Ligier Richier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richier.
Statue de Ligier Richier, Saint-Mihiel.
La Mise au tombeau de Ligier Richier à l’église Saint-Étienne de Saint-Mihiel.

Ligier Richier, né vers 1500 à Saint-Mihiel, mort à Genève en 1567, est un sculpteur lorrain du début de la Renaissance. Attaché à la cour de Lorraine et de Bar, il a réalisé plusieurs œuvres majeures conservées dans les départements de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle.

Biographie[modifier | modifier le code]

L’essentiel de la vie et de la carrière de Ligier Richier s’est déroulé dans les duchés de Lorraine et de Bar, alors indépendants. La première mention de l’artiste date de 1530[1], lorsque le duc Antoine de Lorraine s’attacha ses talents. En 1543, il devint syndic de la ville de Saint-Mihiel.

Sous le règne de Charles III de Lorraine, converti au protestantisme, il adressa au jeune duc une pétition réclamant le libre exercice de la religion réformée, puis quitta la Lorraine vers 1563 et s’exile à Genève où il meurt en 1567.

Les liens, souvent évoqués, entre Ligier Richier et Michel-Ange, ainsi que ses possibles voyages en Italie, ne semblent pas étayés par les documents historiques et appartiennent probablement à la légende.

La statue de Saint-Mihiel est dédiée à Ligier Rcgier, à Gérard Richier, également sculpteur, son fils et à ses petits enfants Jean-Joseph et Jacob ; ainsi qu'à l'école de Saint-Mihiel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Ligier Richier est essentiellement d’inspiration religieuse. En l’absence de signature, ce sont des comparaisons stylistiques qui ont permis d’attribuer à ce sculpteur la plupart des œuvres actuellement reconnues. La particularité du sculpteur est cette précision de la taille des visages et la finesse du drapé sur la pierre.

C’est en partie grâce au récit, aujourd’hui disparu, du marchand champenois, Nicolas Chatourup (ou Chatonrupt)[2], que l’on peut dater et identifier certaines œuvres. Ce dernier s’était rendu en 1532 en pèlerinage à Saint-Nicolas-de-Port et passant par Bar-le-Duc et Saint-Mihiel et raconte avoir vu dans chaque ville un groupe de statues du sculpteur Ligier Richier.

Ligier Richier a travaillé la pierre, le bois et la terre cuite, et a mis au point un procédé de traitement à la cire (« encaustiquage ») pour donner au calcaire de Lorraine l’apparence du marbre comme celui qu’il a utilisé pour le gisant de Philippe de Gueldre.

  • Le Retable de la Passion, œuvre polychrome de l’église de Hattonchâtel (1523). L’attribution à Ligier Richier n’est pas certaine. Il peut s’agir d’une œuvre de jeunesse ou encore d’une commande à laquelle participe le jeune Ligier ou simplement d’un modèle qui l’aura inspiré[3].
Le Transi de René de Chalon.
Article détaillé : Sépulcre de Saint-Mihiel.
  • La Dame de Génicourt en l’église de Génicourt-sur-Meuse

Le département de la Meuse a créé la « route Ligier Richier » sous forme d’un circuit touristique de découverte de l’artiste, de Bar-Le-Duc à Étain, passant par Saint-Mihiel.

Œuvres autrefois attribuées à Ligier Richier[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Charles Souhaut, Les Richier et leurs œuvres, Bar-le-Duc, impr. Contant-Laguerre, 1883, p. 73.
  2. Bernard Noël, Paulette Choné, Ligier Richier : la Mise au tombeau de Saint-Mihiel, photographie Jean-Luc Tartarin, Metz, S. Domini, 1999, p. 56.
  3. Catherine Bourdieu, Ligier Richier : sculpteur lorrain, 1998, p. 11.
  4. Catherine Bourdieu, op. cit., p. 33
  5. Pierre Simonin, Un imagier lorrain contemporain de Ligier Richier, 1re partie, Pays lorrain, 1971, p. 160.
  6. a et b Pierre Simonin, Un imagier lorrain contemporain de Ligier Richier, Seconde partie, Pays lorrain, 1972, p. 26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Beaulieu, Ligier Richier (vers 1500-1567): Chronologies et attributions, Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1986, p. 7-23
  • Catherine Bourdieu ; Paulette Choné, Ligier Richier : sculpteur lorrain, préf. de Paulette Choné, 1998, 48 p., (ISBN 9782911920080)
  • Paul Denis, Le Maître de Saint-Mihiel : recherches sur la vie et l’œuvre de Ligier Richier, Thèse : Lettres : Nancy, 1905-1906, 325 p.
  • Paul Denis, Ligier Richier : l’artiste et son œuvre, Berger-Levrault, Paris-Nancy, 1911
  • Ligier Richier et la sculpture en Lorraine au XVIe siècle : catalogue d’exposition, Musée de Bar-le-Duc, 11 octobre-31 décembre 1985, 104 p.
  • Bernard Noël, Paulette Choné, Ligier Richier : La Mise au Tombeau de Saint-Mihiel, photographie Jean-Luc Tartarin, Metz, S. Domini Éd., 1999, 63 p., (ISBN 9782912645173)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le « Sépulcre », en l’église Saint-Martin de Pont-à-Mousson, mise au tombeau à treize personnages datant du XVe siècle et ayant probablement influencé le sculpteur dans sa mise en scène.

Liens externes[modifier | modifier le code]