Tendon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tendon (homonymie).
Tendon visble à travers la peau du poignet, chez l'homme.

Les tendons sont des cordons fixés sur les parties du squelette offrant une prise aux muscles. De couleur blanche, et d'aspect plutôt large et épais, ils possèdent une forte résistance due à leur structure en faisceaux de fibres de collagène. Ils appartiennent aux tissus conjonctifs avec un réseau de fibres beaucoup plus organisé que la plupart des tissus conjonctifs.

Rôle[modifier | modifier le code]

Tendons ossifiés de la queue d'un dinosaure du genre Tenontosaurus.

Les tendons ont pour fonction de stabiliser par intermittence des articulations osseuses (tandis que les ligaments offrent une stabilité permanente) avec l'aide du muscle auquel ils sont liés. Chaque tendon permet aussi de transmettre les forces musculaires aux pièces osseuses. Le tendon et le muscle forment une composante dynamique qui permet le mouvement. Bien qu'un tendon soit peu vascularisé, on y trouve d'innombrables nerfs fournissant une information précise sur la charge tractée ainsi que sur la position du membre auquel il est attaché.

L'organe tendineux de Golgi est un propriocepteur situé dans le tendon qui informe du changement de tension du muscle qui y est rattaché. Il envoie des influx nerveux au SNC, plus la tension est importante plus l'influx sera important.

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Les tendons sont plus résistants que les ligaments mais la répétition d'activités comme l'entraînement chez les sportifs de haut niveau peut entraîner diverses lésions comme des tendinites (inflammations de certains tendons) et une fragilisation du tendon qui peut se déchirer ou se rompre entièrement. Ces lésions du tendon s'appellent des tendinopathies ou tendinoses (lésions sans inflammation).

En physiopathologie des tendons, on se rend compte qu’il existe des facteurs favorisant les tendinopathies, facteurs pouvant être intrinsèques ou extrinsèques à l’individu. Parmi les facteurs intrinsèques :

  • l’âge : plus on est âgé et plus on est sujet aux affections des tendons ;
  • la morphologie des articulations : dans l’anatomie de l’individu, c’est-à-dire qu’une personne qui a telle forme d’articulation (varus, valgus, etc.) a plus de risques d’avoir une lésion tendineuses qu’une autre ;
  • le métabolisme de l’individu : en cas de déshydratation par exemple.

Tous ces facteurs intrinsèques sont d’une importance relative, car la survenue d’une tendinopathie dépend de l’utilisation du tendon en question, si on ne fait absolument pas de sport, on est assez protégé de ce côté-là… Les facteurs extrinsèques qui favorisent une tendinopathie sont les mauvais gestes répétés, durant l'entraînement par exemple, le manque d'échauffement, un mauvais chaussage, mais aussi les facteurs hormonaux ou médicamenteux.

Liste des tendons[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :