Ivan Mazepa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mazeppa.
Ivan Mazepa

Ivan Stepanovitch Mazepa (ukrainien : Іван Степанович Мазепа, russe : Иван Степанович Мазепа, francisé en Jean Mazeppa par certaines sources[1]) né vers 1639 et mort le , fut hetman des cosaques d'Ukraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans une famille noble mais pauvre du palatinat de Podolie, Ivan Stepanovitch Mazepa devient page du roi de Pologne, Jean II Casimir Vasa. Il profite de sa vie à la cour pour acquérir les connaissances qui plus tard feront sa réussite.

Selon une tradition[1],[2] reprise par Voltaire dans son Histoire de Charles XII, c'est au cours de son séjour en Volhynie (entre 1659 et 1663 ?) qu'il noue une liaison avec l'épouse d'un gentilhomme polonais nommé Falbowski, son employeur selon le dictionnaire Bouillet[2] : ce dernier l'ayant surpris en flagrant délit d'adultère, Mazepa est attaché entièrement nu, le corps enduit de goudron, sur le dos d'un cheval sauvage qui l'emporte au fin fond des steppes ukrainiennes. Là, recueilli par des paysans, il se remet de ce périple grâce à leurs bons soins. Il s'établit parmi eux, découvrant la vie guerrière de ce peuple en proie aux invasions, rapines, raids et brigandages les plus divers. Cette vie mouvementée est l'occasion rêvée pour lui de démontrer ses qualités. Il est d'abord secrétaire puis adjudant de l'hetman Samoilowitz.

Mazepa et les loups

Celui-ci est déposé le 20 juin 1687 en raison de son impéritie, qui coûte la vie à une bonne partie de l'armée cosaque[1]. Mazepa est élu à sa place[2]. Parmi ses réussites, on distingue particulièrement l'expédition d'Azov. Son habileté lui permet d'acquérir la confiance de Pierre le Grand, qui lui décerne le cordon de Saint André ainsi que le titre de conseiller privé pour vingt ans de services loyaux et efficaces.

Il est même fait prince de l'Ukraine, mais ses ambitions ne sont pas satisfaites. Il médite longtemps et manœuvre habilement pendant des années pour préparer sa trahison visant à acquérir l'indépendance. En particulier, il se fait remarquablement passer pour un vieillard au bord de la mort, perpétuellement entouré de médecins, et fait construire des églises ici et là. Il essaie de s'allier avec Charles XII et les Suédois lors des guerres qui opposent ces derniers au tsar. Il convainc les cosaques zaporogues de la volonté de Pierre le Grand de détruire la cosaquerie ukrainienne.

Charles XII et Mazepa après la bataille de Poltava.

Ses plans sont dénoncés au tsar par le général cosaque Vasili Leontievitch Kotchoubeï et le colonel de Poltava. Incrédule, le tsar les renvoie à Mazepa qui les fait décapiter le . Se sachant découvert, il essaie de se préparer à la guerre. Sa capitale Batourine est détruite par les armées du tsar. Il est tout juste capable de rassembler une poignée d'hommes pour s'enfuir et rejoindre Charles XII[1], son armée étant dispersée au sein du territoire de l'Empire russe. Ce dernier avançait sur l'Ukraine confiant dans son allié qui avait promis de la mettre tout entière à son service. Ils se rejoignent à Poltava, où l'armée suédoise est défaite (voir bataille de Poltava). Après la déroute, Mazepa se réfugie en Valachie, puis à Tighina[2], où il meurt en 1709.

Mazepa a inspiré des poèmes à Byron et à Victor Hugo (dans Orientales[3]). Il est également mis en scène par Alexandre Pouchkine dans Poltava. En 1851, Franz Liszt publie ses Douze études d'exécution transcendante, dont la quatrième est intitulée Mazeppa, en référence directe au poème de Hugo.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

La vie d'Ivan Mazepa a inspiré de nombreux films et adaptations, notamment Mazeppa, film muet, et Une prière pour l'hetman Mazepa / Молитва за гетьмана Мазепу, fiction réalisée en 2001 par Youriï Illienko.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Biographie universelle ancienne et moderne (1843) par Louis-Gabriel Michaud (voir gallica).
  2. a, b, c et d Dictionnaire universel d'histoire et de géographie par M.-N. Bouillet (1878)
  3. Par exemple page 179 dans Œuvres complètes de Victor Hugo. Poésie II. ; recueil publié en 1882 par J. Hetzel et A. Quantin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Iaroslav Lebedynsky, Les Cosaques - Une société guerrière entre libertés et pouvoirs, Ukraine (1490-1790), Errance, 2004
  • Iaroslav Lebedynsky, Histoire des Cosaques, Terre Noire, 1995
  • Elie Borschak et René Martel, Vie de Mazeppa, Paris : Calmann-Levy, « Nouvelle Collection Historique », 1931