Outland (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Outland... Loin de la Terre

Description de cette image, également commentée ci-après

Photo du costume porté par les marshals, dont William T. O'Niel (Sean Connery), dans une convention sci-fi à Stockholm (Suède).

Titre original Outland
Réalisation Peter Hyams
Scénario Peter Hyams
Acteurs principaux
Sociétés de production The Ladd Company
Outland Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 1981
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Outland... Loin de la Terre[n 1] (Outland) est un film de science-fiction américain écrit et réalisé par Peter Hyams, sorti en salles en 1981, avec Sean Connery, Peter Boyle et Frances Sternhagen.

Le film, dont l'action se passe sur Io, lune de Jupiter, est décrit comme un western spatial et comporte des ressemblances thématiques avec Le Train sifflera trois fois[1],[2].

Lors de sa sortie en salles, Outland rencontre un accueil mitigé de la part des critiques professionnelles et ne rencontre pas un véritable succès commercial au box-office, mais il obtient une nomination à l'Oscar du meilleur son en 1982. Le film est également nommé à six reprises au Saturn Awards la même année, remportant finalement le prix du meilleur second rôle féminin pour Frances Sternhagen.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur lointain sur une colonie minière d'une lune de Jupiter, un marshal fédéral enquête sur une série d'incidents et met au jour un trafic de drogue. Mais il met sa vie en danger et doit lutter pour survivre.

Résumé[modifier | modifier le code]

Dans le futur, la station minière Con-Amalgamate 27, située sur Io, une lune de Jupiter, abrite plus de deux mille ouvriers travaillant sur un chantier. Les conditions de vie sur Io sont difficiles, la gravité est un sixième de celle de la Terre, l'atmosphère n'est pas respirable, les combinaisons spatiales sont lourdes et les mineurs portent leur propre alimentation en air. De plus, ils vivent à l'intérieur, cloîtrés dans un endroit où on respire de l'oxygène artificiel. Des accidents se produisent : un premier ouvrier, atteint de delirium tremens en plein chantier, se tue par décompression en coupant un des tuyaux de sa combinaison spatiale ; un second meurt également de la décompression après avoir emprunté un ascenseur, sans sa combinaison, pour aller à l'extérieur.

William T. O'Niel, envoyé sur la station comme nouveau marshal, enquête sur ces deux morts brutales. Mais les incidents se multiplient, puisqu'un ouvrier, pris d'un accès de folie, prend en otage une prostituée avant d'être abattu par un adjoint de O'Niel.

Troublé par cette série de morts violentes, le marshal entreprend une enquête, aidé du médecin de la base, Marian Lazarus. Il découvre que les victimes utilisaient une drogue, retrouvée dans leur sang. Cette drogue augmente leur productivité mais finit par les rendre fous. O'Niel ne tarde pas à découvrir que la filière est orchestrée par Mark Shepard, l'administrateur de Con-Am. Après avoir neutralisé deux dealers à la solde de Shepard et avoir intercepté la marchandise, O'Niel, refusant toute compromission avec Shepard, voit sa tâche compliquée par les meurtres d'un dealer qu'il voulait interroger, et de l'un de ses adjoints, plus ou moins impliqué dans cette affaire. De plus, il apprend que Shepard, dont il a mis le système de télécommunication sur écoute, a engagé deux assassins, qui doivent arriver dans la prochaine navette, pour le tuer. Par intérêt ou par lâcheté, les collègues du policier et le personnel de Con-Am ne souhaitent pas assister O'Niel, à l'exception de Lazarus, qui sera la seule à l'aider.

Lorsque les deux tueurs débarquent, le marshal piste et neutralise les criminels à l'extérieur de la station - en combinaison spatiale - mais va être confronté à l'homme de l'intérieur de Shepard, qui s'avère être Ballard, un autre marshal subalterne, qui retrouve sa trace. O'Niel parvient à retirer le tuyau d'oxygène de la combinaison de Ballard, qui meurt instantanément puis il retourne dans la station, où il retrouve l'administrateur dans un bar et le frappe d'un coup de poing.

Après cette aventure, O'Niel décide de repartir avec sa femme et son fils dans le vol qui les ramènera sur la planète Terre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Outland est nettement inspiré du film Le train sifflera trois fois (High Noon, 1952) de Fred Zinnemann, avec Gary Cooper. Dans celui-ci, un shérif voit son exécution programmée par quatre malfrats et ne peut compter sur aucun des habitants de la ville : par lâcheté ou par intérêt, ceux-ci restent passifs[1],[2].

Casting[modifier | modifier le code]

Sean Connery est choisi pour incarner le protagoniste de l'histoire, le Marshal William T. O'Niel. Travaillant sur le scénario, l'acteur écossais apporte quelques idées sur le caractère du personnage :

« Peter est venu chez moi, en Espagne, pour nous permettre de retravailler le script et notamment d’ajouter plus de doute et d’émotion dans les dialogues du personnage principal qui semblait trop sûr de lui. J’ai fait remarquer à Peter que s’il était aussi dur, perspicace et dissimulateur, il dirigerait la station spatiale au lieu d’être un simple policier ! Nous avons donc ajouté de l’humour, afin de mieux révéler les sentiments et l’état d’esprit des gens. »

— Sean Connery[3].

La star devait jouer dans Les Chariots de feu un caméo important, mais dû renoncer en raison du tournage d'Outland, qui se déroulait au même moment[4].

Le rôle du docteur Lazarus avait d'abord été offert à Colleen Dewhurst[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage de Outland s'est déroulé aux Pinewood Studios[5], situés dans le comté de Buckinghamshire, près de Londres[6], pour un budget estimé à 16 millions de dollars[7]. C'est Sean Connery qui suggéra au réalisateur Peter Hyams de le tourner en Angleterre plutôt qu'à Hollywood « en partie parce que les moyens techniques y étaient supérieurs[3] ».

Mais le tournage ne s'est pas fait sans difficultés : les nouvelles lois fiscales ne permettent pas à Connery de travailler plus de quatre-vingt-dix jours sur le sol britannique, au risque d’être taxé[3]. Or, ses visites effectuées dans des écoles écossaises devant les caméras de la BBC ont considérablement entamé son capital et ses scènes devront être tournées en dix-neuf jours, ce qui l'oblige a quitter l'Angleterre chaque week-end et qu'aucun retard n'est envisageable[3].

Outland est le premier à utiliser le procédé IntroVision[8],[n 5], technique d'effets spéciaux permettant d'agir sur une image fixe et manipuler la perspective[n 5]. L'IntroVision permet également d'intégrer des décors et une maquette grandeur nature en gommant totalement la séparation entre les deux. Les acteurs sont ensuite incrustés dans le décor[n 5].

Réception[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie initiale en salles, Outland a récolté des critiques mitigées : Gary Arnold du Washington Post écrit que le réalisateur Peter Hyams a adapté l'intrigue du Train sifflera trois fois dans un environnement de science-fiction intrigant, mais que l'histoire semble banale[1]. Mais Michael Blowen, du Boston Globe et Desmond Ryan du The Philadelphia Inquirer ont émis un commentaire plus favorable, Blowen notant qu'Hyams développe un thème anticapitaliste corollaire[2], Ryan, quant à lui, trouve qu'il s'agit d'un brillant western de science-fiction et que le réalisateur a fait un film plus effrayant qu'Alien, le huitième passager[9].

De nos jours, le film a obtenu sur le site Rotten Tomatoes un pourcentage de 58%, sur la base de 24 commentaires et une note moyenne de 5,8/10[10]. Le public semble plus favorable à Outland puisqu'il obtient une note moyenne de 6,6/10 sur le site Internet Movie Database, sur la base de 17 998 votants[11].

Box-office[modifier | modifier le code]

Lors de son premier week-end en salles aux États-Unis, Outland démarre à la troisième place du box-office américain avec 3 059 638 $[12], mais ne rencontre pas de succès commercial important, puisqu'il totalise 17,3 millions de dollars de recettes en fin d'exploitation sur le territoire américain[13],[n 6], ce qui est décevant vu son budget.

En France, le long-métrage, bien que n'ayant pas obtenu un énorme succès, a rencontré un certain public : le film totalise 46 771 entrées en première semaine à Paris[14], finissant avec 171 622 entrées en première exploitation, puis 177 714 entrées toutes exploitations sur le territoire parisien[14]. Sur l'ensemble du territoire français, Outland totalise 564 626 entrées[14],[15], permettant de se classer dans le top 100 des meilleurs résultats au box-office de l'année 1981.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sous-titre lors de la sortie en salles.
  2. Le film fut distribué par The Ladd Company, par le biais de Warner Bros. Pictures
  3. Le format de son Dolby est utilisé pour le format d'image 35mm
  4. Le format de son 70 mm 6-Track est utilisé pour le format d'image 70mm.
  5. a, b et c Outland, Catalogue Collection Science-Fiction, p. 5; septembre 2004.
  6. Le site The Numbers indique sur son site qu'Outland a totalisé 20 millions de dollars de recettes en fin d'exploitation sur le territoire américain, voir la fiche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Gary Arnold, « Unlikely 'Outland' », Washington Post,‎ 23 mai 1981
  2. a, b et c (en) Michael Blowen, « Outland is Western out of This World », Boston Globe,‎ 22 mai 1981
  3. a, b, c et d (fr) « Histoires de tournage de Outland », sur DevilDead.com (consulté le 30 janvier 2011).
  4. a et b (en) Outland (film) sur l’Internet Movie Database
  5. http://www.pinewoodgroup.com/production/outland
  6. (en) Outland (film) sur l’Internet Movie Database
  7. (en) Outland (film) sur l’Internet Movie Database
  8. IntroVision at the Internet Movie Database
  9. Desmond, Ryan. - REVIEW: Outland: A Brilliant Sci-Fi Western. - Philadelphia Inquirer. - May 22, 1981. - Retrieved: 2008-07-09
  10. (en) « Outland », sur Rotten Tomatoes (consulté le 2 juillet 2014)
  11. http://www.imdb.com/title/tt0082869/ratings
  12. (en) « Box-office américain par week-end de « Outland » », sur Box Office Mojo (consulté le 30 janvier 2012).
  13. (en) « Box-office de « Outland » », sur Box Office Mojo (consulté le 30 janvier 2012).
  14. a, b et c (fr) « Outland - Box-office », sur Box-office Story (consulté le 30 janvier 2012).
  15. (fr) « Box-office français de « Outland » », sur Jp's Box-office (consulté le 30 janvier 2012).