Maladie congénitale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une maladie congénitale est une malformation présente dès la naissance (littéralement : « est né avec »).

Le terme « congénital » n’est pas synonyme d'« héréditaire ». Une affection congénitale n’est pas forcément d’origine génétique, c’est-à-dire liée à une anomalie des chromosomes ou de leurs gènes constitutifs (elle peut être due à une intoxication par exemple), et même lorsqu’elle est génétique, elle n’est pas forcément héritée (dans ce cas, on parle de « mutation de novo »). À l’inverse, une affection héréditaire est souvent congénitale puisque l’anomalie chromosomique ou génique a été transmise dès la conception de l’embryon.

Une affection congénitale peut être parfois identifiée avant même la naissance (grâce au diagnostic prénatal), à la naissance, ou plusieurs années plus tard lorsqu’elle n’occasionne que peu ou pas de troubles (exemple : la bicuspidie valvulaire aortique).

Causes[modifier | modifier le code]

De nombreux facteurs sont considérés comme étant à l’origine ou comme pouvant favoriser la constitution d’une anomalie congénitale. Toutefois, il est difficile de connaître en détail les causes d’une anomalie ou d’une affection congénitale.

De façon non exhaustive, nous pouvons citer :

  • les causes génétiques, liées soit à une anomalie chromosomique, soit à une anomalie d’un ou plusieurs gènes (environ 25 % des anomalies congénitales). S’il est relativement aisé d’affirmer la présence d’une anomalie chromosomique par l’étude du caryotype, seul un petit nombre (proportionnellement) d’anomalies géniques peuvent être étudiées en pratique ;
  • les causes toxiques, elles sont nombreuses ; par exemple :
    • l’alcool, qui peut provoquer certaines malformations cardiaques (sténose pulmonaire),
    • la cocaïne,
    • les radiations ionisantes naturelles ou artificielle (rayons X utilisés en radiologie ou produits radio-actifs utilisés dans les domaines du nucléaire civil (centrales, médecine nucléaire) ou militaires,
    • les pesticides, insecticides, défoliants… L’agent orange utilisé par les Américains lors de la guerre du Viêt Nam semble responsable d’une augmentation des malformations chez les descendants des personnes contaminées,
  • certains médicaments : les malformations (amélies) secondaires à la prise de thalidomide comme les effets tératogènes du Distilbène (progestatif utilisé dans les menaces d’accouchement prématurés) en sont les exemples les plus médiatisés. En fait, il est très difficile de savoir si un médicament comporte ou non un risque tératogène, celui-ci pouvant dépendre du moment auquel il est administré pendant la grossesse (les trois premiers mois sont les plus critiques) et n’être détecté que de nombreuses années après sa mise sur le marché. Pour toute nouvelle molécule, l’industrie pharmaceutique a l’obligation de tester son éventuel effet tératogène sur divers animaux de laboratoire mais l’absence d’effet néfaste chez l’animal ne permet pas d’affirmer l’absence d’effet chez la femme ou chez l’homme. L’impossibilité (évidente) de pratiquer de tels tests directement dans l’espèce humaine conduit en pratique à la contre-indication systématique pendant la grossesse (et l’allaitement) de tout nouveau médicament. On s’efforce toujours de soigner une femme enceinte en n’utilisant que des médicaments (le moins possible, le moins longtemps possible) anciens dont l’innocuité a pu être vérifiée, souvent parce que ce traitement a été administré sans encombre à plusieurs femmes qui ne se savaient pas enceintes…
  • certains déficits vitaminiques ; c’est ainsi qu’une supplémentation en acide folique avant même le début de la grossesse a pu diminuer significativement l’incidence de certaines malformations du tube neural (spina bifida) ;
  • l’âge maternel ; on sait qu’il y a plus de malformations (en particulier cardiaques) chez les enfants de mère très jeunes (avant 20 ans) ou âgées de plus de 30 ans (source : California birth defects monitoring program 1995) ;
  • certaines maladies maternelles : diabète, phénylcétonurie… Dans l’épilepsie, ce ne serait pas la maladie elle-même qui serait en cause mais les médicaments anti-épileptiques.

Une anomalie ou une affection congénitale peut découler de la composition génétique du zygote (œuf fécondé) ou être acquise au cours de l’embryogenèse (développement du fœtus). les causes de beaucoup de problèmes congénitaux sont inconnues.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Maladie congénitale 
maladie qui apparaît à la naissance
Défaut de naissance 
expression largement employée pour une malformation structurelle d’une partie du corps, reconnaissable à la naissance, qui est suffisamment important pour être perçu comme constituant un problème.
Anomalie physique congénitale
Malformation congénitale
Maladie génétique 
maladie due à une anomalie de structure ou de fonctionnement des gènes.
Maladie métabolique congénitale

Risque de défauts de naissance au long de la gestation[modifier | modifier le code]

Liste d'anomalies ou d'affections congénitales[modifier | modifier le code]

Quelques autres anomalies de naissance :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]