Maurille de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maurille.
Saint Maurille
Image illustrative de l'article Maurille de Rouen
Vitrail de Saint Maurille dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen.
Archevêque de Rouen
Naissance avant 1000
Décès 9 août 1067 
Cathédrale de Rouen
Fête 9 août

Saint Maurille ou Maurile, Maurilius[1] en latin († 1067) est un archevêque de Rouen.

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Maurille naît d'une famille noble[2]. Les auteurs divergent sur le lieu de naissance de Maurille. Pour Orderic Vital, Maurille serait né à Mayence en Allemagne. D'autres lui donne Reims[1] ou le diocèse de Reims comme ville de naissance. Selon le père Maynard cité par François Pommeraye, il nait probablement à Reims de parents originaires de Mayence[3]. Louis Violette le dit originaire de Lorraine[4].

Il fait ses premières études à Reims, et les poursuit à Liège[2],[1]. Il passe ensuite en Saxe où il est écolâtre de l’église d’Halberstadt[4]. Souhaitant se retirer de la société, il se rend en Normandie, où il se fait moine à l’abbaye de Fécamp[1] (avant 1030). Désirant davantage de solitude et de pénitence, il se retire pour tenter une vie érémétique en Italie[4], où il rencontre Gerbert, futur abbé de Saint-Wandrille[2]. Il y est remarqué par le seigneur du pays, le marquis Boniface qui le désigne abbé de Sainte-Marie, à Florence[2],[1]. Il n'y restera que peu de temps, car en tentant de rétablir la règle, il se heurte à l’hostilité des moines[4],[1], qui tentent de l'empoisonner[5]. Il revient à Fécamp où il reprend sa vie de moine[6],[1].

Archevêque de Rouen[modifier | modifier le code]

Au synode de Lisieux en 1055 qui dépose Mauger, le duc Guillaume le propose comme archevêque de Rouen[2].

Il dédicace en 1055 ou peu après la collégiale d'Auchy à la demande d'Adelaïde, comtesse d'Aumale[7]. C'est sur conseil que Robert, comte d'Eu, fonde en 1059 l'abbaye Saint-Michel du Tréport[8]. Il se voit restitué les droits sur l'archidiaconé du Vexin entre 1055 et 1062 par Gautier III de Vexin[9]. Il cède à Raoul IV de Vexin de son vivant la terre de Gisors, domaine de la cathédrale, et qui reviendra sous son successeur en 1075[10].

Il conseille Anselme, élève de Lanfranc, qui porte des doutes sur sa vie de devenir moine du Bec, ce qu'il sera en 1060. En 1061, il préside à Caen un concile provincial pour mettre un terme aux guerres privées, la Trêve de Dieu y est imposée sous peine d’excommunication[11]. Maurille participe aux États généraux de Normandie à Lillebonne, où est prise la décision de l'expédition en Angleterre pour récupérer la couronne qui revenait de droit à Guillaume[12]. Il consacre également les églises abbatiales de Fécamp[13] et le 1er juillet 1067, celle de Jumièges[6].

Maurille et la cathédrale[modifier | modifier le code]

À son arrivée, il relance les travaux de la cathédrale de Rouen. Il achève le chantier ainsi que la reconstruction de la nef. Il est dit ériger une pyramide de pierre qui aurait porté son nom[14],[15]. Il procède à sa dédicace le 1er octobre 1063[1],[16],[17], en présence du duc Guillaume[18]. C'est à cette époque que sont transférés dans la cathédrale les corps de Rollon et de Guillaume Longue-Épée[16].

Il meurt le 9 août 1067[1],[6] et est enterré en haut de la nef de la cathédrale[1],[19]. Il est raconté que Maurille est ressuscité, miracle rapporté dans l'histoire des archevêques du Livre d'ivoire, ainsi que d'autres manuscrits[20]. Saint-Maurille est le premier archevêque de Rouen dont le tombeau peut être localisé dans la cathédrale, près de la croisée de transept de la cathédrale actuelle, soit près de la cathédrale qu'il achève[21]. Son tombeau est trouvé de manière fortuite en 1480 quand on creuse une tombe pour le cœur de l'ancien archevêque Guillaume d'Estouteville dans la cathédrale[22]. La sépulture contenait une crosse de bois et des fragments d'une chasuble. Une épitaphe est alors rédigée par les chanoines[22]. Une verrière le représente dans la chapelle de la Vierge de la cathédrale[21].

Maurille est fêté le 9 août[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Bouet et Neveux 1995, p. 19-35.
  2. a, b, c, d et e François Neveux, La Normandie des ducs aux rois, Xe-XIIe s, Ouest-France, Rennes, 1998, lire en ligne
  3. François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, L. Maurry, Rouen, 1667, p. 254.
  4. a, b, c et d Louis Violette, « Une étape décisive dans l’éveil des activités historiographiques au service du siège de Rouen: l’épiscopat de Maurille, moine de Fécamp » dans Tabularia « Études », n° 3, 2003, p. 57-67, 23 mai 2003.
  5. François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, L. Maurry, Rouen, 1667, p. 255.
  6. a, b et c Marcel Driot, Le saint du jour, Médiaspaul Éditions, 1995, 383 p., p. 229.
  7. Bauduin 2006, p. 313.
  8. Bauduin 2006, p. 298.
  9. Bauduin 2006, p. 257.
  10. Bauduin 2006, p. 177 et 259.
  11. Jean Julg, Les évêques dans l'histoire de la France: des origines à nos jours, Éditions Pierre Téqui, Paris, 2004, 581 p., p. 82.
  12. François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, L. Maurry, Rouen, 1667, p. 261.
  13. Jean-Maurice Barbé, Tous les prénoms, Éditions Jean-Paul Gisserot, Paris, 1994, 506 p., p. 333.
  14. Eustache-Hyacinthe Langlois, Notice sur l'incendie de la Cathédrale de Rouen, Rouen et Paris,‎ 1823, p. 11-16
  15. Selon François Pommeraye, elle était semblable aux clochers de Chartres, mais d'une dimension plus importante. Selon un manuscrit cité par Pommeraye, la pyramide était ornée de galeries et flanquée de quatre tourelles terminées en couronnes impériales. En 1117, la foudre tombe sur la pyramide.
  16. a et b Anne-Marie Carment-Lanfry, La cathédrale Notre-Dame de Rouen, Rouen, Imprimerie Lecerf,‎ 1977
  17. La dédicace du 1er octobre 1063 est la seule connue que connaîtra la cathédrale dans toute son histoire.
  18. François Lemoine et Jacques Tanguy, Rouen aux 100 clochers : Dictionnaire des églises et chapelles de Rouen (avant 1789), Rouen, PTC,‎ 2004, 200 p. (ISBN 2-906258-84-9, OCLC 496646300, lire en ligne), « La cathédrale N.D de Rouen », p. 18-23
  19. Jacques Le Maho, Cécile Niel, « Observation sur la topographie funéraire de la cathédrale de Rouen (Xe-XIVe siècle) » dans Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Publications du CRAHM, Caen, 2004, p. 97, 100
  20. François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, L. Maurry, Rouen, 1667, p. 262.
  21. a et b Schlicht 2005, p. 326.
  22. a et b Schlicht 2005, p. 329-330.
  23. Nominis :Saint Maurille; Bienheureux-Maurille.html

Sources[modifier | modifier le code]

  • Markus Schlicht (préf. Vincent Juhel), La cathédrale de Rouen vers 1300 : Portail des Libraires, portail de la Calende, chapelle de la Vierge, Caen, Société des Antiquaires de Normandie,‎ 2005, 426 p. (ISBN 2-9510558-3-8, OCLC 1279-6662)
  • Pierre Bouet et François Neveux, Les évêques normands du XIe siècle : Colloque de Cerisy-la-Salle (30 septembre - 3 octobre 1993), Caen, Presses universitaires de Caen,‎ 1995, 330 p. (ISBN 2-84133-021-4)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Pommeraye, Histoire des archevesques de Rouen, L. Maurry, Rouen, 1667, p. 254-264.
  • Achille Deville, Tombeaux de la cathédrale de Rouen, Nicétas Périaux, Rouen, 1833, p. 204-205.
  • Jules Thieury, Armorial des archevêques de Rouen, Imprimerie de F. et A. Lecointe Frères, Rouen, 1864, p. 47-48.
  • M. de Boüard, « Notes et hypothèses sur Maurille moine de Fécamp, et son élection au siège métropolitain de Rouen » dans L'abbaye bénédictine de Fécamp, Fécamp, 1959.
  • Pierre Bauduin (préf. Régine Le Jan), La première Normandie (Xe-XIe siècle) : Sur les frontières de la haute Normandie: identité et construction d'une principauté, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Bibliothèque du pôle universitaire normand »,‎ 2006 (1re éd. 2004), 481 p. (ISBN 978-2-84133-299-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]