Mateo Falcone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mateo Falcone
Publication
Auteur Prosper Mérimée
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, mai 1829,
La Revue de Paris
Recueil Mosaïque
Intrigue
Lieux fictifs Maquis près de Porto-Vecchio, Corse
Personnages Mateo Falcone
Fortunato
Gianetto
Giuseppa
Gamba
Nouvelle précédente/suivante
Vision de Charles XI Suivant

Mateo Falcone est une nouvelle de Prosper Mérimée, terminée le 14 février 1829 et publiée avec le sous-titre Mœurs de la Corse le 3 mai 1829 dans la Revue de Paris, fondée au mois d’avril de la même année. La couleur locale, si fortement marquée dans cette nouvelle, est puisée dans les sources livresques, puisque Prosper Mérimée ne visitera la Corse qu’en 1839.

Résumé[modifier | modifier le code]

Mateo Falcone habite à la lisière d’un maquis à Porto-Vecchio, en Corse. Un jour, il décide d'aller voir un de ses troupeaux avec sa femme. Fortunato, son fils héritier, voit arriver un homme s’appelant Gianetto qui lui demande de le cacher. Le jeune homme accepte alors pour cinq francs. Un peu plus tard, six hommes armés se présentent chez Mateo Falcone et demandent à Fortunato où est passé l’homme qu’ils poursuivaient. Après discussion, Fortunato accepte de dévoiler la cachette du bandit en échange d'une belle montre dont il rêvait. C'est alors que Mateo Falcone arrive et voit Gianetto qui, capturé, accuse Mateo et sa famille de trahison. Une fois les six hommes et Gianetto partis, sa femme, devinant l’idée de son mari, le supplie d’arrêter mais sans l’écouter, il va, avec son fils, dans la forêt et, après lui avoir fait faire ses prières et malgré ses supplications, l’abat d’un coup de fusil pour avoir sali l'honneur de sa famille.

Adaptations[modifier | modifier le code]

César Cui a tiré de cette nouvelle un opéra en 1906-1907.

Katsuhiro Ōtomo en a fait une adaptation très libre en Manga en 1973 .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Abdelmadjid Ali Bouacha, « Mateo Falcone : Infanticide ou machinerie narrative? Analyse et pédagogie du texte littéraire », Français dans le Monde, juil. 1982, n° 170, p. 52-56, 65-70.
  • (en) Corry Cropper, « Prosper Mérimée and the Subversive 'Historical' Short Story », Nineteenth-Century French Studies, 2004 Fall-2005 Winter, n° 33 (1-2), p. 57-74.
  • (en) James F. Hamilton, « Pagan Ritual and Human Sacrifice in Mérimée’s Mateo Falcone », French Review, 1981 Oct, n° 55 (1), p. 52-59.
  • (en) Rachel Killick, « Capital Investments: Rival Currencies in Mérimée’s Mateo Falcone and la Partie de trictrac », Essays in French Literature, July 2005, n° 42, p. 101-18.
  • Maria Kosko, Le Thème de Mateo Falcone, Paris, Nizet, 1960.
  • Gisèle Mathieu-Castellani, « Mérimée et la Corse », Littératures, 2004, n° 51, p. 95-115.
  • (en) Marianne Seidler-Golding, « Destabilized Security in Mérimée’s Short Stories », Paroles Gelées, 1995, n° 13, p. 63-73.
  • E. V. Telle, « Le Prototype de Mateo Falcone », Studi Francesi, 1971, n° 15, p. 84-85.

Liens externes[modifier | modifier le code]