Semic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Semic

Création 1989
Disparition 2005
Personnages clés Henri-Claude Prigent, Jérôme Martineau
Forme juridique SA
Siège social Drapeau de France 45 rue Broca, Paris (France)
Activité Comics
Produits Édition comics US, mangas
Société mère Groupe Tournon
Sociétés sœurs Éditions Lug, Carabas, Semic Distribution

Semic était une maison d'édition spécialisée dans la bande dessinée. Successeur de Lug dont elle avait repris les publications, elle éditait principalement des comics issus des éditeurs américains DC Comics, Marvel Comics, Image Comics, Top Cow Productions, Wildstorm, et Crossgen, ainsi que des bandes dessinées italiennes de l'éditeur Bonelli.

Historique[modifier | modifier le code]

En janvier 1989, Marcel Navarro, fondateur des Éditions Lug, part à la retraite; ainsi tous les titres LUG sont vendus à SEMIC, le plus grand groupe de presse scandinave, présent partout en Europe, qui continue à les éditer en France sous le nom de SEMIC France.

En octobre 1996, Semic perd les licences Marvel Comics et arrête toutes les traductions y compris Strange qui paraissait depuis 26 ans et entreprend de compenser cette perte en publiant des titres de DC Comics (dans Strange) et d'Image Comics (Gen 13, WildC.A.T.s, Cyberforce, etc.).

À la fin de l'année 1998, le groupe Semic est racheté par le Groupe Tournon, leader de la presse jeunesse en France. Ce dernier crée Semic S.A.

En 1999, Semic recrute un nouveau rédacteur en chef, Thierry Mornet, issu du fanzine comics Scarce; il occupe le poste de fin 1998 à fin 2004), date à laquelle il est licencié. L'activité comics est alors reprise par Jérôme Martineau.

En mai-juin 1999, le groupe Tournon, propriétaire de Semic, déménage la rédaction de Lyon à Paris et accueille une nouvelle équipe rédactionnelle.

En 1999, le rachat de l'éditeur La Mascara permet au groupe de presse d'accéder au réseau de diffusion en librairie.

En 2000, cinquantenaire de Lug, Semic crée la collection Semic Books qui abritera des personnages et des séries telles que Batman, Superman, Authority, Green Arrow, Spawn et Sam & Twitch. Ces albums, qui touchent un nouveau public, permettent bientôt le développement de nouvelles collections (« Semic Noir ») et de nouveaux projets (réédition de Cosmic Patrouille, création de Sentaï School, etc.).

Au début des années 2000, Semic lance de nouvelles séries tout en proposant dans le même temps des versions remises au goût du jour de ses anciens personnages : le scénariste Jean-Marc Lofficier se charge de coordonner l'ensemble des séries, censées composer un même univers (surnommé le SemicVerse). Mais les ventes des nouvelles séries s'avèrent insuffisantes. En 2003, l'éditeur italien Bonelli, partenaire de Lug puis de Semic pendant plus de cinquante ans, met un terme à sa collaboration avec l'éditeur français, provoquant la fin d'une partie des publications de Semic[1],[2]. L'accord avec DC n'est pas prorogé et les dernières parutions consacrées aux super-héros DC sont publiées début 2005, avant que Semic ne perde le catalogue DC, repris l'année suivante par Panini.

En 2005, le groupe Tournon, propriétaire de Semic, dissout la société pour concentrer ses activités éditoriales sur Carabas, une autre de ses filiales. La marque Semic continue d'appartenir à Tournon[3] : depuis 2011, le nom est à nouveau utilisé par une des sociétés du groupe, Semic Distribution, chargée de commercialiser des produits dérivés, notamment pour le compte de Marvel[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le SemicVerse, article paru sur bdparadisio.com, 2002
  2. Pockets : Semic jette l’éponge !, Actuabd, 17 septembre 2003
  3. Semic, fiche sur le site manga.krinein.fr, 25 février 2008
  4. Historique du Groupe Tournon, site officiel de la société

Lien externe[modifier | modifier le code]