Sévrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Sevrier redirige ici.
Sévrier
La place de la mairie dans le centre de la commune.
La place de la mairie dans le centre de la commune.
Blason de Sévrier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-2
Intercommunalité Communauté de communes de la Rive Gauche du Lac d'Annecy
Maire
Mandat
Jacques Rey
2014-2020
Code postal 74320
Code commune 74267
Démographie
Gentilé Sevriolains
Population
municipale
4 005 hab. (2011)
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 55″ N 6° 08′ 26″ E / 45.8652777778, 6.1405555555645° 51′ 55″ Nord 6° 08′ 26″ Est / 45.8652777778, 6.14055555556  
Altitude Min. 440 m – Max. 1 287 m
Superficie 12,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Sévrier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Sévrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sévrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sévrier
Liens
Site web sevrier.fr

Sévrier[1], également orthographiée localement Sevrier, est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue de l'agglomération de Sévrier et Annecy en fond depuis le col de la Cochette.

La commune de Sevrier est une commune située dans le département français de la Haute-Savoie, au sud de sa préfecture Annecy, à l'ouest du lac d'Annecy et à l'est du massif du Semnoz dans le massif des Bauges. La majeure partie de ses 1 265 hectares (12,65 km2) de superficie dans ce massif lui vaut par ailleurs de faire partie des communes du parc naturel régional des Bauges dont elle est également considérée ville porte, car première commune des Bauges en arrivant d'Annecy et sa région.

La centre et les divers hameaux de la commune sont établis sur une étroite bande de terre qui borde le lac et qui va en s'élargissant en descendant vers le sud. L'altitude minimale de Sévrier est celle du lac d'Annecy, soit 440 mètres. Le village se situe quelques mètres plus haut à 456 mètres, mais le point culminant de la commune se situe pour sa part au sommet du Semnoz à 1 287 mètres. Sévrier accuse de ce fait un dénivelé de plus de 800 mètres.

Sévrier possède à la fois des terrains agricoles ainsi qu'une forêt majoritairement composée de sapins. Côté hydrologie, la commune n'est traversée que par un court ruisseau, le ruisseau des Trois Fontaines, qui rejoint le lac non loin de la limite sud. En outre, un deuxième ruisseau, l'Aloua, ne traverse pas Sévrier mais en marque la limite avec la commune de Saint-Jorioz au sud. Comme le précédent, ce-dernier se jette dans le lac d'Annecy, toujours à la limite entre les deux communes[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes autour du lac d'Annecy. En rouge celles de l'agglomération d'Annecy.

La commune de Sévrier possède un total de six communes limitrophes, dont deux situées sur le versant opposé du lac d'Annecy à savoir Veyrier-du-Lac et Menthon-Saint-Bernard, toutes deux par ailleurs situées à l'ouest de Sévrier. Au sud/sud-est se trouve Saint-Jorioz, et Quintal au sud-ouest. Une courte limite d'environ 1 kilomètre est également partagée avec la commune de Seynod (plus précisément Vieugy) entre Quintal et Annecy. Annecy dont la très longue limite s'étend de l’ouest jusqu'au nord de Sévrier (longeant la crête du Semnoz). À noter que la commune de Talloires, située entre Menthon-Saint-Bernard et Saint-Jorioz possède un « point » commun sur le lac avec Sévrier.

Communes limitrophes de Sévrier
Annecy Annecy Veyrier-du-Lac
Annecy et
Seynod
(Vieugy)
Sévrier Veyrier-du-Lac et
Menthon-Saint-Bernard
Quintal Saint-Jorioz Saint-Jorioz / Talloires

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard. Le temps est assez chaud en été mais relativement doux en hiver en raison de la présence du lac, dont l'inertie thermique permet de réguler la température de l'air.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Vue de la RD 1508 et de la piste cyclable le long du lac d'Annecy à la sortie de Sévrier et à l'entrée d'Annecy.

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune de Sévrier se situe sur l'axe Annecy - Albertville matérialisé par la route départementale RD 1508. Cette route constituant le seul axe direct du pays de Faverges à Annecy par la rive ouest du lac, la circulation y est généralement dense et beaucoup d'embouteillages se créent, notamment aux heures de pointe. Un projet de tunnel sous le Semnoz est par ailleurs à l'étude depuis vingt ans afin de tenter de résorber le trafic.

Niveau autoroutier, l'autoroute la plus proche est l'A41 Nord reliant Grenoble à Genève via Annecy. La sortie la plus proche est la sortie 16 Annecy Sud située à une dizaine de kilomètres et permettant de joindre notamment la Suisse, l'Italie par Chamonix et la vallée de l’Arve, Aix-les-Bains, Chambéry puis Lyon et Grenoble.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

En 1895, les travaux de la future ligne d'Annecy à Albertville débutent. Son tracé permet une desserte du village de Sévrier, sur lequel une gare est construite, la gare de Sévrier, alors première gare du parcours. Après une suspension du trafic voyageurs en 1938, c'est au tour du trafic de marchandises d'être stoppé en 1966. La même année, la section de Saint-Jorioz à Annecy via Sévrier est neutralisée, avant d'être déclassée le 26 juillet 1969[3]. Elle sera par la suite déférée et reconvertie en piste cyclable.

Sévrier n’est donc plus aujourd'hui traversée par une ligne de chemin de fer et ne possède en outre plus de gare ferroviaire. La ligne la plus proche est ainsi la ligne Aix-les-Bains - Annemasse et la gare la plus proche la gare d'Annecy située à une demi-douzaine de kilomètres du centre de Sévrier.

Cette gare permet des liaisons directes vers Paris en TGV et quelques Corail de nuit, et vers Chambéry, Grenoble, Valence, Lyon, Évian et Saint-Gervais-les-Bains par TER Rhône-Alpes.

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Sévrier est traversée par la piste cyclable et voie verte reliant Annecy à Ugine dans le département voisin de la Savoie. Longue de 35 kilomètres[4], elle est ensuite prolongée par une véloroute jusqu'à Albertville sur 10 km. La piste cyclable emprunte jusqu'à Ugine le tronçon de l'ancienne ligne ferroviaire d'Annecy à Albertville déférée à partir des années 1970. Elle est actuellement gérée par le Syndicat Mixte du Lac d'Annecy (SILA).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Une ligne de car du réseau interurbain départemental LIHSA assuré par le conseil général de la Haute-Savoie rejoint Annecy et Albertville en passant par les 7 arrêts de Sévrier que sont Régina, Chuguet, Crêt, La boule, Le port, Lycée et Lac Bleu. Sévrier n’étant pas membre de la communauté de l'agglomération d'Annecy, la commune n'est donc pas desservie par les bus urbains du réseau SIBRA.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Entrée dans le hameau de Létraz Chuguet au nord du centre de Sévrier.

En plus du centre-ville, elle est composée de plusieurs hameaux que sont :

  • Beau-Rivage
  • Létraz
  • Chuguet
  • Le Crêt
  • Le Brouillet
  • La Planche
  • Cessenaz
  • Le Clos
  • Les Choseaux
  • Avellard
  • La Combe

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune était connue, des Romains, sous le nom de Sevriacus. On sait également que le hameau de Létraz tire son nom d'une voie romaine, qui menait d'Annecy à Faverges (Etraz latin stratum, mot désignant le pavage des routes).

Le lieu-dit : Lancon se trouve sur le cartulaire de l'abbaye de Talloires de la fin du XIIe siècle- début du XIIIe siècle[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église de Sévrier, non loin du lac.

Sévrier était déjà connue sous l'ère gallo-romaine[6]. Une voie romaine, qui menait d'Annecy à Faverges, la traversait à moins que cela ne soit une voie secondaire via le col de Leschaux rejoignant Saint-Pierre-d'Albigny[7]. Ces suppositions reposent sur la découverte en 1816, d'une pierre milliaire (datée de 307) au lieu-dit Létraz[8].

L'église de Sévrier, qui se situe place de l'Église, date de 1877, elle a un style néo-gothique. Le prieuré est une construction qui touche l'église. La mairie qui servait aussi d'école a été construite en 1948.

Le prieuré, racheté par la commune, abrite au rez-de-chaussée la compagnie des Strapontins et la Fédération mycologique et botanique Dauphiné-Savoie. Au premier étage, les salles accueillent des expositions de peinture ou de sculpture ainsi que diverses manifestations.

La fonderie de cloches Paccard, fondée en 1796, s'est installée à Sévrier en 1989. Chaque année, plusieurs centaines de cloches destinées au monde entier sortent des ateliers dont 70 % pour l'exportation. Depuis le début de l'entreprise, ce sont plus de 80 000 cloches qui ont été fondues. Sur la place de la Mairie se trouve une grosse boule de 39,64 tonnes, de trois mètres de diamètre. Ce bloc de granit de Combloux a été taillé dans la masse, par M. Tunetti, de 1965 à 1968.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Sévrier et les communes établies à l'ouest du lac, aussi dénommée « rive gauche » (le lac se vide du sud vers le nord → Annecy), se sont regroupées dans une communauté de communes : la communauté de communes de la Rive Gauche du Lac d'Annecy.

Cette communauté de communes est composée de 7 communes :

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Bâtiment de la mairie de Sévrier, abritant également l'office de tourisme.

Depuis mars 2014, le conseil municipal de Sévrier est composé d'un maire et de 26 conseillers municipaux[9]. Parmi ces conseillers municipaux, on dénombre 7 maires-adjoints et 4 conseillers délégués. L’élection de mars 2014 désigne aussi, pour le première fois, les conseillers communautaires. Ils sont au nombre de 6.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Jacques Rey ... Sans étiquette
2008 2014 Jacques Rey ... Sans étiquette
1983 2008 Pierre Hérisson UMP UDF → fin de mandat UMP
1953 1983 Henri Gour (1918-2000) ... ...
1945 1953 Joseph Hérisson ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune de Sévrier possède une police municipale. La commune de Saint-Jorioz, limitrophe vers le sud, possède sur son territoire la gendarmerie de la rive gauche.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 20 décembre 2014, la commune de Sévrier est jumelée avec[10] :

Il y a aussi un partenariat avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Sevriolains.


En 2011, la commune comptait 4 005 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
618 585 624 621 716 778 687 654 694
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
692 691 638 596 561 690 534 532 502
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
505 504 511 541 700 996 1 384 1 790 2 163
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
2 465 2 980 3 421 3 905 3 922 3 835 4 005 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a 2 établissements sur la commune :

  • Le Lycée Les Roselières de Sévrier : Lycée Les Roselières, au sein de L'ISETA, Institut des Sciences de l'Environnement et des Territoires d'Annecy.

De la 4e au bac professionnel, le Lycée Professionnel Rural Privé Les Roselières propose un parcours de formation dans le secteur des services à la personne, de l’animation, de la vente et de l’animation du territoire.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis le 01/01/2009 Sévrier possède un comité des Fêtes, nommé "Sévrier en Fête". Précédemment l'animation était confiée à l'office de tourisme de la rive gauche du lac d'Annecy (association intercommunale).

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède :

  • 3 médecins
  • 2 kinésithérapeutes
  • 1 pharmacie
  • 1 dentiste
  • 3 cabinets d'infirmières
  • 3 orthophonistes

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Les Sevriolains profitent toute l'année de la plage avec une petite aire de jeux. Elle est accessible à pied en contrebas de l'église, où, en voiture en empruntant la route du port ou a été rénové un grand parking gratuit, l'accès de la plage est payant et surveillé en été (juillet - août). Il y a une belle promenade pédestre avec panorama parmi des espaces verts à découvrir en famille. Un grand projet d'installation d'aire de jeux pour les enfants va bientôt avoir lieu sur le terrain de football. Il y a un petit "Skate park" à l'entrée du parking de la plage (face au tennis).

La commune a obtenu le label France Station Nautique en décembre 2013 lors du salon nautique de Paris 2013.

Les sports d'eau pratiqués sur la commune :

  • Aviron
  • Voile
  • Canoë kayak
  • Plongée
  • Ski nautique

La plage a été complètement rénovée en 2010, inauguration le 01/07/2010. Elle possède un restaurant.

Le port a été complètement aménagé en 2012/2013, inauguration le 06/04/2013.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Télévision locale : TV8 Mont-Blanc est installée sur la commune de Sévrier. Cette TV locale émet en Haute-Savoie et Savoie depuis la zone des "Grands Prés".
  • Radio locale : ODS radio 1° radio des Alpes.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Divers commerces le long de la RD 1508, 2 zones commerciales existent au sud de la commune :

  • PAC Les Grands Vignobles:
    • Centre de tri de la poste
    • Crédit Mutuel
    • Clinique Vétérinaire
    • France Turbo

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La chapelle de Létraz (1837).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église placée sous le patronage de Notre-Dame-de-l'Assomption. Le nouvel édifice, de style néogothique, est construit selon les plans de l'architecte Mauriennais autodidacte Théodore Fivel (1828-1894), en 1876. Elle est consacrée en 1881[14].
  • Chapelle Saint-Tremeur, style gothique de la fin du XVe siècle, classée ISMH, cloche de 80 kg installée en juillet 2010.
  • Chapelle de Létraz (1837).

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

  • La plage
  • Le port
  • La promenade des Seines
  • Chemin piétonnier au bord de l'eau du stade de ski nautique à la promenade des Seines : Promenade des Borenges

En 2014, la commune de Sévrier bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[15].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Musée de la cloche : Exposition d'outils, de cloches et de photos retraçant l'histoire de la fonderie Paccard.
  • Écomusée du Lac d'Annecy : Un voyage insolite dans les Alpes Savoyardes du XIXe, site.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le sénateur Pierre Hérisson (1945) fut maire de la commune pendant 25 ans.
  • L'acteur de théâtre et de cinéma André Dussollier (1946), originaire d'Annecy, possède une maison à Sévrier.
  • L'ancien footballeur professionnel Pierre Gabzdyl (1969), est l'entraîneur de l'équipe de football de Sevrier, Lac Bleu.
  • Clémentine Lucine - Championne du Monde de Figures et combiné 2007 et Record du Monde de Figures avec 8840 pts en 2008 en ski nautique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Sévrier se blasonnent ainsi : D'argent à une bande ondée de gueules, accompagnée en chef d'un sapin de sinople et en pointe d'un besant de sable, et une cotice d'or ondée brochant sur le trait dextre de la bande.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Graphie du Code officiel géographique.
  2. Aloua mentionné sur Révision no 1 du PLU de Sévrier
  3. Lignes oubliées - D'Annecy à Albertville
  4. SILA
  5. Jean-Yves Mariotte, « Annecy et ses environs au XIIe siècle d'après le cartulaire de Talloires », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 130, no 1,‎ 1972, p. 5-32 (lire en ligne).
  6. Gérard Détraz, Six mille ans d´histoire rurale : Sévrier des origines à la seconde guerre mondiale, Annecy,‎ 1995 (lire en ligne).
  7. Académie salésienne, Mémoires et documents, vol. 47,‎ 1929, p. 34.
  8. Actes du Colloque international sur les cols des Alpes : Antiquité et Moyen Âge, Bourg-en-Bresse, 1969, Centre régional de documentation pédagogique,‎ 1971, 257 p., p. 88.
  9. Le site officiel de la mairie de Sévrier - Le conseil municipal
  10. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Sévrier », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en décembre 2014).
  11. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Le Grand-Bornand », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en décembre 2014).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  14. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ 2005, 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 80.
  15. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).