Lemmy Kilmister

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lemmy (homonymie)

Lemmy Kilmister

Description de cette image, également commentée ci-après

Lemmy Kilmister en concert au West Edmonton Mall à Edmonton (Canada), en 2005.

Informations générales
Surnom Lemmy
Ian Fraser Willis
Lemmy the Lurch
Nom Ian Fraser Kilmister
Naissance (68 ans)
Stoke-on-Trent, Angleterre
Activité principale Chanteur, bassiste, auteur-compositeur-interprète
Genre musical Heavy metal, speed metal, hard rock, rock 'n' roll
Instruments Basse, harmonica
Années actives 1965 à aujourd'hui
Labels SPV GmbH
Sanctuary Records
Site officiel http://www.imotorhead.com/

Ian Fraser "Lemmy" Kilmister (né le 24 décembre 1945), est un musicien britannique, célèbre pour être le bassiste, le chanteur et le parolier principal du groupe de heavy metal Motörhead, et pour avoir été membre du groupe de space rock Hawkwind. Sa voix éraillée voire gutturale, son physique imposant, sa pilosité faciale et son attitude rock'n'roll en font une figure légendaire de la scène musicale. Pendant un temps, il porta le nom de Ian Willis, avant d'opter pour "Lemmy".

Enfance[modifier | modifier le code]

Lemmy est né à Burslem, Stoke-on-Trent en Angleterre. Lorsqu'il n'avait que trois mois, son père, un ancien aumônier de la Royal Air Force, se sépare de sa mère. Il la suit avec sa grand-mère à Newcastle-under-Lyme, puis à Madeley (en), dans le Staffordshire[1],[2].

L'année de sa dixième année, sa mère se marie à George Willis, père de deux enfants issus d'un précédent mariage, Patricia et Tony, avec qui Lemmy ne peut s'entendre. La famille recomposée déménage à Benllech, Anglesey, en Galles du Nord[3], et c'est précisément à cette époque qu'il commence à éprouver un intérêt grandissant pour le rock and roll naissant, les filles et les chevaux. C'est à l'école Ysgol Syr Thomas Jones d'Amlwch qu'il acquiert son surnom de Lemmy, celui-ci faisant référence à l'expression anglaise "Lend Me a fiver" (raccourcie en "Lemme") signifiant "Prête-moi un bifton". En effet, face aux difficultés financières de la famille bridant son addiction aux jeux de hasard (particulièrement les machines à sous), il se voit dans l'obligation de demander de l'argent à ses camarades[4],[5],[6]. C'est également à cette époque qu'il découvre les Beatles, qui jouèrent au Cavern Club alors qu'il avait 16 ans, et qu'il se lance dans la guitare aux sons de leur premier album Please Please Me. Il tient également en admiration l'attitude sarcastique du groupe, et en particulier celle de John Lennon[7]. Dès qu'il quitte l'école et que sa famille redéménage à Conwy, Lemmy effectue plusieurs petits boulots, notamment dans une usine d'électroménager locale, en jouant de la guitare pour des groupes locaux, dont les Sundowners, et en pratiquant l'équitation. A 17 ans, Lemmy fait la connaissance de Cath, qu'il suivra jusqu’à Stockport, Cheshire, et avec qui il aura son premier fils Sean.

Débuts[modifier | modifier le code]

1960-1970: Premiers pas[modifier | modifier le code]

A Stockport, il se joint à d'autres musiciens dans des groupes locaux, les Rainmakers en premier lieu puis The Motown Sect, qui ont pu jouer dans les clubs du nord pendant trois années. Désirant élargir ses horizons, il se joint aux Rockin' Vickers qui enregistrent trois singles sous CBS et qui deviennent le premier groupe anglais à visiter la Yougoslavie à l'issue de leur tournée européenne. Dans son appartement de Manchester, il a une liaison avec une femme, Tracy, qui met au monde un fils, Paul Inder. Dans le but de faire de la musique son gagne-pain, Lemmy revient à Londres en 1967, où il partage un appartement avec Noel Redding et Neville Chesters, respectivement bassiste et manager de The Jimi Hendrix Experience, et qui l'embauchent comme roadie. Il ne laisse cependant pas tomber la musique, car signant quelques titres de l'album ''Escalator'' de Sam Gopal et rejoignant ensuite le groupe Opal Butterfly, qui bientôt implosera.

1971-1975:Hawkwind[modifier | modifier le code]

Voir article principal : Hawkwind

En 1971, Lemmy intègre Hawkwind, groupe anglais de space rock, en tant que bassiste et chanteur. Il n'a encore aucune expérience avec une guitare basse, mais sait rapidement développer un style de jeu distinctif et unique, fortement influencé par son passé de guitariste rythmique. Son jeu de basse fut fondamental pour le son distillé par le groupe à cette époque, et se manifeste dans toute sa splendeur sur Space Ritual. Il prêta également sa voix sur nombre de chansons, incluant le plus grand succès du groupe au UK chart single, Silver Machine, qui se hissa à la troisième place en 1972.

1975-de nos jours: Motörhead[modifier | modifier le code]

Article principal : Motörhead

En 1975, Lemmy est renvoyé de Hawkwind après son arrestation à la frontière canadienne pour recel de substances illicites. Il passe cinq jours en prison, puis libéré sans suites pénales[2],[8]. Il forme alors un nouveau groupe, "Bastard", avec Larry Wallis (guitare), un ancien des Pink Fairies et d'UFO et Lucas Fox (batterie). Cependant quand le manager du groupe informa Lemmy qu'un groupe répondant du nom d'"Enfoiré" ne pourra jamais décrocher une place au Top of the Pops, il change le nom du groupe en "Motörhead", du nom de la dernière chanson composée pour Hawkwind[9]. Peu après, il embauche Fast Eddie Clarke à la guitare et Phil.

Commence alors le succès du groupe. Le son du groupe plut aux fans de heavy metal, mais aussi aux fans du punk rock naissant. Plus tard, Lemmy affirma qu'il se sentait plus à l'aise avec le punk qu'avec le heavy metal. Il joua même quelques shows avec The Damned, lorsque le bassiste de ce groupe, Captain Sensible, décida de prendre le rôle de guitariste en 1978. La voix gutturale de Lemmy était unique dans le monde du rock à cette époque.

Le succès du groupe monta en flèche entre 1980 et 1981 avec de nombreux singles présents au UK Chart Hits, incluant le classique Ace of Spades (toujours l'une des chansons favorites des fans) et l'album live No Sleep 'til Hammersmith, qui deviendra #1. Motörhead devint l'un des groupes les plus influents dans le mouvement heavy metal. Bien qu'étant le seul membre du groupe originel, Lemmy fait toujours autant de shows et produit encore des albums de nos jours (le dernier étant Aftershock, sorti en 2013). Après de multiples changements de line-up, le groupe actuel composé de Lemmy, Phil Campbell et Mikkey Dee est toujours le même depuis 1995.

Lemmy travailla aussi avec de nombreux autres musiciens au cours de sa carrière. Il participa à l'écriture de l'album No More Tears avec Ozzy Osbourne, écrivant les paroles des morceaux Hellraiser, Desire, I Don't Want to Change the World et le plus gros hit Mama, I'm Coming Home. Lemmy avoua ensuite dans plusieurs magazines qu'il a gagné plus d'argent grâce aux royalties de ce morceau qu'avec les chansons écrites avec Motörhead.

Lemmy créa le thème d'entrée du catcheur pro Triple H de la WWE intitulé The Game (ce dernier portant d'ailleurs la même coupe de barbe que Lemmy) ainsi que Line in the Sand, pour l'alliance de catch de la WWE, l'Evolution. En 2006, Motörhead et Triple H remettent ça en créant la chanson King of Kings.

Lemmy a également travaillé avec le leader des Foo Fighters, Dave Grohl, sur son projet Probot où il joue sur plusieurs morceaux de l'album, et tout spécialement sur un morceau de heavy metal, Shake Your Blood.

En 2009, Lemmy est l'une des stars (Ozzy Osbourne, Iggy Pop, Alice Cooper, etc.) qui participent à l'enregistrement de Slash, l'album solo de Slash, l'ancien guitariste de Guns N' Roses, qui sort en avril 2010. Lemmy chante sur le morceau Doctor Alibi.

The Head Cat[modifier | modifier le code]

En 2000, Lemmy s'associe avec Slim Jim Phantom (Stray Cats) et le guitariste Danny B. Harvey (Rockats, 13 Cats, Lonesome Spurs). Après avoir collaboré sur un album de reprise de Elvis Presley avec les mêmes membres, Lemmy et son compère décident de rester en studio, Kilmister attrapant une guitare acoustique et jouant ses morceaux favoris de Johnny Cash, Buddy Holly et Eddie Cochran. Le groupe ayant les mêmes goûts, ils décident donc de créer un supergroupe, The Head Cat, le nom provenant de la combinaison des noms Motorhead et The Stray Cats.

En 2006 sort donc leur premier album intitulé Fool's Paradise, qui inclut des reprises d'artistes tels que Buddy Holly, Carl Perkins, Jimmy Reed, T-Bone Walker, Lloyd Price, Elvis Presley et Johnny Cash. Durant l'enregistrement Lemmy joue de la guitare acoustique, mais en live préfère jouer avec sa basse habituelle. Un dvd live filmé à Los Angeles, filme le groupe jouer 13 chansons de l'album, ainsi qu'une interview des membres.

En 2011 le groupe sort un nouvel album studio, Walk the Walk...Talk the Talk.

Carrière à la télévision et au cinéma[modifier | modifier le code]

Lemmy a fait diverses apparitions et seconds rôles dans des films et à la télévision, notamment dans Hardware, film de science-fiction paru en 1990, et Eat the Rich, film paru en 1987 dont Motörhead a réalisé la bande son. En 1994, Lemmy fit une apparition dans le film Airheads, dans lequel l'une des scènes du film pose la question « Dans un match de catch entre Dieu et Lemmy qui gagnerait ? » l'un des personnages répondant « Lemmy, c'est Dieu ! ». Il apparut aussi dans différents films des studios Troma, une compagnie produisant des films indépendants (il joue le narrateur dans Tromeo and Juliet).

Lemmy fit ensuite quelques pubs à la télévision, notamment pour la marque Kit Kat et pour une marque de chips, pratiquant à chaque fois l'auto dérision. Lemmy apparut aussi dans l'émission hebdomadaire sur MTV Beavis et Butt-Head (Beavis and Butt-head), Kilmister étant le seul musicien dont les deux adolescents retardés ne se moquent pas.

Lemmy : le film[modifier | modifier le code]

Un documentaire sur Lemmy est paru en décembre 2010. Intitulé sobrement Lemmy, produit et dirigé par Greg Oliver et Wes Orshovski, le documentaire, tourné pendant deux ans, propose des interviews de ses amis et admirateurs ou de musiciens tels que Dave Grohl, Slash, Ozzy Osbourne, Alice Cooper, Peter Hook de Joy Division/New Order, Captain Sensible de The Damned, Dee Snider, Mick Jones des The Clash, Jim Heath de Reverend Horton Heat, Slim Jim Phantom des The Stray Cats, Mike Inez, le pro skateur Geoff Rowley, le catcheur Triple H, C.C. DeVille du groupe Poison, Eddie Clarke, Johnny Knoxville, Jarvis Cocker, Marky Ramone ainsi que Metallica. Le film montre également l'artiste tel qu'il est, au quotidien. Pour promouvoir le film, des t-shirts dessinés par Kilmister lui-même sont disponibles sur le site du film[10]. Le film a été présenté en avant première au festival SXSW le 15 mars 2010.

Parcours[modifier | modifier le code]

Légendes[modifier | modifier le code]

Les histoires les plus extravagantes courent sur ses frasques : boisson, femmes... qui contrastent avec sa grande culture historique :

Sa dernière analyse de sang remonte à une quinzaine d'années. Hospitalisé à Londres, les médecins sont alors réunis autour de ce cas d'école et décident d'un commun accord de ne pas le transfuser : « Voyez-vous, si on vous donne du sang pur vous allez mourir... Mais, de grâce, ne donnez pas votre sang ! Il est tellement toxique que vous tueriez quelqu'un ! » (Bock'n'roll, Libération, 6 décembre 2006).

Sexualité[modifier | modifier le code]

Dans un documentaire pour la chaîne britannique Channel 4 appelé Motorhead: Live Fast, Die Old, datant de 2005, les journalistes affirment que Lemmy aurait « couché avec près de 2000 femmes ». Le magazine Maxim a placé Lemmy numéro 8 dans leur classement des "Légendes vivantes du sexe". Toutefois, l'intéressé n'en revendique "qu'un millier"... Dans le documentaire qui lui est consacré (Cf. plus bas).

Dans le documentaire, Lemmy affirme qu'à l'école il vit qu'un élève qui avait ramené une guitare était « entouré de nanas ». Kilmister emprunta à sa mère un ukulélé, l'apporta à l'école et fut lui aussi immédiatement entouré de filles. « Depuis, il aime dire qu'une guitare est "un aimant à chattes". »[11]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Bien qu'il ait écrit le thème de la superstar de la WWE Triple H, Lemmy n'est pas vraiment un fan de catch, Phil et Mikkey le seraient plus que lui[12].
Lemmy s'adressant à son public pendant un concert.
  • Selon Lemmy, « la drogue devrait être légalisée, les gouvernements qui se battent contre la drogue ont déjà perdu, mais il faut qu'elle soit pure et sûre »[13].
  • Dans le documentaire qui lui est consacré, on y découvre un Lemmy passionné d'histoire, possédant une collection de plus de 2 000 armes datant de la Seconde Guerre mondiale, en plus de plusieurs drapeaux nazis, bien qu'il réfutera une quelconque sympathie pour cette idéologie. On le voit ensuite se déplacer dans une base américaine aux commandes d'un char des années 1940, en tenue d'officier allemand.
  • Bien que né en Angleterre et élevé au Pays de Galles, Lemmy serait en partie anglais, en partie écossais, et un petit peu français. Mais il se considère comme un citoyen du monde[14].
  • Lemmy chante toujours avec un micro surélevé. Selon lui, c'est la seule chose qui aurait su lui résister.
  • Lemmy vit à Los Angeles en Californie[14].
  • Lemmy porte la croix de Fer du style de 1813 qui a gardé sa forme jusqu'à la première guerre mondiale.
  • Lemmy serait très à cheval sur les bonnes manières[15].
  • Selon Lemmy, un jour où il se baladait dans les rues de Los Angeles, il croisa une femme qui était en train de se faire enlever dans une camionnette sous la menace d'un pistolet. Lemmy accourut, désarma l'homme à l'intérieur et lui dit juste « fuck off! » avant de lui rendre son arme[15].
  • Lemmy apparaît dans le clip de la chanson Runnin' Wild du groupe de hard rock Airbourne. On le voit conduire le camion dans lequel joue le groupe. Il apparaît également dans le clip de la chanson White Limo du groupe Foo Fighters, où il conduit cette fois une limousine transportant le groupe.
  • En 2009, Lemmy prête sa voix et son image à un personnage du jeu vidéo Brütal Legend. Il y interprète le "Killmaster", un bassiste capable de soigner les gens grâce à sa musique.

Références[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec The Rocking Vicars
Avec Sam Gopal
Avec Hawkwind
Avec Robert Calvert
  • 1974 : Robert Calvert - Ejection / Catch A Falling Starfighter
  • 1974 : Robert Calvert - Captain Lockheed and the Starfighters
  • 1980 : Robert Calvert - Lord of the Hornets / The Greenfly and the Rose
Avec Motörhead
Avec The Head Cat
  • 2000 : Lemmy, Slim Jim & Danny B
  • 2006 : Fool's Paradise
  • 2006 : Rockin' The Cat Club: Live From The Sunset Strip
  • 2011 : Walk the Walk...Talk the Talk
Projets Solos
  • 1990 : Lemmy & The Upsetters - Blue Suede Shoes
  • 2006 : Lemmy - Damage Case (Compilation)
  • 2007 : Keli Raven & Lemmy Kilmister - Bad Boyz 4 Life
  • 2008 : Girlschool & Lemmy Kilmister - Don't talk to me
  • 2010 : Slash & Lemmy Kilmister - Doctor Alibi

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

VHS / DVD[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Kilmister, Ian Fraser and Garza, Janiss, White Line Fever, Simon & Schuster, 2002 ISBN 0-684-85868-1 p.5
  2. a et b http://www.bbc.co.uk/news/england/stoke_and_staffordshire/
  3. http://www.bbc.co.uk/wales/northwest/halloffame/showbiz/lemmy.shtml
  4. Clerk, Carol (2004). The Saga of Hawkwind. Omnibus Press, c2004. p. 546. ISBN 1-84449-101-3.
  5. Motorhead Videobiography (Double DVD with 48 page book) Edgehill Publishing Ltd., June 2007 ISBN 978-1-905954-38-4
  6. Levin, Hannah (February 2, 2011). "An Incomplete History of Motorhead Frontman Lemmy Kilmister". Seattle Weekly. Retrieved 2011-04-26.
  7. editor-in-chief: Paul Trynka. (2004). The Beatles 10 Years That Shook The World. Dorling Kindersley/Mojo. p. 59. ISBN 0-7566-0670-5.
  8. Stephen Thomas Erlewine. "Motörhead > Biography". Allmusic. Retrieved 2007-02-09.
  9. http://www.imotorhead.com/index2.htm
  10. Site officiel du film Lemmy
  11. Livre White line fever
  12. a et b http://www.motorhead.ru/int30abrasiverock.htm
  13. http://www.ram.org/music/articles/lemmyinterview.html
  14. a, b et c http://www.banger.com/pix/lemmy.html
  15. a et b http://www.motorhead.ru/int36observer.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]