Louis de Luxembourg (cardinal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis de Luxembourg (homonymie).
Louis de Luxembourg
Biographie
Naissance vers 1390/1397
Pavillon royal de la France.svg Royaume de France
Décès 18 septembre 1443
château de Hartfield Flag of England.svg
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
18 décembre 1439
Par S.S. le pape Eugène IV
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de IV Santi Coronati
Cardinal-évêque de Frascati
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale vers 1418/1419
par Mgr Regnault de Chartres
Évêque d'Ely
14371443
Précédent Philip Morgan Thomas Bourchier Suivant
Archevêque de Rouen
14371443
Précédent Hugues V des Orges Raoul Roussel Suivant
Évêque de Thérouanne
14141437
Précédent Matthieu ou Renaud de Bapaume Jean Le Jeune Suivant

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Limburg New Arms.svg

Louis de Luxembourg (né en France vers 1390/1397 et mort à Hartfield le 18 septembre 1443) est un cardinal français du XVe siècle.

Sa famille[modifier | modifier le code]

Né en 1390/1397[1], il est le second fils de Jean de Luxembourg, comte de Brienne et de Conversano, seigneur de Beaurain et de Richebourg et de Marguerite d’Enghien[2]. Son frère, Jean II de Luxembourg-Ligny, est celui qui vend Jeanne d'Arc à Pierre Cauchon. Il est neveu de Pierre de Luxembourg, cardinal et évêque de Metz, d’André, évêque de Cambrai et de Valéran, connétable de France[2]. Il est l'oncle du quasi-cardinal Thibaud de Luxembourg et le grand-oncle du cardinal Philippe de Luxembourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis de Luxembourg est doyen du chapitre de la cathédrale de Beauvais le 31 mai 1414[1] et soutient les intérêts anglais après l'invasion d'Henri V d'Angleterre. Élu évêque de Thérouanne avant le 2 janvier 1415[1], il est confirmé par le pape Martin V le 24 novembre 1418 et consacré par Regnault de Chartres, archevêque de Reims[2],[1]. Il est confronté à la désignation de Guillaume de Challant par Jean XXIII, mais Louis de Luxembourg reçoit des bulles de Martin V le 24 novembre 1418[2]. Il préside à partir de 1418 la chambre des comptes du royaume[2]. En 1420, il assiste à l’entrée de Pierre Cauchon à Beauvais[2]. Il est membre de l'ambassade française envoyée à Londres pour féliciter le nouveau roi d'Angleterre Henri VI à son accession au trône[1]. De Luxembourg se rallie à Henri VI d'Angleterre et devient chancelier de France du 7 février 1425 à 1435[1]. Il assiste au couronnement d'Henri VI roi de France dans la cathédrale de Paris le 16 décembre 1431[1],[3]. Deuxième homme le plus puissant de la France anglaise après le duc de Bedford, il lui marie sa nièce en 1433[2].

La nomination le 19 janvier 1431 d’Hugues des Orges par Martin V l’empêche d’accéder à l’archevêché de Rouen[4]. Il assiste au concile de Bâle en 1432[1]. Le 19 octobre 1436, l’élection du chapitre de Rouen le désigne comme le successeur d’Hugues des Orges à l'archidiocèse de Rouen[2]. Il prend possession par procuration le 11 avril 1437 et fait son entrée solennelle le 9 août[1]. Il entreprend de nombreux travaux sur l'archevêché de Rouen: il fait reconstruire une officialité, ajoute un bâtiment au vieux palais et élève une librairie entre l'officialité et les prisons. Il agrémente les fenêtres du palais de vitraux armoriés et décore les toitures d'épis de faîtage[5].

Lors de l'insurrection de Paris contre les anglais, il trouve dans un premier temps refuge à la Bastille[1]. Revenu à Rouen le 15 janvier 1437, il part pour Angleterre[1]. Le 27 septembre 1437, il est administrateur du diocèse d'Ely[2],[1].

Il se rend au concile de Florence en 1439. Le pape Eugène IV le crée cardinal lors du consistoire du 18 décembre 1439[2]. Cardinal des Quatre Saints Couronnés le 8 janvier 1440[1], il le change en 1442 pour Frascati[1]. Le cardinal de Luxembourg est nommé ambassadeur par le roi Henri VI en décembre 1442 pour négocier la paix entre le roi anglais et Charles VII de France[1].

Il meurt le 18 septembre 1443 au château de Hartfield, au cours d’un voyage en Angleterre. Il est inhumé dans la cathédrale d’Ely, sous un gisant près de l'autel des saintes reliques, tandis que son cœur est envoyé à Rouen[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Ses armes sont: d'argent, au lion de gueules, armé, lampassé et couronné d'or, la queue fourchée passée en sautoir[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p The Cardinals of the Holy Roman Church: Consistory of December 18, 1439 (III)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Vincent Tabbagh (préf. Hélène Millet), Fasti Ecclesiae Gallicanae 2 Diocèse de Rouen : Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, Turnhout, Brepols,‎ 1998, 447 p. (ISBN 2-503-50638-0), p. 123-127
  3. Jean-Baptiste Lebigue, « L'ordo du sacre d'Henri VI à Notre-Dame de Paris (16 décembre 1431) », dans Notre-Dame de Paris 1163-2013, dir. Cédric Giraud, Turnhout : Brepols, 2013, p. 319-363
  4. Vincent Tabbagh (préf. Hélène Millet), Fasti Ecclesiae Gallicanae 2 Diocèse de Rouen : Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, Turnhout, Brepols,‎ 1998, 447 p. (ISBN 2-503-50638-0), p. 121-123
  5. Rouen, primatiale de Normandie, p. 88.
  6. Arnaud Bunel, Armorial illustré des Archevêques de Rouen, v.1.1, 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]