Akira (manga)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Akira.

Akira

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo d’Akira

アキラ
(Akira)
Type Seinen
Genre Science-fiction, cyberpunk
Manga
Auteur Katsuhiro Otomo
Éditeur Drapeau du Japon Kōdansha
Drapeau de la FranceDrapeau de la BelgiqueDrapeau des Pays-Bas Glénat
Prépublication Drapeau du Japon Young Magazine
Sortie initiale
Volumes 6[1]

Autre

Akira (アキラ?) est un seinen manga de science-fiction des années 1980 écrit et illustré par Katsuhiro Ōtomo.

Ce manga se caractérisant par sa longueur (dix années se sont écoulées entre la publication du premier et du dernier volume au Japon), sa richesse scénaristique, sa dynamique et sa qualité graphique ont nettement participé à la diffusion du manga en Occident. Il a été adapté en anime en 1988.

Akira obtint le Prix du manga de son éditeur Kōdansha en 1984, catégorie Général (seinen).

Histoire[modifier | modifier le code]

Réplique grandeur nature de la moto de Kaneda en 2005.

Tokyo est détruite par une mystérieuse explosion en décembre 1982 (1992 dans la version occidentale) et cela déclenche la Troisième Guerre mondiale, avec la destruction de nombreuses cités par des armes nucléaires.

En 2019 (2030 selon les versions colorisées américaine et française), Neo-Tokyo est une mégapole corrompue et sillonnée par des bandes de jeunes motards désœuvrés et drogués. Une nuit, l’un d'eux, Tetsuo, a un accident de moto en essayant d'éviter un étrange garçon qui se trouve sur son chemin. Blessé, Tetsuo est capturé par l’armée japonaise. Il est l’objet de nombreux tests dans le cadre d’un projet militaire ultra secret visant à repérer et former des êtres possédant des prédispositions à des pouvoirs psychiques (télépathie, téléportation, télékinésie, etc.). Les amis de Tetsuo, dont leur chef Kaneda, veulent savoir ce qui lui est arrivé, car quand il s’évade et se retrouve en liberté, il n’est plus le même… Tetsuo teste ses nouveaux pouvoirs et veut s’imposer comme un leader parmi les junkies, ce qui ne plaît pas à tout le monde, en particulier à Kaneda.

En parallèle se nouent des intrigues politiques : l’armée essaye par tous les moyens de continuer le projet en espérant percer le secret de la puissance d’Akira, un enfant doté de pouvoirs psychiques extraordinaires (et de la maîtriser pour s'en servir par la suite), tandis que les politiciens ne voient pas l’intérêt de continuer à allouer de l’argent à un projet de plus de 30 ans qui n'a jamais rien rapporté. Le phénomène Akira suscite également l’intérêt d’un mouvement révolutionnaire qui veut se l’approprier à des fins religieuses (Akira serait considéré comme un « sauveur » par ses fidèles). Tetsuo va se retrouver malgré lui au centre d’une lutte entre les révolutionnaires et le pouvoir en place.

Personnages[modifier | modifier le code]

Personnages principaux[modifier | modifier le code]

  • Shôtarô Kaneda -- Ami de Tetsuo et chef de leur bande de motards, ce petit délinquant d'apparence drogué, macho, égoïste, glouton et parfois lâche est entraîné dans la lutte contre le programme militaire quand il croise le chemin de Kei. Dans son combat contre Tetsuo, il n'est motivé que par la colère et la soif de vengeance, après l'extermination de sa bande par le mutant. Mais, forgé par les épreuves successives, le mûrissement de son amour pour Kei et diverses expériences lors du contact avec les manifestations des pouvoirs des mutants (y compris un saut dans le temps[réf. nécessaire]), il commence à réfléchir davantage sur lui-même et le monde - et à prendre ses responsabilités. Finalement, il fonde « Le Grand Empire de Tokyo », où les jeunes vont reconstruire, seuls, sur les ruines de Tokyo, un monde à leur façon[2].
  • Tetsuo Shima (Numéro 41) -- Enfant abandonné, ce petit dur de quinze ans[réf. nécessaire]} rivalise avec son ami Kaneda pour être le chef de leur bande de motards. Il tombe par hasard aux mains des militaires, qui libèrent chez lui un énorme pouvoir psychique. Échappant à tout contrôle, il délivre Akira, mais entre dans un cycle de mutations monstrueuses à mesure que son pouvoir grandit. Sa puissance sans cesse croissante pourrait faire sauter la planète. Tantôt enragé de douleur et de haine, tantôt suppliant et sanglotant, il ne trouve un peu de paix qu'auprès de Kaori. Son « Empire » détruit, traqué par tous, il finit dans la peau d'un monstrueux bébé, dont l'énergie en folie est absorbée par celle d'Akira dans un ultime cataclysme.
  • Kei (ou Kay) -- Cette adolescente idéaliste, vierge[réf. nécessaire] et sans peur, milite dans un groupe démocratique clandestin qui cherche à dévoiler les expérimentations secrètes de l'armée. Elle est de Ryû, l'homme qui dirige le groupe, et repousse vigoureusement les grossières avances de Kaneda. Après la destruction de Néo-Tokyo, elle rejoint Lady Miyako et le trio des enfants mutants, qui découvrent en elle le médium idéal pour focaliser leurs énergies et affronter Tetsuo en duel psychique. Elle accepte de se sacrifier pour cette mission désespérée. Elle en réchappe, et accepte son amour pour Kaneda, avec qui elle forme finalement le « couple refondateur ».
  • Le colonel Shikishima -- Lui seul connaît le secret d'Akira. Il dirige les expériences dont fut victime Tetsuo. Il est le chef des forces armées. Il est terrifié par Akira dont il a pu constater la puissance illimitée. Après le réveil d'Akira, il fera tout pour éliminer Tetsuo — notamment avec le satellite SOL — qu'il tient pour responsable. Il s'alliera par la suite dans sa lutte avec Miyako et Kaneda.
  • Akira (Numéro 28) -- Le plus puissant des mutants psychiques découverts par les militaires. Ce garçonnet a déjà fait sauter Tokyo en 1988. L'armée le garde prudemment congelé dans une base secrète. Délivré par Tetsuo, il devient l'enjeu de luttes entre diverses factions qui se le disputent pour l'utiliser. Apathique et silencieux, il n'est que le reposoir innocent d'une force gigantesque, qui ne tarde pas à détruire Néo-Tokyo. Érigé en mascotte du « Grand Empire », que Tetsuo édifie sur les ruines, il ne prend aucune part consciente à l'action. Finalement, son pouvoir s'unit à celui de Tetsuo et l'absorbe. Cette fusion le délivre, et les petits mutants avec lui.
  • Masaru (Numéro 27) -- Le pouvoir lui a brisé les jambes[réf. nécessaire], mais c'est celui qui semble être le chef des trois mutants.
  • Takashi (Numéro 26) -- Il causa l'accident dans lequel Tetsuo fut blessé grièvement. Suite à son assassinat par Nezu, Akira déclencha une nouvelle vague de destruction de Neo-Tokyo. Il est généralement celui qui agit parmi les trois mutants, n'ayant pas subit de contrecoup physique handicapant après l'émergence du pouvoir.
  • Kiyoko (Numéro 25) -- Ses dons de prémonitions en font la conseillère du groupe. Elle est complètement paralysée[réf. nécessaire] et reste donc en permanence dans un lit mobile, qu'elle dirige elle-même en cas de besoin.
  • Lady Miyako (Numéro 19) -- Rescapée elle aussi du programme d'expérimentation militaire (« revenue d'entre les morts » selon ses propres dires), cette vieille aveugle à l'aspect de déité bouddhiste, surveille l'armée en secret en utilisant le politicien Nezu. Malgré les promesses faites à ses adeptes, elle sait qu'elle ne peut rien empêcher des évènements qui conduisent à la destruction de Néo-Tokyo et choisit donc d'aider le changement qu'elle a très tôt anticipé et longuement préparé de son côté. Elle s'attache alors à sauver et soigner la foule des survivants réfugiés dans son temple, sacrifiant jusqu'au dernier les moines qui la protègent et manipule Tetsuo pour qu'il accepte ses souffrances et se rende dans la place qui lui est réservée. Tout l'amour et la sagesse qu'elle appelle ne servent à rien pour Tetsuo, car c'est à une véritable épreuve de force qu'elle se prépare. Elle accomplit la tâche de détruire Tetsuo, quitte à y sacrifier Kay comme elle a, plus tôt, sacrifié un trio d'adolescentes dans une vaine tentative pour récupérer Akira. Finalement, elle aussi est écartée du monde à venir, supprimée dans la phase ultime du cataclysme alors qu'elle aura vainement tenté de résister.
  • Chiyoko -- l'armurière du groupe de Ryu et Kei et la meilleure amie de cette dernière. C'est une femme très forte devant les événements (et à tous les sens du terme en fait). Elle sera peu importante au début puis son rôle s'étoffera après le réveil d'Akira.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

  • Yamagata -- Camarade de classe de Kaneda, et membre de sa bande, il perd la vie en affrontant Tetsuo peu après que ce dernier soit devenu leader de la bande des clowns.
  • Kaori -- Cette gamine de treize ans[réf. nécessaire], orpheline maigrichonne et effrayée perdue dans les ruines de Néo-Tokyo, est offerte en pâture au délire orgiaque de Tetsuo. Mais elle transcende le personnage mièvre de la Lolita de manga[travail inédit ?] en assumant le double rôle de grande sœur et compagne de jeux pour Akira d'un côté, et d'amante[réf. nécessaire] seule capable d'apaiser les souffrances de Tetsuo. Elle est tuée par le principal lieutenant de Tetsuo, lors d'une ultime tentative de putsch, en essayant de protéger le mutant.
  • Kaï (ou Keisuké) -- Camarade de Kaneda lorsque celui-ci dirigeait la bande de motards, il a survécu à la destruction de Néo-Tokyo. Il rejoint Kei et Kaneda pour affronter Tetsuo dont il désire la mort après voir vu la mort de Yamagata.
  • Nezu -- Aussi laid d'âme que de corps, ce politicien mû par la seule soif de pouvoir est un instrument de Lady Miyako. Mais il échappe à son contrôle. Après la délivrance d'Akira, il essaie de le kidnapper à son profit et de fomenter un coup d'État. Vaincu, blessé à mort et fou de rage, il tire sur le garçonnet mais sa balle atteint Takashi, provoquant une violente réaction d'Akira qui détruit Néo-Tokyo.
  • Joker (ou Bouffon) -- Leader de la bande des Clowns et ennemi de Kaneda au début de l'histoire, il se lie d'amitié avec Kaï lors de la reconstruction de Néo-Tokyo. Il s'unit ensuite à la cause de Kaneda et Kei en participant au dernier assaut contre Tetsuo. Brute épaisse et meurtrière, lui aussi trouve le chemin de la rédemption à travers la vendetta qu'il mène contre Tetsuo, pour venger ses propres motards massacrés (Joker devient le sous-fifre de Tetsuo lorsque ce dernier découvre ses pouvoirs qu'il canalise alors avec les drogues).Il a un goût prononcé pour le bricolage, allant jusqu'à réparer les vieilles motos volantes de l'armée après le cataclysme, et apparait toujours tatoué sur le visage.
  • Le barman du Harukiya -- Il est propriétaire d'un bar malfamé qui sert de repaire à Kaneda et sa bande dans la première moitié de l'histoire. C'est dans ce bar que Kei et Kaneda se rencontrent pour la première fois, cette rencontre étant un moment charnière de l'histoire puisqu'elle entraîne Kaneda bien malgré lui dans un long périple, faisant de lui un des personnages phares de l'intrigue. Si, dans le dessin animé il fait partie des victimes de Tetsuo, dans la bande dessinée, le personnage disparait assez tôt de l'intrigue à mi-chemin, après qu'il a caché Kei et Kaneda, poursuivis par les troupes du Colonel.

Manga[modifier | modifier le code]

Liste des chapitres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des chapitres d'Akira.

Albums[modifier | modifier le code]

Version kiosque 
  1. L'autoroute, 03/1990
  2. Poursuite, 03/1990
  3. Numéro 41, 04/1990
  4. Le roi des clowns, 05/1990
  5. Cycle wars, 05/1990
  6. Mon ami, mon ennemi, 06/1990
  7. Joueurs et prisonniers, 06/1990
  8. L'arme de la vengeance, 07/1990
  9. Les chasseurs, 07/1990
  10. Le réveil, 08/1990
  11. Apparition, 08/1990
  12. Sakaki, 09/1990
  13. Désespoir, 09/1990
  14. Entre Deux feux, 10/1990
  15. La guerre des cerveaux, 10/1990
  16. Akira déchaîné, 11/1990
  17. Empereur du chaos, 12/1990
  18. Parmi les vestiges, 01/1991
  19. Sauver les enfants, 02/1991
  20. Révélation, 03/1991
  21. Fureur et Tourment, 04/1991
  22. L'assaut meurtrier, 05/1991
  23. Le déluge, 06/1991
  24. Le vent venu de l'ouest, 07/1991
  25. Vision souterraine, 08/1991
  26. Brigade des assassins, 09/1991
  27. La réunion prodigieuse, 10/1991
  28. Balayés par la tourmente, 11/1991
  29. Revanche, 12/1991
  30. La course aux armes, 01/1992
  31. Les jeux du stade, 02/1992
Version couleur 
  • 14 Volumes, couverture cartonnée
  • environ 180 pages par volume
  • dimensions (mm) : 200 x 300
  • sens de lecture : français
  • éditeur : Glénat
  1. L'Autoroute (1990)
  2. Cycle wars (1991)
  3. Les Chasseurs (1991)
  4. Le Réveil (1991)
  5. Désespoir (1992)
  6. Chaos (1992)
  7. Révélations (1992)
  8. Déluge (1992)
  9. Visions (1992)
  10. Revanche (1992)
  11. Chocs (1992)
  12. Lumière (1994)
  13. Feux (1995)
  14. Consécration (1996) (art-book)
Version noir et blanc 
  • 6 volumes (de janvier 1999 à septembre 2000)
  • dimensions (mm) : 256 x 180
  • sens de lecture : français
  • éditeur : Glénat

Existe également en coffret contenant les 6 volumes (édition épuisée).

Animé comics 
  • 5 Volumes, couverture souple
  • environ 155 pages par volume
  • sens de lecture : français
  • éditeur : Kana

Publication[modifier | modifier le code]

Consultez la liste des éditions de cette œuvre :
Akira (Katsuhiro Ōtomo).

Au Japon, Akira fut publié de décembre 1982 à juin 1989 dans le journal Young Magazine. Il fallut toutefois attendre 1993 pour que le sixième et dernier volume relié sorte, présentant une version quelque peu remaniée par rapport à l'originale.

En France, Akira est d'abord sorti aux éditions Glénat au début des années 1990 sous la forme de petits fascicules reprenant la version colorisée aux États-Unis par Steve Oliff. Ces fascicules sont désormais des collectors.

Par la suite, Glénat publia cette version sous la forme de recueils en 14 volumes, incluant l'art-book Akira Club sur les deux derniers volumes.

En 1999-2000, Glénat a publié une nouvelle version d'Akira en noir & blanc, plus proche du format original et présentant une nouvelle traduction adaptée directement du japonais.

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Film d'animation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Akira (anime).

Projet d'adaptation en prises de vue réelles[modifier | modifier le code]

Plusieurs projets cinématographiques furent planifiés par des studios américains. La dernière version cinématographique du projet devait être réalisée par Jaume Collet-Serra[3] et scénarisée par Gary Whitta[4].

Il était prévu que la Warner Bros produise le film en coproduction avec Appian Way la compagnie de Leonardo DiCaprio. L'adaptation comprendrait deux films[réf. nécessaire] qui compileraient l'histoire des six volumes du manga original[réf. nécessaire].

À noter que Katsuhiro Otomo gardera un œil sur la production en tant que producteur exécutif aux côtés de Greg Silverman (le vice-président exécutif de Warner Bros).

Kaneda devait être interprété par Garrett Hedlund[3].

Le 5 janvier 2012, le studio de la Warner annonce l'arrêt du projet pour des raisons de budget[5].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Création de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Réceptions et critiques[modifier | modifier le code]

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

C'est le profond traumatisme japonais à la suite d'Hiroshima qui est dépeint dans l'histoire d'Akira ainsi que le bouleversement de la société japonaise devant cette démonstration de puissance américaine et l'occupation que le pays subit au lendemain de sa défaite.

La bombe atomique[modifier | modifier le code]

L'univers d'Akira est une métaphore du monde en reconstruction au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le personnage d'Akira est la personnification achevée de la bombe atomique lâchée au-dessus d'Hiroshima, autrement surnommée Little Boy. Le manga est traversé par le thème de la destruction de Tokyo qui a lieu une première fois au tout début de l'histoire en guise de prologue et qui a lieu une seconde au milieu de l'histoire après le réveil d'Akira et provoquera un bouleversement complet du récit.

Manipulation mentale[modifier | modifier le code]

On peut aussi voir dans « Akira » une référence au projet MKULTRA en raison de l'omniprésence des thèmes de la télékinésie et des pouvoirs mentaux. Ainsi, la psychologie et le contrôle des esprits sont présentés comme les armes supérieures à la bombe atomique et autrement convoitées. À partir de la destruction de Tokyo au milieu de l'histoire on assistera même à une multiplication du nombre de personnages dotés de tels pouvoirs.

Inspiration[modifier | modifier le code]

Les noms de Shotaro Kaneda, Colonel Shikishima, Tetsuo Shima ainsi que le numéro 28 associé à Akira sont empruntés au manga Tetsujin 28 Go (L'homme de fer n°28) de Mitsuteru Yokoyama.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la version noir & blanc, dans la version colorisée il y en a 14.
  2. édition couleur, tomes 6 et 9; différents passages du manga et du film ainsi qu'une phrase de Takashi permettent d'affirmer que Kaneda a, sinon des pouvoirs, du moins une affinité avec les mutants.
  3. a et b (fr) C’est parti pour Akira ! sur AlloCiné, publié le .
  4. Akira (2011) sur Imdb
  5. http://movies.ign.com/articles/121/1215865p1.html

Liens externes[modifier | modifier le code]