Massif du Canigou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canigou.
Massif du Canigou
Pyrenees topographic map-fr.svg
Massif du Canigou
Massif du Canigou
Localisation sur la carte des Pyrénées
Géographie
Altitude 2 784 m, Pic du Canigou[1]
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales

Le massif du Canigou (ou parfois Canigó[2]) est un massif des Pyrénées françaises dans le département des Pyrénées-Orientales. Il culmine à 2 784 mètres d'altitude avec le pic du Canigou.

Le massif du Canigou est le grand massif pyrénéen le plus proche de la mer Méditerranée. Visible de toute la Catalogne et parfois même depuis Marseille, sa présence imposante en fait un symbole des catalans et a, jusqu'au XIXe siècle, laissé croire qu'il était le point culminant des Pyrénées. Il sépare les deux régions historiques catalanes du Conflent et du Vallespir, ses contreforts orientaux formant celle des Aspres.

Ses flancs ont été habités dès la préhistoire. Le pastoralisme, l'exploitation de mines (en particulier de fer, maintenant abandonnées) et le thermalisme sont des activités millénaires des populations du Canigou.

La grande variété de ses paysages, son accès relativement aisé, ses lieux culturels et son climat doux en font une région touristique appréciée des randonneurs à pied ou à vélo. De nombreux sentiers sont aménagés. Depuis juillet 2012, le site a obtenu le label officiel « Grand site de France »[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom viendrait de la racine indo-européenne KN (kan, « montagne ») dédoublée par les Phéniciens pour former un superlatif, kankan : « mont des monts ». Le mot kankan aurait subi deux évolutions phonétiques par les Grecs, le transformant en kanigan[4] avec une prononciation atone du -an final, qui pousse les Romains à appliquer leurs déclinaisons sur le radical canigon.

Les premiers écrits datent de 949 avec Montis Canigonis et Monte Canigone en bas latin. Le premier écrit ayant subi la catalanisation du nom date de 1300 avec Canigó, dont la transcription donne Canigou en français.

Au début du XXIe siècle, le conseil général des Pyrénées-Orientales utilise le nom catalan Canigó[5].

Le 16 juillet 2012, le Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie annonce le classement en Grand site du massif du Canigó : « c’est la "montagne sacrée du pays catalan", d’où la nouvelle écriture de son nom, le Canigó, reconnue pour désigner ce nouveau Grand Site de France. »[2]

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le massif du Canigou vu de Marseille.

Le massif du Canigou est situé à l'Est des Pyrénées, dans le département des Pyrénées-Orientales, à l'extrême sud de la France. Il est le massif des Pyrénées le plus proche de la mer Méditerranée, ce qui lui donne une position dominante, visible depuis la plus grande partie de la Catalogne historique (Généralité de Catalogne en Espagne et département français des Pyrénées-Orientales) et depuis la mer. Dans de bonnes conditions atmosphériques, il peut être aperçu, deux fois par an au coucher du soleil, depuis Marseille[réf. souhaitée], à 250 km de là.

Voir l’image vierge
Localisation du massif du Canigou dans les Pyrénées-Orientales.

Le massif du Canigou est délimité à l'ouest par le Pla Guillem[6] et la vallée du Cady, au nord par la vallée de la Têt, à l'est par la plaine du Roussillon et au sud par la vallée du Tech. La vallée de la Têt se nomme Conflent, celle du Tech Vallespir. Les contreforts orientaux du massif forment les Aspres.

Topographie[modifier | modifier le code]

Si de par de son altitude (2 784,66 m), le Canigou n'est pas, et de loin (Vignemale : 3 298 m, Aneto : 3 404 m), le plus haut sommet des Pyrénées, il est certainement celui qui impose la plus grande dénivellation directe entre la plaine (Vinça : 250 m) et le pic principal, soit plus de 2 500 m sur une distance d'une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau.

Le massif du Canigou est la montagne de France qui présente les meilleurs exemples d'étagement des zones de végétation : au pied, les agaves et les orangers ; au sommet, les plantes alpines (le sommet, non calcaire, n'a pas d'edelweiss).

Massif du Canigou depuis le Serrat d'en Vaquer.

Sommets principaux identifiables de la plaine du Roussillon d'ouest en est :

Sommets secondaires :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est typiquement méditerranéen en plaine mais se dégrade rapidement avec l'altitude, pour devenir alpin près des sommets. L'ensoleillement est important en plaine, notamment dans le Conflent, le Vallespir étant plus humide. Les précipitations augmentent avec l'altitude pour atteindre leur maximum entre 1 600 et 2 200 m.

La relative sécheresse du climat, ne doit pas masquer l'intensité des précipitations en automne, quoiqu'exceptionnelles comme les inondations catastrophiques d'octobre 1940.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'abbaye Saint-Martin du Canigou est l'une des premières abbayes romanes, bâtie au XIe siècle sur le flanc septentrional du Canigou et réhabilitée à partir de 1902. Perchée sur un promontoire rocheux, à 1 100 mètres d'altitude, elle domine d'impressionnantes gorges.

Activités[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Adhérente au « réseau des grands sites de France » depuis 1999, la montagne sacrée des « Catalans français » obtient le label en avril 2012 sous son nom catalan de Canigó[7]. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées catalanes. Trois sentiers pédestres grimpent à son sommet, le pic du Canigou (2 784 mètres) : à partir des Cortalets par le pic Joffre en deux heures et sans difficulté ; par la crête de Barbé et un escalier vertigineux, via la cheminée du Canigou (h 20) ; et par la cheminée du flanc sud en emprutant le GR 10 (4 heures).

Le massif du Canigou est un haut lieu du pyrénéisme et est parcouru par un réseau de sentiers de grande randonnée, de parcours pour la randonnée équestre, et en VTT, et on y trouve un ensemble de chalets et de refuges de montagne pour la randonnée pédestre en montagne.

Deux sentiers de grande randonnée traversent le massif du Canigou :

Le chemin du Piedmont pyrénéen (ou el cami del péu de la coste) est un itinéraire secondaire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[8] et traverse le massif depuis le prieuré de Serrabone, jusqu'à l'abbaye Saint-Michel de Cuxa, Taurinya et Casteil pour atteindre l’abbaye Saint-Martin du Canigou. De cette abbaye il redescend jusqu’au prieuré de Sainte Marie à Corneilla-de-Conflent. Il continue ensuite sa descente jusqu’à Villefranche-de-Conflent.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le massif est en grande partie une réserve protégée du réseau Natura 2000[9] avec 3 réserves naturelles, à Py, Mantet et Prats-de-Mollo-la-Preste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Suivi par
Arles-sur-Tech
Sentier GR10
Balise GR.png
Py