Saint-Hilaire (Aude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.
Saint-Hilaire
Vue de Saint-Hilaire
Vue de Saint-Hilaire
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Saint-Hilaire
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin et du Saint-Hilairois
Maire
Mandat
Jean-Louis Carbonnel
2014-2020
Code postal 11250
Code commune 11344
Démographie
Population
municipale
762 hab. (2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 38″ N 2° 18′ 38″ E / 43.0939, 2.310643° 05′ 38″ Nord 2° 18′ 38″ Est / 43.0939, 2.3106  
Altitude Min. 146 m – Max. 582 m
Superficie 23,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire

Saint-Hilaire (occitan : Sant Ilari) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Saint-Hilairois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Hilaire se situe dans le département de l'Aude à mi-chemin entre Limoux et Carcassonne dans la région du Carcassès. Elle est en grande partie occupée par la forêt domaniale de Crausse-Rabassié. La rivière du Lauquet délimite sa partie nord. Elle est traversée par le méridien de Paris, la Méridienne Verte.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Saint-Hilaire est très liée à celle de l'abbaye. Elle commence à l'époque des romains mais les traces les plus importantes datent du Moyen Âge. Au IIIe siècle, l'abbaye est bâtie sous le vocable de saint Saturnin, puis de saint Hilaire, évêque de Carcassonne au VIe siècle. Le village s'étendra au cours des siècles autour de cette abbaye.

Les abbés construisent des fortifications autour du village pour se protéger des troubles de la guerre de Cent Ans. Un texte de 1386 règle la garde des clefs des portes de la ville. En 1574, le village est brûlé et en partie détruit par les protestants du seigneur de Villar.

Durant la Révolution, Saint-Hilaire connaît quelques troubles. En 1792, la troupe est envoyée pour maintenir l'ordre public.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Hilaire Blason Gironné de gueules et d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1928 1940 Jean Bousgarbiès Rad. Député
mars 2001 2014 Pierre Authier[1] PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 762 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
940 836 845 800 983 1 027 996 1 010 997
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
997 934 902 935 895 1 000 927 860 885
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
952 942 897 909 812 877 835 704 730
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
772 751 687 595 653 699 720 762 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Saint-Hilaire
    Ancienne abbaye bénédictine fortifiée, fondée à la fin du VIIIe siècle et placée sous le vocable de saint Sernin. Au Xe siècle conformément à la volonté du comte de Carcassonne, l'abbaye change de nom et est dédiée à saint Hilaire, premier évêque de Carcassonne au VIe siècle.
    Le monastère connut une certaine prospérité jusqu’au XIIIe siècle, mais dès la guerre de Cent Ans il subit des dévastations, les ravages de la peste noire et des périodes de famine.
    Placée sous la commende en 1540, l'abbaye ferma ses portes en 1748.
    En 1531, les moines de Saint-Hilaire découvrirent le premier vin effervescent au monde : la blanquette.
    Aujourd'hui, on peut découvrir au travers d'une visite guidée l'ensemble des bâtiments.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean BOUSGARBIES, Avocat bâtonnier de l'Ordre des avocats du barreau de Carcassonne. maire de Saint-Hilaire, conseiller général du canton de Saint-Hilaire. Député de l'Aude, membre du Parti Républicain, Parti radical et Radical-socialiste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]