Vallespir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Vallespir
el Vallespir
Subdivision administrative Languedoc-Roussillon
Subdivision administrative Pyrénées-Orientales
Ville(s) principale(s) Céret, Amélie-les-Bains-Palalda
Coordonnées 42° 27′ N 2° 39′ E / 42.45, 2.6542° 27′ Nord 2° 39′ Est / 42.45, 2.65  
Production(s) Vin, vergers
Commune(s) 14
Population totale 32 500 hab. (2011)
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Massif des Albères
Aspres
Conflent

Image illustrative de l'article Vallespir
Localisation

Le Vallespir (en catalan : Vallespir) est une région historique des Pyrénées-Orientales, en France. Ancienne vicomté (englobée au Moyen Âge dans la vicomté de Castelnou), rattachée à la France par le Traité des Pyrénées, il correspond approximativement à la vallée du Tech, de sa source jusqu'à Céret.

L'axe majeur du Vallespir demeure la RD 115 (ancienne RN 115), qui relie Le Boulou au col d'Ares en empruntant la vallée du Tech sur la majorité de son parcours.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

Le nom Vallespir apparaît pour la première fois en 814 sous la forme Vallis Asperi puis est présent du IXe siècle jusqu'au XIe siècle sous les formes Valle Asperi ou Valle Asperii. On rencontre également Vallis Asperia (869) et une forme erronée, Valle Aspiranoe (832). Aucune preuve ne montre qu'un ancien pagus romain ait pu porter ce nom, on peut donc penser que Céret faisait partie du pagus Ceretani et non d'un hypothétique pagus Vallis Asperi[1].

On rencontre aussi la forme Val de Spir au XVIIIe siècle (1706[2]) ou au XIXe siècle (1811[3]). On trouve aussi Val Spir ou Val Spire encore au XIXe siècle (1862[4]).

Étymologie

Valle est employé à l'époque romane à la fois pour désigner une vallée mais aussi un grand domaine féodal, à l'instar de Valle Cerdania (Cerdagne) ou Valle Confluentis (Conflent)[1].

Espir aurait pu venir du nom de personne Asperius, donnant ainsi Valle Asperius puis Vallasperiu. Plusieurs raisons toponymiques et phonétiques semblent toutefois contredire cette hypothèse qui, de surcroît, aurait sans doute plutôt abouti à un nom féminin sous la forme Vallespera. Il est plus probable qu'espir vienne de l'adjectif asper (âpre en français et aspra en catalan), nom que l'on retrouve dans la région naturelle des Aspres, contigüe au Vallespir et sans doute même partie intégrante de la vicomté éponyme. On peut alors supposer que le nom de Vallespir n'ait à l'origine désigné que la moyenne vallée du Tech (au niveau de Céret et près des Aspres) et non le haut Vallespir, beaucoup plus humide et verdoyant[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Au sud du massif du Canigou, cette comarque frontalière s'ordonne autour de la vallée du Tech qui relie les hauts sommets pyrénéens à la plaine du Roussillon. Son relief karstique est notamment entaillé par les gorges de la Fou. Le Vallespir est la vallée la plus méridionale de la France continentale et compte parmi ses communes Lamanère la commune la plus au sud de la France continentale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Région à la forte économie jusqu'au début du XXe siècle, le Haut Vallespir le devait essentiellement à ses nombreuses mines de fer qui faisaient vivre la population. Les forges étaient légions, et ça depuis l'époque romaine.

C'est en Vallespir que prend naissance, en 1667, la révolte des Angelets.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Les Angelets del Vallespir sont une colla castellera du Vallespir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra,‎ 1990, 796 p.
  2. Le Roussillon, subdivisé en Cerdagne, Capsir, Conflans, Vals de Carol et de Spir ou se trouve encore le Lampourdan, faisant partie de la Catalogne
  3. François Alberti de Villeneuve et Remondini, Grand dictionnaire françois-italien, chez Joseph Remondini et fils
  4. Ferdinand Béchard, Droit municipal au moyen âge, Tome 2, Paris, Durand, 1862