Télé Lyon Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TLM.
Logo de TLM
Logo de TLM

Création 25 novembre 1988
Slogan TLM, la télé qui vous play.
Langue Français
Pays Drapeau de la France France
Statut Généraliste locale privée
Siège social 227 cours lafayette
69006 Lyon

Tél : (33) (0)4 72 71 10 90
Fax : (33) (0)4 72 71 10 95

Site web www.tlm.fr
Diffusion
Analogique Non Non
Numérique oui Oui
Satellite Non Non
Câble oui Oui
ADSL oui Oui

Télé Lyon Métropole est une chaîne de télévision généraliste locale privée française de la métropole lyonnaise lancée en 1988 par Roger Caille.

Histoire de la chaîne[modifier | modifier le code]

Télé Lyon Métropole (TLM) est créée le 25 novembre 1988 par feu Roger Caille, également patron à la même époque, de Jet Services, deux antennes situées dans la tour du Crédit lyonnais et commence à émettre depuis le 21 boulevard Yves-Farge sur l'agglomération lyonnaise le 20 février 1989. C'est la plus ancienne télévision locale de France. Le maire de Villeurbanne, Charles Hernu, fut son premier invité. Mais quelques jours après la première émission, un scandale éclatait déjà en interne. Un des collaborateurs de TLM, Pierre Carles, détourne un reportage à des fins politiques, de plus en pleine période électorale, ce qui n'a pas du tout plu à sa hiérarchie. Finalement, quatre têtes sont tombées : Pierre Carles lui-même, entraînant avec lui Roger Caille (président de TLM), Philippe Desmoulins (Directeur Général) et Alain Garlan (Directeur Antenne). Ce n'est que le début du fameux jeu des « chaises musicales » à TLM...

La plupart des émissions étaient en direct la journée, rediffusées en fin d'après midi et le soir. La programmation généraliste de l'époque mettait en avant les séries, les jeux, les dessins animés et les films et seulement peu de place pour l'information de proximité, programmation « trop généraliste » pour concurrencer les autres chaînes. Cette voie prise par la direction a fait du tort à TLM. Le succès n'étant pas au rendez-vous, la chaîne ne réussissant pas à « décoller » financièrement, les dirigeants successifs finissent par jeter l'éponge ; André Campana, le patron de TV8 Mont-Blanc, créée une filiale nommée LUCIE SA en 1993 et rachète TLM. Beaucoup d'investissement en programmes, les faibles recettes publicitaires et les frais importants des réémetteurs font basculer la holding dans la chute économique. LUCIE SA dépose son bilan en juin 1993, obligeant TLM et TV8 Mont-Blanc à se séparer, à réduire fortement les coûts, puis de baisser temporairement le rideau ; TLM est alors reprise quelques mois plus tard par la Générale d'Images qui recentre la programmation sur le thème local et réémet courant 1994. Mais chaque année, TLM perd de l'argent. Étant en constant déficit annuel, une crise s'empare de la chaîne en 1998.

En 2001, la chaîne est reprise par le groupe Socpresse via le quotidien lyonnais Le Progrès. TLM renforce encore l'information locale pour devenir « la télévision des Lyonnais ». En juin 2006, le groupe Delaroche (intégré à la Socpresse) est vendu par son propriétaire Serge Dassault à l'Est républicain. Ce sont ainsi plusieurs publications (dont Le Progrès, Le Dauphiné libéré, Le Bien Public, l'Essor du Rhône) qui changent de main. TLM, qui appartient en majorité au Progrès, fait partie de la cession.

Le premier semestre 2006 aura décidément marqué un nouveau tournant dans l'existence de TLM. Après 17 ans d'exercice, la chaîne lyonnaise s'est vue reconduire son autorisation de diffusion par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour dix nouvelles années, plus cinq années de reconduction automatique, soit 15 ans de sérénité. La partie aura été délicate à remporter, car un autre candidat était en lice face à l'équipe actuelle de TLM : le groupe Antennes locales, par ailleurs exploitant de la chaîne Télégrenoble. À l'issue d'un vote très serré de 5 voix contre 4, TLM a été reconduite.

Le second semestre 2006 voit une avancée notable de la chaîne en termes de programmation : de nombreuses émissions spéciales sont proposées (inauguration du Tramway Léa, soirée des Lumières de la Culture, Fête des lumières en direct de la place Bellecour, etc.)

Début 2007, la chaîne a diffusé la première saison de la série 24 heures chrono en VF, grâce à une syndication nationale d'une dizaine de chaînes locales (appelée Les Locales TV). Elle a ensuite diffusé les séries The Practice et M*A*S*H.

TLM a été la chaîne où certains journalistes et animateurs ont fait leurs premières armes : c'est le cas de Nadjette Maouche (qui présente actuellement C'est mieux ensemble sur France 3), Christophe Gicquel, Alain Fauritte (actuellement sur France 3), Frédéric Lopez et Yves Calvi (actuellement sur France 2, France 5 et RTL).

Début avril 2009, Le Progrès annonce vouloir se désengager en partie de TLM. Le groupe NRJ, le groupe Bolloré et l'OL TV sont des repreneurs potentiels qui se déclarent intéressés[1]. OL Groupe reste en piste face au projet porté par le directeur général de TLM Jean-Pierre Vacher, soutenu par les salariés et 14 patrons lyonnais dont Gilles Moretton. Ce dernier projet est finalement retenu par Le Progrès pour la vente de la chaine de télévision locale qui est effective en avril 2010. TLM présente une nouvelle identité visuelle dès la mi-septembre 2010, avec un changement des décors, un nouveau site internet et surtout une refonte de la grille de programmes qui voit arriver de « nouvelles têtes » (Guillaume Berthoin, Jean-Christophe Galeazzi, Gaël Berger, Jeanine Paloulian) sur l'antenne, notamment après le départ de figures de TLM comme Régis Guillet ou Laurent Natale. Philippe Montanay (à TLM depuis 1999) est nommé rédacteur en chef antenne et programmes de la chaine avec pour objectif de faire de TLM une chaîne d’information, impertinente, réactive et de proximité. Côté économique, Jean-Pierre Vacher est parvenu à rassembler des investisseurs privés qui apporteront 2 millions d'euros pour ce projet baptisé TLM 2015.

En novembre 2012, la chaine est placée en procédure de sauvegarde, par le tribunal de commerce de Lyon[2]. Mi-décembre 2012, lors d'une réunion du personnel le PDG de la chaîne, Jean-Pierre Vacher, annonce un plan de restructuration qui prévoit la suppression de plusieurs CDI et la fin de plusieurs CDD, afin de réaliser de nouvelles économies. Un plan qui voit le départ de plusieurs salariés de la chaîne dont Philippe Montanay et l'arrêt de plusieurs émissions comme La quotidienne, Encore du foot ou Dehor, lancées lors de la reprise de la chaîne en 2010 et qui étaient censées incarner le renouveau de l'antenne.

Dans un communiqué publié le 17 avril 2013, la chaîne annonce: « Dans le cadre des efforts de redressement engagés par TLM après sa mise en sauvegarde fin novembre 2012 et marqués par un important plan de réorganisation qui commence à porter ses premiers fruits, la chaîne souhaite accentuer la régionalisation entre les télévisions locales de Rhône-Alpes. Dans l’immédiat, des liens renforcés vont s’organiser entre TLM et TéléGrenoble Isère. Gérard Balthazard assurera désormais la présidence des deux télévisions, Jean-Pierre Vacher poursuivant sa mission de directeur général de TLM. Ce tandem, Gérard Balthazard/Jean-Pierre Vacher a pour mission d’engager la deuxième phase du redressement de TLM : celle qui permettra à la chaîne lyonnaise d’atteindre l’équilibre économique pour sortir, d’ici à quelques mois, de la sauvegarde ».

En juillet 2013, le Conseil d'administration confie la présidence de la chaîne à Gilles Moretton qui, en collaboration étroite avec le directeur général, doit : « se mobiliser pour permettre à l’entreprise de sortir de la sauvegarde en novembre prochain »[3].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents :

1988-1993 :

  • Roger Caille, Patron de Jet Services (fondateur de la chaîne, 1988-1989)
  • Administration CGE (1989-1993)
  • André Campana (Holding LUCIE SA, 1993)

Dépôt de bilan en juin 1993, reprise par la Générale d'images en 1994

1994-2001 :

  • Louis-Bertrand Raffour, Générale d'Images (filiale de Générale des Eaux 1994-1997)
  • Étienne Mallet, Générale d'Images (filiale de Générale des Eaux 1997-2001)

2001 à aujourd'hui :

  • Christian Coustal, SocPresse : 2001-2006
  • Gérard Colin, PDG Groupe Progrès (désigné par le conseil d'administration du 20 juin 2006) : 2006-2007
  • Pierre Fanneau, DG du Progrès : 2007 à 2010
  • Jean-Pierre Vacher : 2010 à 2013
  • Gérard Balthazard : avril à juillet 2013
  • Gilles Moretton : depuis juillet 2013

Directeurs d'antenne de TLM (directeurs généraux) :

1988-1993 :

  • Philippe Desmoulins (directeur général) et Alain Garlan (directeur de l'antenne) (1988-1989)
  • Jérôme Bellay (1989-1990)
  • Freddy Thomelin (1991-1992)
  • Gérald-Brice Viret (1992-1993)

Dépôt de bilan en juin 1993, reprise par la Générale d'images en 1994

1994-2001 (Générale d'images) :

2001 à 2010 (Le Progrès) :

  • Jean-Marc Dubois (2001-2004)
  • Jean-Pierre Vacher (2004-2010)

Départ du groupe Le Progrès

2010 à aujourd'hui :

  • Jean-Pierre Vacher

Capital[modifier | modifier le code]

TLM appartient pour 60 % au SPTL, pour 20 % au Crédit agricole Centre-Est, pour 10 % à la Caisse d'épargne et pour 10 % le groupe GL Events.

Le SPTL (Société de participation dans la télévision lyonnaise) est une société par actions simplifiée (SAS) au capital de 2 millions d’euros regroupant 15 entreprises ou entrepreneurs lyonnais (Evolem, Jacques Gaillard, Institut Mérieux, Roland Tchénio, Immogal, Gones & Sports, VDI Group, SFIP, LVL Médical, Orapi, Régis Pelen, Aldes, Barquinvest et Jean-Pierre Vacher).

Sièges[modifier | modifier le code]

Le 13 août 2007, TLM a quitté ses locaux du 15 Boulevard Yves Farge qu'elle occupait à Lyon depuis l'été 1994 et s'est installée au rez-de-chaussée et au premier étage du bâtiment construit pour Le Progrès sur les nouveaux Docks, au confluent de la Saône et du Rhône. Fin 2010, après le divorce avec Le Progrès TLM déménage dans le quartier de la Part-Dieu, cours Lafayette[4].

Programmes[modifier | modifier le code]

L'appartenance de TLM à un "Syndicat des Télévisions Locales" permet la diffusion de publicités à caractère national, de séries TV comme 24 Heures Chrono, MASH ou encore The Practice.

Émissions événementielles[modifier | modifier le code]

Les émissions spéciales politiques, présentées comme toujours par Jean-Pierre Vacher, en 1995, 2002 et 2007 pour les Présidentielles, 1997, 2002 et 2007 pour les Législatives et 1998 et 2004 pour les régionales.

Décembre 1996, TLM proposait à ses téléspectateurs les illuminations du 8 décembre en direct de Lyon. Les journalistes étaient mobilisés pour l'occasion, plusieurs points de directs, des moyens techniques impressionnants pour l'époque concernant TLM et des images inédites en souvenir...

La première Biennale de la danse pour TLM était en 1998 et était présentée en direct (et sous la pluie, ndla) par Stéphane Cayrol.



Émissions actuelles[modifier | modifier le code]

  • Agora (Sandrine Audrain)
  • Quartiers de Vie (Jean-Luc Chavent)
  • Droit de citer (Jean-Christophe Galeazzi)
  • Bourse et valeurs (Jean-Pierre Vacher)
  • Lyon décideurs (Jean-Pierre Vacher)
  • Cité Campus
  • Handi le mag
  • Game in Lyon
  • L'atelier des chefs
  • Bienvenue chez vous[5]
  • Partout Pour Tous Il y a TCL (Leïla Kessi) (Emission diffusé chaque mois)

Anciennes émissions[modifier | modifier le code]

  • La Quotidienne (Philippe Montanay)
  • Dehors (Jean-Christophe Galeazzi)
  • Polémiques (Jeanine Paloulian)
  • Complètement Berges (Guillaume Berthoin, Arnaud Faura)
  • Poum-Tchak (Arnaud Faura)
  • Airs du temps (Stéphane Cayrol)
  • C'est à l'étage (Annabel Chevalier et Florent Chatain)
  • CQFD (Christophe Jicquel, Sophie Jovillard, Olivia Sabah, Ludovic Vilain)
  • D'un jour à l'autre (Nadjette Maouche et Ludovic Vilain)
  • Ici Lyon (Christophe Gicquel, Philipe Tessier)
  • java, magazine des arts visuels et de l'art contemporain vidéo
  • Jeudi soir (Denis de Montgolfier)
  • La vie en face (Frédéric Lopez)
  • Les rendez-vous de Pierre Grison (Pierre Grison)
  • Lyon dans la presse (Sylvie Roland)
  • Plein Centre (Joanne Colan et Ludovic Vilain)
  • Point de vue (Thierry Guillemot)
  • Préface (Magazine littéraire court présenté par Olivia Sabah)
  • Rencontres impossibles (Gérard Angel)
  • Sono (Christian D'Aubaredes)
  • Trop Court (Stéphane Cayrol)
  • VIP (Ludovic Vilain)
  • Ca Kom (Grégoire Bouscambert)
  • 10 questions à ... (Régis Guillet)
  • Belles et bien (Nathalie Chesnel)
  • Cinémétropole (alexandra faure)
  • Côté scène (Arnaud Faura)
  • Equita Sport (Jean-Marc Roffat)
  • Espace VIP (Laurent Natale)
  • Esprit CSBJ
  • La route, c'est du sérieux (Gersende Simon)
  • Le Grand Débat (Régis Guillet)
  • Mag Auto (Jean-Yves Curtaud)
  • Vie de quartiers (Jean-Luc Chavent, Laurent Natale)
  • Vous qui partez en voyage (Bernard Sabbah)

Diffusion[modifier | modifier le code]

Elle est diffusée depuis le 13 septembre 2007 sur le Multiplex R1 de la TNT (chaîne n° 30 et 34) par le canal UHF PAL 32 et 48. Depuis le 14 juin 2011, la chaine est diffusée uniquement en norme numérique.

TLM est également diffusée sur Numéricable (Chaîne n° 96) depuis décembre 2006 et est reprise par plusieurs opérateurs ADSL : Alicebox TV (Chaîne n° 220), Freebox TV (Chaîne n° 350), Orange TV (Chaîne n° 254), SFR (Chaîne n° 370), Bbox (Chaîne n° 438).

Une éventuelle diffusion par satellite pose des problèmes de droits de diffusion, concernant l'Olympique Lyonnais. Sa zone de diffusion, de ce fait, est restreinte. L'Olympique Lyonnais a sa propre chaine, cryptée, accessible uniquement par abonnement, à l'ADSL, au câble et à Canalsat.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] dépêche du blog de Jean-Marc Morandini
  2. http://www.leprogres.fr/rhone/2012/11/27/lyon-tlm-placee-en-procedure-de-sauvegarde procédure de sauvegarde
  3. « En plus de l’ASVEL, Gilles Moretton devient président de TLM » Lyon Capitale, 18 juillet 2013.
  4. [2] TLM fait sa rentrée
  5. [3] fiche de l'émission sur le site de Télérama

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]