Hans-Joachim von Merkatz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans-Joachim von Merkatz
Hans-Joachim von Merkatz (centre), en 1967.
Hans-Joachim von Merkatz (centre), en 1967.
Fonctions
Ministre fédéral des Expulsés, des Réfugiés et
des Blessés de guerre d'Allemagne
Chancelier Konrad Adenauer
Prédécesseur Theodor Oberländer
Successeur Wolfgang Mischnick
Ministre fédéral de la Justice
3e ministre fédéral de la Justice depuis 1949
Chancelier Konrad Adenauer
Prédécesseur Fritz Neumayer
Successeur Fritz Schäffer
Ministre fédéral des Affaires du Bundesrat et
des Länder
Chancelier Konrad Adenauer
Prédécesseur Heinrich Hellwege
Successeur Alois Niederalt
Président du groupe DP au Bundestag
Législature 1er et 2e Bundestag
Prédécesseur Hans Mühlenfeld
Successeur Ernst-Christoph Brühler
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Stargard, Reich allemand
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Bonn, RFA
Parti politique DP (1945-1960)
CDU (1960-1982)
Diplômé de Université d'Iéna
Profession Universitaire

Hans-Joachim von Merkatz
Ministres fédéraux des Expulsés d'Allemagne
Ministres fédéraux de la Justice d'Allemagne
Ministres fédéraux des Affaires du Bundesrat d'Allemagne

Hans-Joachim von Merkatz, né le à Stargard et décédé le à Bonn, était un homme politique allemand membre du Parti allemand (DP) puis de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Il a été ministre fédéral des Affaires du Bundesrat d'Allemagne de l'Ouest de 1955 à 1962. Il a cumulé ce poste avec celui de ministre fédéral de la Justice entre 1956 et 1957, puis de ministre fédéral des Expulsés durant un an à partir de 1960.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué un apprentissage dans l'agriculture et passé son Abitur, il commence en 1928 des études supérieures de droit et de sciences économiques. Il réussit le passage de son premier diplôme juridique d'État en 1931, obtient le second trois ans plus tard, et décroche en 1935 un doctorat de droit à l'université d'Iéna.

Il commence à travailler en 1935 comme secrétaire de l'Institut Kaiser Wilhelm pour le droit public comparé et le droit international public, à Berlin. Il conserve cet emploi trois ans puis obtient le poste de secrétaire général de l'Institut Ibéro-Américain, toujours à Berlin, qu'il occupe jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Embauché à l'Académie de l'aménagement du territoire et de la planification régionale d'Hanovre en 1946, il devient secrétaire du groupe du Parti allemand (DP) au Landtag de Basse-Saxe l'année suivante.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Benno von Merkatz, décédé en 1915, et de Amely Schneider, morte en 1966, ainsi que l'aîné de deux sœurs, Elfriede, venue au monde en 1913, et Helga, née trois ans après.

Hans-Joachim von Merkatz a épousé Magarete Müller, de cinq ans sa cadette, en 1937, deux filles étant issues de ce mariage : Monika, qui a vu le jour en 1939, et Angelika, arrivée en 1943. Lui-même est décédé à 76 ans le à Bonn.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Comme militant[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, il adhère au Parti allemand (DP), dont il fait partie de la tendance favorable à la monarchie.

En 1949, il participe aux négociations en vue de la fusion du DP avec le Parti national-démocrate (NDP) et le Parti conservateur allemand (DKP-DRP), qui échouent après l'annonce par les autorités de la zone d'occupation britannique en Allemagne de leur refus d'enregistrer un parti issu de cette fusion. Il entre au directoire du DP en 1952, et en devient vice-président trois ans plus tard. En 1960, il quitte finalement le DP et intègre l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU).

Député fédéral[modifier | modifier le code]

Élu député fédéral de Basse-Saxe au Bundestag en 1949, il se prononce en 1950 contre la création de l'Office fédéral de protection de la constitution (BfV), qu'il craint de voir utiliser à des fins politiques par l'État. En 1953, il est désigné président du groupe DP, un an après avoir intégré la délégation ouest-allemande à l'Assemblée commune de la CECA pour six ans.

Ministre de Konrad Adenauer[modifier | modifier le code]

Le , Hans-Joachim von Merkatz est nommé ministre fédéral des Affaires du Bundesrat par Konrad Adenauer. Il cumule ce poste avec celui de la Justice à partir du , qu'il abandonne un an plus tard. En 1957, son titre est modifié en ministre fédéral des Affaires du Bundesrat et des Länder et il devient représentant du gouvernement fédéral au conseil des sages du Bundestag, l'organe chargé d'établir l'ordre du jour de l'assemblée. Suite à sa démission du DP, il doit quitter le groupe parlementaire le , mais intègre celui de la CDU/CSU le 20 septembre. Le 27 octobre, il est nommé ministre fédéral des Expulsés, des Réfugiés et des Blessés de guerre tout en conservant son autre portefeuille. Ce poste est confié au Parti libéral-démocrate (FDP) après les élections fédérales de 1961, et lui-même quitte le gouvernement un an plus tard, le .

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Membre du Bundestag jusqu'en 1969, il a présidé la commission d'enquête parlementaire sur d'éventuelles irrégularités dans l'achat des véhicules de combat et d'infanterie HS-30 pendant deux ans à partir du . Il a également représenté l'Allemagne de l'Ouest au conseil exécutif de l'UNESCO entre 1964 et 1968.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :