Capcir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le domaine skiable, voir Capcir (station).
Le Capcir
el Capcir
Subdivision administrative Languedoc-Roussillon
Subdivision administrative Pyrénées-Orientales
Ville(s) principale(s) Formiguères, Les Angles
Coordonnées 42° 37′ 00″ N 2° 07′ 00″ E / 42.616666666667, 2.1166666666667 ()42° 37′ 00″ Nord 2° 07′ 00″ Est / 42.616666666667, 2.1166666666667 ()  
Superficie approximative 177 km2
Relief Haute vallée de l'Aude
Commune(s) 6
Population totale 1 489 hab. (1999)
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Cerdagne
Conflent
Pays de Sault
Pays de Foix
Donezan

Image illustrative de l'article Capcir
Localisation

Le Capcir est une région historique et géographique des Pyrénées-Orientales, en France, dont la capitale historique est Formiguères. Il fut rattaché à la France par le traité des Pyrénées. Son territoire correspond approximativement à la très haute vallée de l'Aude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1296, le Capcir actuel est désigné comme País de la Muntanya d'Auda[1].

Le mot Capcir est mentionné pour la première fois en 820 sous la forme bas-latine in Capt cervio. Dès 1087, il est mentionné sous la forme actuelle : montana que vocatur Capcir (« montagne appelée Capcir »). Ce nom désigne à l'époque la chaîne de montagnes située entre Formiguères et Quérigut. Capt provient du latin Caput, qui signifie « tête » et désignait dans ce cas le sommet d'une montagne. Cervio est plus problématique. Plusieurs hypothèses sont proposées[1] :

  • Cervius, « cerf », correspond à la mention de 820, mais cette forme n'est pas reprise plus tard, il pourrait s'agir d'une erreur ou d'une latinisation faite par le scribe ;
  • Cercius, « du nord-ouest », adjectif fréquent au Moyen Âge. Cependant, cette étymologie ne correspond guère aux déformations phonétiques habituelles : elle aurait dû aboutir au maintien du son [s]. De plus, les montagnes désignées dans les textes ne se trouvent pas au nord-ouest ;
  • Cirrus, qui désignerait un sommet touffu, couvert de feuillages ;
  • Capitariu, « proche du sommet ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Capcir est le plus haut plateau du massif des Pyrénées, s'étageant dans sa partie plane[Ce passage est contradictoire], centrale et habitée, entre 1 300 et 1 700 mètres d'altitude. C'est une large vallée[Ce passage est contradictoire] qui commence au sud au col de la Quillane, qui la sépare de la vallée de la Têt, et est bornée au nord par la limite du département de l'Aude. Contrairement à ce que l'on pense parfois, La Llagonne n'est pas en Capcir mais en Haut-Conflent, de même que Mont-Louis (la Cerdagne ne commence qu'au col de la Perche)[2].

Topographie[modifier | modifier le code]

Le Capcir forme un plateau sis à 1 500 mètres d'altitude en moyenne et permet le lien entre la haute vallée de l'Aude et la Cerdagne, haute plaine franco-espagnole.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le Capcir a deux surnoms : la petite Sibérie ou le petit Canada. Cela donne une idée du climat qui peut y sévir parfois l'hiver.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Le nom de Sibérie paraît particulièrement approprié du fait que le Capcir représente l'un des derniers refuges en Europe occidentale d'une plante boréo-arctique : la Ligulaire de Sibérie (Ligularia sibirica).

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Le Capcir fait partie du département français des Pyrénées-Orientales. Il est constitué de sept communes : Les Angles, Fontrabiouse, Formiguères, Formiguères, Matemale, Puyvalador et Réal.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1790, le Capcir forme un canton ayant Formiguères pour chef-lieu.

Le XXe siècle est marqué par les grands aménagements de la vallée de l'Aude. Deux barrages hydrauliques sont bâtis, donnant naissance aux lacs de Puyvalador et de Matemale. Le lac des Bouillouses est également créé sur la Têt.

Quelques autres villages disparaissent : Vallserra, Creu, Galba.

Réal, Odeillo, Villeneuve deviennent administrativement de simples hameaux.

La route des Angles est remise à l'ordre du jour, tandis que celle d'Olette au départ de Formiguères ne prend plus en charge le trafic vers la plaine du Roussillon : la Route nationale 116 passant à Mont-Louis s'en charge[3].

Activités[modifier | modifier le code]

Cet ancien canton, longtemps rural, s'est considérablement développé depuis une quarantaine d'années en raison de son attrait touristique, avec la présence de quatre stations de sports d'hiver, qui en font un haut lieu du ski nordique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra,‎ 1990, 796 p., p. 364, 365
  2. Le Capcir - La vallée de l'Aude
  3. Cartes du Capcir - Le Capcir à travers les âges

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]