusion analogique le 29 septembre 2010
Numérique TNT chaîne no 31
Satellite Hot Bird 6 : fréquence 12539 MHz, Polarisation Horizontale, Symbol Rate 27500, FEC 3/4, SID 8878, VPID 5126, audio 5127 (français) et 5128 (italien), PMT 5124, PCR 5126
Atlantic Bird 3 : fréquence 11096 MHz, Polarisation Verticale, Symbol Rate 29950, FEC 7/8, SID 408, VPID 881, audio 882 (français) et 883 (italien), PMT 880, PCR 881
Fransat : chaîne no 101
Bis Télévisions : chaîne no 28
TéléSAT : chaîne no 69
Sky Italia : chaîne no 858
Câble City TV : canal no 12
naxoo : chaîne no 11
Numericable : canal no 139
UPC Cablecom: offre Romande
ADSL Alice TV : canal no 80
Bbox : canal no 161
Freebox TV : canal no 333
Orange TV : canal no 211
SFR : canal no 371
Swisscom TV
Aire Savoie flag.svg Savoie, Blason pays fr Bugey.svg Bugey
Coat of Arms of Geneva.svg Genève et Pays de Gex

8 Mont-Blanc est une chaîne de télévision généraliste locale française privée, qui se définit comme « la télévision des Pays de Savoie et du Léman ».

Sa zone de diffusion hertzienne « historique » couvre partiellement :

Certaines personnes ayant la TNT reçoivent 8 Mont-Blanc sur le canal 40.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

1989-1993 : Lucie S.A., la première 8 Mont-Blanc[modifier | modifier le code]

Créée en 1989 par le journaliste André Campana en marge du festival du film d'Avoriaz, 8 Mont-Blanc fait partie des trois plus anciennes chaînes de télévision locales hertziennes de proximité en France, avec TLM (Télé Lyon Métropole) et TLT (Télé Toulouse). Avec une production de 4 heures de programmes « frais » quotidiens, la chaîne croît rapidement et s'implante dans le paysage médiatique local.

En décembre 1991, un bureau décentralisé est ouvert à Chambéry, à l'occasion des Jeux olympiques d'Albertville. Cette structure permettait la réalisation de deux journaux télévisés, l'un à Annecy destiné à la Haute-Savoie, l'autre à Chambéry destiné à la Savoie, diffusés chacun et chaque heure de 19h à 23h sur leur zone respective à la faveur d'un décrochage technique (analogue à celui de France 3). À 22 heures toutefois, les deux JT étaient diffusés successivement sur l'ensemble de la zone de réception à partir d'Annecy (l'édition de Chambéry étant un enregistrement sur VHS du signal final — logo « 8M » compris — qu'un collaborateur transportait de Chambéry à Épagny).

Début 1993, Lucie SA, la holding qui possédait 8 Mont-Blanc, acquiert TLM pour réaliser un rapprochement entre les deux télévisions locales rhônalpines. Ce rapprochement ce traduit en mai 1993 par une nouvelle grille de programmes plus ambitieuse, avec des séries et dessins animés déjà diffusés sur les antennes nationales (Inspecteur Derrick, M*A*S*H, Les Chevaliers du Zodiaque), un JT le midi, et des grandes émissions en direct communes à 8 Mont-Blanc et TLM, ainsi qu'un nouvel habillage d'antenne également commun aux deux chaînes. Des films étaient prévus dans un deuxième temps…

Mais les frais financiers qui s'accumulent sur la petite structure sont énormes, notamment à cause du nombre de réémetteurs que la chaîne doit financer dans ces régions montagneuses, et aussi à cause du faible volume de publicité diffusé. Les frais occasionnés par la fusion TLM/8-Mont-Blanc furent de trop.

En juin 1993, 5 semaines à peine après l'introduction des nouveaux programmes, Lucie SA dépose le bilan. Les émissions continuent sous une forme très allégée (de 17 h à 23 h la semaine, de 18 h à 22 h le week-end), la production d'émissions « fraîches » étant réduite au strict minimum (1 seul JT + 1 émission de direct quotidienne). Le bureau de Chambéry est fermé. Pendant plusieurs mois la chaîne survit péniblement, passant à quelques jours, voire quelques heures, de l'écran noir pour cause de trésorerie épuisée. Elle ne doit sa survie qu'à l'injection de fonds par l'un de ses actionnaires, et futur repreneur, le groupe 2RBI (René et Robert Bianco), actif dans les produits pétroliers.

1994-1997 : T.2.S. (Télévision des 2 Savoie), la deuxième 8 Mont-Blanc[modifier | modifier le code]

En février 1994, la chaîne est confiée au groupe 2RBI, associé à un groupe de médias québécois, MediaPower. La reprise d'une programmation plus ambitieuse a lieu dès le mois d'avril 1994, accompagnée d'un nouvel habillage d'antenne.

Durant trois ans, la programmation de la chaîne va se diversifier : information plus présente (retour du flash de mi-journée en 1996), sport (retransmission de la coupe du monde de ski en direct), consolidation et diversification des émissions « de proximité », mais aussi diffusion de programmes québécois issus du catalogue de MediaPower (Bibi et ses amis, Visions d'Amérique), ainsi que de documentaires (dont Azimuts, une émission produite par l'ONU à Genève).

La chaîne déménage aussi à cette époque, de ses anciens locaux à Épagny (rue de la Mandallaz), dans de nouveaux locaux modernes à Sévrier (route des Pontets), propriété de René et Robert Bianco.

C'est également à cette époque que fut lancée l'émission phare de la chaîne, La Place du Village, présentée par les frères jumeaux Philippe et Jean-Noël Deparis. Le concept consiste en une visite des Pays de Savoie (petits villages comme grands quartiers), à la rencontre des habitants qui apportent un témoignage authentique, et de superbes images montrant toute la beauté de la région.

Mais l'histoire se répète, et la chaîne fait de nouveau face à de graves difficultés financières. En 1996, la chaîne disposait d'un budget de 24 MF, mais les recettes s'élevaient à 13 MF seulement, ce qui dégageait un déficit de 11 MF, soit presque 1 MF de pertes par mois ! Ces pertes étaient une nouvelle fois causées par les coûts de diffusion astronomiques, ainsi qu'un trop faible volume publicitaire plombé par « une certaine presse écrite régionale » qui voit à cette époque d'un mauvais œil cette chaîne s'approprier une partie du gâteau. René et Robert Bianco épongent le déficit avec leur fortune personnelle, mais cette situation n'est pas tenable.

Le 1er juillet 1997, le groupe 2RBI jette l'éponge, et Guénaëlle Troly annonce en ouverture du JT du midi que « Ce mois de juillet sera le dernier pour 8 Mont-Blanc, qui cessera d'émettre le 31 juillet à minuit », toutefois sans déposer le bilan au préalable.

Comme sur La Cinq, une association de téléspectateurs, l'association « La 8 », se constitue alors sous l'impulsion de l'un des journalistes de la chaîne, Patrice Mallet. La présidence est assurée par Philippe Deparis, et son but est évidemment d’œuvrer au redémarrage de la chaîne. Très vite, l'association reçoit de nombreux courriers de soutien, et un pécule commence à se former.

Le 31 juillet à 24 heures, au terme d'une soirée spéciale d'au-revoir au cours de laquelle l'histoire de la 8 fut évoquée, deux enfants (un garçon et une fille) nés le même jour que la chaîne actionnent une manette de la régie finale, et l'écran noir (seulement perturbé par la présence du logo « 8M »), envahit l'écran. Dix minutes après, et pendant 2 mois, un message de soutien à l'association « La 8 » est diffusé à l'antenne. La chaîne cesse complètement ses émissions début octobre 1997, début d'un (véritable) écran noir de trois ans.

Depuis 2000 : TV8 Mont-Blanc, la troisième 8 Mont-Blanc[modifier | modifier le code]

En janvier 2000, le CSA retient le projet de l'association « La 8 » pour la création d'une nouvelle chaîne de télévision locale. En juillet de la même année, l'autorisation d'émettre est accordée pour une durée de 5 années.

Le samedi 21 octobre 2000 à 17 h 20 (avec 20 minutes de retard sur l'horaire prévu), la chaîne redémarre. L'émission de reprise, présentée par Patrice Mallet, Philippe et Jean-Noël Deparis en extérieur, et Stéphane Santini en studio, présente les « nouvelles têtes », nouveaux programmes et nouvel habillage de la chaîne, en incluant des réactions (téléphoniques) d'anciens animateurs — notamment Christophe Ruault et Guénaëlle Troly — suite à la résurrection de la chaîne.
Pour le symbole, cette émission de reprise fut immédiatement suivie à 19 heures d'une nouvelle édition de « La Place du Village » (« à Champ-Laurent, vingt-et-un habitants, plus petite commune des Pays de Savoie »).

La programmation est au départ très modeste (une séquence de programmes « maison » de deux heures multidiffusée en boucle de 17 h à minuit) et s'appuie sur les acquis forts de la chaîne : information (JT, 7 jours en 1 heure), talk-show (Inforum, Le Grand 8) et La Place du Village.
Elle s'étoffe très rapidement : élargissement des horaires d'émission, retour des retransmissions de ski, diversification des magazines, diffusion de documentaires…

Le redémarrage de la chaîne est par ailleurs favorisé par des soutiens notables : locaux loués par les anciens propriétaires de la chaîne, frais de diffusion (300 K€/an) pris en charge dans un premier temps par les départements de Savoie et Haute-Savoie (cette dernière contribution se transformant par la suite en achat de programmes), et polyvalence du personnel dont le nombre est réduit au maximum (la chaîne fonctionne au départ avec 15 salariés, contre 40 avant l'écran noir).

Patrice Mallet a été le président de TV8 Mont-Blanc depuis l'acceptation du projet par le CSA jusqu'au redémarrage effectif de la chaîne. Depuis, le président bénévole est Paul Rivier, l'ancien PDG du groupe Tefal.

En 2002, la chaîne prend son nom d'antenne actuel TV8 Mont-Blanc (la société portait déjà administrativement ce nom dès son redémarrage, mais avait conservé « 8 Mont-Blanc » comme nom d'antenne, en continuité du passé).

En 2004, le bureau local de Chambéry est recréé. Son but n'est plus de réaliser un JT parallèle, mais de couvrir plus spécifiquement le bassin chambérien et de réaliser des reportages et programmes courts dans ce cadre. En 2004, le journaliste Charles Denu s'oppose à une subvention déguisée à TV8 Mont-Blanc, il en obtient l'annulation en 2008[1].

Début 2005, l'autorisation d'émettre de la chaîne est renouvelée après une procédure simplifiée (c'est-à-dire sans appel d'offres) pour une nouvelle durée de 5 années. L'autorisation de la chaîne est donc valable jusqu'en juillet 2010. Parallèlement, TV8 Mont-Blanc cherche à élargir son audience en utilisant des moyens de diffusion alternatifs : satellite, réseaux câblés en France et en Suisse, FAI ADSL.

Enfin, suite à l'arrivée de nouveaux actionnaires dans le capital en 2006, l'orientation de TV8 Mont-Blanc change, et la chaîne a désormais pour but, outre de continuer à être la télévision des Pays de Savoie, de devenir une chaîne thématique nationale dédiée à la montagne. Une nouvelle grille de programmes généraliste est mise sur pied en octobre 2006 sous la houlette de Denis Vincenti, incluant de nouveaux magazines et des fictions orientés sur ce thème, à côté des programmes traditionnels de la chaîne. TV8 Mont-Blanc émet désormais 24h sur 24.

Enfin, TV8 Mont-Blanc est en 2008 la seule chaîne de télévision locale française qui parvient à atteindre l'équilibre financier. À titre de comparaison, TLM, dont le potentiel de téléspectateurs est comparable et le budget plus important, continue de perdre 150 000 € par mois…

L'audience est également au rendez-vous. Sur la zone de réception, le taux de pénétration est supérieur à 90 %. En audience cumulée, ce sont près de 40 000 téléspectateurs par jour qui regardent la chaîne, l'émission qui réalise les meilleurs scores étant La Place du Village (entre 19 000 et 20 000 téléspectateurs par émission), suivie du JT.

Le 17 janvier 2013, la chaîne passe au format 16/9 et se dote d'un nouveau logo. Depuis le 11 février 2014 la chaîne utilise par satellite la norme mpg4 tout en restant en SD.

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Slogans[modifier | modifier le code]

  • [Quand ?] : « C'est vous devant, c'est vous dedans »
  • Depuis [Quand ?] : « Respirez, c'est votre télé »

Programmes[modifier | modifier le code]

Émissions[modifier | modifier le code]

TV8 Mont-Blanc étant par nature une chaîne locale, ses programmes s'articulent essentiellement autour des Pays de Savoie :

  • information régionale (J.T. réalisé du lundi au vendredi, rétrospective hebdomadaire 7 Jours en 1 Heure)
  • politique locale (couverture des élections, débats politiques)
  • débat télévisé présentant entre autres les événements locaux (Le Grand 8, Couleur Vacances...)
  • services de proximité (avec des magazines très spécialisés comme Annecy-Mag ou Seynod-Mag)
  • découverte du patrimoine régional (naturel, architectural, culturel, gastronomique...)
  • action sociale (emploi, insertion)
  • musique régionale (accordéon)
  • couverture d'événements locaux (élection de Miss Pays de Savoie ou Cérémonie des femmes en or par exemple).
  • Cuisinez-moi : émission culinaire avec le grand chef étoilé Marc Veyrat.

Le programme le plus symbolique de la chaîne est La Place du Village, une émission de découverte des pays de Savoie au travers du témoignage authentique des habitants (jeunes et anciens) des villes et villages visités, sur fond d'images de panoramas typiques. Cette émission est présentée depuis l'origine, en 1994, par les jumeaux Philippe et Jean-Noël Deparis.

Depuis septembre 2006, la chaîne ambitionne par ailleurs de devenir une chaîne nationale spécialisée dans la montagne (pour contrer le projet de feue Montagne TV). La grille de programmes contient donc davantage de documentaires et de fictions liés à la thématique de la montagne.

Comme sur toute télévision locale, les programmes sont multidiffusés la journée et le week-end, permettant au plus grand nombre de téléspectateurs de regarder les émissions.

En 2012, TV8 Mont-Blanc innove en étant la première chaîne TV en France à diffuser 100 % des Jeux Paralympiques de Londres 2012 (événement non couvert en totalité par les chaînes historiques françaises). Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Turin en 2006 avaient aussi été « couverts » par TV8 Mont Blanc, avec de nombreux directs et reportages.

Animateurs[modifier | modifier le code]

Ci-dessous sont données les listes des principaux intervenants à l'antenne selon la période.

1989-1993 :

  • Alain Goury : présentateur et réalisateur de ses émissions grâce au Vidéojockey
  • Gérald-Brice Viret : jeu Plus fort que lui
  • François Fèvre : 92 Génération Champions
  • Christophe Ruault : toutes émissions en direct (présentateur principal de la chaîne)
  • Dusty : émissions en direct, remplaçant de Christophe Ruault
  • Christophe Pinguet : J.T.
  • Christophe Barremaecker : images pour le J.T.
  • Thierry Bouvard : J.T., 7 Jours en 1 Heure
  • Germain Dagognet : J.T., 7 Jours en 1 Heure
  • Jean-Paul Crespy : programmes courts
  • Pierre Dangas : information, politique, 7 Jours en 1 Heure

1994-1997 :

  • Christophe Ruault : toutes émissions en direct
  • Karine Rey : émissions en direct, jeux
  • Christophe Barremaecker : émissions en direct, avance rapide
  • Germain Dagognet : J.T., 7 Jours en 1 Heure, créateur de La Place du Village
  • Thierry Bouvard : J.T., 7 Jours en 1 Heure
  • Guénaëlle Troly : J.T.
  • Chrystel Chabert : J.T., quelques émissions en direct
  • Catherine Mialon : Décideurs consacré aux chefs d'entreprises.
  • Philippe et Jean-Noël Deparis : La Place du Village
  • Patrice Mallet : émissions sportives (Sport 8), commentaires du ski
  • Jean-Marc Chauvet : Sport 8 (avec Patrice Mallet)
  • Sébastien Géroudet : programmes courts, Top Accordéon (avec Carole Montmayeur et Jean-Robert Chappelet)

Suite à l'arrêt brutal de la chaîne le 31 juillet 1997, la presque totalité des animateurs de la chaîne sont partis vers d'autres cieux. On a pu notamment les retrouver sur les médias suivants ([*] : à l'antenne) :

  • Voyage (groupe Pathé) : le plus gros contingent d'anciens de la 8, animateurs comme personnels administratifs et techniques. Parmi eux, Alain Goury, François Fèvre, Christophe Pinguet et Guénaëlle Troly, Christophe Ruault[*] (ce dernier ensuite sur TMC Monte Carlo)
  • France 3 Rhône-Alpes : Jean-Marc Chauvet[*], Chrystel Chabert[*]
  • LCI : Germain Dagognet, Thierry Bouvard
  • TSR : Karine Rey[*]
  • Radio France Pays de Savoie : Patrice Mallet[*]

En 1998, P. et J.-N. Deparis sortirent le livre La Place du Village, rétrospective de trois années d'émissions. C'était le premier tome d'une série de 4 parus à ce jour[Quand ?].

2000-2007 :
Au redémarrage de la chaîne, seuls 6 anciens étaient encore présents : Patrice Mallet, Jean-Paul Crespy, Sébastien Géroudet, Philippe et Jean-Noël Deparis, Danièle Pouchot. Ils sont d'ailleurs toujours là aujourd'hui[Quand ?].

  • Patrice Mallet : émissions de direct (Inforum, Le Grand 8, Carte blanche, Sport 8, Terrain d'aventure) et émissions spéciales
  • Alexis Olivier : émissions de direct et spéciales (Couleur Vacances), Cuisinez-moi (avec Marc Veyrat)
  • Gilles Meunier : J.T. (de 2002 à 2005), 7 Jours en 1 Heure, Le Grand 8, Face-à-Face, Bienvenue sur Terre
  • Stéphane Santini : J.T. (2000-2001), 7 Jours en 1 Heure (2000-2001), Documenterre (depuis 2005)
  • Philippe et Jean-Noël Deparis : La Place du Village, La grande Place du Village
  • Sébastien Géroudet : Perspectives (magazine économique), Top Accordéon et Accordez-vous (avec Carole Montmayeur et Jean-Robert Chappelet)
  • Danièle Pouchot : Arts et Patrimoine des Pays de Savoie
  • Denis Vincenti : Altitude
  • Jérôme Mittler et Francis Raux : Alpeco
  • et bien d'autres…

Enfin, de manière très épisodique, certains animateurs de la télévision nationale ont fait une apparition sur 8 Mont-Blanc, soit pour une émission spéciale, soit pour une série d'émissions. Parmi eux, on trouve :

Actuellement (2013-2014) :

  • Fanette Debuisson : J.T.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, la chaîne est diffusée en analogique hertzien sur les Pays de Savoie (Savoie, Haute-Savoie), le Pays de Gex, Bugey et Genève, avec de nombreuses zones d'ombre. Malheureusement, le relief de la région nécessite de nombreux réemetteurs pour résorber ces zones, causant une énorme pression financière sur la petite chaîne qui doit financer ces émetteurs. Ceci fut l'une des causes principales des déboires financiers de 1993 et 1997. La diffusion de TV8 Mont-Blanc s'appuie donc essentiellement sur une noria de réémetteurs secondaires, car elle n'est pas reprise par les principaux émetteurs hertziens de la région (Chambéry-Mont du Chat ou Gex-Mont-Rond), laissant de larges zones géographiques sans réception (Avant-Pays savoyard notamment), et de nombreuses autres avec une réception difficile.

Par décision du CSA du 15 juillet 2007, TV8 Mont-Blanc bénéficie de plein droit du canal réservé à la télévision numérique de proximité libéré sur le multiplex R1 par France 4. Cette diffusion sur la TNT est effective depuis le 17 septembre 2007 (émetteurs de Chambéry-Les-Monts, Annecy et Albertville), rendant la chaîne disponible notamment dans les villes d'Annecy, Chambéry, Aix-les-Bains, Albertville, Pontcharra, Rumilly, Cruseilles, Grésy-sur-Isère et Montmélian.

Depuis l'origine aussi, la chaîne est reprise sur les réseaux câblés de Chambéry, Annecy ou encore Genève. À Chambéry, la chaîne avait été remplacée sur son canal dès le 1er août 1997, lendemain de l'arrêt officiel des émissions, par Paris Première, provoquant la colère des animateurs et responsables de l'époque (le soutien à l'Association « La 8 » n'a ainsi pas été diffusé). En 2009, Numericable relaie la chaîne en analogique et en numérique sur sa zone de diffusion. En Suisse, TV8 Mont-Blanc est reprise sur le téléréseau de Lausanne (City TV) depuis décembre 2006, en utilisant le double standard DVB-T (standard TNT) et DVB-C (standard numérique câblé). Le réseau Naxoo (Genève et dans une partie du Valais) reprend la chaîne en DVB-C uniquement et UPC Cablecom dans le pack Romandie-Classic pour toute la Suisse en DVB-C.

Pour l'anecdote, TV8 Mont-Blanc est même reçue jusqu'au Kazakhstan, sur le réseau d'Astana.

Depuis 2004, TV8 Mont-Blanc cherche à étendre sa diffusion via le satellite. Cet accès, toujours en numérique, est gratuit dans tous les cas :

La totalité des fournisseurs d'accès ADSL de France proposent TV8 Mont-Blanc dans leur offre. En Suisse, Swisscom TV reprend TV8 Mont-Blanc dans son offre de base dans toute la Suisse, y compris pour les téléspectateurs ayant choisi le bouquet germanophone ou italophone de base. Au début du lancement de Bluewin TV, outre TV8 Mont-Blanc, seules les grandes chaînes nationales françaises (TF1, M6, Arte et les chaînes de France Télévisions) et suisses (TSR1 et TSR2), plus RTBF Sat et TV5 Monde ont droit à ce « privilège », toutes les autres chaînes francophones faisant partie soit du package linguistique, soit des packages supplémentaires payants (comme Canal+).

TV8 Mont-Blanc est également disponible en streaming sur son site web depuis novembre 2006.

Le 29 septembre 2010, la chaîne doit basculer au tout numérique sur les mêmes canaux que l'analogique[2]. En réalité cette migration est progressive (émetteur par émetteur) et ne se termine que vers fin novembre 2010.

Depuis le 12 octobre 2010, TV8 Mont-Blanc est disponible sur BBox (canal 442) Canalsat (canal 97) et sur TNTSAT (canal 40).

À partir du 1er juillet 2014, la chaîne cesse sa diffusion via le satellite Astra pour raisons économiques[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]