Au risque de se perdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au risque de se perdre

Titre original The Nun's Story
Réalisation Fred Zinnemann
Scénario Robert Anderson
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Sortie 1959
Durée 149 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Au risque de se perdre (The Nun's Story) est un film américain réalisé par Fred Zinnemann et sorti en 1959. Ce film est une adaptation directe du roman de Kathryn C. Hulme.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À 21 ans, Gabrielle Van der Mal, fille d'un chirurgien de grande réputation, décide d'entrer dans un couvent de Bruges. Devenue sœur Luc, elle participe avec ferveur à la cérémonie de prise de voile. L'apprentissage de la vie religieuse devient une épreuve cruelle, car la jeune femme supporte difficilement la règle d'obéissance absolue, dont elle ne perçoit guère le sens. Elle résiste aux efforts de persuasion d'une mère supérieure qui, au nom de la valeur d'humilité, lui demande d'échouer à l'examen final de l'École de médecine tropicale. Finalement reçue à cet examen, sœur Luc est envoyée dans un asile de malades mentaux à Bruxelles. Son esprit d'initiative mal contrôlé fait qu'elle réussit mal. Elle part pour le Congo où la Congrégation des sœurs Augustines lui confie un poste d'assistante médicale auprès du chirurgien Fortunati, homme de devoir, fier de son athéisme…

Après de nombreuses épreuves physiques et psychologiques, elle rentre en Belgique alors que la guerre menace. Elle se met au service d'un hôpital et est très vite confrontée à un cas de conscience. Pour rejoindre les rangs de la résistance, elle quittera le voile dans une scène finale dure de sens et de solitude… Seule, elle laisse ses habits rituels, récupère les quelques effets personnels et par une porte dérobée qui s'ouvre sur une ruelle vide. Seuls les bruits de la ville accompagnent cette dernière scène sans musique. Seuls trois coups de cloche sont perceptibles sur le carton en surimpression : « The End ».

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) selon Objectif Cinéma[1]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Vers le dernier tiers du film, sœur Luc doit rentrer en Belgique pour y convoyer un malade affecté d'un état dépressif profond, qui ne peut être efficacement traité au Congo. Or, nous ignorerons tout du déroulement de ce voyage, puisque nous retrouvons la religieuse, mission accomplie, dans un couvent belge, sans qu'il soit plus fait allusion à son périple. Cette ellipse peut s'expliquer de deux façons différentes :
– soit la séquence a été tournée mais non retenue au montage, le réalisateur l'ayant finalement jugée comme une longueur inutile ;
– soit a-t-on simplement estimé superflu de narrer un voyage qui n'avait pas en soi d'importance dans l'économie interne du récit, sinon pour justifier le retour de sœur Luc en Belgique.

Note : Il ne s'agit là que de conjectures car le DVD disponible en France ne comporte aucun bonus ou commentaire susceptible d'éclairer le cinéphile sur ce point.

  • La toute fin du film laisse planer le doute sur le devenir de sœur Luc, redevenue Gabrielle Van der Mal. Une fois sortie du couvent après avoir repris ses vêtements séculiers, nous la voyons en effet s'engager dans une petite rue débouchant sur une place qui doit se situer au carrefour de plusieurs voies ; parvenue sur cette place, la jeune femme paraît marquer un temps d'hésitation avant de s'engager sur la voie de droite et de disparaître à nos yeux. Confrontée au propre comme au figuré à une croisée de chemins, la ci-devant sœur Luc vient d'effectuer un choix sans doute décisif mais qui demeurera ignoré du spectateur. Ce dernier ne peut dès lors qu'extrapoler sur ce que sera la nouvelle vie de Gabrielle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]