Horst Ehmke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Horst Ehmke
Horst Ehmke, en 1973
Horst Ehmke, en 1973
Fonctions
Ministre fédéral de la Recherche, de la Technologie, des Postes et des Télécommunications d'Allemagne
15 décembre 19727 mai 1974
Chancelier Willy Brandt
Prédécesseur Klaus von Dohnanyi (Recherche)
Lauritz Lauritzen (Postes)
Successeur Hans Matthöfer (Recherche)
Kurt Gscheidle (Postes)
Ministre fédéral avec attributions spéciales
Directeur de la chancellerie fédérale
22 octobre 196915 décembre 1972
Chancelier Willy Brandt
Prédécesseur Karl Carstens
Successeur Horst Grabert
Ministre fédéral de la Justice
10e ministre fédéral de la Justice depuis 1949
26 mars 196922 octobre 1969
Chancelier Kurt Georg Kiesinger
Prédécesseur Gustav Heinemann
Successeur Gerhard Jahn
Biographie
Nom de naissance Horst Paul August Ehmke
Date de naissance 4 février 1927 (87 ans)
Lieu de naissance Ville libre de Dantzig
Nationalité Allemande
Parti politique SPD
Diplômé de Université de Göttingen
Profession Universitaire
Avocat

Horst Ehmke
Ministres fédéraux de la Recherche d'Allemagne
Directeurs de la chancellerie fédérale d'Allemagne
Ministres fédéraux de la Justice d'Allemagne

Horst Paul August Ehmke, né le 4 février 1927 dans la ville libre de Dantzig, est un homme politique allemand membre du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Après avoir été brièvement ministre fédéral de la Justice en 1969, il a dirigé la chancellerie fédérale sous le premier mandat de Willy Brandt, qui en a ensuite fait son ministre fédéral de la Recherche entre 1972 et 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il est enrôlé dans la Luftwaffe comme auxiliaire en 1943, et intègre l'année suivante une unité de parachutistes de la Wehrmacht. Blessé en 1945, il est capturé par les troupes de l'Union soviétique, qui le relâchent quelque temps après. Il passe son Abitur en 1946 à Flensburg, et accomplit ensuite des études supérieures de droit et de sciences économiques à l'université de Göttingen.

En 1951, il passe avec succès son premier diplôme juridique d'État, décroche son doctorat de droit l'année suivante, et obtient son second diplôme en 1956. Par ailleurs, il a passé un an, à partir de 1949, à l'université de Princeton afin d'y suivre des études de sciences politiques.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il commence à travailler en 1952 comme assistant de recherche du député fédéral Adolf Arndt. Quatre ans plus tard, il obtient un poste d'associé de recherche à la Fondation Ford, qu'il occupe à Cologne puis à Berkeley en Californie pour une période de quatre ans. En 1960 en effet, Horst Ehmke obtient son habilitation à diriger des recherches. Dès l'année 1961, il devient professeur associé à l'université de Fribourg-en-Brisgau.

En 1963, il décroche la chaire de droit public et accède au grade de professeur des universités, mais renonce à l'ensemble de ses fonctions universitaires en 1969. Cinq ans plus tard, il est admis à la profession d'avocat.

Depuis son retrait de la vie politique, il se dédie principalement à l'écriture de romans policiers tournant autour de l'univers politique.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Comme militant[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en 1944, ce dont il a dit n'avoir aucun souvenir lors de la révélation de cette situation en 2007, puis rejoint le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) en 1947.

Il a d'ailleurs siégé au comité directeur du SPD entre 1973 et 1980

La grande coalition[modifier | modifier le code]

Le 2 janvier 1967, lorsqu'il est nommé secrétaire d'État du ministère fédéral de la Justice sous la direction de Gustav Heinemann. À la suite de l'élection de ce dernier comme président fédéral le 5 mars 1969, Horst Ehmke est choisi pour lui succéder au poste de ministre fédéral de la Justice trois semaines plus tard.

Avec Willy Brandt[modifier | modifier le code]

Élu député fédéral de Rhénanie-du-Nord-Westphalie au Bundestag lors des législatives de 1969, il devient ministre fédéral avec attributions spéciales et directeur de la chancellerie fédérale dans la première coalition sociale-libérale de Willy Brandt le 22 octobre. La coalition avec les libéraux est renouvelée à la suite des élections anticipées de 1972, et il est nommé ministre fédéral de la Recherche, de la Technologie, des Postes et des Télécommunications.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Contraint à la démission à la suite de la chute de Brandt le 7 mai 1974, il n'est pas reconduit par Helmut Schmidt neuf jours plus tard et abandonne alors le gouvernement fédéral. Trois ans plus tard, il obtient un poste de vice-président du groupe SPD au Bundestag, et l'occupe jusqu'en 1990. Quatre ans plus tard, il renonce à son siège de député et se retire de la vie politique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]